Les soieries de la métaphysicienne. Le ciment des choses (1)

Pour le logicien, qui ne sait pas encore

Soieries

On a beaucoup parlé de Claudine Tiercelin et de sa nomination au Collège de France ces derniers mois, dans la presse et sur plusieurs blogs dont celui-ci. Jacques Bouveresse, dont la parole est rare est chère, a même rédigé une lettre ouverte (la dernière en date avait été adressée à Valérie Pécresse qui voulait lui imposer une légion d’honneur non consentie).

On a moins parlé du livre qui est sorti au même moment, Le ciment des choses. Petit traité de métaphysique scientifique réaliste (Ithaque, mai 2011). Il est vrai que les 416 pages de ce « petit » traité de métaphysique réaliste, comme son auteure le qualifie avec modestie, sont moins faciles à lire que les pamphlets mondains de la presse hebdomadaire (et les blogs pseudonymes de journalistes). Je l’ai lu, non pas en philosophe, mais en linguiste qui travaille autant avec la langue qu’avec la réalité, et donc avec une forme de réalisme, qui est, en sciences du langage, plutôt un référentialisme ou un contextualisme. Dans l’analyse du discours que je pratique, qui appartient au domaine texte-discours-interaction observant des énoncés empiriques (c’est-à-dire produits dans des situations sociales et non fabriqués en laboratoire), on postule en effet que les énoncés parlent du monde et que les signes désignent la réalité (référentialisme), mais surtout que le sens des énoncés s’élabore dans les contextes de leur production, ce que j’appelle plutôt les environnements (contextualisme). L’analyse du discours que propose par exemple Michel Pêcheux et son groupe dans les années 1970 constitue une sémantique discursive dans laquelle les contextes sont constitutifs du sens des énoncés. Tout est dans cette notion très forte de constitution : le contexte n’est pas extérieur aux énoncés, ne leur sert pas de toile de fond ; l’environnement contribue profondément à leur élaboration discursive et sémantique, il les constitue.

Le petit traité en question, qui est en fait un puissant essai sur le réalisme comme lien entre la pensée et le réel et comme réflexion sur la manière dont les choses s’agencent et se succèdent, m’intéresse donc particulièrement, d’autant plus qu’il mentionne à plusieurs reprises la sémantique (ou la linguistique, cela dépend des passages), comme une discipline qui serait opposée à la perspective réaliste. Sans compétence de spécialiste pour les questions philosophiques, j’aimerais essayer de discuter ce point de vue à partir des sciences du langage. Je voudrais expliquer que la philosophie, en particulier dans sa composante analytique, a souvent une représentation de l’approche linguistique centrée sur la sémantique formelle, laissant de côté nombre de courants qui pourtant travaillent dans le sens du réalisme, avec les mêmes présupposés et les mêmes objectifs : il existe en effet une sémantique référentielle, une sémantique discursive, bref, une linguistique réaliste. C’est celle dans laquelle j’inscris ma théorie du discours, et elle fait aussi l’objet du carnet collectif REALISTA, Approches réalistes en linguistique, entièrement consacré aux liens constitutifs entre langue, texte-discours-interaction et réalité. C’est là que le lecteur trouvera d’ailleurs les passages du Ciment des choses qui développent les éléments formulés ici (indiqués par des lettres).

Ce billet comporte deux volets. Dans le premier, je voudrais dire un mot des métaphores qui charpentent l’ouvrage, le « ciment de choses » et les « soieries » et « cotonnades », et donner des indications sur les données du livre à partir desquelles j’ai réfléchi et préciser ce que Claudine Tiercelin entend par « métaphysique scientifique réaliste ». Dans le second, je parlerai plus précisément de la linguistique des philosophes et de la linguistique des linguistes et des raisons pour lesquelles elles me semblent constituer un parallèle épistémique dont les lignes peinent à se rencontrer.

Les métaphores : ciment, soieries, cotonnades

Le ciment des choses… l’image est magnifique et fait un très beau titre, dont l’iconicité ne recouvre pas le sens, bien au contraire. L’auteure explique son origine en introduction en citant un extrait de « Philosophie de la nature et philosophie de l’intellect » (a) de Meyerson (1934). Le ciment, c’est cette causalité qui fait s’enchaîner les phénomènes, sans que nous sachions exactement de quel ordre elle dépend, ordre de la réalité ou ordre de l’esprit : cet incendie de forêt, a-t-il vraiment été causé par cette cigarette abandonnée, ou les deux événements sont-ils simplement successifs ? « C’est précisément à l’élucidation de ce lien, de ce ciment des choses ou réalités que sont aussi bien la nature que l’intellect, que voudrait tenter de contribuer ce livre » (p. 13 ; ital. de l’auteure).

Quant aux soieries et cotonnades, c’est également une allusion à Meyerson, qui appelle soieries les chemins de la philosophie de la nature, et cotonnades ceux de la philosophie de l’intellect. On sait que la soie est plus solide que le coton, mais en même temps, c’est une couturière qui vous le dit, beaucoup plus difficile à travailler : la soie glisse, fait des faux-plis, les coutures froncent si la tension du fil est mal réglée. Le coton, lui, se plie bien, reste droit sous l’aiguille, et parfois ne nécessite pas de bâti. Une tache sur la soie, c’est gâché ; au contraire le coton se lave bien. De plus, la soie se conserve mal, elle casse si elle reste longtemps pliée, le coton est sur ce point plus résistant… Bref, le pari des soieries est donc bien plus risqué, mais évidemment l’effet de l’ouvrage fini, c’est le cas de le dire, est celui d’une élégance opulente et d’une belle élaboration. La soie, c’est de la belle matière, et la belle matière fait la belle ouvrage.

Conceptions du réalisme

Claudine Tiercelin n’étant pas couturière mais philosophe, passons aux choses sérieuses.

Et tout d’abord, la métaphysique, de quoi s’agit-il exactement ? L’auteure en donne une définition brève et claire dans son introduction : « Par métaphysique tout d’abord, j’entendrai essentiellement l’ontologie au sens de la métaphysique générale, par opposition à la métaphysique spéciale » (p. 16). Elle donne ensuite une description détaillée de l’ontologie (b), et l’on comprend qu’il s’agit de la nature de ce qui est, des propriétés et des liens entre les choses et des relations entre les catégories de pensée et de langage, et les catégories de réalité. Pas de « métaphysique en apesanteur » donc (p. 23 et p. 62 et ss.), mais des questions sur le réel du monde : « en quoi consiste l’essence du physique » ? – « la réalité est-[elle] peut-être davantage constituée de faits, d’états de choses que d’objets ? » (p. 27).

D’où, une « métaphysique réaliste« , on le verra, qui essaie de contrer un idéalisme que l’auteure trouve aujourd’hui aussi « naturel » que le « réalisme naïf » (c). Et qui constitue une voie réaliste robuste, contrairement aux propositions réalistes actuelles trop minimalistes voire inexistantes. C’est là que les frontières des disciplines se dressent entre la philosophie et la linguistique : la conception réaliste que défend Claudine Tiercelin dans son ouvrage repose en grande partie sur une critique du réalisme métaphysique, auquel elle substitue sa « métaphysique scientifique réaliste ». Ici, une précaution disciplinaire : si je vois bien sûr assez clairement de quoi il est question dans ce livre, je me rends bien compte qu’il me manque des connaissances d’arrière-plan pour comprendre en profondeur le propos. Il faut donc lire ce billet en acceptant son regard extérieur, et donc biaisé. Cela n’empêche pas, comme le suggère mon logicien, d’échafauder des passerelles et de continuer son chemin de lecture sur le droit fil ce passionnant traité.

Ce chemin m’indique une voie étroite entre « le Scylla du scientisme » et « le Charybde de l’apriorisme » (p. 112, expression empruntée à S. Haaks 1998). « Il n’est ni rationnel ni raisonnable de cantonner la métaphysique à l’a priori, que l’on entende ce terme comme une définition de ses objets ou comme le type de connaissance qui la caractériserait […] », déclare Claudine Tiercelin au début du chapitre intitulé « Les pièges du scientisme » (p. 97). Elle détaille ces pièges en rappelant les signes du scientisme selon S. Haack (d), que tout linguiste présente plus ou moins, du fait même de la constitution de sa discipline (en particulier les trois premiers) et en soulignant les conseils épistémologiques de Hilary Putnam quant aux conditions de possibilité d’un réalisme aux horizons élargis bien que toujours rigoureux. Ceux-ci me parlent particulièrement, car c’est entre autres avec Hilary Putnam que j’ai progressivement déconstruit le binarisme de la pensée sur lequel repose la linguistique dans sa forme systématique et légitime institutionnellement (ce que j’appelle la pensée en « vs »), pour en arriver à une pensée scalaire reposant sur l’idée de continuum (la pensée en « trait d’union ») :

– Il convient de souligner que la frontière est ténue entre les sciences empiriques et les sciences censées ne pas l’être comme la logique et les mathématiques.
– Il faut rejeter la dichotomie positiviste entre termes observationnels et termes théoriques.
– Il faut nuancer, voire refuser la distinction entre fait et valeur (e).
– Il nous faut revoir notre modèle scientiste de l’esprit et élargir notre conception de la rationalité.
– Tout cela demande que nous revenions sur l’image que nous nous faisons de la science, sur la supposée stricte démarcation entre science et non science comme sur la supposée suprématie de la science par rapport aux autres formes de connaissance. Somme toute, il pourrait fort bien exister des formes non scientifiques de connaissance (p. 118 à 129).

 

 Je trouve cette liste particulièrement créative scientifiquement parlant, et ouverte aux fécondités de la diversité et des ponts entre les phénomènes et les catégories, loin des rigidités dualistes ; on y retrouve évidemment le « tempérament pragmatiste » (f), qui constitue « l’ambiance épistémologique » du travail de Claudine Tiercelin. Le pragmatiste est le contraire de l’aprioriste ; c’est celui qui construit sa pensée dans l’enquête et la traversée des frontières catégorielles :

Réalité ?

[…] nous devons, à un moment ou à un autre, simplement faire confiance à nos facultés, nous fier, ainsi que Reid ne cessait de le souligner, à notre constitution. Peut-être n’expliquerons-nous pas notre ancrage dans le réel et ne réfuterons-nous pas l’empiriste constructif. Néanmoins, nous ne ferons pas reposer nos arguments sur des distinctions dont la signification épistémique est fort douteuse comme celle entre l’observable et l’inobservable ; nous proposerons ainsi une explication plus raisonnable des succès empiriques de la science ; nous rendrons mieux compte de la pratique scientifique elle-même, ne prenant finalement d’autre risque que celui de chercher à comprendre. Et, ici encore, comme en logique, si l’on est réaliste et à moins de renoncer à tout espoir en « la seule possibilité de connaissance quelle qu’elle soit » (Peirce 2002 : 394), « que pouvons-nous, en vérité, faire de mieux » ? (242-243).

Une métaphysique scientifique réaliste

« En métaphysique, il faut savoir compter, être en mesure de parvenir à une liste de catégories, de classifications, à un alphabet de l’être, aussi économique mais en même temps aussi complet que possible » (p. 247). Car la métaphysique est la « science de l’économie et des limites » : comprendre la réalité avec un nombre d’ingrédients le plus limité possible, et n’en oublier aucun. Claudine Tiercelin précise d’abord à partir de quel type de réalisme elle va travailler  : « une forme de réalisme scholastique » (g), en vertu duquel le réel est « ce qui signifie quelque chose de réel » (Haack 1992), et qui possède donc une dimension sémantico-logique.

Elle trouve ensuite cette économie méthodologique dans le réalisme des dispositions, qu’elle réhabilite puis soutient pour y échafauder sa métaphysique réaliste. Elle appelle disposition une propriété réelle des objets, qui a un impact causal sur l’observateur, nécessaire à la construction de son expérience, ainsi qu’un rôle causal relativement aux autres propriétés (nous n’avons pas accès aux dispositions mais à leurs effets). Elle considère que « les dispositions sont des composants réels et irréductibles de la réalité » et que « la réalité dans son entier est essentiellement dispositionnelle » (p. 359) : « Les dispositions sont des possibilia réels, métaphysiquement nécessaires et découverts a posteriori qui trouvent leur intelligibilité dans les lois de nature (et réciproquement), grâce au ciment des choses « (p. 359).

« Que savons-nous de la réalité des choses » ? demandait l’introduction du livre. La conclusion répond : « Ce que nous savons de la réalité des choses ». Et formule une sorte de désespoir théorique humien et kantien fermement refusé par l’amatrice de soieries :

Mais comment sérieusement songer à expliquer les choses, voire à ambitionner d’édifier un système, quand ne s’offrent à nous que des analogies, des figures, des éclats que, par le jeu des associations, nous pouvons certes apprécier, combiner voire identifier, mais sûrement pas approcher autrement que par nos descriptions, nos fictions et nos fables ? Nous ne connaîtrons jamais le cœur et, encore moins, le ciment des choses. Dans le meilleur des cas, la fable étant alors dite par la science, ce à quoi nous aurons accès, c’est à un réel voilé » (p. 363 ; ital de l’auteure).

Le réalisme dispositionnel constitue pour Claudine Tiercelin un moyen d’approcher « cet être réel, son identité, [qui] est ce qui fait de la chose ce qu’elle est, en la distinguant de toute autre chose » (p. 377). Le travail de connaissance du réel est loin d’être achevé, et il reste encore à penser le modèle adéquat, à construire l’enquête et justifier nos croyances à propos de la réalité. L’ouvrage s’ouvrait sur les relations entre philosophie de l’intellect et philosophie de la nature, cotonnades et soieries. Il se ferme sur l’espoir de leur réconciliation. En ce qui concerne les tissus, c’est fait : on tisse depuis longtemps des fils de soie et de coton, ce qui donne un tissu souple et solide, élégant et simple.

Références

Haaks S, 1992, « Extreme Scholastic Realism » : its Relevance to Philosophy of Science Today, Transactions of the C.S. Peirce Society, 28-1, 19-50.
Haack S., 1998, Between the Scylla of Scientism and the Charybdis of Apriorism, in Lahn L. (dir.), The Philosophy of P. F. Strawson, Chicago, Open Course.
Meyerson E., 1934, Philosophie de la nature et philosophie de l’intellect, Revue de métaphysique, 41-2.
Pêcheux M. 1994, L’inquiétude du discours, textes présentés par D. Maldidier, Paris, Éditions des Cendres.
Putnam H., 1994 [1990], Le réalisme à visage humain, trad. C. Tiercelin, Paris, Seuil.
Putnam H., 2004 [2002], Fait/Valeur : la fin d’un dogme et autres essais, trad. M. Caveribère et J.-P. Cometti, Paris-Tel-Aviv, Éditions de L’éclat.

Crédits
1. « Thai silks », locket79 (Sara), 2006, galerie de l’auteur sur Flickr, CC.
2. « Platonic cave illusions », Caneles, 2005, galerie de l’auteur sur Flickr, CC.


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

Vous aimerez aussi...

11 réponses

  1. Julien L dit :

    Le dialogisme a visiblement la peau dure, voici le lien vers une prochaine journée, vraisemblablement l’occasion d’échanges en rapport avec ces discussions: http://www.n.u-cergy.fr/spip.php?article14046
    Et aussi, cette présentation, en rapport avec la discussion avec hady ba, et votre réponse, liée à la question de la référence, selon d’autres ancrages philosophiques (je trouve intéressant la présentation du contexte qui a rendu difficile le dialogue linguistique-phénoménologie):
    http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/lgge_0458-726x_2003_num_37_150_911
    c’est assez (très!) éloigné de la philo analytique, mais le blogging scientifique (que certains linguistes suivent attentivement, ici et ailleurs!) m’autorisera cette extension de paradigme qui me semble prolonger néanmoins vos échanges.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci beaucoup julien pour la référence à cadiot, c’est un bon document pour « le ciment des choses 2 » qui commence à devenir une préoccupation sérieuse grâce à ces discussions autour de la métaphysique réaliste de c. tiercelin, je vois des prolongements futurs dans ma boule de cristal référentialiste… j’imagine bien que certains linguistes « suivent » le blogging scientifique, et merci aussi à toi de venir discuter, mais j’aimerais bien que les linguistes sortent de cette réserve frileuse par rapport à la science en ligne d’une manière générale, coe la mise en ligne sur HAL, la pratique des pré-pub, etc. et le blogging bien sûr : il y a des centaines de blogs linguistiques aux EU et ds le monde anglophone, mais en france, nous sommes moins d’une poignée, et je sais que certains collègues… impriment les ressources internet pour les lire, y compris les billets – hypothèses est en train de fournir des issn à ses carnets, il faut le proclamer urbi et orbi ! et quant au dialogisme, quel bel exemple d’impérialisme scientifique industriel, un bon cas pour une étude d’épistémologie…

  2. Alain L. dit :

    Très intéressant. J’ai moi-même fait quelques billets sur le même sujet cf: http://rumeurdespace.wordpress.com/. Je trouve étonnant que vous vous référiez à Pêcheux sur ce sujet (mais je n’ai rien contre! J’ai moi-même fait partie du groupe autour de Pêcheux dans les années soixante-dix), je trouve aussi que nous avons des préoccupations communes, liées à la sémantique, bien que nous ayons sans doute un arrière-fonds théorique très différent (vous pourrez peut-e^tre en juger en lisant mes billets).

    • Marie-Anne Paveau dit :

      je suis très très contente que vous commentiez ce post et j’ai plaisir à découvrir votre blog que j’ai immédiatement intégré dans mon reader, comment a-t-il pu m’échapper ? je vais lire vos billets sur tiercelin et vous serez désormais scruté ( et « curated ») ! je sais que vous avez participé au groupe de pêcheux, je connais bien vos travaux de cette époque, avec courtine notamment à besançon, et votre « mémoire interdiscursive » est un des concepts centraux de l’analyse du discours dans ses formes actuelles, post-années 1980 on va dire : « comment einstein raconte comment newton… » est un classique des bibliographies d’AD (c’est moirand qui m’a fait découvrir ce texte), je ne sais pas si vous le savez – je ne trouve pas étonnant de penser à pêcheux en lisant la métaphysique de tiercelin, mais je comprends bien votre étonnement, cette période est loin, elle vient même « d’ailleurs », et votre parcours a été très différent depuis – mais pêcheux a fondamentalement pensé le contexte, même s’il s’est heurté à la « réalité » de son informalisabilité… oui nos préoccupations sont communes, et nos théories sont différentes, presque antagonistes, j’appelle ça les parallèles épistémiques, ce sera l’objet du billet n° 2 sur le ciment des choses – j’ai amorcé la discussion avec hady ba qui travaille en philosophie du langage (et avec des talistes mais je ne sais pas lesquels…), c’est ici : http://hadyba.wordpress.com/2011/07/28/paveau-lectrice-de-tiercelin/ – à bientôt de blog à blog !

      • Alain L. dit :

        Eh bien, cela ne me rajeunit pas 🙂 !! Je suis assez surpris en effet que l’on se souvienne encore que j’ai écrit un « comment Einstein raconte comment Newton racontait la lumière »! Le temps a passé, et en apparence, je me suis bien éloigné de la problématique de l’AD. peut-être puis-je dire « en apparence seulement ». Il ma fallu un long approfondissement des aspects formels (syntaxe, logique…) pour essayer de dépasser la contradiction que je voyais dans la démarche de Pêcheux (et que lui-même voyait jusqu’à finalement s’en désespérer) entre un théoricisme aigu au niveau des principes (la « théorie » du discours) et… un empirisme massif au niveau des pratiques (en particulier dans la dernière phase, la phase de DEREDEC, où nous tentions beaucoup de choses mais avec une tendance beaucoup trop prononcée au bricolage). Cette contradiction se reflétait d’ailleurs dans la formulation du projet de l’AD comme « lecture désubjectivisée », une aporie à mon avis (à moins de succomber au fantasme machinique que Pêcheux rejetait tout autant que le subjectivisme de la lecture). Que dire maintenant, plus de trente ans après, de concepts comme ceux de « mémoire discursive » ou « d’interdiscours »? Ils n’ont rien perdu à mon avis de leur force de suggestion, mais ils demeuraient trop vagues. Néanmoins c’est parce que je les ai toujours en tête que j’ai tenté d’explorer des voies nouvelles en logique (selon d’ailleurs une demande de pêcheux lui-même, qui souhaitait que ma qualité de mathématicien soit mise à profit dans son projet de manière à critiquer l’idéalisme fondamental des approches logiques dominantes), qui m’ont conduit à utiliser les travaux de Jean-Yves Girard (logique linéaire et ludique) dans une perspective de repenser les questions de sens à partir de la notion d’interaction (cf. le site de notre ANR: http://www.anr-loci.fr).
        Autre point commun je crois, que j’ai avec vous, c’est mon intérêt (et je ne suis pas le seul au sein de notre projet LOCI) pour la démarche de Robert Brandom, autrement dit la sémantique dite « inférentialiste ». Il y a beaucoup de convergence entre la ludique de Girard (ou du moins la façon dont nous l’utilisons) et le point de vue de Brandom, et aussi je pense, une certaine convergence entre le programme de Brandom et celui de Pêcheux, d’où finalement par transitivité…
        Voilà. J’aime bien ce que vous écrivez, qui est plein d’esprit, de finesse et d’humour. A bientôt.

        • Marie-Anne Paveau dit :

          ah ! ça me fait plaisir que vous veniez discuter ici, ça me change bien agréablement du silence des revues papier confidentielles et des vaines attaques rituelles des colloques, ainsi que de l’absence des linguistes dans le blogging scientifique – et en plus vous me dites des gentilles choses sur mon blog, ça me fait très plaisir, merci – alors oui, votre « comment einstein… » est toujours vert, si je puis dire, surtout grâce à sophie moirand qui le cite tout le temps et qui nous l’a transmis (d’ailleurs, vous rendriez service à la communauté des (jeunes) chercheurs en mettant en ligne une version sur hal ou ailleurs, l’article est très difficile à trouver et jstor demande quand même 15 $ us…) – la mémoire (inter)discursive que vous avez travaillée avec courtine, a été reprise par moirand avec l’apport de bakhtine et de la théorie dialogique, et je ne trouve pas le concept si imprécis (mais il faudrait bien sûr savoir ce que l’un et l’autre entendons par là) – puis j’y ai injecté un peu de cognition en proposant l’idée de « mémoire cognitivo-discursive » dans Les prédiscours (paru en 2006) – donc un concept qui a fait un riche chemin épistémique, même si vous avez l’impression (tjs ces parallèles épistémiques) qu’il a été abandonné en 1981 ! c’est pour moi un vrai concept d’ad au sens où je crois que l’ad, enfin celle que j’aime en tout cas, repose justement sur le fait de ne pas choisir entre théoricisme dur et empirisme massif, mais d’adopter une position médiane qui rende compte des productions discursives des « gens qui parlent », à l’aide de propositions théoriques révisables et assez souples – je suis tout à fait d’accord avec l’illusion du fantasme de la désubjectivisation, et je me donne bcp de mal auprès des étudiants pour « en finir avec l’objectivité » en gardant un cap rigoureux – mais je crois que la linguistique tout entière est fondée sur ce mythe, et qu’il faut cesser partiellement d’être linguiste, en étant aussi autre chose (philosophe, c’est très indiqué, psychanalyste aussi…) pour être capable de cette réflexivité peircienne qui imprègne les procédures d’enquête et qui nous permet d’assumer la pratique d’une science instable et révisable – discussion à poursuivre, en particulier à propos de cette ludique qui me laisse très perplexe – je vais à mon tour « enquêter » sur votre blog et y laisser quelques traces électroniques sans doute – à bientôt !

      • Hady Ba dit :

         » j’ai amorcé la discussion avec hady ba qui travaille en philosophie du langage (et avec des talistes mais je ne sais pas lesquels…) »

        Les talistes en questions sont ceux d’ARISEM. Je travaille sur le projet CAHORS: http://www.capdigital.com/projet-cahors/ qui est chapeauté par Thalès mais financé par l’État.

  1. 27/07/2011

    […] de développer les éléments d’analyse et d’information présentés dans le billet Les soieries de la métaphysicienne. Le ciment des choses (1) sur le carnet La pensée du […]

  2. 28/07/2011

    […] Paveau a mis en ligne un commentaire du dernier livre de Claudine Tiercelin. Ce texte montre, si besoin en était que l’article […]

  3. 02/08/2011

    […] on trouvera ici et ici également une recension du livre de Claudine Tiercelin (par Marie-Anne Paveau) Ce contenu a […]