Discours et flibuste. Les baskets roses de Wendy Davis

Capture d’écran 2013-07-01 à 22.13.20

Pour une fois, la tenue vestimentaire d’une femme politique a été soulignée pour des raisons positives. On se rappelle que la robe de Cécile Duflot avait déclenché d’incompréhensibles réactions sexistes en pleine Assemblée nationale, et qu’elle avait été précédemment accrochée sur son jean lors de son premier conseil des ministres ; que le pantalon de Corinne Bouchoux, sénatrice écologiste, avait failli lui interdire l’entrée du Sénat (extraordinaire réponse de l’élue : « Si mon pantalon vous gêne, je l’enlève ») ; et il faut mentionner toutes les situations que nous ne connaissons pas, toutes les stigmatisations insues. Il y a un très bon billet sur le blog Genre !, « Les vêtements et la police du genre« , qui fournit une synthèse des questions que posent ces tentatives de normalisation, et un article de Slate qui fait le tour de plusieurs histoires de ce type. Celle qui m’occupe ici est d’une autre teneur.

Le 25 juin dernier, une partie de la planète avait les yeux fixés sur les baskets roses de la sénatrice du Texas Wendy Davis. L’élue militante du droit des femmes s’était lancée dans une obstruction-fleuve pour empêcher le vote d’une loi mettant en péril l’avortement dans cet état : ce que les Américains appellent filibuster, littéralement « flibuste » ou « flibusterie » en français, c’est-à-dire une prise de parole la plus longue possible destinée à empêcher un vote par dépassement du temps. Il lui fallait tenir plus d’une dizaine d’heures, debout, sans pause, sans sortir, sans s’appuyer sur son bureau : une quasi-performance sportive. Pour cette raison, elle a remplacé ses jolis escarpins par de confortables baskets, des Mizuno, provoquant des débats infinis sur Amazon en particulier où des forums se sont ouverts à l’occasion (la sénatrice connaît son affaire, je confirme que Mizuno est une des meilleures marques de running actuelles).

Ce qui m’intéresse ici, ce ne sont pas tant les traits vestimentaires que les formes et conditions du discours que ces baskets, objets articulés au corps de la parleuse, produisent et soulignent tout en même temps. Une nouvelle figure d’énonciatrice se dessine : la flibustière. Cette figure me semble porteuse de trois caractéristiques intéressantes du discours, oral ici, mais dont certaines sont extensibles aux manifestations écrites : sa matérialité corporelle, la dimension juridique de son objet thématique et sa viralité numérique.

Les matérialités de la parole : temps et posture

Les images abondent : Wendy Davis debout, mince, vêtue d’une longue veste blanche, le micro dans une main, des papiers dans l’autre, le visage égal, les deux pieds sportivement plantés sur la moquette du Sénat texan. Et Wendy Davis parle, parle, parle sans s’arrêter. Si, une fois, et c’est la troisième erreur qu’on lui reprochera : elle essaie avec l’aide d’un collègue de s’attacher une ceinture de maintien autour de la taille. Les lombaires flanchent. S’il en était encore besoin, en tout cas sur ce carnet et plus généralement dans les domaines des sciences du langage que j’y parcours (analyse du discours, des interactions, étude de la parole dans ses environnements), cette flibusterie montre à quel point on parle avec son corps, dans son corps même. Ce que j’ai appelé ailleurs un corps-discours. Ce que dit Wendy Davis est aussi constitué par la combinatoire de ses mouvements corporels, de ses gestes, de ses mimiques (rares en l’occurrence ici). Cela n’aurait aucun sens d’enregistrer et de transcrire ses paroles, pour en livrer une analyse logocentrée. Aucun, vraiment. Ce qui fait son discours, ce sont aussi ces baskets roses, véritable signifiant au signifié si riche : le filibuster, la cause des femmes, le maintien du droit à l’avortement. Je considère que le discours de Wendy Davis est une preuve de la nécessité du postdualisme…

L’objet du discours : l’interdit juridique de la digression

Le logocentrisme, il est du côté de la sècheresse de la loi : la condition du maintien de son droit à la parole pendant les onze longues heures où elle gardera le micro est l’absence de digression. Wendy Davis, en effet, n’a pas le droit de s’écarter de son propos. Les juristes ont une vision bien simple du thème d’un propos, que les linguistes leur envieraient presque : quel est-il exactement et comment juger des sorties de route sémantiques et des pas de côté discursifs ? Bien malin qui pourrait dire en quoi consiste exactement le fait de parler du droit à l’avortement et en quoi consiste le fait de s’en écarter. En discours, tous les tropes sont permis et une métaphore peut avoir des allures de digression, tout en touchant le cœur du sujet. Mais, selon ses adversaires républicains, Wendy Davis s’est écartée deux fois du droit chemin sémantico-discursif de son propos. Soit. Les baskets roses, elles, restent droit dans leurs bottes.

Capture d’écran 2013-06-27 à 21.01.53Le web chambre d’écho de l’exploit

Pour qu’il y ait figure héroïque, il faut que l’exploit soit public et publié. Pas d’Andromaque ni de Cid ni de Phèdre sans leurs aèdes et dramaturges, et leurs spectateurs et lecteurs. C’est exactement ce qu’a fait le web ce mardi 25 juin : un hashtag aussitôt populaire, #StandWithWendy, la circulation virale des photos et des vidéos, en particulier celles des fameuses baskets, et un tweet d’Obama, « légion d’honneur du 21e siècle », selon la fine et facétieuse analyse de Jean-Pascal Mathieu. Et des mèmes, en particulier les quatre ci-dessus (d’autres ici), les trois premiers présentés sur une page du site Vulture : « Wendy Davis meme-ified« , le dernier sur un tumblr consacré à Hillary Clinton. Un autre est particulièrement intéressant car il modifie la page Wikipédia de la sénatrice (« Occupation : the LeBron James of filibustering ») et reformule donc son identité encyclopédique en y introduisant la marque humoristique de l’exploit. La mèmification, c’est la consécration 2.0, l’héroïsation numérique. Hashtag, tweet de célébrité présidentielle, photos, vidéos, mèmes, autant de composants d’un discours d’escorte de l’exploit moderne aux nouvelles configurations technodiscursives, portant et fabriquant tout à la fois les enthousiasmes et les émotions de notre e-amphithéâtre planétaire. À partir de là, la chanson de geste peut commencer à s’écrire : folk hero, feminist hero, superhero, autant de dénominations appliquées à Wendy Davis sur les pages qui lui sont consacrées en ligne, parfois discutées et contestées. Les formes de l’héroïsme sont bien installées en discours, verbal ou non verbal, appuyées sur une parole s’incarnant dans une paire de chaussures de course. Une flibustière aux pieds ailés, en quelque sorte.

Pour citer ce billet. Paveau M.-A., 2 juillet 2013, “Discours et flibuste. Les baskets roses de Wendy Davis“, La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=4741, consulté le…


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

Vous aimerez aussi...