Le mot de trop 3. (Ma pauvre) petite

Il y a quelques mois, au cours d’une conversation désagréable, en particulier parce qu’elle m’a été imposée par les circonstances, une collègue a terminé l’une de ses phrases par l’expression « ma pauvre petite ». Ce n’était pas le « ma pauvre petite » bienveillant quoique légèrement condescendant des mères ou des grand-pères qui nous voient tristes ou préoccupées, ni le « ma pauvre petite » ironique et drôle des copines qui nous trouvent geignardes et veulent nous secouer. Non, c’était le « ma pauvre petite » de l’apostrophe méprisante. Je connais à peine cette personne et cette appellation à la fois familière et brutale m’a donc paru très déplacée et pénible à recevoir. Il est assez facile d’expliquer pourquoi avec des arguments affectifs, psychologiques ou même sociaux, mais beaucoup plus difficile de rendre compte de l’effet produit avec des outils linguistiques. La « pauvre petite » va quand même essayer…

Attention ! Les pauvres petites ne sont peut-être pas si pauvres ni petites que ça…

En dehors des multiples aspects sur lesquels il y aurait matière à commentaires, en particulier sur les rites d’interaction en France au 21e siècle, qui semblent insuffisamment assimilés par cette locutrice, cette apostrophe me permet de préciser certains éléments de l’analyse morale des discours que j’essaie de mettre en place actuellement. Les lecteurs fidèles de ce carnet savent qu’on y a pris l’habitude de transformer les énoncés désagréables (et les autres, heureusement) en objets d’analyses discursives, comme le montrent quelques billets précédents. Une sorte de pierre philosophale en quelque sorte, qui consiste à transformer le plomb de l’agressivité verbale en or linguistique. Il faut préciser aussi que la forme du blog permet ce type d’approche beaucoup plus facilement que dans le cadre de la publication papier, pour laquelle l’élaboration de l’article et le délai de publication auraient « refroidi » l’analyse : je n’aurais jamais écrit sur ce thème pour une revue papier ou un colloque.

Une dimension morale des énoncés ?

Les billets précédents, en particulier la série d’automne « Les diseurs de vérité », ont proposé quelques éléments en ce sens. Ici, je voudrais creuser précisément la question des marques : si certains mots portent des évaluations positives ou négatives au niveau de leur contenu (merveilleux, abominable, grand et petit sont des mots évaluatifs au niveau de leur contenu sémantique), que la linguistique explique très bien (par la notion de sème par exemple), d’autres sont valorisés ou dévalorisés au niveau de leur forme et de leur usage sans que la linguistique de la langue ne puisse rien en dire : que l’usage de putain, bordelrat ou Hitler puisse être critiqué ou condamné ne concerne pas la langue, et ces mots ne portent aucun sème intrinsèquement évaluatif, axiologique ou non.

La linguistique saussurienne en effet, dans la version structuraliste ou, désormais, structuraliforme qui circule encore comme modèle définitoire, exclut l’axiologie de l’analyse, et, au premier chef, l’axiologie morale. La linguistique est en effet réputée ne rien devoir dire et, plus fondamentalement, ne rien avoir à dire de phénomènes qui associent morale et langage : par exemple, la franchise ou la mauvaise foi, l’honnêteté et la malhonnêteté, la bienveillance et la malveillance. Quand je dis « rien à dire », c’est à propos des formes bien sûr, et non des contenus lexico-sémantiques, formulables par un abondant lexique des valeurs. Il n’existe pas de formes langagières qui seraient de nature associées à la mise en œuvre de la calomnie ou de la disqualification par exemple, à la différence de l’intensité ou du temps par exemple, qui possèdent leurs marqueurs. Par exemple, des énoncés comme les célèbres insultes de Materazzi à Zidane en 2006 :

– 107’4 Materazzi : Oh ! Levati Finocchio (Oh ! Casse-toi pédé)
– 107’5 Materazzi : Con la tua puttana di tua sorella (Avec ta pute de sœur)
– 107’7 Materazzi : Si, puttana di tua sorella
– 107’8 Materazzi : Anzi (et même mieux)
– 107’9 Materazzi : Ti spaccio il culo (je vais te défoncer le cul)
– 107’14 : expulsion de Zidane (Paris Match 20.07.06, reconstitution par lecture sur les lèvres).

transgressent un certain nombre de normes partagées relevant de la morale sociale. Les éléments qui les composent sont susceptibles d’analyses lexico-sémantiques (sens des mots, niveaux de langue), syntaxiques (apostrophe, marques de syntaxe orale) ou discursives (stéréotypes, interdiscursivité, mémoire discursive). Mais il n’existe pas de marque morale dans cet énoncé, c’est-à-dire précisément d’élément langagier, interprétable en phénomène linguistique, qui serait chargé intrinsèquement d’une valeur morale : ni pédé, ni pute, ni défoncer le cul ne portent de marques morales concernant leur usage ; ils contiennent des sèmes dévalorisants, qu’il ne faut d’ailleurs pas confondre avec les traits relevant du niveau de langue argotique. Si certains mots sont en effet chargés de valeurs mélioratives ou péjoratives, leur usage ne transgresse le consensus moral que parce qu’ils sont interprétés comme tel, et non en soi, du fait de leurs formes.

L’axiologie d’un terme ou d’une expression est contextuelle

Le sens d’un énoncé est donc toujours le produit d’un calcul interprétatif, en particulier quand il s’agit d’axiologie, qui ne repose pas sur des bases universelles, mais au mieux sur un accord intersubjectif, et au pire sur une lecture subjective. L’article pauvre du TLFI donne par exemple le sens méprisant de pauvre assez loin dans l’article, et précise les contextes grâce aux exemples :

 

 

2. [Marque le dédain, le mépris] Pauvre andouille ; mon pauvre ami ! Le cher frère Arcangeli ne donnait rien en réponse à ses plaintes (…) et Christiane enfin, de qui même, la pauvre sotte avait espéré du secours, s’obstinait à rester invisible, et sa chambre fermée à tous (BOURGES,Crépusc. dieux, 1884, p.257). De braves gens, disiez-vous, oui, braves comme ceux qui se sont fait tuer à la guerre, n’est-ce pas ? Tranchons-en, des héros : beaucoup de malheureux et quelques pauvres imbéciles (BRETON,Nadja, 1928, p. 66)
Pauvre type*.
[En parlant d’un auteur, d’un artiste] Piètre, mauvais dans son genre. Pauvre écrivain. L’Allemand Offenbach (…) avait du génie, mais était un bien pauvre musicien (SAINTSAËNS,Germanophilie,1916, p.39). Ces gens si difficiles, pour qui H. de Balzac est un pauvre scribouilleur, quand ils écrivent à leur tour, se montrent au-dessous de toute critique, et en les lisant nous nous sentons rassurés (LARBAUD,Journal, 1934, p. 300).

Une recherche rapide et sans méthode sur la toile donne d’autres exemples plus familiers (que je ne référence pas) : « T’es trop con ma pauvre fille« , « Ma pauvre fille, il pourrait être ton père« , ou bien « Eh ben ma pauvre fille, vous êtes pas sortie de l’auberge !« . Outre le contexte, le sens méprisant de l’apostrophe « ma pauvre petite » est dû aux potentialités lexicales et syntaxiques des éléments :

– le possessif est ici dans son emploi dit « éthique », c’est-à-dire n’exprimant pas la possession, mais un rapport que le locuteur établit avec le « possédé » (du type j‘ai raté mon train, qui n’instaure évidemment pas de possession mais un rapport affectif du type déception ou énervement). D’autres formulations viennent spontanément au francophone : mon pauvre ami, mon/ma pauvre enfant et notre ma pauvre fille.

pauvre a donc cet emploi péjoratif précisé par le TLF, particulièrement intense dans les formulations argotiques du type « pauvre merde » ou « pauvre conne ».

petite est un mot intéressant, qui possède comme adjectif un sens subjectif quantitatif (une petite maison, une petite distance, une petite gorgée de bière) et un sens subjectif qualitatif axiologique (un petit fonctionnaire, un petit mec, un petit con ou sa petite personne, sa petite routine ou, en attribut, « c’est petit, ça » par exemple). Il est aussi susceptible d’entrer dans des figements à potentialité péjorative comme petit-bourgeois, petit commerçant ou petite bière dans « c’est pas de la petite bière » par exemple).

petite comme substantif avec le possessif correspond à des emplois « paternalistes », parfois sexistes (un homme s’adressant à une femme en lui disant « ma petite », d’ailleurs également possible au masculin « mon petit »), mais installe toujours une hiérarchie où gît une certaine violence, comme le montrent les contextes souvent impératifs de ses occurrences.

– la combinaison de pauvre et de petit(e) produit un effet d’intensification du mépris qui peut aller jusqu’à une interprétation insultante : pauvre petit profiteur, pauvre petite bonne femme, pauvre petit facteur.

En bref, l’expression « ma pauvre petite » active en contexte des potentialités méprisantes et construit une position de surplomb du locuteur qui s’autorise à émettre des jugements, en même temps qu’il assigne à l’apostrophé une place basse. L’individu désigné est ainsi stigmatisé dans les diverses déclinaisons sémantiques de petit (par la taille, par la modestie financière, par la jeunesse, par l’étroitesse de l’esprit, etc.). On sait bien que toute position par rapport à l’autre est fondamentalement imaginaire et ne fait finalement que définir la sienne propre, tout aussi imaginairement. Qualifier l’autre de « pauvre petite » à travers la forme de l’apostrophe méprisante signifie donc deux choses : un rabaissement imaginaire de l’autre, permettant un rehaussement tout imaginaire de soi. Petit, n’est-ce pas ?

Crédits photographiques
1. « Méchante petite fille », Valérie Létourneau-Prézeau, galerie de l’auteure sur Flickr, tous droits réservés. Un grand merci à Valérie de m’avoir autorisée à publier cette image.
2. Affiche du film « P’tit con », de G. Lauzier, 1984.

Mardi 1 mars : Le mot de trop 4. Concierge


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

9 réponses

  1. « En bref, l’expression ‘ma pauvre petite’ active en contexte des potentialités méprisantes et construit une position de surplomb du locuteur qui s’autorise à émettre des jugements, en même temps qu’il assigne à l’apostrophé une place basse »… Oui, le « en même temps » me paraît juste et important… Le locuteur fait ici d’une pierre deux coups… Je veux dire que l’agressé ne peut pas répondre à ce type d’injure sans reconnaître (et valider, conforter) la position dominante dans laquelle l’agresseur s’est lui-même placé. Nous aurions une apparence de l’énoncé (son contenu linguistique), où il est question de la personne à qui il s’adresse, et une seconde strate, celle de l’énonciation, moins visible, qui institue la personne qui parle dans une posture imaginaire. Et toute protestation de la personne visée revient à lui faire accepter la domination de l’autre, dans sa posture de juge…

    • Marie-Anne Paveau dit :

      Oui, tu as tout à fait raison, c’est le type d’énoncé qui ne laisse aucune sortie à l’énonciataire, ce qui pourrait d’ailleurs être alors considéré comme une forme de discours pervers si on définit par pervers cette manière de coincer l’autre sans lui laisser la possibilité d’être un sujet, tout simplement – mais donc, comment faire ? je ne sais pas, je peux dire comment j’ai réussi à faire, moi, dans cette situation : j’ai répondu que je n’acceptais pas l’énoncé et le contenu et que je souhaitais cesser le dialogue – essayé donc, d’écarter de moi cette posture imaginaire dont tu parles si justement – faut se débrouiller comme on peut, avec les dominateurs.trices…

  2. Mélodie dit :

    Je découvre avec grand plaisir votre blog et ai lu ce billet, qui ne manque pas d’humour, avec délectation, merci !

    • Marie-Anne Paveau dit :

      les petites essaient de se débrouiller pour écrire des choses sympa, merci du petit mot mélodie !

  3. Bénédicte dit :

    C’est très intéressant et très subtil. Merci pour ce parcours.

  4. Lembi dit :

    Ca me fait penser à la subtilité entre « faire un commentaire » et « insulter quelqu’un ».

  5. Vassa Kontouma dit :

    Grand.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci chère voisine du blog d’à côté, contente que mes petites alchimies linguistiques vous aient plu !

  1. 15/02/2011

    […] This post was mentioned on Twitter by mapav8, Hypothèses billets. Hypothèses billets said: Le mot de trop 3. (Ma pauvre) petite http://bit.ly/ebMVcQ […]