#EvenementDiscursif #Sidibouzid #fb

Du 31 mars au 2 avril prochain aura lieu à Florence (Villa Finaly) un colloque international intitulé Langage, discours, événements. On peut lire l’argument et la liste des communications sur le site du colloque, et consulter la bibliographie fournie par les organisateurs ici. La notion d’événement a été beaucoup travaillée en analyse du discours ces trente dernières années, en particulier par les « historiens du discours » qui proposent au début des années 1980 une version reformulée de la notion d’événement discursif présente chez Foucault dans un texte de 1968 [1]. Cette notion repose sur l’idée que l’énoncé lui-même est un événement, idée dérivée des travaux d’Austin sur l’illocutoire et la performativité. Dans leurs travaux (par exemple cet article), Jacques Guilhaumou, Denise Maldidier, Régine Robin et d’autres montraient comment des formes discursives comme Du pain et la liberté ou Prise de la Bastille, élaborées progressivement comme formules dans la réalité des productions verbales successives, construisaient véritablement un événement historique : pour chacun d’entre nous, la prise de la bastille est un événement historique évident, qui a eu lieu comme tel. En fait, c’est un événement discursif qui a formaté en quelque sorte notre appréhension de l’événement historique : il y a eu un ensemble de choses qui se sont passées dans la réalité, et qui se sont ordonnées et formulées sous cette appellation.

Il se trouve que nous vivons actuellement un événement remarquable qui est à la fois historique, discursif, politique, culturel, médiatique et bien d’autres choses encore. Cet événement a une caractéristique remarquable et remarquée par tous : sa dimension numérique. Elle n’est pas encore bien analysée ni comprise, et repose sans doute sur des stéréotypes ou même des désirs [3], mais en tout cas, il est sûr qu’internet, sous ses formes les plus 2.0, blogging et réseaux sociaux, est bien un acteur de ce que l’on appelle désormais, la formule s’étant rapidement lexicalisée, révolution tunisienne ou révolution de jasmin. Un petit événement discursif qui me semble capital s’est produit il y a quelques jours :  une lettre a été écrite à Mark Zuckerberg par quatre représentants et défenseurs importants de la blogosphère politique et militante : Fabrice Epelboin (Editeur de ReadWriteWeb francophone), Claire Ulrich (Editeur de Global Voices en français), Jean-François Julliard (Secrétaire Général, Reporters Sans Frontières) et Curt Hopkins (Fondateur du Committee to Protect Bloggers). Elle concerne les discours, images et tous documents multimedia qui ont été échangés et diffusés sur Facebook ces dernières semaines. Elle demande que

l’ensemble de ces informations (témoignages écrits, vidéo, audio) soient sauvegardées, afin qu’elles puissent servir de base de données pour toute personne qui souhaitera analyser ce tournant historique [et de] permettre l’accès aux historiens, qu’ils soient Tunisiens ou étrangers, à l’ensemble des informations anonymisées relatives à cette période. Ces données, déposées sur Facebook, appartiennent également au peuple tunisien.

La blogosphère et les réseaux sociaux ne sont pas encore des corpus (ou archives, selon les disciplines) naturalisés en SHS, sauf secteurs localisés (comme sur cette plateforme). Voilà que cette lettre les installe comme tels, et il faut noter que la demande ne vient pas du monde académique mais de l’univers numérique et militant : le corpus demande sa propre conservation, en quelque sorte, ce qui me semble totalement inédit. Un peu comme si une boîte d’archives, une langue en péril, un savoir-faire oublié ou un pourcentage réclamaient à être constitués comme documents à disposition des chercheurs. Dans le fil de discussion de Read Write Web, un internaute propose d’ailleurs des archives Twitter qu’il a constituées, explique-t-il, « en pensant à l’aspect historique qu’elles pourraient représenter et je pense que vous saurez en faire bon usage ».

C’est un événement, non seulement discursif, mais scientifique voire épistémologique, dans son principe en tout cas : la réalité est moins idéaliste et Facebook n’est évidemment pas aussi fairplay que son image ne le dit. Les « petits californiens », comme dit un commentateur tunisien, sont encore loin de l’esprit open access. #asuivre

Références

[1] Voir l’entrée « Événement » dans le Dictionnaire d’analyse du discours de P. Charaudeau et D. Maingueneau (Le Seuil 2002), et la même entrée dans Le vocabulaire de Michel Foucault de Judith Revel, (Ellipses, 2002) consultable en ligne

[2] « Aussi je propose de renommer la rue du 7 Novembre ou toute autre rue de votre choix, Facebook Street, en hommage au role indeniable que ce site a joue dans la bataille des jeunes tunisiens contre les forces de l’oppression de l’ancien regime », écrit une jeune tunisienne sur nawaat.org

Crédits
1. La « révolution du jasmin », un terme artificiel, Montage Le Post d’après « Martine »
2. « Twitter Tunisie », Montage sur le site toutdjerba.com


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Sandra dit :

    Pour une autre hypothèse sur l’émergence des dénominations d’événements: http://vidberg.blog.lemonde.fr/2011/02/03/qui-choisit-le-nom-des-revolutions

  1. 28/01/2011

    […] This post was mentioned on Twitter by Wilfrid Niobet, Hypothèses billets. Hypothèses billets said: #EvenementDiscursif #Sidibouzid #fb http://bit.ly/gUoQ4N […]