« Dans ce champ plein de mines… ». Rencontre inaugurale de Chercheurs sans frontières, 25 février

Vendredi, à l’Assemblée nationale, il s’est passé quelque chose qui me semble avoir modifié la physionomie de la communauté universitaire, en tout cas pour ceux qui auraient décidé de voir et de parler les dangers que courent certains chercheurs.

De 16h à presque 19h30 se sont succédé, sans que jamais l’ennui ne nous saisisse, dix paroles qui avaient toutes en commun d’être, assez simplement et sans ornement rhétorique autre qu’un humour parfois sombrement ravageur, ancrées dans le réel de l’expérience. Une rareté. Quatre témoignages de chercheurs poursuivis : Pinar Selek, György Gereby, Karoline Postel-Vinay et Alain Garrigou. Et six interventions engagées sur la question : Jean-François Bayart, Bernard Lacroix, Lionel Larqué, Gérard Noiriel, Daniel Gaxie, André Brahic.

Je ne vais pas résumer les interventions de chacun (les enregistrements et documents sont sur le site de CSF), mais formuler quelques impressions, autour de la figure de Pinar Selek, de la question de l’autonomie du chercheur et d’un point qui a été formulé en sourdine, le sentiment de culpabilité de celui qui est attaqué.

Évidemment Pinar Selek m’a impressionnée : celle qu’Alain Garrigou, usant d’un terme que je croyais ne jamais entendre à l’université, appelle si justement une femme héroïque, a raconté son cauchemar de douze ans avec un mélange de simplicité, de gravité et d’humour. « En Turquie, le champ des sciences sociales est comme un champ plein de mines », a-t-elle déclaré. On trouvera sur le site de CSF plusieurs articles détaillant son histoire, qui a basculé dans la terreur quand elle a commencé à travailler sur la question kurde. Deux choses m’ont frappée : son rire, qui faisait irruption dans l’épaisseur de la violence racontée, comme pour la traverser, et le soin qu’elle mettait, alors qu’elle faisait déjà l’effort de parler une langue dont elle use peu, à toujours utiliser le masculin et le féminin (« les chercheurs et le chercheuses »). Ce soin me semble aller au-delà des simples habitudes discursives féministes et j’y vois une sorte d’opiniâtreté combattante : Pinar Selek signale par là qu’elle ne lâche rien de ses pratiques et de ses convictions.

Un des thèmes forts qui a émergé est celui de l’autonomie du chercheur, et des dangers qu’elle lui fait courir. « Tous les chercheurs ne produisent pas des connaissances gênantes », a déclaré Daniel Gaxie avec humour. Lionel Larqué a souligné quant à lui le « rétrécissement épistémologique » qu’observent les chercheurs à l’échelle internationale. « Je savais que j’étais inhabituelle », soulignait Pinar Selek. La sanction de l’indépendance, de l’innovation et de la pensée autonome est le plus souvent une « répression soft », selon Daniel Gaxie qui parle aussi de « confinement relatif », et dont il souligne qu’il s’agit de « l’état normal du contrôle de la recherche ». Je trouve ça glaçant : le « pas de côté » qui nous garantit l’authenticité de notre parole, de notre pensée, constituant pour nous des manières de vivre, est sanctionné comme une singularité inacceptable.

Une dernière impression : Alain Garrigou a souligné un phénomène peu abordé au cours de la rencontre, celui de la culpabilité produite par les poursuites et les assignations. Il n’a pas employé ce mot, c’est moi qui le choisis. Il a usé d’une métaphore « de chez lui » : « J’ai été ramassé par la patrouille ». Il a expliqué comment, dans un premier temps, il s’était « senti mal » et s’était demandé : « Qu’est-ce que j’ai fait ? ». Il me semble que cette description de soi est capitale : on sait que tout harcèlement ou toute violence adressée produit chez les cibles une série de phénomènes comme la mésestime de soi, la honte, le malaise, le repli, etc. On sait que dans ce type de situation, l’isolement est ravageur, que le silence des autres, fondé sur le principe de neutralité et l’argument de l’autorégulation par le groupe (variante du mythologique « la vérité finira par triomper »), fragilise considérablement, et qu’il faut une sacrée dose d’énergie et de force (d’héroïsme ?) pour tenir sa position. Chercheurs sans frontières a peut-être aussi cette fonction, d’entourer manifestement les chercheurs inquiétés et inquiets.

Je parlais de modification au début de ce billet. Je voulais dire que les phénomènes de marginalisation, de condamnation, de disqualification de la pensée « gênante » existent depuis longtemps, et sont travaillés en épistémologie par exemple, ou dans certains secteurs de la sociologie et de la philosophie des sciences, mais ils n’ont jamais été formulés explicitement en tant que questions relevant pleinement et directement de la recherche, dans sa définition la plus courante. C’est ce qui a été fait vendredi. Si le questionnement « prend », les pratiques de recherche peuvent en être modifiées, à tous leurs niveaux.

Informations
Chercheurs sans frontières (CSF) est une association qui a un site sur lequel vous pouvez adhérer et signer un appel pour la liberté de la recherche
– Les membres du bureau sont présentés
ici
– CSF a une
page Facebook et un compte Twitter

Crédits
-« Silence », pictogramme par Matthias M. (Own work) [Public domain], via Wikimedia Commons


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...