Le mot de trop 5. Corde

La corde ici, c’est celle du pendu : c’est le mot interdit par le proverbe « Il ne faut pas parler de corde dans la maison d’un pendu ». L’interdit est une drôle de chose, car il constitue en fait le cœur du dit. Vincent Descombes, dans L’inconscient malgré lui, le dit très bien :

Soit l’exemple d’un secret véritable : « Il ne faut pas parler de corde dans la maison d’un pendu ». C’est en quelque sorte la loi du lieu, et l’étranger lui-même a vite fait de l’apprendre s’il veut en être l’hôte. Impossible de la suivre sans la connaître. « Pensez-y toujours, n’en parlez jamais », cette consigne fameuse s’applique fort bien ici car il faut y penser sans cesse afin de ne jamais en parler. Bien entendu, en évitant de prononcer le mot frappé de malédiction, on voulait chasser les pensées pénibles et les souvenirs cruels. On obtient le résultat contraire par cette méthode qui fixe les habitants de la maison à l’événement malheureux. La volonté d’oublier comme la volonté de ne pas savoir signifient l’impossibilité de l’oubli, le savoir trop lourd à porter. Qui plus est, ce non-dit de la maison du pendu va devenir bientôt le seul dit qui y sera prononcé. Il ne s’agit plus que d’éviter toute allusion à l’abominable. Quoi qu’on dise, on parlera pour ne pas dire ce à quoi chacun pense [1].

Ce dont on ne doit pas parler (et qui, pour trahir Wittgenstein en passant par Freud via Anna O., doit être formulé) envahit donc l’espace de la parole, dans le bruit du non-dit, si l’on peut dire. Il y a là presque une formation de l’inconscient, qui organise les comportements langagiers et qui met son empreinte sur notre vie psychique. Cette histoire de corde interdite est bien proche du mot d’esprit qui, selon Lacan, « désigne ce qui n’est vu qu’en regardant ailleurs » et qui a trait à une « dimension radicale », qu’il appelle « la dimension d’alibi de la vérité »[2]. Et c’est finalement bien ce que dit le proverbe : ne pas dire la vérité du lieu. Variante : On ne parle pas des choses qui fâchent. Règle sociale extrêmement robuste et qui est valable à peu près dans tous les milieux et dans toutes les cultures sociales. Réputée morale de salon sous la version « ne pas parler de religion et de politique à table », elle assure en fait un lien social fondamental. Et les whistleblowers, qui savent ce que parler de corde veut dire, le savent intimement.

Il y a cependant des groupes où la corde est le centre des conversations. Dans un des romans de Lawrence Block, Drôle de coup de canif, le détective Matt Scudder, en cure aux Alcooliques Anonymes, discute avec son amie Willa :

– Ça ne fait rien si on parle de l’alcool, comme ça ?
– Que croyez-vous que nous fassions, aux réunions ? Nous parlons tout le temps de l’alcool. Certains d’entre nous passent plus de temps à en parler qu’ils n’en passaient, avant, à le boire.
– Mais vous ne vous dites pas que c’était vraiment affreux ?
– Parfois. Et parfois nous nous disons que c’était absolument merveilleux.
– Je ne m’en serais jamais doutée.
– Ce qui m’a le plus surpris ce n’est pas ça, c’est le rire. Les gens parlent de choses horribles qui leur sont arrivées et tout le monde est plié en deux.
– Ça m’étonne qu’ils en parlent et qu’en plus ils se marrent. Je pensais sans doute que c’était comme si on parlait de corde dans la maison d’un pendu.
– Dans la maison d’un pendu, lui dis-je, la corde est probablement le principal sujet de conversation [3].

Dans l’imaginaire, cette sinistre corde est pourtant dotée d’une très grande valeur. Écoutons le TLFI : « Avoir de la corde de pendu. Avoir de la chance. On voit bien que je viens de toucher de la corde de pendu ou tout comme ; j’ai une sacrée veine (PROUST, Guermantes 2, 1921, p. 338) ». C’est que la corde de pendu vaut cher et constitue un porte-bonheur, selon une superstition ancienne (autour du 16e siècle) qui veut que « ce qui a servi à un supplice est chargé d’un pouvoir magique positif (ayant sans doute épuisé les potentialités néfastes de tout objet) » (Dictionnaire des expressions et locutions du Robert).

La corde du pendu et autres histoires est d’ailleurs le titre d’un album de Lucky Luke sorti en 1981 : dans la première histoire, le cowboy arrive à Oakville juste avant une pendaison. Il découvre que le vendeur de corde de la région provoque la majorité des pendaisons, pour récupérer la précieuse corde et la revendre. Le cours de la corde s’effondre…

Mot de trop, mot tabou, mot déplacé : le mot corde, parce qu’on lui fait dire autre chose que lui-même, se voit pris dans le réseau métaphorique de la gestion sociale de la parole. Évitons désormais de fréquenter les demeures des pendus.

Références

[1] Descombes V., 1977, L’Inconscient malgré lui, Paris, Minuit, p. 34.
[2] Lacan J., 1998 [1957-1958], Séminaire 5, Les formations de l’inconscient, Paris, Éditions du Seuil, p. 25.
[3] Block L., 1990 [1989], Drôles de coups de canif, Paris, Gallimard, Série noire, p. 171.

Crédits :

1. « Reversible tarot card », Wm Jas, 2009, galerie de l’auteur sur Flickr, CC.
2. Morris et Goscinny, 1981, La corde du pendu et autres histoires, Dargaud.

La série d’hiver « Le mot de trop » prend fin. La semaine prochaine, c’est le printemps. Comme à chaque saison, La pensée du discours renouvellera sa garde-robe et ses contenus.



Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Bombay Magic dit :

    Il y a quelque temps a Bombay, je dejeunais entre autres, avec une jeune femme qui va ouvrir une ecole de yoga. L’une des convives m’interroge sur les attentats de Bombay de novembre 2008. J’entame le recit de ces jours, de ces heures. Il est rare desormais que j’en parle, mais toujours avec cette boule au ventre. La professeur de yoga semblait me regarder avec plus de desapprobation que de curiosite ou d’empathie. Puis elle me dit: « Tu devrais eviter d’en parler. Ca n’est pas bon, de parler de choses negatives. »
    J’en suis restee … je ne trouve pas le mot juste parce que justement, je me suis sentie « interdite de mots. » J’avais visiblement commis une faute de gout, et surement perturbe la bonne harmonie de l’univers avec mes mots.
    Je connais tres mal la spiritualite indienne, mais elle semble attribuer aux mots le pouvoir de « mettre en existence ». Comme mon chirurgien, qui me coupe severement a la 2eme syllabe du mot hemorragie le mois dernier: « What did I tell you, no negative words in this theatre ». (Il m’a remis une brochure, mantras for healing, vous adoreriez je crois)
    A l’inverse, ce qui n’est pas dit semble ne plus exister, et les indiens font preuve d’une etonnante capacite a tourner vite la page sur les plus grandes tragedies.

  2. infusoir dit :

    Belle série d’hiver, merci et vivement la nouvelle collection 🙂

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci mélodie ! j’hésite entre les styles « lolita soft » et « rock’n’luxe » qui sont parmi les tendances du printemps si j’en crois mon hebdo féminin favori…