« Hep vous là-bas ! » Figures langagières de l’interpellation

La revue de linguistique en ligne Corela (Cognition, représentation, langage, revue du CerLiCO, Cercle Linguistique du Centre et de l’Ouest) a publié son dernier numéro thématique : L’interpellation – Prédication, récurrences discursives et variation, fruit d’un colloque organisé à Paris en mai 2008. Les textes, très variés, présentent un panorama ouvert de la question de l’interpellation, des approches les plus théoriques (fonctionnement de l’interpellation en langue) aux perspectives les plus empiriques (analyse du discours, interactionnisme, didactique). L’interpellation est un phénomène langagier qui fait l’objet d’analyses à partir d’approches extrêmement variées : on peut partir de la syntaxe de l’apostrophe, comme on peut, relisant Althusser, revisiter l’extraordinaire théorie de l’idéologie qu’il propose en 1970 (dans le célèbre article de La pensée, « Idéologie et appareils idéologiques d’État, notes pour une recherche ») à partir de la situation concrète de l’interpellation policière.

Lire le Sommaire du numéro

Introduction par Frédéric TORTERAT et André THIBAULT : « L’interpellation, un objet discursif singulier… et pluriel »

Les contributions regroupées dans le présent volume se rassemblent autour d’un même objet, l’interpellation, lequel renvoie à plusieurs types de concrétisations discursives. Ainsi peut-on lui faire correspondre des formules allocutives, des constructions verbales, mais aussi, à certains égards, des registres ou des genres discursifs.

Conformément à la principale acception de son correspondant latin, l’interpellation se caractérise surtout par l’action d’interrompre, et par ce qui s’interpose, de manière plus ou moins intempestive, en particulier entre les discours et les personnes. De ce fait, l’interpellation intègre des processus de gradation, d’intensité, autant qu’elle s’inscrit dans un cadre plus ou moins allocutif. Au sens linguistique, cette notion, dont la judiciarisation n’a rien d’un automatisme, renvoie toutefois à un certain nombre d’opérations et de catégories qu’il convient de positionner par rapport aux champs de l’apostrophe et des interjections (ainsi que du vocatif), mais aussi à ceux, plus généraux, de la nomination (Noailly 1995, Détrie 2007), de la désignation/référence (Schegloff, in Stivers & Enfield 2007) et de la topicalisation (Lambrecht 1998 inter al.). De même, si l’on se place du point de vue de la structure prédicative des énoncés, le positionnement de l’interpellation en termes de prédication complémentaire mérite d’être consulté plus avant, d’autant qu’éventuellement envisagée comme telle dans les relations qu’elle entretient avec les appellatifs (Hammermüller 1997, Pop 2000), les désignations connotées (Lagorgette 2003, Lopez-Muñoz, Marnette et Rosier 2004, O’Kelly 2005) et les constructions appositives (Forsgreen, Jonasson et Kronning 1998, Neveu 2000), celle-ci apparaît comme un objet de recherche à la fois pluriel et pour le moins particulier. Lire la suite…


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

Vous aimerez aussi...