Les événements discursifs moraux 4. La linguistique du mensonge de Harald Weinrich

Capture d’écran 2013-06-02 à 21.28.46La linguistique peut-elle répondre à la question du mensonge ? Autrement dit, peut-on, avec des outils linguistiques, repérer des marqueurs langagiers, discursifs ou pragmatiques du mensonge ? Non, la réponse est radicale : le mensonge est une question morale, sociale ou juridique, et non linguistique. Dans la forme des mots, des phrases, des discours, rien ne peut dire qu’ils sont mensongers ; rien non plus ne peut d’ailleurs affirmer qu’ils sont vrais, si ce n’est l’implicite du principe de coopération (Paul Grice). Même si l’on ment avec des mots, la linguistique ne peut rien en dire. D’ailleurs, dans une société, on fait presque tout avec des mots, et la linguistique n’est pas pour autant la science de tout ce qui se passe dans les relations sociales. 

Cependant, plusieurs chercheurs se sont approchés de la question du mensonge, sous des formes différentes. Catherine Kerbrat-Orecchioni s’est risquée dans un article en 1981, « Argumentation et mauvaise foi »,  puis dans sa synthèse L’implicite en 1986, à proposer des marqueurs pragmatiques de la mauvaise foi : cette tentative a été assez mal accueillie à l’époque, en particulier par Jean-Pierre Kaminker, chercheur communiste (en ce temps-là, science et politique n’étaient pas aussi distinctes qu’actuellement) dont le verdict fut sans appel : « L’implicite est une mauvaise action qui déconsidère la pragmatique au moins autant qu’elle peut nuire au parti communiste français » (Kaminker 1986 : 80). Épique époque où la linguistique ne devait pas desservir les partis politiques ! Une autre tentative, émanant d’un jésuite philosophe, place le mensonge au cœur du signe : François Marty, dans un article intitulé « La possibilité du mensonge appartient à la structure des langues humaines » (Marty 2007), pense qu’il faut respecter l’arbitraire du signe, c’est-à-dire le fait que les signifiants correspondent arbitrairement à des signifiés, ce qui constituent le sens des mots permettant leur référence aux objets du monde. Si cette « loi » est transgressée, alors les mots mentent et les locuteurs avec eux. C’est en cela que, selon, le mensonge appartient à la structure de la langue.

Mais c’est surtout sur le travail d’Harald Weinrich que je voudrais insister, car c’est celui qui a produit l’élaboration la plus développée, qu’il a appelée « linguistique du mensonge ». Dans un petit ouvrage jamais traduit en français, Linguistik der Lüge, paru en 1966, et traduit en anglais en 2006, dans le recueil The Linguistics of Lying and Other essays (version dans laquelle je l’ai lu, en en traduisant certains passages), il expose une véritable théorie du mensonge.

Harald Weinrich (né en 1927) est un linguiste du texte, et en particulier du texte littéraire. Nous le connaissons et le lisons surtout pour trois de ses ouvrages : son ouvrage de synthèse Le temps (1973), où il met en place une distinction importante entre récit et commentaire, sa Grammaire textuelle du français (1989) et un de ses livres les plus intéressants à mon sens, Léthé. Art et critique de l’oubli, paru en 1999. Linguistik der Lüge est rarement cité (et d’ailleurs absente de ses pages Wikipédia francophone et anglophone, toutes les deux pauvres par rapport à la page allemande en anglais). Comme Weinrich est parfaitement francophone, au point d’écrire une grammaire du français, et qu’il a occupé la Chaire des langues et littératures romanes au Collège de France pendant six ans, de 1992 à 1998, je ne m’explique pas que ce livre n’ait jamais été traduit en français (Marc Arabyan, c’est un appel non déguisé pour toi, je pense même à une brillante traductrice).

Par rapport aux deux chercheurs mentionnés plus haut, la réponse de Weinrich est différente car elle se situe sur le plan du texte. Il pose la question de la manière suivante :

Linguistics cannot rid the world of lying, nor can it prevent « the banners of lying » (Faust, Goethe, line 10405) from being so frequently unfurled. To be sure, people lie – mostly – be means of language ; they tell lies and they speak with forked tongues. But it is highly questionable whether language helps them to lie. If it does, then linguistics probably cannot escape the « great problem of lying » (Augustin). If, however, language does not further lying, or even resists it, linguistics can nevertheless describe what happens in language when trust is distorted into lie. Certainly, lying is of concern to linguistics (p. 9).

Un peu plus loin, il note cependant lui aussi, comme tous les linguistes, que

le mensonge semble en dehors de l’aire de compétence des linguistes. Qu’un jugement soit vrai ou faux, ça doit être décidé par rapport aux actes. Et qu’il y ait ou non une intention de tromper, c’est décidé dans l’esprit du locuteur, et c’est accessible, si tant est que ça le soit, uniquement à l’examen psychologique » (2005 : 13 ; ma traduction).

Il souligne ensuite que la linguistique ne s’est jamais emparée de cette question, et qu’il n’existe pas d’entrée mensonge dans les grammaires et ouvrages de linguistique (c’est toujours le cas et devrait le rester…).

Son essai répond à la question suivante : les mensonges sont-ils proférés avec des mots ou avec des phrases ? Il rappelle que le sens des mots est par principe « large, vague, social et abstrait » (les quatre principe de la sémantique lexicale selon lui), et que le sens ne se construit qu’en texte et en contexte. D’où une formule qu’il forge et reprend plusieurs fois dans son ouvrage, comme une sorte de motto, « pas esclaves des mots car maîtres des textes », formule qui veut fournir un contre-argument à la tradition multiséculaire de l’imperfection des langues, qui va dans le sens d’une trahison permanente des mots envers la pensée. Cette tradition est encore bien vivante, et a pris des formes nouvelles et contemporaines : l’idée que les mots nous manquent, que nos expériences sont indicibles, que le langage nous trahit, bref qu’il est imparfait. Sous ces formes, cette déficience du langage est déplorée comme un défaut. Mais il faut rappeler que ce même constat peut constituer une description scientifique : le langage est, comme le signale Paul henry en 1979, un « mauvais outil », ce qu signifie que son « imperfection » n’en est pas une, c’est seulement sa nature : oui les mots nous manquent, nous lâchent, nous en faisons des malentendus, des silences, des pataquès et des lapsus, et c’est normal. Et c’est tant mieux même, le langage se contentant finalement de signer là notre humanité. Toute le courant de l’analyse du discours dite « française », à partir duquel j’ai élaboré mes propres réflexions, accepte cette idée de l’imperfection naturelle du langage, parce qu’il est travaillé par l’inconscient.

Mais revenons à notre linguiste allemand. Weinrich se demande d’abord si les mots eux-même peuvent contenir, comme le dira Frédéric Marty, « la possibilité du mensonge » :  « Ce qui importe vraiment, c’est de savoir si les mots peuvent mentir par eux-mêmes, ou si un mensonge peut être inhérent à la signification lexicale du mot en lui-même » (p. 33). Pour répondre à cette interrogation, H. Weinrich donne l’exemple des mots allemands Blut (sang) et Boden (sol). Ces mots sont utilisés sans problème par les Allemands actuellement, explique-t-il (je rappelle qu’on est en 1966 au moment où il écrit), et ne soulèvent pas particulièrement la question du mensonge. Mais « il est devenu impossible à un Allemand de les utiliser ensemble, ajoute-t-il. Blut und Boden ne peuvent être utilisés que pour mentir, comme cette combinaison l’a toujours été » (p.  35). Pour H. Weinrich, seuls les usages phrastiques des mots permettent le mensonge, et non les mots en eux-mêmes : la question n’est pas vraiment de savoir si les mots déforment nos pensées, puisque nous ne parlons pas avec des mots isolés mais avec des phrases. Il n’explique pas exactement dans cet essai où réside exactement la possibilité du mensonge, mais on comprend qu’elle est au niveau de la phrase (sentence) :

Le mensonge comme la vérité gisent dans les phrases. Et les phrases sont faites de mots, dont les sens lexicaux se déterminent mutuellement dans les sens textuels, et de cette manière construisent le sens. Les phrases obéissent aux lois de la sémantique et de la syntaxe » (p. 39).

Pour Weinrich, la possibilité du mensonge est donc bien inscrite d’une manière proprement linguistique, au niveau de la phrase, considérée dans une approche textuelle. Cela lui permet de donner une assise linguistique à la définition traditionnelle du mensonge (celle d’Augustin) comme phrase prononcée avec une intention, une pensée contraire. Et Weinrich estime que cette pensée est également d’ordre linguistique :

J’accorde une grande importance au fait que ces pensées ou phrases non dites (unspoken) sont faites de la même matière que nos langages […]. Par conséquent, la pensée obéit aux lois linguistiques avant toutes les lois logiques qui existent » (p. 39).

Cet essai de Weinrich sur le mensonge attribue donc au langage une dimension logique, ouverte à la morale, via la possibilité du mensonge, portée par le niveau sémantico-syntaxique de la phrase, et au prix d’une interprétation langagière de la pensée. Ce dernier point mériterait bien sûr d’être discuté, et même contesté. Mais en tout cas, mais la proposition de Weinrich, peu entendue jusqu’à présent, existe bien et il me semble intéressant de la connaître et de la diffuser.

Weinrich a des hértiers chez les linguistes allemands, puisu’un ouvrage récent a repris cette problématique en la développant et l’approfondissant : en 2009, Dennis Strömsdörfer publie un ouvrage intitulé Lüge und Linguistik: Pragmalinguistische Untersuchungen am Beispiel von Politikeraussagen, qui explore l’articulation entre linguistique et mensonge à partir du discours politique. On peut en lire une partie sur Google books et la table des matières est intéressante, par rapport à cette question de l’analyse linguistique du mensonge et au travail de Weinrich : l’auteur pose, comme tous les linguistes, la légitimité de sa question, explore les aspects pragmatiques (Austin), textuels (Weinrich) mais aussi dialogaux, moraux et psychologiques.
Voici le résumé du livre pour les lecteurs germanophones :

Im alltäglichen Sprechen begegnet uns wahrscheinlich häufiger als wir vermuten die Lüge: Sei es als Notlüge, weil wir keine Lust haben, zu der Verabredung zu gehen, oder sei es als altruistische Lüge, um jemanden zu schützen. Auch höfliches Sprechen könnte als Lüge bezeichnet werden. So schreibt auch Ludwig Wittgenstein schon: « Das Lügen ist ein Sprachspiel, das gelernt sein will, wie jedes andre ». Aber auch in anderen Kontexten begegnet uns das Lügen: In Talk-Shows werden Lügendetektoren zur Überführung von Ehebrechern eingesetzt oder es wird vor Gericht über eine Falschaussage entschieden. Daher ist es nicht verwunderlich, dass es zahlreiche Untersuchungen zur Lüge aus ganz unterschiedlichen Fächern gibt. Doch immer beziehen sich diese Arbeiten aus z.B. Psychologie, Jura, Pädagogik oder Philosophie auf die Sprache als Medium der Lüge. Im Bereich der (Germanistischen) Linguistik sind vor allem die Arbeiten von Harald Weinrich, Gabriel Falkenberg und Bettina Giese zu nennen. Der theoretische Teil dieser Untersuchung widmet sich einem ausführlichen und kritischen Überblick zur aktuellen linguistischen Forschungssituation: Was macht eine Lüge aus? Mit welchen Methoden lassen sich Lügen untersuchen? Wie steht es mit der Bewertung und der (sprachlichen) Erkennbarkeit des Lügens? Dabei werden vor allem Ansätze aus der Sprechakttheorie, aus der Dialoggrammatik und Diskursanalyse sowie aus der Relevanztheorie aufgezeigt. Auch die Grice’schen Konversationsmaximen und die Forderung nach Glaubwürdigkeit sind hierbei von zentraler Bedeutung. Wahrheitsanspruch und Lügen-Erkennbarkeit, für populärwissenschaftliche Literatur zentrale Bereiche, werden ebenfalls diskutiert und für eine Theorie der Lüge in der Linguistik ausgewertet. Außerdem wird gezeigt, ob LÜGEN als Missbrauch von Sprache bezeichnet werden kann oder ob es sich vielmehr um den korrekten Gebrauch von Sprache handelt – nur eben mit anderen Zielen. Schließlich wird eine (vorläufige) Definition des Lügens als sprachliche Täuschungshandlung gegeben. Im empirischen Teil, der sich auf die Transkription (vollständig im Anhang) einer Fernsehsendung bezieht, werden Aussagen von Politikern in Bezug auf die Sprachhandlung LÜGEN untersucht. Hier werden die im theoretischen Teil erarbeiteten Ansätze erprobt, so dass deutlich wird, was eine linguistische Theorie der Lüge leisten kann – und was sie gerade nicht vermag.

Je pense qu’il y a un chantier à réouvrir, à la suite de Kerbrat-Orecchioni, Marty, Weinrich et Strömsdörfer, qui impliquerait un équipement linguistique solide évidemment, mais également un bon équipement philosophique et éthique, et une bonne maîtrise des aspects pragmatiques et interactionnels. Et, j’oubliais, une vie de plus…

Références

Kaminker Jean-Pierre, 1986, « Axiologie et sciences du langage. Contribution à l’analyse d’une conjoncture idéologique et scientifique », La pensée 254, p. 75-91.
Kerbrat-Orecchioni Catherine, 1981, « Argumentation et mauvaise foi », dans L’argumentation, Lyon, PUL, p. 41-63.
Kerbrat-Orecchioni Catherine, 1986, L’implicite, Paris, A. Colin.
Marty François, 2007, « La possibilité du mensonge appartient à la structure des langues humaines », in Castillo (éd.), p. 111-126.
Paveau Marie-Anne, 2013, Langage et morale. Une éthique des vertus discursives, Limoges, Lambert-Lucas.
Strömsdörfer Dennis, 2009, Lüge und Linguistik: Pragmalinguistische Untersuchungen am Beispiel von Politikeraussagen, Hamburg, Diplomica Verlag GmbH

Crédits : couvertures des livres de Weinrich en allemand et en anglais, et du livre de Strömsdörfer.

Pour citer ce billet. Paveau M.-A., 4 juin 2013, “Les événements discursifs moraux 4. La linguistique du mensonge de H. Weinrich“, La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=4777, consulté le…


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...