Le mot de trop 1. Rat

En juillet 2008 éclate un « scandale » médiatique autour de l’emploi du mot rat par A. Badiou dans son ouvrage De quoi Sarkozy est-il le nom ? (2007, Paris, Lignes). Je donne les éléments du débat avant d’essayer d’expliquer pourquoi l’usage de ce mot a déclenché une telle bataille discursive.

Les mots, les locuteurs, les textes

Le débat remonte en fait à novembre 2007, date à laquelle P. Assouline, sur son blog La république des livres, publie un billet extrêmement critique sur le séminaire dont est issu l’ouvrage, sous le titre « De quoi Badiou est-il le nom ? » :

Il s’est passé quelque chose d’important les 4 avril et 16 mai 2007 à l’Ecole Normale supérieure rue d’Ulm à Paris. Mais c’est resté inaperçu en raison des événements de l’époque (des élections présidentielles). Au cours de son séminaire consacré en grande partie à la campagne électorale, un professeur de philosophie dont Louis Althusser fut le maître, Alain Badiou […] a longuement parlé du candidat Nicolas Sarkozy en le désignant essentiellement, bien après Freud mais sans rapport avec le cas célèbre, comme l’homme aux rats” et de ses électeurs comme des “rats”. Les fidèles de ce blog savent que je ne suis pas soupçonnable de complaisance envers le personnage, mais un Rubicon est franchi dans cet avilissement, d’autant qu’il se manifeste du haut d’un magistère au sein d’une fabrique à élites. La dernière fois dans ce pays qu’on a ainsi comparé des hommes à des rats, c’était, voyons, en 1942 dans un documentaire de propagande sur le péril juif. Les futurs normaliens ayant été alors les uniques récipiendaires de cette étonnante philippique, étonnante de la part d’un intellectuel en chaire, ancien militant maoïste devenu un penseur de la gauche radicale, il a tenu à nous en faire profiter en publiant le texte élargi et enrichi sous le titre De quoi Sarkozy est-il le nom ? […] (28.11.2007, http://passouline.blog.lemonde.fr/2007/11/).

Ce billet (qui reçoit 487 commentaires, chiffre assez élevé par rapport à la moyenne des blogs, même célèbres), relayé dans la presse et dans les milieux intellectuels, provoque une polémique autour de la sortie du livre et finalement son succès inespéré (environ 20.000 exemplaires vendus). Il porte sur ce passage (je souligne les occurrences de rat) :

Si vous êtes prisonniers de la temporalité d’opinion, vous allez vous dire, comme tant de caciques ou d’électeurs socialistes, « Nom de Dieu ! On subissait Chirac depuis douze ans, et maintenant il va falloir attendre le prochain tour ! Dix-sept ans ! Peut-être vingt-deux ! une vie entière ! Ce n’est pas possible ! » Et alors, au mieux vous êtes déprimé, au pire vous devenez un rat. Le rat est celui qui, interne à la temporalité d’opinion, ne peut supporter d’attendre. Le prochain tour commandé par l’Etat, c’est très loin. Je vieillis, se dit le rat. Lui, il ne veut pas mariner dans l’impuissance, mais encore moins dans l’impossible ! L’impossible, très peu pour lui.
 Il faut reconnaître à Sarkozy une profonde connaissance de la subjectivité des rats. Il les attire avec virtuosité. Peut-être a-t-il été rat lui-même ? En 1995, quand, trop pressé, d’en venir aux choses ministérielles sérieuses, il a trahi Chirac pour Balladur ? En tout cas, trouvant les usages d’Etat de la psychologie du rat, il mérite un nom psychanalytiquement fameux. Je propose de nommer Nicolas Sarkozy « l’homme aux rats ». Oui, c’est juste, c’est mérité. 
Le rat est celui qui a besoin de se précipiter dans la durée qu’on lui offre, sans être du tout en état de construire une autre durée. Le point à trouver doit être tel qu’on puisse lui annexer une durée différente. N’être ni rat ni déprimé, c’est construire un temps autre que celui auquel l’Etat, ou l’état de la situation, nous assigne. Donc un temps impossible, mais qui sera notre temps (Badiou 2007 : 47).


La polémique rebondit en juillet 2008, quand  B.-H. Lévy publie un article de soutien à P. Val (qui vient de renvoyer Siné de Charlie Hebdo, à la suite de sa chronique sur le fils de N. Sarkozy, considérée comme antisémite) dans Le Monde, article qui reprend les critiques de P. Assouline en ajoutant la dimension antisémite :

Dans un livre récent, De quoi Sarkozy est-il le nom ?, Alain Badiou s’autorisait de sa juste lutte contre l’« immonde » pour réintroduire dans le lexique politique des métaphores zoologiques (« les rats »…, « l’homme aux rats ») dont le Sartre de la préface aux Damnés de la terre avait pourtant démontré, sans appel, qu’elles sont toujours la marque du fascisme (Le Monde, 22.07.2008).

A. Badiou répond dans le même quotidien le 25 juillet, dans un article intitulé « Tout antisarkozyste est-il un chien ? » :

M. Assouline a remarqué, sur son blog, que je traitais de « rats » les socialistes entrés au gouvernement Sarkozy, et, par voie de conséquence, Sarkozy lui-même d’« homme aux rats ». Quelqu’un de très modérément cultivé sait aussitôt que j’entrelace ici, non sans une subtilité rhétorique qui mériterait des éloges, la métaphore des rats qui quittent le navire, la légende du joueur de flûte qui entraîne les rats hors de la ville, et le cas, décrit par Freud, de « l’homme aux rats » comme exemple type de l’obsession. M. Assouline est-il cultivé ? Il sait en tout cas où il veut en venir. Depuis la dernière guerre et les nazis (suivez mon regard) proclame-t-il, personne n’a plus traité qui que ce soit de rat. Par ailleurs il y a des juifs dans la généalogie de Sarkozy. Donc… vous voyez ? Hein ? Vous voyez bien ? […] On ne peut pas toujours comparer les gens à des aigles, comme on l’a fait pour Bossuet, ni même à des bœufs, comme ce fut le cas pour le président du conseil Joseph Laniel, ou encore à des renards, comme c’était courant s’agissant de Mitterrand (A. Badiou, Le Monde, 25.07.2008).

A. Badiou rappelle ensuite que Sartre appelle lui-même rats les anticommunistes, ce qui lui vaut d’ailleurs de se faire traiter de hyène dactylographe, et qu’il utilise également un autre animal pour désigner son ennemi dans la fameuse réplique : « Tout anticommuniste est un chien ». Il commente ainsi ses propres « métaphores zoologiques » :

J’utilise en effet sans remords les « métaphores zoologiques ». Ce qui caractérise la politique, même si le capitalo-parlementarisme pousse sa domination jusqu’à vouloir nous le faire oublier, c’est qu’il y a des ennemis. Et pourquoi diable, si ce sont de vrais ennemis, me serait-il interdit de les injurier ? de les comparer à des vautours, à des chacals, à des butors, à des linottes sans tête, et même à des rats, à des vipères, lubriques ou pas, voire à des hyènes, dactylographes ou pas ? (A. Badiou, Le Monde, 25.07.2008).

Pourquoi le mot rat fait-il débat dans ce contexte ?

La critique d’Assouline et de BHL porte sur l’usage du mot rat comme désignatif de l’électeur de N. Sarkozy, usage produisant des effets d’indignation morale (traduite par le terme d’avilissement chez Assouline et l’accusation de « fascisme » portée par BHL), qui prennent leur source dans des inajustements enchevêtrés à des mémoires discursives. La description de ces inajustements permet peut-être de comprendre les effets idéologiques et moraux (les deux étant mêlés) de cet emploi, et de montrer que les usages de ce mot, passés, présents et futurs, sont désormais marqués de cette dimension.

Premier inajustement : l’animalisation. Elle est considérée comme inacceptable par les détracteurs du philosophe, même si, dans le texte de Badiou, on peut apercevoir les traces d’une mémoire littéraire, celle des Fables de La Fontaine par exemple (en particulier dans le discours direct et indirect libre prêté au rat, et dans ce singulier générique « le rat », qui fait de l’animal un personnage). Mais cette mémoire du genre de la fable n’est sans doute pas suffisamment présente dans le texte de Badiou pour que l’effet-fable dépasse l’effet-animalisation. De même pour l’allusion au joueur de flûte, légère mais présente (« il les attire avec virtuosité »), que Badiou rappelle didactiquement dans sa défense. Cette animalisation est d’autant plus inacceptable par certains récepteurs que l’animal choisi porte de lourdes valeurs axiologiques négatives, assez peu présentes dans les dictionnaires, curieusement, mais bien identifiables dans les prédiscours verbaux et iconiques (romans, films, bandes dessinées, où les aspects sale, grouillant, destructeur et grégaire du rat sont largement exploités).

Deuxième inajustement : la mémoire du discours nazi. Une mémoire discursive plus spécifique, celle de l’animalisation langagière et iconique des juifs et des catégories pourchassées et exterminées par le régime nazi semble en effet venir construire l’interprétation, d’autant plus autorisée qu’un précédent ouvrage de Badiou (2005, Portées du mot « juif », Paris, Lignes) est déjà au cœur d’une polémique. Cette mémoire de l’animalisation, soutenue par la référence à Sartre, est peut-être aussi (mais ici c’est ma propre mémoire discursive que je mobilise) rendue encore plus saillante par la bande dessinée d’A. Spiegelman, Maus, particulièrement connue et traduite dans le monde entier, où les juifs sont représentés en souris.

Troisième inajustement : la mémoire discursive freudienne et lacanienne. Tout le texte de Badiou est imprégné de références à la psychanalyse, à travers le cas de l’homme aux rats, qui est l’une des études cliniques les plus célèbres de Freud, mais également dans l’allusion à Lacan que constitue le jeu sur les mots impuissance et impossible. Il se trouve que cette mémoire-là n’est pas du tout mentionnée par ses détracteurs et le discours de Badiou apparaît donc inajusté à son auditoire. La psychanalyse est effacée de la polémique, alors qu’elle aurait pu être une clé interprétative garantissant un ajustement, et les commentateurs du texte procèdent à une « remémorisation » en suivant d’autres lignées discursives. Cela mène Badiou, dans sa réponse, à une explication de texte un peu scolaire qui n’aurait peut-être pas dû être nécessaire, si le texte avait été écrit de manière plus réflexive, c’est-à-dire en mesurant ses effets possibles (ce que la sémantique appelle un « calcul interprétatif »).

C’est donc l’environnement cognitif et culturel du texte, et les réactions qu’il suscite, qui signalent un discours problématique, non conforme aux normes éthiques partagées, et non l’emploi du mot en soi. L’événement discursif provoqué par cet emploi est dépendant des environnements énonciatifs et interprétatifs, qui s’appuient sur des potentialités de sens du mot, et sur son histoire sémantique.

Crédits photographiques
1. « Origami Rat » (Design by Eric Joisel), Ancella Simoes, 2009, galerie de l’auteure sur Flickr, CC.
2. « Le Pfiffer », Olivier, 2009, galerie de l’auteur sur Flickr, CC.

Mardi 1er février : Le mot de trop 2. Hitler


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

Vous aimerez aussi...