« Philosophe » et « jolie blonde » sont-ils synonymes ? Réflexions sur la question potiche

Une philosophe

Ce matin je lisais sur le blog de Gérard Noiriel une critique assez ferme de la manière dont les médias ont traité « l’affaire » Olivier Py (non reconduit à la direction du théâtre de l’Odéon) : Noiriel remarque en particulier que les « défenseurs » de Py ont avancé comme arguments en sa faveur des traits qui n’ont pas grand rapport avec ses compétence de directeur de théâtre, comme sa gentillesse, son orientation sexuelle ou sa croyance religieuse.

J’ai trouvé la remarque juste mais je me suis dit que si Noiriel devait faire un billet à chaque fois que les femmes sont réduites à des traits sans rapport avec leur compétences, il n’écrirait pas tous les dimanches mais toutes les heures.

Dans un papier de Libération intitulé « Cynthia Fleury, ou comment braver la vie », écrit par Cécile Daumas dans le supplément Next, la philosophe est présentée comme une « jolie blonde » au tout début de l’article :

Marine Le Pen, la réforme des retraites ou Mad Men, rien ne lui fait peur. Jolie blonde cheveux sagement tirés en arrière en une longue queue de cheval, la philosophe Cynthia Fleury n’est pas du genre à se cacher derrière Socrate ou Heidegger pour se dérober au questionnement du monde.

On se demande évidemment ce que la la beauté, la blondeur et la queue de cheval viennent faire dans le « questionnement du monde », et on se dit que décidément, les histoires de blonde ont encore de l’avenir. Mais il y a pire (en matière de réduction stéréotypée, d’altérisation, dirait Christine Delphy, il y a toujours pire). Dans le Cahier des livres de Libération de jeudi dernier (il faudrait peut-être que j’arrête de lire ce journal, finalement), je lis un article sur l’écrivaine Silvia Avallone, auteure du roman D’acier. Le texte, écrit par Françoise-Marie Santucci, est intitulé «La gauche de mon pays ne fait plus rêver les jeunes» et commence comme ça :

Silvia Avallone surprend ou séduit pour les mêmes raisons. Ses gros seins, son sourire, ses cheveux bouclés en cascade, son imposant tatouage tribal sur l’épaule gauche qui date de ses 15 ans, les 350 000 exemplaires de D’acier vendus en Italie, les 12 traductions en cours, le fait qu’elle a été finaliste de l’équivalent du Goncourt. Elle a beau citer une phrase de Don DeLillo sur «la peur» en exergue de son roman (1), on dirait qu’elle n’en ressent aucune. L’assurance est forcément un peu forcée. Son père était un petit commerçant napolitain établi à Piombino, sa mère enseignante en primaire originaire du Piémont, qui ont fini par divorcer. Enfant unique, Avallone est mariée à un libraire, et ils vivent à Bologne. Cette inlassable lectrice de Balzac, DeLillo, Capote, Nabokov, Dostoïevski ou Flaubert écrit aussi de la poésie, et récemment, un texte sur Anna Magnani.

À moins que Silvia Avallone n’écrive avec ses seins, on ne voit pas bien ce que la remarque vient faire dans une interview d’écrivain, ni d’ailleurs l’énumération de ses traits physiques : sourire, cheveux, tatouage. Visiblement, la journaliste a été impressionnée par la poitrine de son invitée, et ne peut s’empêcher de l’écrire. Ça manque quand même un peu de réflexivité : vous imaginez que les journalistes qui interviewent les hommes politiques commencent leur papier par des remarques sur leur sourire, leurs cheveux et leurs grosses… euh, voix ?

 

Une écrivaine

Le lecteur ou la lectrice discrimino-sensible aura remarqué que les auteures de ces affligeantes réductions sont des femmes, qui, quand elles s’y mettent, peuvent être d’aussi bons machos que leurs congénères masculins. Quans j’enseignais au lycée Jeanne Hachette à Beauvais dans les années 1990, deux nouvelles CPE étaient arrivées la même année, toutes d’eux « d’origine » antillaise, comme on dit, l’une martiniquaise et l’autre guadeloupéenne. Il y avait eu cette année-là un projet de manifestation sur la littérature francophone des Antilles, et, pour le défendre, la documentaliste avait eu cette phrase malheureuse et remarquée : « Cela permettrait de mettre en valeur nos nouvelles CPE ». M’était tout de suite venue en tête l’image de deux grandes et belles plantes en pot qu’on aurait artistiquement placées à la grille du lycée, ou de deux jolies potiches élancées qui auraient avantageusement encadré la porte du CDI. Notre documentaliste, bardée d’authentiques engagements progressistes, antiracistes et solidaristes, était évidemment animée de bonnes intentions, mais je m’étais demandé si elle aurait fait la même remarque à propos de CPE mâles. « Mettre en valeur nos Antillais » ? Ça le fait moins, avouez. Altérisation, quand tu nous tiens.

Morale de l’histoire : si vous êtes blonde, jolie, avec des gros seins, tatouée, ou antillaise, surtout continuez d’écrire et de penser, et évitez les journalistes de Libé.

P.S. : je viens de recevoir sur Twitter ce lien vers une magnifique série de photos de Pierre-Yves Ginet sur la marche mondiale des femmes, qui a tout à voir avec ce billet… Merci à @stephlulu

P.S. bis : et je me rends compte quelques heures après d’un très joli lapsus tapoti que je ne corrige pas : « toutes d’eux » au lieu de « toutes deux » (dans l’avant-dernier paragraphe), il fallait le faire celui-là…

Crédits
1. « Blond little girl », 2008, MirialDJDolls, galerie de l’auteure sur Flickr, CC.
2. « Statue’s bosom », 2008, Pauldriscoll, galerie de l’auteur sur Flickr, CC.


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Bombay Magic dit :

    Merci pour ce billet. L’extrait de l’article sur Silvia Avallone est completement ahurissant…
    Personnellement, ca ne me derange pas qu’on pimente un article d’une description physique, j’aime m’imaginer les gens, les lieux … J’aime aussi savoir si le penseur est vieux, si sa voix chevrote et sa main tremble… Si son oeil est percant ou eclaire ou desabuse…
    Mais les gros seins…. non
    (par contre, je pense qu’il existe une discrimination a l’egard de la mochete, ou de la banalite, et qu’elle est beaucoup plus marquee pour les femmes que pour les hommes. Il semblerait que ce soit plus facile de percer en tant qu’intellectuelle, journaliste, ecrivaine etc quand on est jeune et jolie. Je crois que ca a moins d’importance pour les hommes.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci pour ce commentaire vu de bombay, je suis d’accord sur ce que vous dites de la description physique, et je pense même que le rapport esprit-corps est continu – c’est sans doute pour ça que le trait « mammaire » m’a semblé très déplacé, parce qu’il reconduit ce stéréotype idiot qui voit les intellectuels sans corps (et du coup d’ailleurs les sportifs par exemple sans intellect, ça marche dans les deux sens) – il semble que cette journaliste ai été réellement étonnée par le fait que cette écrivaine possède un corps visible et proéminent ! (on pourrait dire quelque chose d’analogue sur les fonctions corporelles des hommes politiques, comme le montre l’actualité) – sur la discrimination, oui et non, pour les mêmes raisons : dans certains milieux, on ne peut pas admettre qu’une femme soit physiquement dans les canons de la beauté et en même temps intellectuellement performante, ça ne colle pas… en tout j’ai découvert votre blog, et il est maintenant dans mon reader, à bientôt, de blog à blog

  2. Christèle dit :

    Bonjour Marie-Anne, je partage votre constat. Mais du coup je m’interroge : quelle est l’utilité des photos dans les magazines, par exemple Le Monde 2, ou Clefs, dans lequel figure le portrait de Cynthia Fleury, pour reprendre votre exemple ?
    On ne peut guère penser que ces images sont censées aider le lecteur à comprendre l’interview, contrairement à des photos d’illustration qui complètent un article. Alors la fonction des portraits est sans doute de permettre de créer de l’empathie, ou de l’identification.
    Mais à voir ces photos, on peut penser que la discrimination n’est pas seulement entre les hommes et les femmes, mais entre les beaux et les laids.
    De ce point de vue les hommes ne sont pas épargnés je crois par les discriminations physiques. Alors on peut se dire que l’on pardonne plus souvent à un homme d’être laid s’il est intelligent, c’est à dire s’il est capable de formuler une pensée compréhensible, c’est d’abord ce qu’on attend d’un écrivain, mais on peut se demander si pour une femme laide l’esprit compense les défauts d’apparence. C’est en réalité un peu plus complexe, mais on ne peut pas ici décrire tous les scénarios.
    On peut encore retourner le problème en se disant que la blonde bénéficie d’une discrimination positive dans un monde de la pensée dominé longtemps par les hommes. A mon sens ce n’est pas la meilleure voie pour rendre justice à la pensée, féminine ou masculine.
    Si une part des jugements de valeur étrangers aux compétences des uns et des autres participent, volontairement ou non, d’une discrimination qui sert un ordre établi inégalitaire, entre deux sexes, entre des peuples, d’autres sont peut être à rapporter à une appréhension plus immédiate de l’autre, dont on perçoit les traits physiques en même temps que le langage explicite. Quand un journaliste rend compte d’une rencontre, fait-il partager son analyse de l’oeuvre objet de l’interview, (auquel cas il lui suffirait de lire l’ouvrage en question, à moins de n’avoir besoin d’une explication de texte qui peut d’ailleurs se faire par téléphone)ou fait-il partager une émotion, et à ce moment là c’est une rencontre subjective dont il est question, qui déborde l’ouvrage pour concerner la personne, en chair et en os?
    Il y a donc plusieurs manières de prendre ce problème. Par les discriminations, mais alors tout est discrimination dans ce monde, ou en se posant la question du pourquoi ces détails sur l’apparence physique des unes et des autres ?
    Ce qui est gênant, c’est le glissement insidieux de l’attention aux détails singuliers de la personnalité aux jugements de valeur normatifs mais non explicites, qui transforme la différence en discrimination.
    Dès lors, le journaliste doit être attentif à ne pas transformer des singularités de la personnalité en discriminations ordinaires même animé de bonnes intentions. Alors à quoi servent les portraits dans les magazines consacrés à la pensée ? Elles montrent en tous cas l’ambivalence d’une presse qui prétend par moments ne s’intéresser qu’à la pensée sur le monde, sans assumer que la diffusion de cette pensée n’est pas neutre, et passe plus facilement voire inéluctablement par les jugements de valeurs esthétiques,politiques et moraux. Si on ne peut pas les évacuer, on pourrait exiger qu’il y ait au moins une pensée réflexive et un effort d’explicitation dans la mise en contexte de l’oeuvre présentée.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci de ce commentaire fin et suggestif – je voulais parler de la photo illustrative et puis le format du billet ne me l’a pas permis – pour cynthia fleury, dans le papier que j’évoque, il y a deux portraits à peu près semblables correspondant au stéréotype de la « jolie-blonde-à-queue-de-cheval » pour un texte assez court et je me suis demandé pourquoi ces deux photos, alors qu’une aurait suffi – je remarque que votre commentaire porte sur cynthia fleury mais pas sur l’écrivaine italienne avec ses « gros seins », qui, me semble-t-il, invalide votre hypothèse, que je partage bien par ailleurs, de la part émotionnelle et subjective : là-dessus je suis vraiment d’accord, d’autant plus que je défend une approche intégrée et non dualiste du rapport entre affect et intellect, etc., mais là, j’ai trouvé que les partis pris étaient vraiment trop évidents
      sur la discrimination qui toucherait aussi les hommes je ne suis pas d’accord : elle est en quantité tellement inférieure – il faudrait faire une enquête (passionnant sujet de recherche si j’avais le temps) sur les remarques physiques sur les hommes interviewés, elles seraient (j’essaie d’être prudente avec mon conditionnel) sans doute plus rares, excepté le stars de l’image comme bhl ou les physiques très travaillés du côté queer par exemple
      il y a une magnifique série de portraits de philosophes sur le site de steve pyke (http://www.pyke-eye.com/philosophers.html) et ils appellent des commentaires émotionnels, en tout cas de ma part, sur les regards et les mimiques en particulier (baudrillard est tellement « français », pourrait-on dire stéréotypiquement)
      en tout cas merci de cet échange et au plaisir d’une autre cyberconversation !