Point Godwin. Nouveaux emplois lexicaux

Un événement discursif répercuté sur Twitter hier me permet de relever des emplois de l’expression point Godwin dont j’ai parlé dans un précédent billet :

Maitre_Eolas : « Tiens, j’avais pas vu le superbe point Godwin du MJS [Mouvement des jeunes socialistes] http://bit.ly/fGwO3T » (23.02).

Le lien permet de lire un article du Post à propos d’une affiche du Mouvement des jeunes socialistes de la Vienne représentant Nicolas Sarkozy faisant le salut nazi. De nombreux sites l’ont répercutée depuis, les discours et défenses se sont multipliés, et l’on trouve beaucoup d’informations dans la presse ce matin, mais ce sont les occurrences de point Godwin qui m’intéressent. S’ensuit sur le fil de Maître Eolas une brève discussion sur la date de cette affiche (elle aurait émergé cet été au moment des expulsions de Roms) :

Dédé Lateur @Maitre_Eolas « point Godwin qui date un peu, Maître, mais qui sort fort opportunément : ça date des premières expulsions de Roms… » (23.02)

Le responsable web des jeunes UMP (@pad) poste alors un tweet que j’ai lu (23.02) mais qui a été supprimé, puis reposté ce matin (24.02), et que je cite donc dans sa seconde occurrence (si quelqu’un a eu le temps d’archiver la première, je suis preneuse) :

pad : « #MJSfact Dans NSDAP y’a SOCIALISTE, donc Hitler était de gauche ».

Ce qui avait fait écrire hier à maître Eolas, donnant le lien du premier tweet :

Maitre_Eolas : « Faire plus con que l’affiche Godwin du MJS ? Défi relevé pour le responsable web des jeunes pops ! http://minu.me/3uh8 #clapclapclap« 

Ce matin dans Libération on trouve l’énoncé suivant : « Un vilain point Godwin repéré mercredi et envoyé par un militant UMP, vraisemblablement à Poitiers ».

Brèves pensées lexico-twitto-logiques :

le point Godwin : le groupe nominal désigne à peu près ce que Leo Strauss avait nommé la reductio ad Hitlerum, ce qui introduit une modification par rapport aux premiers emplois de l’expression point Godwin qui signifiait quelque chose de plus dynamique : « atteindre le point Godwin » dans une conversation signifie en arriver à un point où émerge une comparaison aux nazis ou à Hitler. Ces emplois sont toujours actifs et cotoient les nouveaux dans les échanges d’hier et aujourd’hui à propos de l’affiche du MJS. Donc si le nouveau sens « prend », on pourra dire que point Godwin signifie la comparaison avec Hitler elle-même. « Un vilain point Godwin » = une vilaine comparaison avec Hitler.
l’affiche Godwin : Godwin est utilisé comme apposition, voire comme adjectif. On pourrait alors construire : un texte Godwin, un discours Godwin, une position Godwin, qui signifieraient un texte, un discours ou une position qui compare quelqu’un à Hitler.

à suivre…


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. De nombreux internautes avaient relevé avec perfidie le point Godwin du Times. En clair chaque débat sur Internet ressemble à un mauvais repas de famille trop arrosé où l’on finit par s’envoyer des invectives politiques et où l’on en vient à faire une reference aux nazis ou en France à Vichy. Le député villepiniste Jean-Pierre Grand avait lui aussi atteint le point Godwin en déclarant le 14 août que les expulsions de Roms rappellent les rafles pendant la guerre.

  2. Karim Hammou dit :

    Le glissement vient peut-être en partie de la polysémie de « point » : atteindre un point vs. obtenir un (bon/mauvais) point. D’où la fréquente expression « gagner un Godwin point ».
    PS : En fait je me rends que tout cela est bien mieux dit sur wikipedia (http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_de_Godwin)… qui indique en outre le rôle de Usenet dans la popularisation du second sens.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci karim du commentaire – ce qui m’intéressait, c’était de montrer que les sens évoluent à partir des positions syntaxiques : l’idée que la sémantique et la syntaxe ne sont pas des modules isolés, mais très articulés au contraire – ce qui fait que le mot « godwin » peut maintenu être utilisé seul, sans son « point », si je puis dire, pour qualifier un autre mot – c’est vrai que « point » est un des mots les plus polysémiques du français donc il permet beaucoup d’inventions – et de glisser du premier sens usenet aux emplois autonomes actuels