Un « Grammar Nazi » est-il un grammairien ou un nazi ?

En lisant le Big blogue de Londres en janvier dernier, blogue canadien francophone hébergé sur cyberpresse.ca, qui décrit la vie londonienne à travers les yeux d’une journaliste québécoise installée en Grande-Bretagne, je tombe sur ce que j’appelle un événement discursif moral, c’est-à-dire un ensemble de métadiscours critiques qui épinglent les usages d’un mot ou d’une expression. Le billet est intitulé “Nazi”, une insulte de trop? et il y est question de l’expression health nazi :

Restons dans le politiquement correct, si vous le voulez bien. En novembre 2008, Jon Gaunt, animateur d’une radio sportive, TalkSport, a traité un invité de “nazi de la santé” et de « sale ignorant ». Il s’adressait à un conseiller d’un arrondissement de Londres qui ne permet plus aux parents fumeurs d’adopter un enfant. Une cinquantaine de plaintes plus tard, la radio l’a congédié et l’équivalent britannique de la CRTC a jugé ses propos injurieux et inadéquats.

L’article propose l’enregistrement de l’émission et l’on entend effectivement Jon Gaunt traiter le député conservateur de « health nazi » et d' »ignorant pig ». Le député réagit vivement : “Je ne vous permettrai pas de me traiter ainsi, c’est une injure, une remarque insultante qui est émotive et rabaisse la discussion au ras des pâquerettes.”

Les 60 commentaires francophones qui suivent, qui viennent essentiellement de Québécois, constituent une discussion extrêmement intéressante et un véritable morceau de folk linguistics fine et convaincante. On y trouve une défense de l’animateur et de son lexique, appuyée sur trois arguments (les citations des commentaires conservent la graphie d’origine) :

L’argument du chat (i.e. « il faut appeler un chat un chat »). C’est un argument très fréquent dans les discours ordinaires sur la langue, qui repose sur la conception de la langue comme reflet du monde, et donc sur un rapport direct entre les noms et les choses. Le langage est alors vu comme une sorte de nomenclature qui nomme chaque chose par un nom spécifique. Il s’agit d’appeler les choses par leur nom, étant entendu qu’un seul nom peut nommer justement une chose :

+ De la radio comme je l’aime. Qui appelle un chat un chat. Qu’on vienne pas me dire qu’un chat est un félin ou pire, un tigre miniature.
+ comment qualifier cette stupide loi si on ne peut pas dire : “nazi de la santé” ?

L’argument du paradigme lexical : health nazi n’est pas condamnable parce qu’il s’inscrit dans une série qui motive le changement de sens de nazi par extension et affaiblissement :

+ Dans un épisode de la série Seinfeld, un fleuron très populaire de l’humour Juif New-Yorkais, on a utilisé le terme “soup nazi” à profusion pour désigner un propriétaire de restaurant qui imposait des règles arbitraires, authoritaires et absurdes à ses clients [voir par exemple cet épisode, où le terme Soup Nazi est prononcé à 1.12]. Je pense (que les défenseurs de la rectitude politique l’admettent ou non) que le mot “nazi” est utilisé à toutes les sauces et est entré dans no moeurs et notre vocabulaire ainsi que dans les moeurs et le vocabulaire de nos amis Anglais.

+ Losque nous nous exprimons en anglais, le terme “NAZI” n’est pas une allusion qui est censée insulter une personne. Par exemple, si je vois que mon amie ne cesse d’harcler son mari afin qu’il consomme davantage de fruits et légumes, je pourrai lui dire, “Oh come on, Diane, don’t be such a fruit Nazi! ” En français, une traduction parfaite est impossible, mais c’est comme si je venais de dire, “Diane, tu es vraiment en train de persécuter ton mari avec ton histoire de fruits et légumes.”
Dans nos conversations, nous pouvons dire,
“Fitness Nazi” (bourreau de la forme physique)
” Eco-Nazi” (un fou-furieux de l’environnement)

– Une variante de l’argument précédent, qui introduit la notion de contexte historique ou géographique :

+ Bon mais c’est un sens étendu qu’il donne au mot. Cela est d’usage en Angleterre ou non ?
+ Au Québec, je ne serais pas étonné que des gens traiteraient le conseiller d’Ayatollah ou pire de fasciste de la santé. Mais il n’est ni réellement un fasciste ou un Ayatollah c’est un sens étendu apporté au mot. Pour décrire l’intransigeance.
+ Vous oubliez que c’est en Angleterre. En Europe, parler de nazisme est encore un sujet délicat, bon pour les Pete Doherty de ce monde. Eux ont connu le nazisme de près. Ici, c’est plus loin, alors le détachement est plus facile… Être traité de nazi là-bas, c’est grave.
+ N’y a-t’il pas une subtilité en anglais dans l’utilisation de nazi? Par exemple, lorsque les républicains affirment qu’Obama est un nazi, il y a clairement un lien avec le nazisme de la 2e guerre mondiale, de politiques. Traiter un Allemand de “sal nazi”, je suis tout-à-fait d’accord que ce serait déplacé. Mais l’expression “health nazi”, ne serait-ce pas semblable au “soup nazi” de Seinfeld? Il doit y avoir une part contextuelle dans l’histoire.

Si je récapitule :
Health nazi est un mot fort qui désigne une réalité forte.
Health nazi entre dans une paradigme composé de soup nazi, fruit nazi, fitness nazi et eco-nazi (et, on le verra plus loin, open source nazi, safety nazi, aerobics nazi, feminazi.
Health nazi semble plus acceptable aux États-Unis ou au Canada qu’en Europe car les Nord-Américains n’ont pas eu l’expérience directe du nazisme.

Je voudrais insister sur l’argument du paradigme et examiner un terme qui n’est pas mentionné dans les commentaires ci-dessus mais qui abonde sur la toile : grammar nazi. Le terme désigne quelqu’un de très intolérant sur les fautes de langue dans des contextes plutôt ordinaires, qui corrige les fautes sur les forums, les graffitis ou les pancartes par exemple (dans les multiples représentations du grammar nazi sur le net, on retrouve souvent l’exemple de your vs you’re, comme on le voit dans le cartoon de Carl Huber ci-contre). Le mot reçoit plusieurs définitions spontanées et savantes :

+ Sur le portail « Generation Fallout » : « Un Grammar Nazi est un membre, généralement empli de responsabilités, qui insiste pour préserver l’intégrité de la langue française. Il est généralement très sévère envers ceux qui bafouent les règles (même les plus avancées) de la grammaire et de l’orthographe française »

+ Sur Wiktionary : « grammarNazi (plural grammar Nazis) : (slang, idiomatic) Person who habituallycorrects or criticizes the language usage of others, especially in situations where it is unnecessary e.g. an informal conversation ».

+ Sur Wikipedia anglophone, à l’entrée nazi : « The usages seen in popular culture are seen as offensive by some; these include the politically correct as well as those who consider the use to be a trivialization of the Nazis, who killed millions. Phrases like « Open Source Nazi, » « Feminazi, » or « Soup Nazi » are examples of those in common use ».

+ Dans L’Oxford English Dictionary, comme l’explique Arnold Zwicky sur son blog, dans un billet intitulé X-Nazi, qui allonge par ailleurs le paradigme lexical avec safety nazi et aerobics nazi : « The OED entry has a 1982 cite for the Safety Nazis and a 1995 cite for Aerobics Nazis, indicating that the very well-known use of soup Nazi on the television sitcom Seinfeld might have been a vector for the spread of the pattern X Nazi, but it wasn’t the source of the pattern. (The episode “The Soup Nazi”, the 116th on the show, first aired on 11/2/95.) ». Et il ajoute : « On to grammar nazi, which is all over the place. Here’s a 2008 Ozy and Millie cartoon with it »

Il semble donc qu’il existe bien un usage non mémoriel de nazi dans une structure composée [X+Nazi], mais que cet usage repose sur quelques contraintes :

– La langue anglaise : nazi de la grammaire ou nazi de la santé ne semblent pas possibles en français, et inutile de parler de nazi du fruit, nazi du fitness ou nazi de l’open source !
– L’emploi sur le continent américain : l’épisode de l’émission de radio anglaise et l’indignation du député montrent bien que la condition de la langue n’est pas suffisante et qu’il faut aussi une condition géographique.
– Les sujets semblent surtout sociaux comme l’écologie, l’alimentation, la santé, la langue et la grammaire, l’open source, le féminisme.

Il me semble y avoir une preuve énonciative de cet usage affaibli. Il n’est pas rare de trouver des énoncés sur le modèle « je suis un grammar nazi », où le locuteur use du terme pour s’auto-désigner, ce qui est a priori incompatible avec une désignation dévalorisante (sauf ironie ou posture masochiste…). On peut alors se dire que le terme est neutralisé, comme le montrent ces trois tweets du 12 avril dernier :

+ JDru Jessica : @UteFan87 I’m a total grammarNazi.
+ iAmDaisyy Daisy Cosio : « I am the…ULTIMATE GRAMMARNAZI » « DUN DUN DUN. »
+ danotingcungco Dano Tingcungco : @alyxayn make that two. I’m a grammarnazi too. Hehe

Le terme est d’ailleurs tellement banalisé (i.e. entré dans le lexique de l’anglais) qu’il sert de base pour former des mots, ce qui est un fort indice de lexicalisation. On trouve en effet grammar nazi-ish et grammar nazi-ism (tweets même date) :

+ CaptainJanzen Ian Janzen : @Kebin_Stewart Someone is especially GrammarNazi-ish tonight.
+ OpTic_STaRDuST Jin Yoong Oh : @MissHipsterTaco Bah. You and your grammarnazi-ism. And I love you too <3

Alors, un grammar nazi, grammairien ou nazi ? Ni l’un ni l’autre bien sûr, mais l’expression est un bon exemple de ce que Bakhtine avait dès les années 1920 nommé « mémoire des mots », formulant l’idée que le sens lexical naît de l’usage social et vivant par les locuteurs d’une société, plongés dans un environnement social, culturel, axiologique. Les mots, comme les gens et les choses, sont fondamentalement situés.

Crédits

1. Illustration d’une discussion sur le forum ecrans.fr de Libération, à propose d’une accusation d’antisémitisme dont le cinéaste Godard est victime en 2007 (message de élie 14.07.2007)
2.  » Oh. Gross. Sorry », Carl Huber, The Warehouse Comic, 2010
3. « Ozy and Millie », D.C. Simpson 2008, cité par Arnold Zwicky sur Arnold Zwicky’s blog. A blog mostly about language


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...