Remarques sur la théorie du discours

Récemment un étudiant de Master 2 m’a envoyé un questionnaire portant sur l’analyse du discours. Je me suis prise au jeu et l’exercice m’a permis de faire une sorte de petit bilan, partial et partiel, des mes conceptions actuelles sur la théorie du discours.

1. Selon un certain modèle en analyse du discours « l’objet social » est construit par la société, tout d’abord qu’est-ce qu’un objet social au regard de la linguistique ?

Je ne sais pas de quel « modèle » vous parlez, mais je pense que l’objet social n’est pas construit par la société mais par les sciences de la société, au premier chef la sociologie et puis les disciplines qui prennent en compte le « social » (au sens large pour moi, englobant tous les paramètres qui constituent la société, politique, historique, culturel, moral, esthétique, etc., et donc pas seulement le social au sens des sociologues). Dans votre question, il y a un point intéressant qui concerne les disciplines des sciences humaines en général : le risque de confusion entre les réalités phénoménales et naturelles (ce qui se passe dans le monde) et les objets tels qu’ils sont construits par les disciplines concernées. Je ne pense pas qu’il y ait une séparation radicale, comme la représentation cartésienne et la tradition dualiste le maintiennent encore, c’est-à-dire un ordre des faits qui serait différent de l’ordre des représentations ou des constructions. Désormais, les faits sont appréhendés dans leur relation avec les représentations des faits et comme le philosophe Nelson Goodman le dit, « les faits sont autant faits que trouvés » (1).

Un « objet social » au regard de la linguistique, de mon point de vue, ce serait l’objet même de la linguistique : les productions verbales en situation naturelle, c’est-à-dire sociale… cela veut dire d’abord définir la linguistique comme une approche des énoncés empiriques, rassemblant, pour aller vite, les sous-disciplines du texte, du discours et de l’interaction. Pour les sociolinguistes les plus militants épistémologiquement parlant, la linguistique, c’est la sociolinguistique, et vice versa (P. Blanchet par exemple). Je suis assez d’accord, si l’on comprend « sociolinguistique » par « toute linguistique portant sur des énoncés empiriques en milieu naturel ».

2. Y a-t-il une différence entre la construction d’un événement social par le langage et la construction  d’une réalité sociale ? Selon vous à quel niveau cette différence se situe-t-elle ?

Si vous postulez une différence, vous reconduisez la distinction entre faits et représentations. Or je pense que les réalités sont de nature mixte, où entrent le social, le langagier, l’historique, le culturel, le moral, etc. Le fait que les réalités soient dites avec du langage ne veut pas dire qu’il y ait une nature spécifiquement langagière des réalités. Les réalités sociales sont construites simultanément et de manière mixte par les phénomènes qui relèvent conjointement de toutes ces catégories, elles-mêmes ouvertes les unes sur les autres.

Cependant, il y a des degrés dans la mixité : un événement peut être plus ou moins construit langagièrement, ce qui veut dire qu’il existe une articulation plus ou moins étroite entre les catégories : dans le cas d’une rumeur, la part du langagier et du discursif est plus importante que la part du social ou de l’historique par exemple ; dans le cas d’une catastrophe naturelle, la part du langagier « baisse » par rapport à l’historique, au naturel. Mais dans les deux cas, à partir du moment où il y a événement, cet événement est à la fois social-naturel et langagier.

3. A votre avis, comment le discours s’inscrit-il dans un événement social, politique, ou historique ?

Je pense que la question est mal posée et, pardonnez-moi, qu’elle n’a pas beaucoup de sens : le discours ne s’inscrit pas dans un événement, le discours est cet événement, constitue une part de cet événement, comme je l’ai dit plus haut. Je pense que le social, politique et historique d’une part, et le discours d’autre part sont profondément articulés. Ce n’est pas le même ordre (l’ordre du discours, comme dit Foucault (2), a son autonomie, mais elle me semble relative), mais les ordres ne sont pas étanches les uns aux autres, au contraire : ils sont totalement ouverts les uns sur les autres. B. Latour parle de « symétrie » en ce qui concerne l’anthropologie et la sociologie : il estime qu’on n’explique pas du social seulement avec du social (3) ; je pense la même chose pour le langagier : on n’explique pas le langagier uniquement avec du langagier, sauf à sacraliser et autonomiser l’ordre du langage.

Dans l’actualité concernant Dominique Strauss-Kahn (j’écris le 19 mai 2011), on voit bien comment les ordres s’entremêlent, et comment l’ordre du discours et du politique s’empare de la réalité phénoménale et naturelle, non connue du public et sans doute non connaissable en tant que telle, pour construire un événement plus ou moins favorable aux deux parties. D’un côté un discours politique et médiatique qui construit l’événement comme un complot, un piège (aujourd’hui sort un sondage, qui ne vaut que ce que valent les sondages, c’est-à-dire pas grand chose sur le plan de la vérité mais beaucoup sur celui de la fabrique des représentations : 57% des Français approuvent la thèse du complot), ou une erreur banale dans le cadre d’un libertinage non condamnable et pire, dans le cadre d’une tradition française égrillarde qui donnerait le droit aux hommes de se servir du corps des femmes sans que, comme le dit si élégamment Jack Lang il y ait « mort d’homme » ; de l’autre, un autre discours, émanant des personnalités et associations féministes et de certains médias critiques (Slate, Médiapart et l’observatoire des médias Acrimed, très fin sur cette question) qui relèvent les stéréotypes sexistes parfois violents, l’asymétrie entre le traitement du présumé innocent et de la présumée victime, et remarquent que certains commentaires reposent sur l’idée d’une justice d’exception pour les « puissants » vs le traitement judiciaire égal pour tous. Dans tous les cas, il y a construction de l’événement, ou « story-telling » comme disent les communicants et les sociologues, et cette construction n’est pas que discursive, elle est mêlée de tous les faits, représentations et prédiscours qui sont mobilisés en ce moment.

Une des questions essentielles à mon avis est celle de la « résistance » de la réalité. Cette idée vient de la philosophie pragmatiste et de certaines positions réalistes qui admettent que la réalité est construite et existante en dehors de notre appréhension (position métaphysique défendue par exemple par Claudine Tiercelin (4)). Ce qui m’apparaît dans l’affaire DSK, c’est qu’aucun discours, en tout cas dans ce que j’ai lu ou entendu, ne pose cette question, sans doute à cause des restrictions juridiques mais aussi parce que c’est une question philosophique très difficile à affronter. « You can’t change the facts, but the facts can be clouded », a significativement déclaré l’avocat de la plaignante tout à l’heure à la radio. C’est bien sûr la question la plus cruciale : que s’est-il réellement passé ? à laquelle il n’y aura sans doute jamais de réponse que sous la forme de « qu’est-ce qui a été finalement admis comme réalité ? », parce qu’une réponse « naturelle » est impossible. Ici la question de la réalité croise celle de la vérité et de la croyance.

4. Selon vous, comment l’analyse du discours s’inscrit-elle dans ses rapports avec les sciences connexes comme la sociologie, l’ethnologie, l’anthropologie, la psychologie sociale, la communication ?

J’ai plus ou moins répondu à cette question sous l’angle des objets des différentes disciplines qui s’occupent des réalités humaines et sociales (pour aller vite).

Sous l’angle des méthodes, je pense que chaque discipline est construite sur des méthodes spécifiques, et qu’en particulier la linguistique possède des méthodes qui ne sont pas transposables, et assez peu accueillantes pour les autres disciplines. Cela est dû à la conception de la langue, son absence de transparence et son détachement de l’ordre du réel par le fondateur de la discipline, Saussure : ce détachement est contre-intuitif, le plupart des gens pensent que le langage décrit le monde, et qu’il existe un rapport bi-univoque entre le mot et la chose. Linguistes, nous sommes toujours en porte-à-faux par rapport à nos collègues de SHS, même ceux qui prennent en compte les formes langagières ou discursives, car ils ont une autre idée de la langue et du discours, plus tournée vers les agencements et les contenus. C’est valable pour l’analyse du discours, qui reste pour moi une analyse linguistique du discours, et non une analyse non linguistique de contenu. Je n’ai pas toujours pensé ça, mais après une quinzaine d’année de réflexion, je suis devenue réservée sur ce que l’on appelle « l’interdisciplinarité », qui me semble relever plus souvent du slogan et de la bonne volonté que de la réelle mise en œuvre. Je préfère parler de contribution, et les disciplines que vous citez sont pour moi plutôt des disciplines « contributives » de l’analyse du discours. La forme de leur contribution réside à mon avis dans deux éléments : la prise en compte des objets (par exemple l’analyse du discours va prendre en compte l’historicité des énoncés, qui est un objet de l’histoire, ou le point d’origine sociologique des énoncés, qui est un objet sociologique) et certains emprunts aux méthodes de terrain (que l’on trouve par exemple en ethnographie de la communication, en anthropologie linguistique, en analyse conversationnelle). Mais l’analyse du discours a ses fondements théoriques et ses méthodes propres, et je pense qu’elle doit les conserver. Elle doit aussi les faire évoluer par les contributions dont je viens de parler, mais c’est pour moi une autre question que cette de l’interdisciplinarité.

5. Où vous situez-vous par rapport à ces différents champs ou sciences connexes ? Pourquoi ?

Il y a une discipline et un champ de recherches que vous ne citez pas, ce sont la philosophie et les sciences cognitives (je pense que les sciences cognitives sont un champ, un continent scientifique, et non une discipline proprement dite). Ce sont mes principales disciplines contributives. J’ai beaucoup travaillé avec la sociologie, l’ethnologie quand j’étudiais le lexique et le discours militaire pour ma thèse et les années qui ont suivi, puis je me suis tournée vers la cognition et la philosophie (analytique, de l’esprit, de la connaissance) quand j’ai commencé à réfléchir sur ce que j’appelle les antérieurs du discours (pour calquer l’expression de la première analyse du discours française, « les extérieurs du discours »). Cela m’a amenée à faire la proposition théorique des prédiscours (5) et fixée en quelque sorte dans le terreau philosophique et cognitif, que je continue d’explorer, en particulier dans mes travaux actuels sur l’éthique du discours (6). Je travaille avec l’épistémologie, les théories et les méthodes de ces deux domaines parce que je trouve qu’ils font des propositions robustes, au sens scientifique du terme : ils permettent de poser les questions de la construction du sens, du rapport entre la langue et le monde, la langue et la pensée, le locuteur et son environnement, qui sont pour moi des questions fondamentales de toute science du langage. La linguistique dans ses mainstreams actuels ne me permet pas de les poser, et encore moins d’y répondre, car elle reste sur son premier objet (la langue en elle-même) ou des objets dérivés mais toujours « purement » langagiers. Evidemment mes propos soulèvent immédiatement l’objection : « Mais alors ce n’est plus de la linguistique », à laquelle je réponds invariablement qu’une discipline évolue, à la fois en ce qui concerne ses objets, ses théories et ses méthodes.

6. Où vous situez-vous par rapport aux différents modèles tels que l’analyse critique du discours (CDA) ou le modèle dialogique en analyse du discours ?

Je suis critique par rapport aux deux modèles.

La CDA ne me convient pas car elle évacue trop la langue et les matérialités langagières (mon propos est général et mérite bien sûr d’être relativisé selon les différents auteurs ; quelqu’un comme Theo Van Leeuwen par exemple tient compte des énoncés de manière prioritaire et fournit beaucoup de corpus). Si l’on regarde par exemple le numéro que la revue Semen a consacré à des traductions de grands auteurs de la CDA (7), on constate qu’il s’agit plus d’une analyse de contenu, très solide et de qualité, charpentée par la notion d’idéologie, que d’une analyse de la matière des énoncés. Récemment au cours d’un colloque sur l’éthique du discours (8), j’ai entendu Norman Fairclough (Grande-Bretagne) et Martin Reisigl (Autriche) en conférence plénière sur cette question et j’ai été frappée par l’abondance de leurs tableaux (des typologies et des listes de catégories) et la rareté de leurs exemples (un pour chaque orateur, et exploité à la fin de la conférence). Je n’ai pas de problème avec la qualité de ce type d’analyse, je pense qu’elle est de très bon niveau ; cependant elle ne correspond à ma définition du discours, qui est très matérielle et empirique : des mots, des phrases, des intonations, des enchaînements, des formes, etc. J’envisage en effet autrement le travail de l’analyste des discours, comme devant partir des corpus. Je dis souvent à mes étudiants qu’ils doivent « écouter parler leurs corpus », c’est une formule un peu bête à première vue, mais à laquelle je tiens beaucoup : ce sont les énoncés qui nous indiquent quelles sont leurs formes, leurs fonctionnements, leurs prédiscours et les rapports qu’ils supposent entre l’homme, le monde et la pensée. Je mes sens proche en cela de la méthode de co-construction des corpus que préconise Jacques Guilhaumou dans La parole des Sans (9) et j’aime beaucoup cette remarque de Sylvain Auroux dans La raison, le langage et les normes :

Le renouvellement des corps d’exemples n’est pas toujours dû à des renouvellements théoriques (il peut y avoir des raisons purement idéologiques qui tiennent au contenu qu’expriment aussi les exemples). Mais les changements théoriques profonds s’accompagnent souvent du changement des exemples. Cela se voit particulièrement lorsqu’il y a une extension du champ des phénomènes que l’on prend en compte (10).

Sur le modèle dialogique, j’ai également une position critique : je ne le conteste pas bien évidemment puisque la production des énoncés se fait toujours au sein d’une interaction, et que l’Autre est la condition du discours. Je conteste en revanche sa parfaite hégémonie actuellement, et son évidence : pour les analystes du discours contemporains, particulièrement en France, qui reprennent en cela l’une des formes syntaxiques les plus porteuses de doxa, les énoncés « ne peuvent pas ne pas » être dialogiques. Actuellement nous assistons d’ailleurs à une grammaticalisation du dialogisme, puisque certains morphèmes et tournures syntaxiques sont dits porteurs de dialogisme en langue. Je ne suis pas d’accord avec cela : je ne pense pas que le dialogisme, défini par M. Bakhtine et C. Volochinov en discours, profondément, et même contre la conception de la langue saussurienne, réside dans les structures de la langue ; et je ne pense pas non plus que tout énoncé soit dialogique. J’ai exposé en détail cette position dans un article (11) où je propose les exemples de l’écriture blanche, et des discours totalitaire et pervers, qui sont profondément monologiques car il ne tiennent pas compte de l’Autre, même si les formes discursives empruntent des constructions dialogiques. Mais j’ai juste esquissé quelques pistes, et le chantier reste ouvert à l’exploration.

7. Selon vos expériences, comment définiriez le concept de discours ?

Le discours est pour moi un ensemble de productions verbales élaborées dans un environnement dont les paramètres sont à la fois humains et non humains, explicites, implicites et tacites (les prédiscours) et qui ne peuvent en être isolés : dans la perspective discursive, l’environnement de production des énoncés est constitutif de leur description, leur fonctionnement et leur sens. Cet environnement est mixte, ce qui veut dire que toutes ses données entrent en ligne de compte dans l’élaboration des discours, le social, le culturel, le politique, l’esthétique, l’éthique, le biologique, etc. Les travaux en sciences cognitives et en philosophie de la connaissance ont montré à quel point les catégories devaient être pensées comme ouvertes les unes sur les autres, et non closes dans leurs frontières. Il n’y aurait pas grand sens, par exemple, à penser le politique en dehors de de ce qui le traverse en matière d’éthique, de culturel, de biologique, etc.

8. Quelle est votre position particulière sur les courants qui traversent  les théories en analyses du discours à l’heure actuelle ?

La question est trop ouverte pour qu’on puisse y répondre de manière exacte : il faudrait détailler les courants en question, et cela même poserait des problèmes assez longs à traiter. Je donnerai donc juste une impression : je trouve le travail en analyse du discours actuellement trop applicationniste et trop doxique (comme je le montrais sur le dialogisme). J’aimerais qu’il y ait plus d’inventions, de propositions, d’ouverture vers des théoriciens étrangers à la fois à la linguistique et aux universités françaises. Je souhaiterais qu’il y ait plus d’audace dans les choix des corpus et des sujets, plus de liberté sans doute aussi, liberté académique, liberté de penser, liberté de déplacer les frontières des catégories, de manière à éviter ces « interprétations sans rivages » que mentionnait Michel Pêcheux dans sa dernière communication (12).

Références

(1) Goodman N., 1992 (1978), Manières de faire des mondes, trad. M.-D. Popelard, Paris, Jacqueline Chambon.
(2) Foucault M., 1971, L’ordre du discours, Paris, Gallimard.
(3) Latour B., 2005, Nous n’avons jamais été modernes : Essai d’anthropologie symétrique, Paris, la Découverte.
(4) Tiercelin C., 2011, Le ciment des choses. Petit traité de métaphysique scientifique réaliste, Paris, Éditions d’Ithaque.
(5) Paveau M.-A., 2006 : Les prédiscours. Sens, mémoire, cognition, Paris, Presses Sorbonne nouvelle.
(6) Paveau M.-A.
– 2010 : « Vices et vertus du discours universitaire. Une perspective éthique », dans Les discours universitaires : formes, pratiques, mutations, actes du colloque international, Bruxelles, avril 2008, Paris, L’Harmattan, p. 111-124.
– 2009 (à par. 2011) : « L’éthique des paradigmes. Mémoire et démémoire scientifiques », communication au colloque international Rhétorique et critique du discours universitaire, Varsovie, Université de Varsovie, avril 2009.
– 2011 (à par.) : Langage et morale. Une éthique des vertus discursives.
(7) Petitclerc A., Schepens P. (dir.), 2009, Critical Discourse Analysis I. Les notions de contexte et d’acteurs sociaux, Semen 27.
(8) Le rapport éthique au discours  Histoire – Pratique – Analyse Colloque interdisciplinaire international Université Paul Valéry-Montpellier III 15-16 avril 2011
– Norman Fairclough (Lancaster)
Isabella Ietcu-Fairclough (Lancaster) : « Critical evaluation of practical argumentation in political discourse » (conférence plénière).
– Martin Reisigl (Vienne) : « Normative standards of Critical Discourse Analysis, with special attention 
to the Discourse-Historical Approach » (conférence plénière).
(9) Guilhaumou J., 2002, La parole des sans: les mouvements actuels à l’épreuve de la Révolution française, Lyon, ENS Éditions.
(10) Auroux S., 1998, La raison, le langage et les normes, Paris, PUF.
(11) Paveau M.-A., 2010 : « La norme dialogique. Propositions critiques en philosophie du discours », Semen 29, La théorie du discours. Fragments d’histoire et de critique, p. 127-146.
(12) Pêcheux M., 1990 [1983], « Le discours : structure ou événement ? », dans Maldidier D., L’inquiétude du discours, Paris, Éditions des cendres, p. 303-323.

Crédits
1. et 2. « Thank you and get well cards from language students in Terry Supahan’s class at Orleans Elementary School », Susie Bright, 2006, galerie de l’auteure sur Flickr, CC.

 

 


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 14/08/2011

    […] M.-A. Paveau, Remarques sur la théorie du discours, 2011 […]