Les événements discursifs moraux 3. Les cacas Boutin de la sanction sociale

Un événement discursif moral a occupé la presse et les réseaux sociaux numériques pendant quelques jours à partir du 14 mai dernier : un énoncé de Christine Boutin, sur son compte Twitter, à la déclaration de l’actrice Angelina Jolie sur sa double mastectomie, a déclenché de nombreuses réactions d’indignation, de colère, de tristesse, d’ironie, etc. Je ne vais pas proposer ici une analyse détaillée du corpus que cet événement permettrait de constituer, mais je voudrais retracer son parcours discursif pour en proposer une sorte de topographie discursive, afin de montrer comment se constitue une économie de la vertu discursive dans une société, en un temps et un lieu donné.

J’ai défini ce que j’appelais « événement discursif moral » dans le billet introductif de cette série et je précise ici une autre notion proche, qui me servira à nommer les différentes étapes que marqueront les discours autour du tweet de C. Boutin : celle de « moment discursif ». Nous la devons à Sophie Moirand, qui définit le moment discursif comme « la diversité des productions discursives qui surgissent, parfois brutalement, dans les médias, à propos d’un fait du monde réel qui devient par et dans les médias un événement ». Et plus loin : « Mais un fait ou un événement ne constitue un moment discursif que s’il donne lieu à une abondante production médiatique et qu’il en reste également quelques traces à plus ou moins long terme dans les discours produits ultérieurement à propos d’autres événement » (2007 : 4). Pour moi ici, l’événement discursif moral est constitué par l’ensemble de l’affaire Jolie-Boutin, scandée par trois « mini-événements discursifs » que je choisis de nommer « moments discursifs ».

Premier moment discursif : peut-on rire d’une double mastectomie ?

Voici le début du texte original de l’actrice américaine dans le New York Times, « My Medical Choice » :

Capture d’écran 2013-05-25 à 13.19.34

Et voici la réaction de Christine Boutin sur Twitter, qui est toujours consultable car le tweet n’a pas été effacé, suivie des trois premières réponses qui lui sont faites :

 

Capture d’écran 2013-05-25 à 13.17.11

 

Le premier moment discursif est constitué des discours de réaction au tweet de Christine Boutin, énoncé-noyau de cette première étape dans la topographie de l’événement discursif entier. Ce n’est pas en effet le texte d’Angelina Jolie qui déclenche cet événement discursif moral (il déclenche un autre réseau de discours autour du brevetage des gènes), mais bien le court énoncé de la présidente du Parti chrétien démocrate. Seuls les discours publics et publiés sont évidemment saisissables. Ces discours sont constitués, pour ce qui est des univers discursifs numériques, des réponses au tweet (pas de comptabilité fournie sur le réseau), des retweets (219, parmi lesquels il faut retenir ceux qui comportent des commentaires critiques), des textes et billets nombreux publiés dès le 14 mai sur les blogs personnels célèbres ou non, les sites des médias, les nombreux commentaires sur les mêmes espaces. En ce qui concerne les discours hors ligne : commentaires oraux à la radio et la télévision, souvent articulés sur les données précédentes, textes et tribunes dans la presse imprimée.

De ces discours émerge l’expression d’une indignation morale marquée surtout par le lexique : sortie de route, scandaleabominabletweet à vomirénorme fautehonteécart inadmissibletweet particulièrement déplacéVous n’êtes digne de rienune réaction jugée très déplacée, un tweet odieux qui a scandalisé la blogosphère, tweet honteux, ignoble. Dans ces expressions (relevées au vol sans méthode particulière), des jugements de valeur moraux (honte, honteux, faute, digne) mais également des jugements axiologiques (comportant des jugements de valeur) à partir de catégories souvent mixtes. Par exemple, abominable est un terme à la fois émotionnel, moral, et éventuellement esthétique ; de même pour odieux et ignoble, qui sont à la fois moraux et perceptifs ; déplacée signale la transgression sociale et/ou morale. On a donc un premier réseau de discours qui dessinent les frontières d’une transgression et, de fait, la silhouette de la norme du discours en 2013 dans la société française : ce tweet contient ce qui ne se dit pas. Ce premier moment discursif est de l’ordre du jugement.

Deuxième moment discursif : la sanction des (techno)cacas

À partir de ce jugement de transgression, une sorte de sanction se réalise sur la page Facebook de Christine Boutin sous la forme d’une attaque de smileys « poop » : la transgression commise sur les RSN est sanctionnée sur les RSN et la dimension technodiscursive est donc centrale dans le circuit de ces discours.

En janvier 2013, Facebook a lancé un nouveau smiley (ou émoticône ou frimousse ou binettte, les deux derniers étant très peu employés en français hexagonal), le smiley « poop », facile à intégrer sur les espaces statuts puisqu’il s’écrit :poop:. Il représente, comme son nom l’indique (« caca ») une crotte stylisée, possède une version « peluche », comme l’indique la fan page qui lui est consacrée (figures 1 et 2) et fait aussi l’objet d’un générateur de mèmes :

Capture d’écran 2013-05-26 à 13.08.47

Il fait partie des smileys graphiques, c’est-à-dire correspondant à de petites images produits avec du code, à la différence des smileys typographiques réalisés avec des signes de ponctuation (liste assez complète sur cette page Wikipédia et plus complète encore sur ce site). On sait qu’il en existe des milliers, disponibles sur de nombreux sites, qui se développent en même temps que les différents espaces d’écriture sur le web. Ce n’est pas tout à fait une invention car il existe déjà d’autres smileys « poop » sous d’autres formes, comme sur ce site. Sur Facebook, il y a eu entre 2009 et 2011 des applications qui permettaient de déposer des smileys de ce type sur les murs de ses amis : « Le caca et les pwals » ou « Comment pisser chier vomir et péter sur un mur » (Smearing fun), qui n’existent plus. Il existe dans la masse des smileys tout un arsenal pour exprimer des émotions négatives : sur cette « Banque de smileys », sous la rubrique « crade », on trouve des actions comme vomir (unilatéralement ou réciproquement), déféquer, pousser (aux toilettes…), uriner, etc. Ces smileys sont peu étudiés à ma connaissance par les chercheurs qui travaillent en CMO, mais ils pourraient fournir cependant un bon corpus d’étude (avis aux amateur.trice.s). Bref, l’expression d’émotions négatives voire insultantes, pour rire ou pas, sur les RSN, ne date pas de janvier dernier, ni de l’affaire Jolie-Boutin. Le fait de déposer des excréments devant chez quelqu’un (sur son paillasson par exemple), ou d’en envoyer par la poste, correspond par ailleurs à un rituel d’insulte traditionnel IRL : une septuagénaire belge vient d’être condamnée pour cela, et ces derniers mois, plusieurs associations et députés favorables au mariage entre personnes de même sexe ont reçu ce type de courrier, comme Noël Mamère, en avait reçu en 2004, à l’occasion du mariage de Bègles, phénomène documenté dans l’ouvrage de Serge Simon, Homophobie 2004 – France,  et analysé dans un article d’Hugues de Chanay, « Outrages contre outrage : les lettres adressées à Noël Mamère à l’occasion du mariage de Bègles » (Chanay 2008).

C’est cette pratique qui est accomplie en réaction au tweet de Christine Boutin : sa page Facebook subit dès le lendemain du tweet une importante attaque de « poops », comme le montrent cette capture d’écran qui figure sur le site du Lab d’Europe 1 (contrairement à son tweet, elle a effacé ces commentaires) :

Capture d’écran 2013-05-26 à 18.35.28

Je n’entrerai pas dans le détail de l’analyse, mais on remarque au moins deux types de commentaires : les smileys poop seuls (parfois sur plusieurs lignes) et les smileys accompagnés de commentaires verbaux. Ce qui m’intéresse, c’est le sens que construisent ces dépôts dans l’ensemble de l’environnement de cette affaire. On reconnaît ordinairement quatre fonctions possibles aux smileys : « fonction expressive, marqueur d’ironie et d’humour, fonction relationnelle et procédé de politesse » (Marcoccia & Gauducheau 2007). Parmi ces fonctions, aucune ne semble correspondre à celle de ces « technocacas », qui me semblent avoir une fonction de régulation sociomorale. Cette attaque semble en effet assurer une sorte d’équilibre relevant de l’éthique du discours, et, en manifestant une désapprobation et une colère, voire une haine, fixer implicitement les limites du discours en matière éthique. Ces smileys assurent donc une fonction sociodiscursive fondamentale : la définition en creux de la vertu discursive. Et l’effacement de ces commentaires par Christine Boutin constitue l’effacement de cette sanction, qu’elle ne reconnaît pas car elle revendique un autre ordre de l’éthique du discours, et sans doute une autre définition de la vertu discursive (comme elle ne reconnaît pas l’ordre politique en invoquant un ordre supérieur à la loi de la République) : elle va, et ce sera le troisième moment discursif de cette affaire, justifier son tweet.

Troisième moment discursif : tentative de renégociation de la vertu discursive

« Mais si, mais si, mon tweet est vertueux, vous n’avez rien compris à l’éthique du discours », semble vouloir dire Christine Boutin dans les discours justificatoires qu’elle produit à partir du 16 mai. Sur le site de son parti, elle développe plusieurs arguments pour expliquer le contenu de son tweet du 14 mai : « limites de la médecine prédictive », réflexion sur la sélection financière des patientes pouvant avoir accès à ce type d’opération, illusion de suppression des maladies humaines. Mais surtout, elle retourne la violence adressée à Angeline Jolie et aux femmes ayant subi une mastectomie en en rendant l’actrice responsable : « J’affirme que cette médiatisation outrancière est une violence faite à toutes les femmes qui, à la suite d’un cancer ont du subir l’ablation d’un sein. » Ce retournement a une fonction précise : retourner la norme de la décence discursive et attribuer la transgression socio-morale à l’actrice américaine.

L’accumulation de ces arguments entre dans une stratégie de renégociation de la vertu discursive, puisque toute moquerie en est écartée et que l’appel à des principes éthiques généraux est soigneusement formulé. Les textes de presse qui présentent ces justifications portant quasiment tous le même jugement : Boutin enfonce le clou, comme le titre Le Point. Mais il me semble que le contenu de son discours importe moins que la démarche de l’ancienne ministre : il lui faut bien renégocier la dimension éthique de ses paroles précédentes pour conserver une certaine légitimité à sa parole, dans son parti tout du moins. De manière symptomatique, si les commentaires ont été effacés, faisant disparaître la sanction, le tweet a été conservé, s’autolégitimant en quelque sorte par cette seule conservation.

Références

Chanay H. (de), 2008, « Outrages contre outrage : les lettres adressées à Noël Mamère à l’occasion du mariage de Bègles », dans Desmons É., Paveau M.-A. (dir.), Outrages, insultes, blasphèmes et injures : violences du langage et polices du discours, Paris, L’Harmattan, 151-169.
Simon S., 2004, Homophobie 2004 – France, Latresne, Le bord de l’eau.
Michel M. & Gauducheau N., 2007, « L’Analyse du rôle des smileys en production et en réception : un retour sur la question de l’oralité des écrits numériques », Glottopol 10, http://www.univ-rouen.fr/dyalang/glottopol/telecharger/numero_10/gpl10_03marcoccia.pdf
Moirand S., 2007, Les discours de la presse quotidienne, Paris, PUF.

Prochain billet : Les événements discursifs moraux 4. La linguistique du mensonge de H. Weinrich

Pour citer ce billet. Paveau M.-A., 27 mai 2013, “Les événements discursifs moraux 3. Les cacas Boutin de la sanction sociale“, La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=5065, consulté le…


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Gaëlle Labarta dit :

    Une question que je me pose à la lecture de ce billet.
    Est ce que les « dépôts » (je trouve votre formule très élégante!) de « technocacas » ont aussi pour fonction de remplacer des paroles réactives qui elles-même serait moralement discutables? Il me semble que ces propos peuvent être facilement injurieux et virulents et de fait cette présentation visuelle (tout aussi éloquante) permet dans une certaine mesure d’en exprimer la teneur par un truchement technodiscursif. Est ce que vous pensez que l’utilisation ici des smileys rend plus acceptable autant que plus ludique la critique adressée à Chritine Boutin?

    • Marie-Anne Paveau dit :

      oui il doit y avoir un fonctionnement de type : paradoxalement, c’est peut-être moins violent et transgressif de « déposer » des poops que des réactions qui relèveraient de la violence verbale – donc euphémisme ? – et moins risqué sur le plan juridique également puisque je suppose qu’il ne peut pas y avoir de plainte dans ce cas (contrairement aux « vrais » dépôts !) – merci de la question, à creuser ultérieurement