Signes, sexe and linguistique 3. La pornométrie est-elle une science exacte ?

2 août 2011
Par

Avertissement : ce billet contient des images, textes et liens qui peuvent être considérés comme pornographiques.

Quand j’ai imaginé cette série sur sexe et linguistique, je me suis demandé si le terme pornolinguistique existait, je l’ai évidemment entré dans un moteur de recherche et j’en ai trouvé deux occurrences isolées, la première dans l’avis d’un internaute sur un roman de Raymond Queneau, écrit sous le pseudonyme de Sally Mara, On est toujours trop bon avec les femmes (1947, puis réédité en 1962 avec Journal intime pour former Les œuvres complètes de Sally Mara) :

“On est toujours trop bon avec les femmes” ne peut se lire sans l’étude préalable du “Journal Intime de Sally Mara”, du même auteur. En effet, Sally -grande soeur littéraire de Zazie- est le personnage qui formulera le projet d’écrire un roman à l’usage des jeunes filles: une sorte d’ouvrage pédagogique et sexuel. A caractère porno-linguistique, “On est toujours trop bon…” reprend une quantité de références culturelles et littéraires (Joyce, entre autres). C’est l’histoire d’une poste (et de sa “postière”) prise(s)en otage…La demoiselle, encore pure et sauvage, se verra malmenée par ses ravisseurs.

Le roman témoigne en effet du traitement ludique oulipien que Queneau fait subir à la langue, en particulier dans le domaine sexuel (jeux de mots, jeux de mains, etc.), et a inspiré Michel Boisrond dans un film de 1971, dans lequel l’anglaise libertine est jouée par Elizabeth Wiener.

La seconde occurrence figure dans le texte d’un blog pornographique (avec alerte pour mineurs à l’entrée), intitulé Une vie sexuelle, dans l’énoncé suivant :

Talk to me. Say why you like to fuck me. Talk to me in French. Tell me why you like my big ass. In French.
J’avoue ne pas avoir bien compris pourquoi elle voulait que je lui parle spécifiquement en français alors qu’elle ne le comprenait que très peu. Le fantasme du French Lover? Un désir d’exotisme pornolinguistique? Mystère.

Ces deux usages de pornolinguistique ne correspondent donc pas à une discipline qui aurait pour objets les mots et le discours du sexe, mais à une pratique textuelle et sexuelle qui consisterait à faire du sexuel avec du langage, à procurer et ressentir du plaisir avec le discours. Je laisse donc pornolinguistique aux pornographes et je garde ma simple linguistique : après tout, quand on étudie le discours politique, médiatique ou religieux, on ne parle ni de politolinguistique, de médiaticolinguistique et encore moins de religiolinguistique.

J’ai quand même cédé aux sirènes de la néologie en proposant le terme pornème dans le billet précédent, terme qui fait d’ailleurs sa petite bonne femme de chemin sur la toile, à mon grand étonnement (et amusement). Mais, dans ce domaine,  j’ai un digne prédécesseur en néologie.

Les petites études pornométriques de Jean Veronis

Car il existe pornométrie, forgé en 2006 par Jean Véronis, pour les besoins de deux billets sur le filtrage de la pornographie par Google, à l’aide de l’outil Slut-O-Meter, qui n’est plus en service malheureusement (pour la science pornolinguistique). Web : Petites études pornométriques (1) et (2) expliquent que Slut-O-Meter donne 62% des pages correspondant à “véronis” comme pornographiques (en tout cas “not safe”) ce qui n’est finalement pas si loin de Jennifer lopez (64%), mais encore un peu faible par rapport à Rocco Siffredi (91%). Sérieusement, comment expliquer ce pourcentage ? Jean Véronis explique qu’il a mis en ligne “un petit moteur de recherche (un “concordancier”) sur la Constitution Européenne”, et que Google considère ce texte comme “unsafe”, mais seulement dans sa version française (la version anglaise est “safe”). Une étude comparative de plusieurs moteurs de recherche sur les deux langues donne des résultats étonnants (allez voir le joli diagramme) puisque le taux de marquage de pages comme pornographiques varie énormément sur le français et très peu sur l’anglais. Mais dans tous les cas, Jean Véronis conclut que les moteurs, qui n’ont pas les mêmes compétences linguistiques (Google n’est pas très bon selon lui) “surfiltrent”, en particulier les pages francophones, ce qui explique que Slut-O-Meter le considère comme un rival potentiel de… Jennifer Lopez.

J’espère que notre pornométreur aixois rédigera bientôt un billet sur la dernière invention de Google en termes de filtrage : Google’s officiel list o bad words, où se trouve à peu près tout le lexique pornographique de l’anglais. Comme Google a de l’humour, ou aime les chatons, on ne sait pas, tout mot de la liste entré dans le nouvel outil “What do you love ?” renvoie immédiatement aux petites boules à poils, y compris, ce qui ne manque pas de sel de la terre, “God” (mais en fait ça ne fonctionne pas et en tapant “God” on est renvoyé à des discussions sur God). En revanche si vous aimez la fellation, le cunnilingus ou le gangbang, vous êtes renvoyé à ça.

Au-delà de ces aspects techniques et ludiques, la “pornométrie” et les procédures de filtrage de la pornographie sur l’internet posent deux questions qui m’intéressent, l’une philosophique et l’autre linguistique.

La pornographie est-elle immorale et/ou illégale ?

Je ne vais pas reprendre ici cette ancienne et longue discussion ici, d’autant plus que je la traiterai dans un prochain billet de cette série sur la performativité supposée de la pornographie. Le débat autour de la dimension morale de la pornographie oppose, pour aller vite, certaines féministes américaines comme Andrea Dworkin et Catharine MacKinnon et certains philosophes, comme, en France par exemple, Ruwen Ogien à partir de son éthique minimale ou Marcela Iacub à partir de la liberté de choix. Soit l’on estime que la pornographie nuit à autrui et/ou à soi-même (c’est la définition du “mal” en philosophie morale), soit l’on estime qu’elle ne produit pas de nuisance en soi, dans la réalité, et que les effets négatifs sont du ressort des individus et de leur libre arbitre. Ce qui est intéressant dans une perspective discursive, ce sont bien sûr les catégorisations et les évaluations dans les discours, qui constituent le sens commun autour de la pornographie. Et le sens commun n’est ni vrai ni faux, c’est un organisateur du monde et des chemins que nous nous y traçons.

Il se trouve que dans le cas de la pornographie, il y a un flou discursif remarquable autour des notions de morale et de droit (comme souvent dans les questions de morale d’ailleurs). On le voit bien en se livrant à un amusant petit exercice qui est de relever les descriptions des logiciels de contrôle parental disponibles sur le net. Pour être sûre qu’il s’agissait bien de pornographie, j’ai choisi le logiciel Anti-Porn et recueilli le petit corpus suivant, en consultant simplement la première page de résultats sur Google (sélections en français – je souligne les termes qui m’intéressent) :

Clubic.com
Afin de protéger les enfants de certains contenus Internet, notamment de tous les contenus pornographiques, Anti-Porn est un logiciel de sécurité qui bloque automatiquement tout contenu illicite.

01net.com
A l’aide d’un mot de passe, vous accédez aux paramètres de filtrage du programme et déterminez vos restrictions : limitation du temps d’utilisation des logiciels de messagerie instantanée, saisie des mots-clé pour établir une liste noire des sites Internet défendus, sélection des jeux inappropriés pour les enfants, etc.

Comment ça marche
En effet, il permet de bloquer toute page web à caractère pornographique. Le logiciel bloque l’affichage et l’accès aux fichiers suspects. Anti-porn effectue aussi un verrouillage des chats lorsqu’un langage trop familier ou grossier y est utilisé.

Winportal.fr 
Protéger vos enfants des sites pornographiques
Ce ne sera pas une découverte pour vous, mais cela sera peut-être le cas pour votre enfant, internet contient une quantité impressionnante de sites à caractère pornographique. Vous désirez protéger les bonnes mœurs de votre famille et surtout votre innocente progéniture en possédant un programme capable de bloquer l’accès à ce genre de sites de mauvais goûts ?
Anti-Porn est un nom qui résume efficacement la fonction de ce logiciel. En effet, ce programme sera capable de filtrer et de bloquer l’accès à tous les sites contenant des images, des vidéos ou des histoires à caractères érotiques ou pornographiques. Il sera un rempart performant contre l’indécence et la vulgarité, de plus en plus présentes sur le net et pouvant atteindre vos charmantes petites têtes blondes.
Anti-Porn contient déjà une vaste liste d’adresses de sites aux contenus choquant et il sera bien sûr possible de rallonger vous-même cette liste, si vous recevez fréquemment des publicités intempestives vulgaires par exemple. Vous pourrez aussi paramétrer des mots clés dans plusieurs langues afin que vos enfants n’obtiennent aucune réponse sur les moteurs de recherches.
Aucun logiciel n’est parfait, mais Anti-Porn contient une fonction intéressante, il conservera en mémoire toutes les adresses ou les pages visitées. De cette manière, si un site passe entre les mailles du filet, vous le saurez et pourrez ajouter ce site dans la bibliothèque des sites interdits.
Grâce à ce programme, vous ne serez jamais offusqué d’écouter votre enfant vous dire : “Papa, il fait quoi le monsieur à la madame, sur l’ordinateur ?”

Infos du net.com
Anti-Porn est un logiciel destiné à protéger vos enfants de sites pornographique.
Il filtre en effet les sites pour adultes et les sites dont le contenu ou le langage n’est pas approprié. Anti-Porn filtre des milliers de sites pornographiques que vous pouvez par la suite répertorier dans la liste des sites dont l’accès est interdit aux enfants. Vous pouvez également prédéfinir des mots clés dont les enfants ne pourront pas voir ce qui s’y réfère.

Ce mini-corpus est particulièrement intéressant et l’on peut y relever les trois phénomènes suivants :

– une neutralité désignative pour 01net et Infos du net qui emploient les termes inappropriés et pas approprié, évoquant juste l’idée de l’adaptation d’un site à un public. Il n’y a pas de jugement moral, ni de catégorisation légale : la pornographie n’est pas présentée comme immorale ou illégale, elle est seulement décrite comme ne convenant pas aux enfants.

– une confusion entre pornographie et illégalité chez Clubic, qui emploie le terme illicite : en fait, la pornographie n’est pas illicite, sa diffusion est interdite aux mineurs, ce qui est différent. Illicite ici semble avoir un usage subjectif : devient illicite ce que je juge non conforme.

– une très forte axiologisation morale chez Comment ça marche et surtout Winportal, qui livre un descriptif particulièrement imprégné de vocabulaire moral (bonnes mœurs, indécence), esthétique (mauvais goût, vulgarité) avec une forte charge subjective (choquant, offusqué) ; on a là typiquement des émotions morales qui en disent long, évidemment, non pas sur les contenus proscrits, mais sur les normes et valeurs du scripteur.

On voit donc à quel point il est difficile de répondre à la question de la dimension morale de la pornographie, et on imagine sans peine les casse-têtes des juristes dans ce domaine. Dans le domaine linguistique, c’est un peu pareil. 

Qu’est-ce qu’un contenu langagier pornographique ?

C’est difficile à dire sur le plan lexicométrique, plus facile à distinguer sur le plan pratique des effets produits par les discours. Je me suis amusée à faire des nuages de tags à partir de la Philosophie dans le boudoir de Sade :

Wordle: sade philo

d’une thèse en ligne sur HAL intitulée “Rôle et importance des processus de renforcement dans l’apprentissage du comportement de reproduction chez l’homme” (Serge Wunsch) :

Wordle: thèse wunsch

et d’un article de proctologie également en ligne, “La proctologie, une spécialité chirurgicale ?” (Pierre Suduca) :

Wordle: article proctologie

Résultats ? Quelques usages discriminants, d’autres emplois en communs : fesses, plaisir, vit et jouissance chez Sade ; coïtanusplaisir et vagin chez Wunsch ; anusrectumanales et… être chez Suduca. Alors quels critères pornométriques adopter ? Quels mots filtrer ? Si l’on veut que rien ne passe, alors, comme le dit Jean Véronis, il faut surfiltrer. Surfiltrer Sade, Apollinaire, Queneau… mais laisser passer les anus et fissures anales des proctologues ?

Crédits

1. Affiche du film On est toujours trop bon avec les femmes

2. “Kamasofa”, 2010, Daniele Davedoti, galerie de l’auteur sur Flickr.

3. Nuages de tags réalisés avec l’outil Wordle

Mardi 16 août. Signes, sexe and linguistique 4. Plaisirs à lire. La littérature pornographique


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , , , ,

Posté dans : Séries de saison, 04. Été 2011. Signes, sexe and linguistique, Théorie du discours, Analyse du discours numérique, Pensées lexicologiques

Un commentaire pour “ Signes, sexe and linguistique 3. La pornométrie est-elle une science exacte ? ”

  1. de Chanay le 02/08/2011 à 22:27

    Il y a certainement une pornométrie pour l’image qu’est-ce qu’une image “pornographique”? Faut-il filtrer le Journal de Fabrice Neaud (BD)?). Sans parler des films… Critère du “classé X”, des réactions outragées à la sortie de l’affiche, et, pour les revues, de l’éloignement du regard / de la prise dans les kiosques (avec souvent le bébé avec l’eau du bain), etc.
    Bises
    Hugues
    Je pense n’avoir pas fait de commentaire pornographique ni politiquement incorrect (comme le serait la phrase “J’ai été pédophile quand j’étais enfant”), mais je vais le “soumettre”, et l’on verra s’il passe malgré cette phrase (ce n’est d’ailleurs pas tant une question de mots que de prédication, bref de sémantique – au minimum – plus que de lexicométrie, isn’t it?)

Façons de penser, partager

Contrat Creative Commons


S’abonner à ce carnet

S'abonner à ce carnet

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez ce carnet dans la liste.


Carnets de recherche