Barbarella au collège de France. Du traitement médiatique de la métaphysique et des métaphysiciennes

15 juin 2011
Par

Il y a quelques semaines, La pensée du discours s'est penchée sur la question de la description des intellectuelles dans la presse à travers deux articles de Libération, l'un sur la philosophe Cynthia Fleury, qui était décrite comme une "jolie blonde cheveux sagement tirés en arrière en une longue queue de cheval", l'autre sur l'écrivaine Silvia Avallone, dont on mentionnait les "gros seins, son sourire, ses cheveux bouclés en cascade, son imposant tatouage tribal sur l’épaule gauche qui date de ses 15 ans". C'était une "réflexion sur la question potiche". Je poursuis aujourd'hui cette enquête en proposant quelques pistes pour l'analyse d'une question autrement plus importante : les métaphysiciennes sont-elles des blondes parfumées qui séduisent les extra-terrestres ?

Aude Lancelin a signé le 14 juin dans le Nouvel observateur un papier titré L'inconnue du collège de France, portrait de la philosophe Claudine Tiercelin, récemment nommée sur une chaire intitulée "Métaphysique et philosophie de la connaissance" (merci à Xavier Molénat @SH_lelabo d'avoir twitté l'info). Elle cède elle aussi à cette bizarre habitude que semblent avoir les journalistes d'agrémenter leurs portraits de marqueurs physiques et de comparaisons qui, sur le plan de l'information, n'apportent rien à leur travail. Claudine Tiercelin y est en effet décrite comme un "petit personnage blond perdu derrière trois vastes tableaux noirs", porteuse d'un "parfum poudré", et, clou de la technique descriptive néo-balzacienne de la journaliste, comme une éventuelle "Barbarella du concept yankee".

Alors évidemment, l'idée même d'associer Claudine Tiercelin à quoi que ce soit de "petit" est déjà désopilante et le coup du parfum est assez bête. Mais alors, la "Barbarella du concept yankee", on en redemande... On sait bien quel est le trait dominant du personnage de Barbarella : la séduction féminine sexualisée, emblématisée par le célèbre orgasmotron. Donc on n'en sort pas : la femme philosophe ou écrivaine ne peut être décrite hors de sa composante sexuelle dont on se demande un peu ce qu'elle vient faire dans l'enseignement de la métaphysique et la recherche en philosophie de la connaissance.

Et puis, en lisant attentivement l'article, on comprend peut-être : bien qu'elle soit elle-même agrégée de philosophie (me dit Wikipedia), Aude Lancelin (que d'aucuns surnomment la "Zaza du Nouvel Obs") semble avoir des connaissances un peu fragiles sur la philosophie analytique. Elle écorche d'ailleurs Quine en Quayle, ce que remarque un commentaire. Ne sont citées dans son article que de rares références de Claudine Tiercelin dont est curieusement absent Le doute en question, qui est l'un des livres importants de ces dernières années en philosophie de la connaissance (2005, Éditions de l'Éclat). Elle ignore également beaucoup du système relationnel complexe que constitue le champ philosophique en France, qu'elle réduit au triangle rue d'Ulm-Sorbonne-Collège de France, et surtout des pratiques et rituels discursifs en milieu universitaire... Du coup, elle rapporte, à tous les sens du terme, et l'article est parcouru de ces discours malveillants que l'on appelle des médisances. En ce sens il constitue presque un bon corpus d'étude pour l'hétérogénéité énonciative, que l'on définit comme une multiplicité des voix et des points de vue qui traversent un texte. Elle rapporte, comme elle la qualifie elle-même, la "perfidie d'une consœur" qui considère Claudine Tiercelin comme une "inconnue" (Claudine Tiercelin, la Jane Doe de la rue des Écoles ?), les commentaires très négatifs d'un "philosophe trentenaire déjà renommé" rue d'Ulm (mais qui ne se nomme pas), le sentiment protectionniste de Claude Hagège qui fait de cette nomination "un symptôme certain de notre américanisation", et les diatribes d'Alain Badiou considérant que cette élection contribue à faire du Collège de France "une sous-préfecture attardée de la philosophie analytique américaine". Mais la journaliste rapporte aussi, sans guillemets, dans les interdiscours non questionnés qui forment la toile de fond de son propre discours, des points de vue et des jugements de valeur, en particulier issus de la fameuse querelle philosophie continentale vs philosophie analytique qui parcourt la communauté. À partir de quoi choisit-elle le camp des continentaux en attribuant autant de points négatifs à la métaphysicienne, comme le montre sa conclusion prédisant la victoire des disciples de Derrida, si ce n'est les on-dits et mé-dits qu'elle recueille, en lieu et place d'une enquête sérieuse ? Un bon corpus, cet article, également, pour l'étude des méthodes d'enquête et les pratiques journalistiques...

Claudine Tiercelin a terminé sa leçon inaugurale du 5 mai dernier par une phrase qui m'a beaucoup frappée : la moindre des choses pour un philosophe est de ne pas s'avancer masqué, a-t-elle dit en substance. Je ne sais pas s'il existe beaucoup de philosophes, hommes ou femmes, blondes ou brunes, Barbarella ou Minnie Mouse, qui assumeraient un discours de ce type. J'ai écrit il y a quelques mois quels étaient pour moi les "marqueurs" de Claudine Tiercelin et j'avoue que la couleur de cheveux ou le type de parfum de la "fille de militaire brestois" (ah là là, ces filles de militaires !), m'indiffèrent. Ce qui m'intéresse, c'est sa pensée. Elle l'a magistralement, méthodiquement, pédagogiquement et fermement exposée dans Le ciment des choses. Elle y est sévèrement critique avec certaines postures nécessairement constructivistes de la linguistique, et je suis parfois en profond désaccord avec elle. Mais son propos sur la réalité des choses me semble extrêmement précieux pour penser la théorie du discours et retravailler l'épistémologie des sciences du langage. La linguiste brune essaiera de rendre tout cela explicite dans un très prochain billet.

Crédits : "Barbarella poster", Michael Heilemann, 2003, galerie de l'auteur sur Flickr, CC.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Mots clefs : , , , , , , ,

Posté dans : Lectures subjectives, Pensées féministes

9 commentaires pour “ Barbarella au collège de France. Du traitement médiatique de la métaphysique et des métaphysiciennes ”

  1. Connaissance by el_jojo - Pearltrees le 10/01/2012 à 21:44

    [...] Barbarella au collège de France. Du traitement médiatique de la métaphysique et des métaphysicie... Aude Lancelin a signé le 14 juin dans le Nouvel observateur un papier titré L’inconnue du collège de France , portrait de la philosophe Claudine Tiercelin , récemment nommée sur une chaire intitulée “Métaphysique et philosophie de la connaissance” (merci à Xavier Molénat @SH_lelabo d’avoir twitté l’info). Elle cède elle aussi à cette bizarre habitude que semblent avoir les journalistes d’agrémenter leurs portraits de marqueurs physiques et de comparaisons qui, sur le plan de l’information, n’apportent rien à leur travail. Claudine Tiercelin y est en effet décrite comme un “petit personnage blond perdu derrière trois vastes tableaux noirs”, porteuse d’un “parfum poudré”, et, clou de la technique descriptive néo-balzacienne de la journaliste, comme une éventuelle “Barbarella du concept yankee”. Alors évidemment, l’idée même d’associer Claudine Tiercelin à quoi que ce soit de “petit” est déjà désopilante et le coup du parfum est assez bête. [...]

  2. [...] sa nomination au Collège de France ces derniers mois, dans la presse et sur plusieurs blogs dont celui-ci. Jacques Bouveresse, dont la parole est rare est chère, a même rédigé une lettre ouverte (la [...]

  3. [...] qui a proposé la nomination de la dame, ainsi qu’à une critique plus approximative de Marie-Anne Paveau. Mais je sens que cette mise en bouche vous a donné envie de lire l’objet du délit, [...]

  4. Panama corporation le 28/06/2011 à 15:42

    Prix..Elle a ete membre de linstitut dhistoire et de philosophie des sciences... Elle mene une reflexion sur les enjeux contemporains du probleme des universaux et des recherches empiriques en psychologie du developpement et en anthropologie et aussi sur les projets de constitution de semantique naturaliste... Particularites...Elle a ecrit de nombreux articles dans les revues nationales et internationales et elle a publie plusieurs ouvrages dont .Charles.S Peirce et le pragmatisme PUF 1993.La pensee-signe Jacqueline Chambon 1993Hilary Putnam lheritage pragmatiste PUF 2002..............................................................................

  5. E. Keith Owens le 22/06/2011 à 10:26

    Mon eminente collegue occupe maintenant la chaire de philosophie du College de France ou elle a prononce sa lecon inaugurale le 5 mai dernier....Cette nomination ne fait visiblement pas que des heureux le Nouvel Observateur nhesite pas a la qualifier d . Curieusement ce magazine releve comme signe du manque de reconnaissance scientifique de Mme Tiercelin labsence de fiche Wikipedia a son nom ce serait bien la premiere fois que le microcosme du journalisme culturel prendrait Wikipedia comme reference....Pour ma part je me mefie des connaissances des journalistes francais sur qui est ou non connu en matiere scientifique ou universitaire il me semble quils ne connaissent le plus souvent que les personnages les plus mediatises ceux intervenant dans les journaux et a la television ainsi que quelques titulaires de prix prestigieux et ignorent les scientifiques les plus reconnus dans leur discipline....Lhostilite perceptible dans larticle du Nouvel Obs sexplique peut-etre par ailleurs par les opinions franches de Mme Tiercelin qui nhesite pas a dire a propos des ethiciens francais ..beaucoup se croient surtout obliges de proceder a des evaluations de surplomb que la plupart du temps n importe quel homme de bien et de bon sens formulerait aussi bien et souvent mieux...Autrement dit elle considere que la position d intellectuel polyvalent qui donne un point de vue generaliste ne releve pas specifiquement du travail du philosophe ou meme du philosophe ethicien au contraire nimporte qui ayant suffisamment de connaissances et de bon sens peut valablement proposer ce type dopinions....Cette position rejoint celle de son predecesseur Jacques Bouveresse qui denoncait la derive dune partie du monde intellectuel francais vers une espece de philosophie mondaine. Elle a dailleurs fait son DEA sour la direction de Bourdieu et sa these de doctorat sous la direction de Bouveresse !.

    • Marie-Anne Paveau le 29/06/2011 à 12:57

      merci beaucoup de ce commentaire dont je ne prends connaissance qu'aujourd'hui car il semble y avoir des filtrages incongrus sur la plateforme hypothèses - oui claudine tiercelin dit ce qu'elle pense et pense ce qu'elle dit ! c'est toujours plus dangereux que "d'avancer masqué", on le sait bien...

  6. Hélène le 15/06/2011 à 23:15

    En complément sur cet article loufoque du Nouvel Observateur, on peut lire ceci:
    http://vanessa-schlouma.blogspot.com/2011/06/aude-lancelin-enquetrice-philosophique.html

    • Marie-Anne Paveau le 16/06/2011 à 05:19

      merci beaucoup pour cette référence, la philosophie est donc bien un sport de combat...

Façons de penser, partager

Contrat Creative Commons


S'abonner à ce carnet

S'abonner à ce carnet

Vous allez être redirigé vers le service d’abonnement du Cléo à OpenEdition. Cochez Hypotheses.org puis sélectionnez ce carnet dans la liste.