Pauvres salauds, putes libres

Le « Manifeste des 343 salauds » a déclenché un événement discursif : un ensemble de discours portant sur ce discours, donc des métadiscours, comportant  des jugements mettant en jeu les normes et les valeurs. L’événement discursif de type moral est l’un de mes objets de travail, présenté par exemple dans Langage et morale, qui tente d’intégrer la dimension morale à la linguistique ; j’avais illustré cette proposition dans ma série de printemps, Les événements discursifs moraux, qui présentait plusieurs cas d’événements de ce type. Pour poser la question morale au langage et au discours, il faut à mon avis se mettre en situation « méta », c’est-à-dire ne pas directement analyser les discours au prisme des normes et des valeurs, ce qui reviendrait à exercer une subjectivité bien peu rigoureuse, puisque nos système moraux, même appuyés sur une culture collective, sont évidemment lestés de nos propres critères et de notre expérience personnelle. Il faut donc observer et analyser les jugements portés par les agents locuteurs, surtout quand ils sont publics, relayés et commentés, quand ils possèdent donc une dimension collective : on tient alors une hypothèse de jugement moral collectif, qui nous renseigne sur l’éthique du discours dans une société à une époque donnée : que peut-on dire et que ne peut-on dire sans sanction sociale ? Foucault appelait cela L’ordre du discours, et il distinguait des formations discursives qui délimitaient les frontières ce qui peut et doit être dit dans une société. Mon concept d’événement discursif moral entre tout à fait dans cette manière d’écouter les discours et de chercher à comprendre leur fonctionnement.

Capture d’écran 2013-11-02 à 20.00.05

Ne signe pas un manifeste des 343 qui veut

L’événement discursif à partir du « manifeste des 343 salauds » n’est pas proprement moral, il porte de multiples dimensions, en particulier politique, sociale, culturelle, et, entre autres, morale. Et il est extrêmement intéressant pour observer un trait que j’attribue à l’éthique discursive : l’appel aux mémoires discursives ; c’est même en l’occurrence un cas d’école. Dans un billet consacré aux « lignées discursives de la Manif Pour Tous« , j’avais présenté des exemples d’inscription du discours dans la mémoire d’autres discours par emprunt de désignations (guillotine, guerre civile), de symboles (étoile jaune et rose), etc., qui constituent autant d’appels aux prédiscours, c’est-à-dire d’emploi de signifiants qui déclenchent chez les récepteurs des remémorations discursives. Cette reprise de mémoires discursives connues, cette récupération de signifiants et de symboles antérieurs, qui servent à récupérer du sens, à soutenir l’argumentation et à produire de la persuasion est assez habituelle dans les discours polémiques. Les scripteurs du « Manifeste des 343 salauds » empruntent cette voie-là en inscrivant leur titre dans le schéma du titre du texte de 1971, en tout cas tel qu’il avait été reformulé de manière bienveillante par Charlie Hebdo illustré par Cabu (pour la généalogie de cette reformulation voir ce billet sur les slutwalks). Il reformulent alors salopes au féminin en salauds, posant une symétrie qui n’est illusoire : alors que le mot salope est resignifié depuis longtemps, en particulier grâce à Charlie Hebdo d’ailleurs, et plus tard grâce à tout le mouvement de « reclamation » des termes slut, salope et vadias au Brésil par exemple, salaud n’est pas resignifié, ce qui veut dire que salaud veut toujours dire… ce qu’il veut dire. Les auteurs n’ont pas bien compris non plus que le mot putes était resignifié, raison pour laquelle je l’emploie tout au long de ce texte ; ils pensent que putes n’a qu’un sens, celui de l’expression argotique aller aux putes ; ils ne voient que leurs « putes », à tous les sens, y compris lexical, du terme. Première erreur.

Ensuite évidemment et ça a été plusieurs fois souligné, les 343, ne sont en l’occurrence que… 17, puisque Nicolas Bedos a retiré sa participation, en rédigeant un texte sur lequel je vais revenir, et que Daniel leconte, mentionné, n’a en fait jamais signé ce texte. Deuxième erreur.

Mais le plus grave, selon tous les commentaires, est l’analogie faite entre deux revendications contradictoires, que pointe bien Marie Donzel dans son billet du 29.10 (c’est une des premières à avoir réagi) :

Ce qui me choque, en revanche, dans le « Manifeste des 343 Salauds » qui porte le titre « Touche pas à ma pute » (comme il a du être fier de son jeu de mot, le pubard), c’est qu’il récupère de façon répugnante à la fois un débat complexe pour le réduire à une vulgarité caricaturale et à la fois l’argument de la liberté de jouir, pour servir une cause résolument réactionnaire et délibérément anti-féministe (comme ne s’en cache pas la patronne du magazine douteux qui diffusera d’ici quelques jours ce texte en assumant joyeusement son désir « d’emmerder les féministes d’aujourd’hui »).

« L’intention des « 343 salopes » de 1971, c’était d’affirmer le droit de chacun-e à disposer de son corps, souligne-t-elle plus loin. L’intention des signataires du « Manifeste des 343 Salauds », c’est d’affirmer un droit à disposer du corps de l’autre. » À un combat pour le droit de disposer de son corps, dans le cadre de la lutte pour l’obtention de droits pour la santé sexuelle et procréative, de la lutte pour la diffusion de la contraception, les 17 signataires associent donc ce qu’ils appellent un « droit » de faire appel aux services sexuels des prostituées, ce qui est, politiquement, idéologiquement et socialement parlant, exactement contradictoire avec le droit des femmes de disposer de leur corps. Dans le manifeste de 1971 on pouvait lire par exemple :

La complexité des émotions liées à la lutte pour l’avortement indique avec précision notre difficulté d’être, le mal que nous avons à nous persuader que cela vaut le coup de se battre pour nous. Il va de soi que nous n’avons pas comme les autres êtres humains le droit de disposer de notre corps. Pourtant notre ventre nous appartient.

Et surtout : « 5.000 d’entre nous meurent » [chaque année]. Surtout. De plus, le titre premier du texte est « Touche pas à ma pute », reformulation du slogan « Touche pas à mon pote »,  ne fonctionne pas mieux : le collectif publie aussitôt un communiqué, développant à peu près les même arguments autour de l’indécence de l’analogie. Troisième erreur donc.

Donc, ce qui est patent, c’est que l’appel à la mémoire discursive du combat féministe, l’emprunt lexical de salaud, tentative de resignification, et la logique du rapport du corps ne fonctionnent pas. Rien ne fonctionne dans ce texte, tout est raté, sur tous les plans, celui de l’élaboration discursive comme celui des contenus de sens. C’est un échec discursif. Et c’est l’événement discursif lui-même qui décrit largement cet échec, en particulier via les indignations morales et les jugements de valeur que le texte suscite : Nadia Daam du Mouv’ parle d' »indécence« , intitulant sa chronique « 343 blaireaux » ; Esther Benbassa parle d' »amalgame« , ce qui est un procédé rhétorique classé dans les « fallacies« , autrement dit les tromperies : c’est un jugement de valeur sur la vérité : « Ces hommes se placent pour des victimes qu’ils ne sont pas », affirment-elle ; ils mentent, donc, ce qui n’est pas rien ; et elle ajoute plus loin : « c’est un texte de beaufs » ; Marie Donzel estime quant à elle que « Le « Manifeste des 343 Salauds » est une insulte au combat pour les droits de femmes » ; Morgane Merteuil construit tout son texte du 30.10 dans L’Express sur une anaphore initiale : tous les paragraphes commencent par le mot abject, qui n’est pas léger en terme de jugement moral et émotionnel. Et à l’intérieur d’un paragraphe, elle utilise le même procédé, scandant ses phrases de la formule « nous, putes« . Il y a de la rhétorique dans le style de Morgane Merteuil, du travail sur le discours, et là, on retrouve le style du manifeste de 1971, une rhétorique  lestée par l’émotion et l’indignation, et par la connaissance des réalités évoquées. Là, la mémoire discursive fonctionne.

Vraiment rien ne marche dans ce texte : alors que les salopes de 1971 sont des héroïnes, les salauds de 2013 restent des pauvres types. C’est sans doute les Nouvelles news qui les qualifient le mieux, en parlant de « boules puantes » pour désigner leur texte. « Nous entendons vivre en adultes », écrivent-ils, mais ils ne semblent pas être assez grands pour être de vrais salauds, juste des petits garçons qui jettent des boules puantes en classe.

Le misérable cliché de la « misère sexuelle »

En revanche ce qui est toujours bien efficace et presque indestructible, c’est un stéréotype attaché à la prostitution, mais également à la pornographie et aux sex-shops, et à tout ce qui touche à la sexualité payante (dans le manifeste, on dit « amour tarifé »), celui de la « misère sexuelle ». Il est présent jusque dans les textes qui critiquent cette initiative des 343 salauds et essaient de défendre les putes, chez Nicolas Bedos en particulier, auteur de ces lignes (je souligne les expressions qui m’intéressent) :

[…] je vois déjà le vaudeville des pauvres types coursés par les keufs dans les allées du bois du Boulogne, et, j’avoue que, sur le moment, dans mon cerveau de bobo fort éloigné de ce triste milieu, j’ai considéré tout autant la misère sexuelle d’un paumé contraint de sortir des biffetons en échange d’un sinistre orgasme que la détresse morale d’une femme réduite (parfois par d’autres hommes) à monnayer son corps (et son âme).

et de celles-ci, réitérant son emploi du mot sinistre :

A cela, j’opposerais les nombreux témoignages de prostituées qui défendent leur droit à vendre leur corps. Figurez-vous qu’il y en a même qui prétendent « aimer cela » ! C’est sinistre, mais c’est vrai.

Mais on trouve également ce cliché  chez le blogueur et enseignant et chercheur Jean-Noël Lafargue :

Mais il devrait être possible de s’entendre sur l’abolition de la prostitution non comme moyen, mais comme but : un jour, dans un monde idéal, la misère affective ou sexuelle et la misère tout court n’auront plus de raison de s’exploiter mutuellement.

Et plus étonnante, cette remarque, qui laisse à penser qu’il faut être lourdement handicapé par la vie, « enfin ce genre de choses », pour aller voir une pute :

Les trois-cent-quarante-trois salauds qui sont en fait dix-neuf ou même seulement dix-huit ne subissent pas des conditions de vie qui rendent difficile toute vie sexuelle autre que tarifée : désert rural, lourd handicap physique ou social, enfin ce genre de choses.

Un peu plus loin, il parle du « caractère sordide » de ces professions. Sinistre, sordide, ce sont des adjectifs lourds : ces hommes ont une image bien noire de la prostitution. Mais qu’en savent-ils ? Que veut dire cette expression rebattue de misère sexuelle ? Que savent ceux qui l’emploient du rapport à la sexualité des clients ? Que savent-ils de leurs désirs ? de leur rapport au corps de l’autre, et au leur ? et surtout que savent-ils de la « misère sexuelle » des partenaires sexuels hors prostitution, quelle que soit leur situation, et de tous ceux qui revendiquent une sexualité prétendument libre, et gratuite ? Bertrand Russel avait aperçu quelque chose de cet ordre dès les années 1920, dans son ouvrage Marriage and Morals. La citation est connue : « Marriage is for woman the commonest mode of livelihood, and the total amount of undesired sex endured by women is probably greater in marriage than in prostitution ». Il suffit en effet d’écouter les gens parler, dans leurs simples confidences, ou dans leurs discours sur le divan, ou de lire un peu, pour savoir à quel point la sexualité, le désir, le plaisir sont des choses complexes et, surtout, entremêlées de beaucoup d’autres choses, que le terme simple de misère, dévalorisant et surplombant, ne nomme pas du tout. 

Et l’on remarque dans les textes produits sur l’affaire des « 343 » d’autres détails, qui vont dans le sens de ce mépris pour les putes ancré dans tous les inconscients, même ceux de leurs défenseurs : la journaliste de Libération emploie l’expression « recours à une prostituée », comme s’il s’agissait effectivement de réparer un défaut, un dysfonctionnement, un problème en un mot. Et puis elle intitule l’un de ses paragraphes « Confiture », avec cette comparaison : « Les salauds de 2013 sont définitivement plus prudents que les salopes de 1971. Dans leur texte, ils ont préféré préciser que tous n’avaient pas mis le doigt dans le pot de confiture ». Chère Alice Géraud, les putes ne sont pas des pots de confiture, et votre comparaison en dit bien plus sur vos représentations que sur elles.

Si l’on dépasse ces étroitesses, l’événement discursif autour de ce manifeste soulève des questions plus larges : l’indigence et le bas niveau du débat depuis le début des discussions sur ce projet de loi, comme le souligne bien Morgane Merteuil ; mais aussi la question de la forme normée, normale et légitime de la sexualité : en quoi payer pour jouir poserait un problème, si ce n’est en vertu, c’est le cas de le dire, de cette fameuse sacralisation du sexe, qui jette l’opprobre sur toute pratique qui ne corresond pas au « cercle magique » (« charmed circle« ) des pratiques vanillées (« vanilla sex« ). Dans un article du collectif Feminist Porn BookClarissa Smith et Feona Attwood expliquent cette distinction à propos de la pornographie, mais leurs analyses peuvent parfaitement être transférées sur la prostitution :

As Gayle Rubin wrote in 1984, much discussion on sexuality is based on the idea of a « charmed circle », characterized by sex that is heteronormative, vanilla, procreative, coupled, taking place between people of the same generation, at home, involving bodies only, and avoiding commerce and pornography. Beyond this lie the « outer limits » of sex : promiscuous, nonprocreative, casual, nonmarried, homosexual, crossgenerational, taking place alone or in groups, in public, involving S/M, commerce, manufactured objects, and pornography (2013 : 50).

De cette même idéologie du sexe sacralisé relève l’affirmation non questionnée de l’anonyme « Un amoureux de vivre à en mourir » écrivant sur Indymedia : « Sous prétexte de liberté, il devrait être permis à tout le monde d’acheter et de vendre n’importe quelle partie de lui ». Mais d’où vient, pourrait-on lui répondre, que ce serait interdit, si ce n’est d’une idéologie de la sacralité du corps qui tire largement son origine des principes religieux, fondés sur l’idée que le corps de l’homme ne lui appartient pas, puisqu’il est la créature de Dieu ? Même noyé dans un discours anticapitaliste caricatural (et parfois un peu inquiétant : « soirées infâmes », « dégénérés », « passion répugnante », ce vocabulaire sent son pamphlétaire totalitariforme), cette conception est bien là, et travaille toutes les représentations ontologiques du corps, fût-ce sous couvert de la notion sloganisée de « dignité humaine », qui mériterait au moins une interrogation. Patrick Pharo, auteur d’un récent ouvrage sur le mariage et la prostitution, Ethica erotica, résume bien la question dans un article de Libération de juillet dernier :

Si l’on accepte aussi de prendre un peu de recul anthropologique ou éthologique, on verra que l’échange de service sexuel contre des biens non sexuels est une donnée de base des échanges économiques non seulement entre humains, sous les multiples formes historiques d’unions et de transactions conjugales, mais aussi chez d’autres espèces animales où l’échange d’acte sexuel contre de la nourriture est documenté. Et puisqu’un échange implique la réciprocité, on voit mal comment et pourquoi les cadeaux, les avantages, les soutiens, l’argent ou tout autre bien non sexuel ne pourraient jamais être un équivalent légitime du service sexuel. Il paraît même étrange que, dans un contexte général de libéralisation des mœurs et de la sexualité, le désir sexuel «égal» des partenaires puisse devenir un obstacle de principe à l’échange de sexe contre tout autre bien – comme si la promotion sociale de la libido en était aussi devenue une forme de sacralisation.

Ces travaux, qui se dégagent des conceptions obscures et obscurantistes de la prostitution, m’amènent à parler de figures de putes libres et médiatiques, et d’une culture sexuelle venue de la pornographie et de la prostitution aux États-Unis, que semblent totalement ignorer tant les signataires du manifeste que leurs divers commentateurs. Et pourtant, cette subculture travaille les cultures dominantes depuis la fin des années 1970.

« Every time we fuck, we win »

Capture d’écran 2013-11-02 à 21.48.10

Ce célèbre slogan a été lancé en 1990 dans le tract « QUEER READ THIS » distribué lors d’une marche des fiertés à New York. C’est au départ l’affirmation pour les queers de la liberté de son orientation sexuelle, du choix de ses manières de jouir et surtout un mot d’ordre contre les pouvoirs qui brident les libertés individuelles jusqu’à l’intimité. C’est devenu une déclaration d’indépendance corporelle et sexuelle.

Annie Sprinkle, la figure la plus médiatisée de la subculture pornographique et sexuelle étatsunienne, s’est elle-même nommée « the neosacred prostitute » (légende de la célèbre illustration ci-dessus), parfois également « multimedia whore ». Ancienne prostituée et actrice porn, désormais éducatrice sexuelle, conférencière et promotrice de la sexecology, elle a écrit un texte militant intitulé « The Forty Reasons Why Whores are my Heroes« , repris dans Post-porn modernistdont voici quelques extraits :

2. Whores have access to places other people don’t.
10.Whores are multi-cultured and multi-gendered.
20.Whores have good senses of humour.
32.Whores are not afraid of sex.
40.Whores are rebelling against the absurd, patriarchal, sex-negative laws against their profession and are fighting for the legal right to receive financial compensation for their valuable work.

Scarlot Harlot, à la ville Carol Leigh, pionnière de la défense des sex workers, militante et également éducatrice sexuelle (3e photo à droite), est l’auteure de « whore poems », textes à la fois poétiques et militants,que l’on peut lire dans Unrepentant Whore. Collected Works of Scarlot Harlot.

Je parle de ces deux femmes, qui constituent évidemment des exceptions, pour montrer qu’à côté des représentations dévalorisantes, dégradantes et normatives de la prostitution, dont témoignent bien les usages lexicaux notés plus haut, il existe une représentation valorisante, plus lumineuse et militante. Elle est confinée pour le moment dans les milieux féministes et dans une culture un peu spécifique que les Français ne connaissent pas bien, mais elle existe bel et bien, et elle engage des individus, des pratiques, des valeurs, des existences. Les textes que j’ai cités, comme beaucoup d’autres textes et témoignages émanant d’autres putes et d’autres pornographes, ne sont pas des textes écrits de l’extérieur, en troisième personne, à partir d’une doxa morale ou d’un romantisme un peu décadent : ce sont des textes de putes en première personne, de travailleuses du sexe autonomes et libres de leurs choix et de leurs plaisirs, qui parlent à partir de leur position de sujet. Elles (je garde ici le féminin épicène utilisé par tou.te.s les prostitu.é.es, y compris les prostitués qui s’identifient comme des hommes) connaissent bien tous les arguments abolitionnistes et prohibitionnistes, le choix, les conditions de travail, les contraintes économiques, elles les ont vécues et elles ne les nient pas, mais ce qu’elles refusent, c’est la catégorisation extérieure, le mépris moral, le dégoût social et surtout, surtout, qu’on leur explique ce qu’elles sont, ce qu’elles pensent et ce qu’elles ressentent. Le livre de Patrick Pharo, Ethica erotica, va tout à fait dans ce sens, et il constitue une référence intéressante dans les débats actuels.

Pour revenir à notre affaire des « 343 », les paroles en première personne, elles sont tenues en France aussi, elles existent et la première chose à faire c’est de les écouter : Morgane Merteuil tient un blog de débats, Langues de putes, et également un blog documentaire, elle a écrit un ouvrage, Libérez le féminisme ! ; Judy Minx a tenu un blog passionnant (et on aimerait beaucoup qu’elle le reprenne, on en aurait besoin) ; Thierry Schaffhauser et Maîtresse Nikita ont publié Fières d’être putes en 2007 ; Salomée écrit des textes importants sur Mélange instable ; et d’autres que je ne connais pas (les informations sur les textes, discours, témoignages de putes en première personne sont les bienvenues en commentaire).

Si le débat est aussi pauvre en France, c’est sans doute en partie parce qu’il n’existe pas d’espace pour qu’il se tienne en échappant aux stéréotypes et au discours émotionnel (qui est le fonds de la rhétorique abolitionniste, comme celle des féministes antiporn d’ailleurs) ; ces textes en constituent un, mais peu visible, et fragile, et il faudrait les rassembler quelque part, ouvrir des espaces de réflexion et de récits d’expériences et de pratiques, et, également consolider un champ de recherche encore très mince.

Pour le moment, on en reste à la marginalisation et au contrôle. Dans Les anormaux, Michel Foucault montre comment le modèle du contrôle des individus par l’États s’est inspiré du traitement des lépreux et des pestiférés :

Il me semble qu’en ce qui concerne le contrôle des individus, au fond, l’Occident n’a eu que deux grands modèles : l’un, c’est celui de l’exclusion du lépreux; l’autre, c’est le modèle de l’inclusion du pestiféré. Et je crois que la substitution de l’inclusion du pestiféré, comme modèle de contrôle, à l’exclusion du lépreux, est l’un des grands phénomènes qui se sont passés au XVIIIe siècle (1999 [1975] : 41).

C’est exactement ce qui se passe avec les putes : la prohibition les exclut, l’abolition veut les inclure. On a entendu la leçon de Foucault depuis assez longtemps maintenant pour de nombreuses catégories d’individus hors de la norme, alors pourquoi ne passe-t-elle pas à propose des prostitué.e.s ? Les réponses seraient nombreuses, mais la temporalité des représentations joue sans doute un rôle important, comme le dit très bien Marie Donzel :

C’est le vieux monde et ses « vieux métiers », ses vieilles perceptions du désir sexuel (irrépressible, possessif – « touche pas à MA pute » -, étroitement lié à la domination par l’argent) et sa vieille répartition des rôles (entre femmes qu’on épouse et femmes qu’on baise, comme entre femmes et hommes) que réclament les « Salauds », sous couvert hypocrite de prétendue lutte contre un retour fantasmé au puritanisme dans les mœurs.

Le vieux monde est encore là, c’est un fait, et c’est bien ce qui ressort de certains discours produit au cours de cet événement discursif. Mais « la vertu ne sauvera pas les prostituées », comme le dit justement Esther Benbassa dans le JDD. C’est que le problème est ailleurs sans doute. De 1971 à 2013, le même problème se pose, qui n’est pas forcément d’ordre moral ou social, mais d’ordre politique-sexuel : que le corps des femmes (et des dominé.e.s, femmes étant ici pour moi une sorte de désignant générique de la domination) échappe au contrôle des hommes est toujours un point critique. Et les revendications des putes mettent le doigt, non pas dans un pot de confiture, mais dans le chaudron du patriarcat, là où ça fait mal aux dominants.

Références

Foucault M., 1999 [1975], Les Anormaux, Paris, Gallimard Le Seuil.
Leigh C., 2004, Unrepentant Whore. Collected Work of Scarlot Harlot, San Francisco, Last Gasp.
Maîtresse Nikita, Schaffhauser T., 2007, Fières d’être putes, L’Altiplano.
Merteuil M., 2012, Libérez le féminisme !, Paris, L’Éditeur.
Paveau M.-A., 2013, Langage et morale. Une éthique des vertus discursives, Limoges, Lambert-Lucas.
Paveau M.-A., 25 mars 2013, “Ces corps qui parlent 3. Slutwalks. Salopes et fières de le dire“, La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=11883
Pharo P., 2013, Ethica erotica. Mariage et prostitution, Paris, Presses de la FNSP.
Pharo P., 2 juillet 2013, « Ce que la société doit aux putes« , Libération.
Russell B., 1970 [1929], Marriage and morals, London, Livericht.
Smith C., Attwood F., 2013, « Emotional Truths ans Thrilling Side Down : The Resurgence of Antiporn Feminism », in Taormino T. et al. (ed), Feminist Porn Book, NY, The Feminist Press, The City University Of New-York.
Sprinkle, A. 1998 [1991], Post-porn modernist: my 25 years as a multimedia whore, San Francisco, Cleis Press.

Dossier du débat « 343 » (sélection)

Crédits

Premier bandeau : 1. Manifestation du 26 octobre 2013, photo M.-A. Paveau ; 2. Manifestation du 2 juin 2013 ; 3. Manifestation du 26 octobre 2013, photo M.-A. Paveau.
Second bandeau : 1. « The Neosacred Prostitute », célèbre représentation d’Annie Sprinkle ; 2. Affiche du film Les travailleur(se)s du sexe de Jean-Michel Carré ; 3. Couverture de l’ouvrage de Scarlot Harlot.

Pour citer ce billet Paveau M.-A.,  2013, “Pauvres salauds, putes libres“, La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=490, consulté le…


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

14 réponses

  1. wilder françoise dit :

    Votre traitement de ce cas, chère Marie Anne, le promeut à la dignité de cas d’école et me fait entrevoir la fécondité de cette nouvelle linguistique qui ne se passe pas de philosophie morale.
    S’il n’y a pas de métalangage il y a du metadiscursif…qui va avec une certaine jubilation.

    Lorsque Lacan a proposé la Passe à son Ecole pour recueil de témoignages non conventionnels sur le passage à l’analyste il a fait fonctionner ce que nous , les psychanalystes, appelons « discours indirect ».
    Cela a eu pour effet de dilater le récit d’expérience.

    Vous et quelques autres êtes en train de dilater la linguistique; ça me plaît.

    Il m’est arrivé d’être analyste avec une prostituée dé-proxénétisée. Cette dame était embarrassée par l’idée obsédante de « zigouiller », comme elle le disait, ses clients. La cure l’ayant libérée de cette obsession elle a continué son activité- pour ce que j’en sais.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci françoise de votre commentaire – en fait, la linguistique est « dilatée », comme vous dites, depuis assez longtemps, dans certains de ses secteurs dont celui que j’habite, l’analyse du discours, mais les pouvoirs, légitimités et maîtrises institutionnels de tout type empêchent que ça se sache, et parfois que ça se fasse… c’est drôle que vous parliez à ce propos de la « passe » lacanienne, dans le contexte d’un billet sur la prostitution : seriez-vous en train de me dire que nous avons prostitué la linguistique ? je serais d’accord, si cela veut dire que nous en avons disposé comme nous le souhaitions – quant à votre patiente, elle a eu la chance de vous rencontrer : nos amis psychanalystes étant eux-mêmes encore tellement embarrassés de l’intégrité corporelle par rapport à laquelle tout usage ou toute technique du corps apparaît comme une « effraction », comme ils disent, que peu d’entre eux seraient capables à mon avis d’accueillir ce type de parole – mais vous êtes une femme aux cheveux rouges…

  2. ALiCe__M dit :

    « Les auteurs n’ont pas bien compris non plus que le mot putes était resignifié, raison pour laquelle je l’emploie tout au long de ce texte ; ils pensent que putes n’a qu’un sens, celui de l’expression argotique aller aux putes ; ils ne voient que leurs “putes”, à tous les sens, y compris lexical, du terme. Première erreur. »

    « Ils n’ont pas bien compris » parce que *pour eux*, le mot « pute » n’était pas « resignifié ». En effet, pour qu’un mot soit resignifié, il ne suffit pas qu’un groupe de personnes le décide, il faut aussi que ceux qui entendent le mot le comprennent ainsi. Cette « resignification » a bien marché avec le mot « gay », je crois, mais pas encore avec le mot « pute », car certaines personnes (dont je fais partie) entendent encore toutes les casseroles négatives attachées à ce mot, hélas. Je le déplore, je voudrais les décoller, ces casseroles, mais elles sont là, malgré tout dans ma tête, peut-être parce que je ne suis pas assez « intelligente », parce que je n’ai « pas bien compris », sûrement, même, mais aussi parce que le sens attaché aux mots ne dépend pas seulement de la volonté.

  3. ALiCe__M dit :

    Merci pour ce billet. Les propos que tu as analysés à l’aune du patriarcat et du « vieux monde » (« sordides », « soirées infâmes » etc.)disent aussi une certaine réalité, bien sordide, elle, pour *certaines prostituées* qui travaillent dans des conditions sordides, oui (coups et blessures réguliers, humiliation et mépris des proxénètes.Et cela au vu et au su de tous (je garde encore en tête des cris déchirants, dans un immeuble du 20e arrondissement de Paris, où la police ne se déplace pas, car personne ne porte plainte, les proxénètes faisant régner la terreur).Des conditions que « l’abolition » ne ferait que renforcer.

  4. Jean-No dit :

    Il faut d’abord que je précise que si je suis bien enseignant et chercheur (en art), c’est sur un blog « défouloir » que je me suis exprimé sur le sujet, un blog que j’utilise pour réagir à chaud à des questions civiques ou morales, et pour lequel je m’interdis presque de trop peser mes mots. Si je ne risquais pas de problèmes juridiques, on y lirait même des jurons, à la manière des journaux révolutionnaires de 1789.

    Je note d’abord que la citation de Bertrand Russell vient d’une époque incomparable à la nôtre, où le mariage n’était pour une majorité des gens pas une affaire d’amour. Depuis la fin des années 1960, quelle que soit la classe sociale, sans doute, nous voyons le mariage comme une question d’amour et la preuve, curieusement, en est la droit à divorcer (si on n’aime plus, le mariage n’a plus lieu d’être) ou celle de séparer sexualité et procréation, non seulement pour les hommes (le bordel servait à ça) mais aussi pour les femmes.
    Et c’est justement cette évolution (ou le mythe de son existence) qui fait de la prostitution une idée triste : la sexualité et l’amour sont censées aller ensemble (« sexe sacralisé », oui, on peut dire ça). C’est nouveau, mais oui j’avoue que j’ai été élevé dans cette idée et dans l’idée que ce genre de commerce ne se justifie que dans des cas limite, des cas où une vie affective normale est très difficile.
    Pendant longtemps, j’étais partisan du « Chacun fait ç’qui lui plait » chanté par « Chagrin d’Amour » (même si à la réflexion je ne sais pas si c’était ce que signifiait la chanson). Mais même en tentant de faire la part du moralisme et des clichés, les témoignages que j’en ai ne laissent pas penser qu’il s’agit d’une profession riante. C’est, curieusement, Internet qui m’a amené le plus fortement à cette idée. En lisant des commentaires de clients, sur des forums spécialisés (il y a eu un bon « Place de la Toile » sur le sujet), j’ai été assez effrayé de voir des personnes traitées comme des objets. Ce n’est donc pas le coït tarifé qui m’angoisse là-dedans, mais le mépris du client pour son prestataire. Bien sûr, j’ai aussi lu les ôdes à la prostitution de grands écrivains divers, qui montrent que le mépris n’est pas une fatalité, au contraire.
    Je n’ai la prétention ni de savoir ce que pensent tous les clients, ni de savoir ce que pensent les prostitué(e)s, et j’imagine qu’il y a d’innombrables cas humains bien différents. Reste qu’à la fin, des filles qui ont cette profession sont nombreuses à être exploitées, violées, contraintes, et parfois assassinées, nombreuses et plus nombreuses que dans bien d’autres professions. Je ne sais pas si c’est à une bande de bourgeois médiatiques d’aller défendre ça sous forme d’un droit à la consommation et en raillant des luttes féministes historiques.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      j’ai lu et publié – je ne peux guère faire plus : cette réponse n’en est pas vraiment une puisque y sont réaffirmées les conceptions du billet – « la prostitution une idée triste : la sexualité et l’amour sont censées aller ensemble » : je ne peux que te conseiller de lire, entre autres le très documenté et intelligent livre de patrick pharo – comme tout bon chercheur, il choisit de mettre à distance les stéréotypes et les évidences, par exemple ceux dans lesquels nous avons pu « être élevés »

  5. Près de chez nous il y a Sonia Verstappen ; http://tuttefrut.over-blog.com/article-sonia-verstappen-portrait-d-une-prostituee-72171925.html
    et je tiens à dire que l’entretien et l’article sont de ma fille, encore toute jeune journaliste.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci beaucoup danièle pour ce document que j’archive soigneusement

    • ALiCe__M dit :

      Oh merci pour ces documents précieux, Danielle ! Sonia Verstappen est une si belle personne, et la journaliste sait tendre le fil du dialogue qui nous montre sa richesse.

  6. Anne Verjus dit :

    Merci pour cette analyse. Pour répondre à l’invitation à accumuler les références de putes en première personne, il y a tous les ouvrages publiés par Griselidis Real et Ovidie, notamment, de la première :

    – Le Noir est une couleur, Paris, Balland, 1974 (réédité récemment en folio chez Gallimard).

    – La Passe imaginaire, Vevey, Éditions de l’Aire/Manya, 1992 ; Paris, Verticales, 2006.

    – Carnet de bal d’une courtisane, Paris, Verticales, 2005.
    Les Sphinx, Paris, Verticales, 2006.

    – Suis-je encore vivante ? Journal de prison, Paris, Verticales/phase deux, octobre 2008.

    – Mémoires de l’inachevé (1954-1993), textes réunis et présentés par Yves Pagès, Paris, Verticales, 2011.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci beaucoup anne pour ces références – je ne connaissais pas tous les titres de griselidis real – je suis particulièrement intéressée par les discours en ligne dans le cadre de mon traval sur les discours du web 2.0, donc si tu vois passer des références, pense à moi… mais on aura l’occasion d’en reparler… de vive voix

      • Marguerite dit :

        Chère Marie-Anne, en m’apprêtant à écouter l’émission de France Inter sur la prostitution (http://www.franceinter.fr/emission-les-femmes-toute-une-histoire-proposition-de-loi-dabolition-de-la-prostitution-la-parole-de), je découvre cette référence qui pourrait venir s’ajouter à ta bibliographie (même si, une fois encore, je rate un peu la cible car ce n’est pas du « discours du web 2.0″… : l’acceptes tu quand même ?) :

        Rosen…une prostituée témoigne.
        de Rosen Hicher
        éditeur : Bordessoules
        parution : 2009

        Anne/Marguerite

        • Marie-Anne Paveau dit :

          merci anne pour cette référence, je l’archive soigneusement – je prends en compte toutes les paroles, imprimées et numériques, mais c’est vrai que la spécificité de la circulation numérique m’intéresse particulièrement parce qu’elle me semble spécifier les modalités du discours actuel de/sur la prostitution

  1. 12/11/2013

    […] “Pauvres salauds, putes libres“, La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=490, consulté le 12 nov […]