Parler du burkini sans les concernées. De l’énonciation ventriloque

Burqini_drawingJe m’énerve depuis quelques jours sur cette affaire de burkini, et en particulier sur les discours produits à partir de l’événement, qui, et c’est habituel dans ce genre de polémique, ne donnent jamais la parole aux premières concernées. On entend en effet beaucoup les discours interdictifs des maires et des ministres, les doctes et parfois idiotes analyses des philosophes médiatiques ou les non moins doctes et assez péremptoires commentaires tous azimuts de celleux qui parlent de leurs propres pratiques corporelles de plage sans prendre en compte ce que disent et pensent les femmes qui choisissent (enfin, ne peuvent plus choisir) de se baigner en burkini. Curieusement en effet, la défense du choix du burkini se mue parfois en défense de la nudité (une sorte de nouvelle religion mono- ou bikiniste ou nudiste), par une torsion paralogique dont les ressorts m’échappent un peu mais que Françoise Vergès saisit très bien (lien Facebook) ; il y a quand même un point qui empêche la comparaison (celle que Raphaël Enthoven déploie avec tant d’assurance), c’est le trait religieux, ou, au moins, éthique, dont n’est pas investi le port du X-kini ou le nudisme. Quelques rares voix s’élèvent cependant (toujours largement masculines et blanches, malheureusement) qui accordent une véritable place de sujet aux concernées, dans une marginalité qui me stupéfie cependant ; l’intégrisme laïc est bien la norme en France, comme le prouve si bien Jean-François Bayart dans son magnifique texte d’hier, mais je ne m’y fais pas. La sagesse populaire de Jean Baubérot déclarant tranquillement dans une interview à Libération que pour lui, « l’habit ne fait pas le moine », me semble aussi juste que plaisante, et il est un des rares à rappeler que le débat appartient d’abord aux concerné.e.s : « c’est au sein d’elles-mêmes que les communautés religieuses doivent décider de leurs manières de s’habiller ». Encore une fois, il me semble important d’entendre les voix derrière le voile, telles qu’elles ont été recueillies par Faïza Zerouala par exemple, mais encore faut-il les écouter…

En tout cas, du côté de la linguistique, cette confiscation de la parole et de la subjectivité des concernées me semble un phénomène énonciatif suffisamment récurrent et stabilisé pour qu’on en fasse un objet pour l’analyse du discours.

De l’antonomase à l’andronomase

Dans un billet précédent, j’ai parlé de l’antonomase oppressive, cette figure consistant à nommer les stars noir.e.s sous les formes du succès des blancs (« l’ancienne black Lara Fabian », « le David Bowie de la musique noire »). Les jeux olympiques fournissent en ce moment une variante de cette figure en nommant parfois les championnes dans les termes des champions, le féminin dans ceux du masculin. L’extraordinaire Simone Biles a d’ailleurs vertement répliqué à ce qu’on pourrait appeler une « andronomase oppressive », et sa réponse, aussitôt transformée en mème, a fait le tour du web :

13886239_1211493968871619_3995291539609132615_n

Dans le même ordre d’idée, Serena Williams avait également dû se fendre d’une réponse analogue il y a quelques mois à Wimbledon quand un journaliste lui avait demandé ce qu’elle pensait d’être l’une des plus grandes athlètes féminines du monde. Réponse aussitôt mémisée (comme d’autres répliques de la championne, érigées en citations exemplaires) :

CnEl9vQWYAEZId-

Ces figures ont pour effet de faire disparaître certains êtres, à qui n’est semble-t-il pas permis d’exister par eux-mêmes et pour eux-mêmes, mais qui sont toujours parlés par d’autres dans les termes d’autres qu’eux-mêmes.

Une énonciation ventriloque ?

C’est un mécanisme tout à fait analogue d’invisibilisation et de réduction au silence qui préside à un autre procédé d’ordre énonciatif qui fait florès en ce moment dans la vie politique et médiatique française et qu’on peut appeler, en termes communs, « parler à la place des autres ». Cette forme énonciative cible particulièrement les individus habituellement minorisés, voire stigmatisés, et parfois vulnérables : les femmes, les individus racisés, les musulman.e.s. Et elle est, sans surprise, plutôt adoptée par des dominant.e.s, non racisé.e.s, non stigmatisé.e.s, et n’appartenant pas à des minorités, visibles ou invisibles. J’ai creusé cette posture énonciative il y a quelques mois dans le séminaire de M2-Doctorat que j’avais nommé « Insécurités discursives et locuteurs vulnérables », et je reprendrai ce dossier dans une conférence à Belo Horizonte le mois prochain, dans le cadre d’un colloque consacré aux « Discours et inégalités sociales« . Ce fonctionnement du discours est devenu un de mes objets d’investigation actuels (toujours avec la volonté d’occuper une position d’alliée essayant d’éviter tout discours surplombant qui exploiterait mes privilèges) : j’essaie de le décrire et de l’articuler théoriquement, car, contrairement à ce qu’on pourrait penser, les linguistiques TDI (texte, discours interaction) ne s’en sont pas occupé ; il n’existe pas en effet de travaux qui décrivent et analysent en linguistique l’acte de parler à la place des autres sans leur consentement.

The_ventriloquist

Il existe des catégories et des objets proches, car ils décrivent une forme de domination énonciative : les différentes catégories de discours rapporté (en particulier les discours direct et indirect libres, qui ne mentionnent pas explicitement les indices des discours des autres), les théories du point de vue et particulièrement la notion de surénonciation (définie comme la domination d’un énonciateur dans un échange), les travaux sur le porte-parole dans une perspective plutôt positive (l’énonciateur mandaté expressément pour parler à au nom d’un collectif), le travail sur l‘encadrement discursif que Yagos Koliopanos est en train de mener sur un corpus de récits de vie de prostituées ou encore les nombreuses réflexions sur la violence verbale, qui est toujours, peu ou prou, la production d’une parole dominante. Il faut également ajouter les réflexions sur le silence et le silenciement, tels que les envisage Eni Orlandi par exemple, mais il s’agit alors plus de réduire au silence que de parler à la place de, même si, au finale, le résultat est toujours du silence. Mais il n’existe pas de réflexion sur le fait de prendre la parole au nom d’une personne ou d’un groupe et d’investir sa subjectivité, à partir d’une décision individuelle, sans le consentement de la personne ou du groupe en question.

Je propose pour le moment, avec la complicité de Catherine Ruchon, de nommer ce phénomène énonciation ventriloque, définie comme la production d’énoncés ou de points de vue (je donne à la ventriloquie un sens extensif) par un locuteur au nom d’un autre locuteur, sans l’information ni le consentement de ce dernier, à des fins, ou des effets (rappelons que les intentions des locuteurs ne sont pas accessibles à l’observateur extérieur) d’exercice du pouvoir, de minorisation ou d’invisibilisation. L’énonciation ventriloque est vicariante, c’est-à-dire qu’elle se substitue à une autre énonciation ou subjectivité potentielle avec une prétention objectiviste d’équivalence et de vérité. J’examine ici quelques exemples, à titre de mise en chantier du travail.

Je dis ce que vous pensez, je sais ce que vous dites

J’ai en ce moment une sorte de radar paranoïaque qui scrute les discours en permanence à la recherche de matière empirique sur cette question et, le malheur des porteuses de burkini faisant le bonheur de l’analyste du discours, la récolte est hélas assez bonne.

Sur les questions liées au voile et au code vestimentaire des musulmanes, la ministre Laurence Rossignol pratique régulièrement l’énonciation ventriloque. Dans une interview au Parisien le 16 août, elle utilise deux procédés discursifs lui permettant une énonciation vicariante :

1. La modalité assertive généralisante, avec des tournures impersonnelles (il y a, il s’agit de, ce sont) avec verbes au présent étendu, l’emploi de définis de généralité au pluriel (les femmes, les intégristes) et au singulier (la femme) et de l’adverbe de généralisation toujours, à deux reprises :

[…] il s’agit d’enfermer, de dissimuler le corps des femmes pour mieux les contrôler. Derrière cela, il y a une vision profondément archaïque de la place de la femme dans la société et donc des rapports entre les hommes et les femmes. Il y a l’idée que, par nature, les femmes seraient impures et impudiques et qu’il faudrait donc cacher leur corps, l’enfermer, l’effacer, le gommer de l’espace public.

[…] Ce sont des intégristes. Et ceux qui les défendent au nom des libertés se font avoir. Les intégristes font toujours beaucoup de bruit, se posent toujours en victimes et parasitent des idéaux ou des religions.

Cette accumulation de procédés généralisants et impersonnels donnent à son discours la forme de la loi et le ton péremptoire de la vérité incontestable : c’est l’interprétation seule de Laurence Rossignol qui est énoncée, dans une clôture ne laissant pas de place à l’hétérogénéité des points de vue, la variété des propos ou des positions. La qualification « Ce sont des intégristes » est à cet égard un énoncé définitoire qui semble sans appel : la ministre définit le monde à la place des porteuses de burkini, en expliquant qui elles sont et comment elles agissent dans la société, à partir d’un point de vue présenté comme objectif.

2. L’exclusion du discours des premières concernées (« ce n’est pas seulement l’affaire de… ») et la mise en avant de l’interprétation subjective présentée comme seule valable (« car il est, pour moi… ») :

Ce n’est pas seulement l’affaire de celles qui le portent car il est, pour moi, le symbole d’un projet politique hostile à la mixité et à l’émancipation des femmes.

Cette exclusion est caractéristique de l’énonciation ventriloque : pour prendre la place énonciative de l’autre, il est en effet efficace de l’exclure du jeu énonciatif et de l’objet du discours. Pour élaborer l’objectivité, il faut écarter les subjectivités.

1599px-Oriental_Institute_Museum._Ventriloquist_(5948661738)

On retrouve le même type de procédés dans le texte de Caroline Fourest du 16 août également, « À propos du burkini et du grotesque« , où elle ne se contente pas de parler à la place des musulmanes porteuse du burkini, mais  également à celle de toute une population ou presque. Voici l’extrait :

Dans tous les cas, qu’on soit pour ou contre l’interdiction, rien ne justifie de sombrer dans l’excès consistant à faciliter cette propagande — en se solidarisant avec ces signes régressifs et sexistes, comme s’il s’agissait d’objets sacrés ou de piliers de l’Islam. Toute personne un tantinet féministe ou simplement inquiet du radicalisme se sentirait mal à l’aise à l’idée de se baigner à côté d’une femme ou d’un groupe de femmes en burkini. Porter ce maillot intégriste sur la plage revient à dire aux autres qu’ils sont indécents ou que leur semi-nudité vous obsède. Fatigant. Quand on va à la mer, c’est pour se détendre, pas pour se prendre les problèmes psychologiques ou les convictions idéologiques des autres en pleine figure. Si quelqu’un est si mal à l’aise avec son corps et croit en la pudeur, il peut tout simplement éviter de se baigner en public et choisir des espaces plus pudiques… Comme une piscine privée ou sa baignoire.

La journaliste, comme Laurence Rossignol, décide du sens du costume de bain à la place des musulmanes en le désignant de manière unilatérale et objectiviste comme « ces signes régressifs et sexistes », mais décide également des intentions et des messages adressées par les porteuses de burkini, sous une forme définitoire proche de la vérité générale (« revient à dire ») : « Porter ce maillot intégriste sur la plage revient à dire aux autres qu’ils sont indécents ou que leur semi-nudité vous obsède ». On a là un cas exemplaire d’énonciation ventriloque, avec verbe de parole, à la limite du discours rapporté, qui, en l’occurrence est plutôt un discours fantasmé. L’interprétation subjective de la journaliste est projetée sur la subjectivité des musulmanes, qui s’en trouve de fait effacée. Caroline Fourest ne s’arrête pas là puisqu’elle formule également la teneur du rapport à leur propre corps des musulmanes en burkini en postulant leur malaise (« Si quelqu’un est si mal à l’aise avec son corps »). Donc signification du maillot, message adressé aux autres dénudés et rapport au corps : rien ne semble échapper de la conscience des concernées à l’omniscience de Caroline Fourest. Mais l’énonciation ventriloque concerne également « toute personne un tantinet féministe ou simplement inquiet du radicalisme » : les sentiments des autres (« se sentirait ») sont également décidés et formulés, toujours de manière généralisante (emploi de l’indéfini « toute »), de manière à étendre le champ de l’objectivité prétendue.

Mais on peut aller plus loin et décider également de l’être même des femmes. En février 2013, Manuel Valls, qui était à l’époque « ministre de l’intérieur chargé des cultes », avait prononcé une phrase remarquée sur le voile, qui relevait pleinement de l’énonciation ventriloque : « Le voile qui interdit aux femmes d’être ce qu’elles sont doit rester pour la République un combat essentiel » (Europe 1, 07.02.13). Au premier abord un peu mystérieuse, cette expression « être ce qu’elles sont » se comprend sans doute comme « être des femmes » (la tournure serait équivalente à « qui interdit aux femmes d’être des femmes »), autrement dit des femmes selon les critères du locuteur. Un homme décide donc de l’être des femmes, à leur place, à partir d’un indice extérieur, le voile, présenté comme un signe univoque et un obstacle ontologique : la relative, en bon outil discursif idéologique, effectue en effet l’homogénéisation et l’essentialisation du vêtement.

Quand les voix propres se font entendre, sans ventriloquie ni silenciement, c’est évidemment un autre discours qui s’élabore. Il n’y en a presque pas actuellement, et cette vidéo d’Asma Fares, postée par l’une des femmes qui témoignent dans l’ouvrage Des voix derrière le voile, est donc un témoignage précieux  :

Cet article du Huffington Post, « Les arguments des défenseurs du burkini et de la mode musulmane« , fait également entendre des voix concernées, musulmanes ou non, venues de l’étranger, et un point de vue inédit : la mode pudique comme contre-culture à la mode sexy dominante actuellement dans la publicité et le marketing. Et également une hypothèse aussi hétérodoxe qu’intéressante posée par Hanna Woodhead, doctorante en théologie à Genève qui mène une recherche sur la question :

À travers les entretiens que je mène et grâce à ce que je lis sur Internet, explique Hanna Woodhead, cette mode pudique me semble être un vecteur de dialogue inter-religieux. Certains sites marchands qui s’adressent a priori à des clientes musulmanes publient des témoignages de ‘sœurs chrétiennes’ par exemple qui témoignent de leur intérêt pour cette mode. Des femmes croyantes qui n’étaient pas particulièrement investies dans ce dialogue se trouvent désormais des points communs et entament une discussion.

Un « dialogue inter-religieux ». Comme on est loin du monologue laïciste et théocratique qui semble établir une nouvelle religion dans la France du XXIe siècle…

Crédits :

  1. « Burqini », 2014, Marycha80, Wikimedia Commons
  2. Mème Simone Biles
  3. Mème Serena Williams
  4. « The ventriloquist », Carissima, 2009, oil on canvas, Wikimedia Commons
  5. « Ventriloquist », Oriental Institute Museum, Wikimedia Commons
Cite this article as: Marie-Anne Paveau, 17/08/2016, "Parler du burkini sans les concernées. De l’énonciation ventriloque," in La pensée du discours [carnet de recherche], https://penseedudiscours.hypotheses.org/4734, consulté le….

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

30 réponses

  1. pivu dit :

    Merci Mme Paveau,
    enfin un texte différencié au lieu de poncifs racistes et anti-islamiques et anti-musulmans: J’en etais au point de vouloir arreter de lire quelque journal que ce soit et de m’enfermer en entendant même des amis qui sont réfléchis et ouverts autrement, répéter des inepties et préjugés… en ne se rendant même pas compte de l’arrogance machiste et discriminatoire de leur discours que vous nommez très justement ventriloque (la télé italienne en a fait sa spécialité, horripilant)!
    Et quelle difficulté à ouvrir le débat à la différenciation et la prudence et surtout les bases historiques de ces débats…
    Encore une fois, un grand merci de soulagement intellectuel: j’ose espérer que vous excuserez mon commentaire plus personnel qu’intellectuel.

  2. moohono niva dit :

    iaorana, madame
    je suis en accord sur votre analyse et la robe missionnaires en Océanie -Pascale Ruchon- qui pendant une certaine époque avait été imposée aux océaniens- il fallait s’habiller-, sans compter nos pauvres pasteurs habillés costards cravates pour le dimanche et les autres jours-sous cette chaleur- même nos politiciens. Donc, aujourd’hui, on doit se dénuder pour aller à la plage en France. A tahiti, string et différents habits cohabitent sans que le mot de laïcité ne viennent pollué l’espace public. Chacun est libre, mais je suis sur que si le burkini arrive ici, ce sera également un scandal, parce que nous sommes à l’intérieur du mécanisme dont vous en parler.

  3. Rémi Camus dit :

    La conversation qui suit l’article confirme mon impression : il s’agit (sic), somme toute, bien peu de langue, ici.

    Une nouvelle pratique se fait jour, des râleurs (générique : hommes et femmes) disent leur mécontentement. Pas étonnant que leur voix domine, et que ce soit des voix, justement : c’est eux qui ont pris la parole contre ce qui ne se donnait pas comme un discours mais comme une manière d’être en société, interprétée comme ostentatoire ; les interdictions – qui sont aussi des textes – émanent égtalement d’eux (Et il resterait certes à savoir quels mots ont accompagné, du côté de Aheda Zanetti, inventeuse présumée, et des intéressées, l’introduction de ce costume). La déclaration « je me baigne et burkini et je suis heureuse » serait soit une idée de campagne publicitaire un peu plate, soit une réponse aux râleurs et interdiseurs. Une deuxième voix, forcément.

    « Enonciation ventriloque » est caractérisé de manière très peu restrictive (assertions généralisantes, déni de parole) ; des descripteurs non linguistiques feraient à tout prendre l’affaire, me semble-t-il, par exemple « procès d’intention » : cela rend compte aussi bien de l’accusation de comportement ostentatoire que de l’accès de paranoïa de C. Fourest.

    Quelles investigations et quels outils conceptuel pourraient-ils, à ce stade, éclairer sous un jour proprement linguistique la confrontation entre une pratique et des discours hostiles à cette pratique? J’insiste : un jour proprement linguistique (votre objectif, donc), et non citoyen, sociologique, ethnologique, anthropologique, voire militant.

    Sauf erreur, la question de la langue apparaît sur deux points, liés entre eux :

    – Vous montrez que la légitimité de la prise de parole est un enjeu important. De fait, que puis-je rétorquer à l’argument ad hominem – ad virem ! – : « tu es un homme, donc tu n’as pas voix au chapitre s’agissant du corps de la femme »? Mais nous sommes ici en deça de l’analyse linguistique, fût-elle analyse du discours.

    – l’absence de dialogue (même si on imagine déjà que les plateaux de télévision vont faire leurs choux gras de « l’affaire » (burkini, face(-)kini, hijood etc.), et la tonalité péremptoire et monologique des textes du corpus. Une rhétorique du phagocytage d’autrui, plus qu’une posture énonciative inédite.

    Mais je vous ai peut-être lue trop vite, et vous prie de m’en excuser le cas échéant.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      il est effectivement peu question de langue puisque l’objet de ce texte comme de l’ensemble du carnet est le discours – c’est difficile de vous répondre parce que je ne pratique pas ce que vous appelez l’approche « proprement linguistique (votre objectif, donc), et non citoyen, sociologique, ethnologique, anthropologique, voire militant » – elle n’est pas mon objectif, pas du tout, puisque l’analyse du discours s’articule avec tous les autres points de vue que vous rejetez, et que j’intègre, y compris la perspective militante, bien théorisée par l’épistémologie du point de vue étatsunienne – et mes travaux dans ce domaine radicalisent ce point de vue – enfin je pense que vous vous trompez d’objet quand vous vous estimez qu’il faudrait s’interroger sur « la confrontation entre une pratique et des discours hostiles à cette pratique? » : mon objet n’est pas celui-là, il est de saisir ce que que font les locuteurs quand ils délivrent des interprétations des pratiques des autres, et quand ils prétendent décrire leurs positions, leurs sentiments et leurs pensées

  4. Pascale Ruchon dit :

    Oui, ça fait du bien de lire un point de vue qui tranche avec ce fatigant et obsessionnel bruit de fond médiatique. Bref… Je voulais surtout revenir sur la question de la robe mission des femmes kanak de Nouvelle Calédonie. Comme son nom l’indique, cette robe a été imposée par les missionnaires évangélisateurs du XIXème siècle aux femmes qui vivaient alors plutôt dénudées. Pourtant elle est encore portée, y compris par les jeunes. Cet objet d’asservissement est progressivement devenu un signe identitaire que les femmes se sont approprié, ce qu’elles revendiquent de leurs propres mots.
    https://www.youtube.com/watch?v=HanqfbwOAEE
    Et aussi un long article de 2003, hors contexte actuel :
    http://jso.revues.org/1297?file=1

    • Marie-Anne Paveau dit :

      très très intéressant pascale, merci, il y a eu resignification donc, merci de cet exemple ! en plus ça montre bien l’hypocrisie laïciste des politiques de droite, qui revendiquent par ailleurs les racines chrétiennes de la france et qui devraient donc assumer les robes couvrantes… preuve de plus que l’ennemi c’est l’islam, pas le vêtement

      • Rémi Camus dit :

        (j’insère ma réaction ici pour éviter de multiplier les messages)

        en réaction au message de P. Ruchon:
        Et Michel Picard a montré que parmi les manifestations de la balinisation (comment les habitants de Bali ont transformé leurs us en adaptant leur île à l’engouement occidental), il y avait eu inversion de la nudité : après les photographies de jeune Balinaises allant seins nus devant les Occidentaux et autres globe-trotters médusés, ce sont désormais ces mêmes touristes qui paradent topless sur des plages que seuls eux fréquentent, au risque de heurter la pudeur des Balinaises, lesquelles sont surtout figurées empaquetées dans les costumes bariolés du théâtre balinais par les dépliants publicitaires…

        On voit bien que dans ces matières, la présence de l’enjeu linguistique déclaré dans l’article (je vous cite : « du côté de la linguistique », « phénomène énonciatif ») ne va pas de soi et, en l’occurrence, reste à établir, pardon d’y insister! Mon tort fut, plus haut, d’utiliser le mot « langue » (qui, pour les linguistes, renvoie de fait à un domaine rikiki), j’aurais dû écrire : « quid du langage? »
        Votre expression « phénomène énonciatif » prête vraiment à confusion !

  5. ruchon dit :

    Au vu des commentaires, ton billet montre à quel point la subjectivité filtre la lecture et fait que le lecteur se focalise sur le médiatisé (le burkini) et non sur ce que tu traites ( l’analyse des discours produits sur le sujet du birkini), qui passe à l’arrière plan. Comme si parler « autour » du burkini exigeait une prise de position directe (je suis pour/contre).

    • Marie-Anne Paveau dit :

      oui et c’est assez général puisque c’est pareil dans les commentaires sur les rsn – le sujet est tellement critique que les positions émotionnelles prennent le pas sur tout le reste, c’est frappant dans les déclarations médiatiques et politiques – il y a une sorte de rupture raison-émotion, alors qu’il suffirait d’être postdualiste, comme chacun sait… ;=)))

  6. Hayez dit :

    Il me semble que l’étape suivante a ce ventriloquisme est l’affirmation qui dit en somme : « tu ne le dis pas mais je sais que tu penses ça… ».

  7. Lorenzo dit :

    Bonsoir madame, j’avais répondu sur deux points essentiels à votre texte. Vous avez décidé de supprimer mon commentaire. Mes questions étaient abruptes, mais mon intervention était courtoise et respectueuse.. J’ai la faiblesse de croire que la suppression des remarques et observations relatives à un texte ne ressortit pas à l’honnêteté intellectuelle. Je vous laisse supprimer également ce message ci, il ne fait que rappeler des évidences relatives à la bonne tenue d’un débat, ce qui n’apporte donc rien de fondamentalement nouveau et donc de potentiellement intéressant. Bonne soirée à vous.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      je ne sais pas de quoi vous parlez : comme je n’ai pas reçu de premier commentaire, je n’ai guère pu le « supprimer » et votre leçon de morale de la discussion est donc sans objet

  8. Laurent Calixte dit :

    Bonjour, merci pour ce texte, certes ardu mais intéressant et qui prend la peine de donner beaucoup de sources. Vous dite cependant : « Quelques rares voix s’élèvent cependant (toujours largement masculines et blanches, malheureusement) ». D’accord. Nous allons donc maintenant regarder la « couleur » de la voix avant d’écouter ce qu’elle dit ? Allons nous devoir distinguer les « voix blanches » et les « voix noires », les « voix jaunes », les « voix métissées » ? Et quelle est la « couleur » de votre voix à vous ? 2/ Vous dites : « Je m’énerve depuis quelques jours sur cette affaire de burkini, et en particulier sur les discours produits à partir de l’événement, qui, (…) ne donnent jamais la parole aux premières concernées. » Certes. Mais vous ne semblez pas concernée. Mais vous vous exprimez quand même sur le sujet. Comme les autres. Vous évoquez certes Faïza Zerouala. Sans citer une seule de ses paroles. Mais en indiquant un lien. Qu’il faut cliquer. Pour avoir accès à sa parole. Laquelle n’a pas l’honneur d’être citée dans l’article. Mais celui d’être reléguée, via un simple lien, vers une sorte d’arrière-cour textuelle. Beaucoup de liens, d’infos intéressante, et un point de vue pertinent sur le sujet. Mais c’est aussi un texte performatif, qui prouve par son existence même ce qu’il voulait dénoncer. D’un point de vue linguistique, c’est intéressant. D’un autre point de vue, c’est déroutant.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      j’ai peur que vous vous trompiez d’objet : mon texte ne concerne pas le burkini, mais les discours sur le burkini – il est donc normal que n’apparaissent pas les voix des concernées que je mentionne, puisque l’objet de mon texte est justement de dire qu’elles n’apparaissent pas – et comme effectivement je ne suis pas concernée, je me garde bien de donner mon avis quant au port du burkini : je suis, comme je le dis clairement dans ce texte et dans d’autres, dans une position d’alliée – quant à la couleur des voix, vous pourriez vous renseigner sur le militantisme antiraciste actuel, sur le féminisme intersectionnel et l’afroféminisme : vous comprendriez pourquoi la couleur compte, et même beaucoup

  9. Mirsad dit :

    Belle analyse. Et beau discours. Un peu abscon. Voire élitiste. Qui nous perd un peu. Intéressant quand même. Question: puisqu’il est question des intéressées qui n’ont pas la parole que ne l’avez-vous pas fait ici-même??? Vous devez avouer qu’il est difficile d’obtenir un témoignage de femmes musulmanes à ce sujet. Vous devez savoir quand même que puisqu’il s’agit d’un acte religieux – porter le burqiniq- la femme qui le porte ne dira que son bien fondé et sa volonté de le porter. En tant que droit et pratique religieuse. Que voulez-vous qu’elles nous disent de plus ces femmes voilées? Elles n’ont certainement pas le pouvoir de dire non face à une autorité archaïque et machiste qui commande la charia Toutes petites les jeunes filles sont éduquées pour le port du voile. Elles ne peuvent que le porter surtout dans un milieu familial et social des plus conservateurs. Ce qui nous effraye nous les occidentaux c’est de voir que l’on peut retourner quelques siècles en arrière juste avec un vêtement. Or nous ne voulons pas ce retour en arrière. C’est compréhensible. Si vous trouvez une seule femme qui le porte venir expliquer qu’elle est obligée et qu’elle préférerais faire autrement alors oui cette parole devient significative parce ce qu’elle va nous raconté une histoire. Elle va nous toucher là où nous sommes sensibles: la liberté d’agir avec notre corps. Ce qui nous effraye c’est donc cette impression de non liberté dans un pays de liberté. Être enfermé. Alors qu’on peut être libre. Ça doit raviver quelques peurs du temps où nous étions des esclaves. Même si actuellement on pourrait discourir sur notre prétendue liberté face aux dogmes économiques… Mais quand même il existe une certaine liberté de penser et d’agir. Et voir ces corps de femmes emprisonnés ne me fait pas plaisir du tout. Elles n’ont que peu de choix. D’autant qu’il est un principe partagé dans le monde entier: respecter les coutumes et les lois du pays qui vous accueille. Toutefois, J’aimerais bien savoir si ces femmes seraient heureuses de vivre en Arabie Saoudite???

    • Marie-Anne Paveau dit :

      vous trouvez mon texte abscons mais vous êtes sur un blog de linguistique et d’analyse du discours : cette discipline, comme d’autres, a besoin d’une terminologie technique pour assurer la précision des analyses – votre commentaire est intéressant car vous pratiquez exactement ce qui est analysé et critiqué dans le texte : « vous devez avouer », « vous devez savoir » : vous m’imposez de penser comme vous le souhaitez – vous faites de même avec les musulmanes à qui vous imposez, comme caroline fourest et laurence rossignol et bien d’autres, la signification de leur voile ou de leur burkini en les privant de leur liberté de parler et de choisir, et en les considérant comme des personnes complètement assujetties – mais quand on les écoute, elles disent bien autre chose, et en particulier qu’elles choisissent, et notamment sans leur mari ou leur frère – pour des raisons qui tiennent à vos fixations idéologiques, vous ne pouvez pas du tout accepter ce discours-là – de plus, vous en faites des étrangères en parlant du pays qui les accueillent : mais les femmes musulmanes dont nous parlons sont pour la plupart françaises, nées en france, et la france est leur pays tout autant que le vôtre ou le mien

      • Mirsad dit :

        Merci pour la réponse.

        Effectivement vous avez raison.
        Je pratique ce que vous dénoncez..
        Avec cette nuance qui semble vous échapper: « « vous devez savoir que » ou bien  » vous devez avouez » n’est pas forcément une tournure pour vous obliger à penser ou faire comme moi. Il s’agit d’une tournure grammatical qui interroge. Alors peut-être aurais-je dû formuler autrement: « savez-vous que? » ou bien « est-ce impossible d’imaginer que? », etc… toutes ces tournures verbales ne mènent pas loin. On chipote.
        Jésus a dit: ce qui entre dans la bouche n’est pas une souillure. c’est ce qui en sort…
        Les mots sont dangereux, les concepts sont dangereux.
        Vous dites que les femmes musulmanes choisissent! Mais comment en êtes-vous certaine??? Pour toutes? Oui beaucoup de musulmanes ne choisissent pas! vous devez le savoir aussi. Pardon: comment se fait-il que vous le sachiez point?
        Oui certaines choisissent le voile, comme la chanteuse Diam’s. Pour elle c’est un vrai choix. Je le respecte. Même si je ne l’approuve pas.
        Et si je dis que la burqua me dérange, c’est qu’il doit bien y avoir quelques raisons? Et je n’ai pas forcément besoin de l’avis de vos « intéressées  » pour énoncer mon opinion.
        Ce qui pose problème est l’instrumentalisation des femmes à des fins religieuses. C’est tout simplement inacceptable. Tout comme la pornographie est abjecte pour vendre je ne sais quelle idée de liberté sexuelle.
        Les extrémistes sont à combattre.
        Pas mes tournures de phrase.
        Même si elles manquent pour vous de précision, et qu’elles semblent vous obliger…
        Enfin je suis musulman et je ne reconnais pas du tout cette religion dans ces aspects d’instrumentalisation vestimentaire.
        Qui n’est inscrite nulle part dans aucun verset du Coran.
        Vous ne la voyez pas cette instrumentalisation?

        Enfin seule la parole des concernées semblent vous intéresser. Et que vous dénoncez l’inexistence de cette parole. C’est comme si l’on ne pouvait plus rien dire. Mon commentaire est donc sans intérêt. Puisqu’il est le fruit de ma pensée ma pensée est donc inutile puisqu’il je ne suis pas cette intéressée qui porte le voile. A vous lire le débat n’a pas lieu d’exister et nous feignons son existence avec nos commentaires.
        Vite allons chercher la voix qui manque tant à ce débat pour que le débat puisse exister.

  10. Ronette Pulaski dit :

    Super. Donc, unies (oui, nous les femmes, parce que la modestie et la pudeur ne peuvent concerner que notre pauvre petit genre : le mâle, lui, n’a pas à se poser ce genre de question) avec nos sœurs chrétiennes, nous nous retrouvons, ô joie, dans le pudique. Quel progrès, quelle avancée… Quid des sœurs (et des frères, pour le compte) athées (ou dont la foi ne s’agrippe pas à de bouts de tissu) qui n’en ont strictement rien à fourguer de ces calembredaines ? Autrefois (mukashi mukashi, pour reprendre l’expression de nos amis japonais), les bains municipaux au Japon étaient mixtes. Hop, tout le monde à poil dans le même bassin. Arrivèrent, avec l’armada du commodore Perry, d’ennuyeux missionnaires. Et même si le Japon resta bouddhiste et shintoïste, hommes et femmes apprirent que, ah hum, ça ne se faisait pas, les bains mixtes. C’est rigolo : mais chaque fois que je vais à la plage ou à la piscine, c’est à mon frère japonais que je pense. Pas du tout, du tout à ma «sœur chrétienne».

    • Marie-Anne Paveau dit :

      mon texte porte sur la parole des concernées, il ne me semble pas que les athées soient concernés par cette affaire – « hop, tout le monde à poil » écrivez-vous (en utilisant comme d’autres cette expression décontractée qui veut sans doute insister sur votre « libération » ? ») : comme caroline fourest et bien d’autres, vous semblez estimer que se mettre nu est une attitude progressiste et meilleure que le recouvrement – votre subjectivité n’est pas une loi universelle, la voix des autres doit être entendue

  11. ruchon dit :

    Une analyse qui fait du bien. En Nouvelle Calédonie, les femmes mélanésiennes pouvaient se baigner en robe missionnaire (autre problème…) à côté de femmes en bikini ou en string sans que cela ne déchaîne un tel torrent discursif ! Ceci dit, je ne sais pas ce qu’il en est aujourd’hui…

    • Marie-Anne Paveau dit :

      ah c’est intéressant – en fait il faudrait pouvoir faire le tour des plages du monde pour observer les pratiques de plage – on va demander une anr…

  12. loa dit :

    Qu’est ce qu’il fait pas entendre ou lire… Caroline Fourest se rend-elle compte en affirmant « Quand on va à la mer, c’est pour se détendre, pas pour se prendre les problèmes psychologiques ou les convictions idéologiques des autres en pleine figure.  » qu’on pourrait lui retourner cette phrase, elle qui a un problème psychologique et/ou idéologique avec le burkini et les femmes qui le portent ? A-t-elle plus que d’autres le droit de se détendre ? Et alors elle, personne n’a à venir contester son droit à venir à la plage plutôt que dans « une piscine privée ou sa baignoire. »….

    • Marie-Anne Paveau dit :

      je ne suis pas sûre que caroline fourest se rende compte de quoi que ce soit en fait, elle est dans une espèce de projection généralisée sur à peu près tous les sujets qu’elle traite…

  1. 26/08/2016

    […] Je m’énerve depuis quelques jours sur cette affaire de burkini, et en particulier sur les discours produits à partir de l’événement, qui, et c’est habituel dans ce genre de polémique, ne donnent jamai  […]

  2. 28/08/2016

    […] l’énonciation ventriloque” http://penseedudiscours.hypotheses.org/4734 par @ […]

  3. 28/08/2016

    […] l’énonciation ventriloque” http://penseedudiscours.hypotheses.org/4734 par @ […]

  4. 28/08/2016

    […] Cette forme énonciative cible particulièrement les individus habituellement minorisés, voire stigmatisés, et parfois vulnérables : les femmes, les individus racisés, les musulman.e.s. Et elle est, sans surprise, plutôt adoptée par des dominant.e.s, non racisé.e.s, non stigmatisé.e.s, et n’appartenant pas à des minorités, visibles ou invisibles. J’ai creusé cette posture énonciative il y a quelques mois dans le séminaire de M2-Doctorat que j’avais nommé « Insécurités discursives et locuteurs vulnérables », et je reprendrai ce dossier dans une conférence à Belo Horizonte le mois prochain, dans le cadre d’un colloque consacré aux « Discours et inégalités sociales« . Ce fonctionnement du discours est devenu un de mes objets d’investigation actuels (toujours avec la volonté d’occuper une position d’alliée essayant d’éviter tout discours surplombant qui exploiterait mes privilèges) : j’essaie de le décrire et de l’articuler théoriquement, car, contrairement à ce qu’on pourrait penser, les linguistiques TDI (texte, discours interaction) ne s’en sont pas occupé ; il n’existe pas en effet de travaux qui décrivent et analysent en linguistique l’acte de parler à la place des autres sans leur consentement.  […]

  5. 30/08/2016

    […] le blog de Marie-Anne Paveau, on s’arrête sur le tintamarre autour du burkini et sur les discours multiformes qui […]

  6. 03/09/2016

    […] to an important analysis by Université Paris 13 linguistics professor Marie-Anne Paveau, “Parler du burkini sans les concernées: De l’énonciation ventriloque,” posted August 17th on the website “La pensée du discours: La théorie du discours […]