Facebook, aphorisme et narcissisme

Les miroirs réfléchissent trop.
Ils renversent prétentieusement
les images et se croient profonds (Cocteau).

Facebook est un drôle d’univers de parole, qui permet de modifier silencieusement les rituels discursifs qui régissent la communication. Par « silencieusement », je veux dire sans que ce ne soit dit, en douce, si l’on veut. Je ne parle pas ici de la communication médiée par ordinateur, bien installée désormais, et qui représente une modification largement formulée et prise en charge par nos sociétés (numéro des Carnets du Cediscor sur la question). Je ne parle pas non plus de l’anonymat ou du pseudonymat, eux aussi dits et débattus (bon article sur Wikipedia). Sur ces questions existent des formes de réflexivité sociale, suffisantes ou non, parfois imparfaites, mais elles existent ; c’est une manière pour une société d’avoir conscience des changements qu’elle opère ou subit, seul moyen sans doute d’éviter que les inconscients collectifs ne chargent trop leurs barques de refoulement.

Tapisserie Grand Narcisse à la huppe, 2002-2003, Marie-Claude Deshayes-Rodriguez

Je parle d’une forme de communication qui met le sujet du discours au centre de sa propre parole et de celle des autres, et qui utilise l’internet comme une source permanente et toujours disponible de confirmation narcissique. Une source qui répond même au doigt (du clavier) et à l’œil (de cet incroyable panopticon qu’est devenu le réseau social sur l’internet). Facebook, mon beau Facebook, dis-moi que j’existe. Une version électronique du mythe de Narcisse, revu et corrigé par les frères Grimm, en quelque sorte.

Il y a deux traits, deux symptômes devrais-je dire, de cet appel narcissique un peu désespéré, la pratique de l’aphorisme et le postage de photos personnelles (de soi, de ses proches, ou de son univers). C’est la forme discursive de l’aphorisme qui m’intéresse particulièrement, parce qu’elle me semble confirmer l’hypothèse du monologisme, que j’ai défendue dans un travail récent, et qui nécessite encore l’ajout de quelques soutènements. Le monologisme, c’est le fait de parler seul, sans adresse, sans écoute, et donc sans réponse. Pour relativiser « l’industrie dialogique » qui a envahi l’ensemble des sciences humaines, j’essaie en effet de réintroduire la possibilité du monologisme pour certains énoncés (« La norme dialogique », Semen 29, 2010). Comme me le fait très justement remarquer Alain Rabatel, linguiste dialogiste mais non dogmatique, le dialogisme est la norme, quantitativement et qualitativement parlant, ce qui n’empêche pas certains énoncés d’être monologiques, contrairement à ce qu’affirme la doxa bakhtinienne qui constitue actuellement le mainstream en analyse du discours. Je sais bien que tout énoncé est situé dans une interaction, mais je soutiens que cette interaction est, dans certains cas, illusoire, et que les gens parlent seuls : il y a les exemples extrêmes de l’autisme ou de certains discours pathologiques, qui sont le plus souvent cités par les dialogistes dogmatiques pour concéder quelques millimètres de terrain aux tenants du monologisme, mais à mon avis nombre d’énoncés dits « normaux » ne sont, littéralement, pas adressés. Soit parce qu’ils ne valent que pour confirmer justement le narcissisme du sujet, soit parce qu’ils ne sont tout simplement pas entendus, ce qui les ramène au cas de figure monologisme. La preuve en cette matière est notre expérience, nos épreuves de discours : nous savons tous ce que parler seul veut dire, que nous ayions été ce solitaire ou que nous ayions subi la parole centripète d’autrui. Les aphorismes facebookiens fournissent des preuves par l’exemple supplémentaires de cette parole illusoirement adressée.

Ce qui est intéressant, c’est que le support technologique du site implique la forme monologique : quand vous êtes inscrit sur Facebook, vous disposez d’un espace intitulé « Exprimez-vous », qui affiche automatiquement une phrase dont votre nom est le sujet. Tous les scripteurs n’utilisent pas cette forme, certains restant en première personne. Quelques exemples, relevés sur les murs des abonnés qui le laissent ouvert à tous ; ils ne sont donc pas représentatifs de l’ensemble des Facebookiens, puisque nombre d’entre eux n’ont pas de mur ou cachent leurs informations ; bien que les informations soient publiques, je masque les noms (et je respecte les graphies d’origine) :

– X dormez plein , dormez bien – 10 juillet, à 00:54
– X Tiens, tiens, bizarre, une journée sans foot!!! – 30 juin, à 13:45
– X bon demain reprise apres 3 semaines de stage oh putain que ça va etre dur !!!!!!!!!!! – 4 juillet, à 19:42
– X is hungry…waiting for Amy to finish facebooking so we can eat – 20 avril, à 01:01
– X En train de faire la sieste dans le camion!!! – 20 juillet, à 13:20 via Facebook pour iPhone
– X A comme une envie de sortir!! – 19 juillet, à 13:24 via Facebook pour iPhone
– X s’envole demain pour Guernesey, à l’hôtel [suit une information sur l’hôtel] – 17 juillet, à 14 :23
– X va faire tout à l’heure de la confiture de melon avec une recette de grand-mère – 15 juillet, à 19:24
– X samedi soir j’ai retrouvé mes hommes enfin 
pas pour longtemps car laurent repart encore et encore – 22 mai, à 22:26

Ces phrases ne constituent pas forcément des aphorismes, ce sont le plus souvent des informations. Elles finissent cependant par en devenir, à cause de leur forme brève et de leurs traits syntaxiques et discursifs, et également de leur lecture multipliée, ce qui est sans doute le trait le plus essentiel, bien que non interne, de l’aphorisme ou du pseudo-aphorisme : c’est finalement leur publicité qui les rend quasi universelles, leur donnant une sorte d’écho général. Faire de la confiture de melon devient du coup remarquable. L’aphorisation est donc contrainte, et la contagion spécifique au réseau social fait le reste (1) : sur Facebook, tout le monde aphorise, produit des petites phrases, par obligation technologique. Et l’aphorisme, c’est une des formes énonciatives les moins dialogiques, puisque c’est un énoncé bref à objectif généralisant (présent de vérité générale, déterminations généralisantes, décontextualisation, etc.). Voilà donc un lieu dédié au dialogue où chacun exprime de manière monologique son humeur ou son activité du moment, dans un mouvement unidirectionnel : s’exprimer n’est pas communiquer. Alors à quoi sert donc cette expression publique ?
À construire une image de soi, à maintenir une sociabilité (les « liens »), à se défouler (« j’en ai marre de cette thèse ! », lit-on ailleurs ) mais surtout, à recueillir une pseudo-réponse contrainte elle aussi par la technologie, « X aime ça », qui est un autre format disponible par clic. Facebook, mon beau Facebook, dis-moi si quelqu’un « aime ça », mais quoi, au fait ? ce que je fais, ce que j’écris, ce que je suis ? un peu de tout sans doute, l’essentiel est que l’autre estampille mon mur d’une marque de reconnaissance.

Sur le mur de Pierre Moscovici qui, de son propre aveu, est un « malade de Facebook » (interview télévisée juillet 2010), on trouve ainsi des choses étonnantes : quand il poste du politique, peu de « X aime ça » ; quand il poste de l’aphorisme narcissique, beaucoup plus d’estampilles, comme le montre la série suivante (je garde l’ordre chronologique inverse du site) :

– Pierre Moscovici Deux démissions ne sauraient résoudre la crise politique : ce gouvernement est carbonisé, ça ne peut plus durer ! – 5 juillet, à 01:20 – 15 personnes aiment ça.
– Pierre Moscovici Bosse trop – 7 juillet, à 01:47 – 9 personnes aiment ça.
– Pierre Moscovici ‎199999 points cool : dois-je m’arrêter là ? – 8 juillet, à 16:42 – 8 personnes aiment ça.
– Pierre Moscovici Je reste Cool [la veille d’un un débat sur les finances publiques et son intervention) – 9 juillet, à 12:46 – 13 personnes aiment ça.
– Pierre Moscovici Il fait trop chaud pour travailller – 10 juillet, à 11:34 – 22 personnes aiment ça.
– Pierre Moscovici Fragile démocratie | Pierre Moscovici www.pierremoscovici.fr – La semaine qui vient de s’écouler aura été marquée, de bout en bout, par le feuilleton de «l’affaire Bettencourt» et par ses conséquence – 6 personnes aiment ça.
– Pierre Moscovici Il fait beau et chaud – 14 juillet, à 16:50 – 5 personnes aiment ça.
– Pierre Moscovici Débat sur la reforme des retaites en Commission des finances:quelle impréparation! – 20 juillet, à 13:19 – 9 personnes aiment ça.
– Pierre Moscovici A perdu son iphone – 21 juillet, à 13:47 – 13 commentaires
– Pierre Moscovici Retrouvé ! Est-ce une bonne chose? – 21 juillet, à 14:08 – 12 personnes aiment ça.
– Pierre Moscovici En vacances ! – Hier, à 12:20 – 20 personnes aiment ça.
– Pierre Moscovici Décollage ! – Il y a 2 heures – 5 personnes aiment ça.

 

 

Derrière « Il fait trop chaud pour travailler » (22 estampilles) et « En vacances ! » (23), arrive un énoncé politique, avec une forme d’ailleurs plus affective qu’analytique (15). Pierre Moscovici a par ailleurs un site personnel, et bien d’autres lieux d’expressions, où il parle politique. Son usage de Facebook est donc maîtrisé et peut-être planifié : une chambre d’échos qui redupliquent et reconnaissent les petites phrases, de manière à confirmer l’existence sociale, politique, affective. Dans la mythologie, la nymphe Echo est réduite au silence par Héra et condamnée à répéter les paroles de ses interlocuteurs ; une autre légende raconte qu’elle est éparpillée sur la terre par Pan, réduite à son écho.

Ekho, céramique 300-400 av. J.C., British Museum

(1) Christakis N.A., Fowler J.H., 2009, Connected: The Surprising Power of Our Social Networks and How They Shape Our Lives, Little, Brown and Company.


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Isabella dit :

    Je suis d’accord avec vous. Concernant le narcissisme, il me semble que l’on vit dans un système narcissiste qui n’arrête pas de se développer. C’est comme si l’on utilisait tous l’image à la place de la réflexion, comme si l’image apportait déjà une « vraie » réflexion : « connaître » devient inutile, car dispensable par l’image déjà évaluée. Peut-être je rêve là, mais le système culturel semble être comme ça. Bref, bon courage pour le prochain billet.

  2. Isabella dit :

    Juste à titre de commentaire, car j’apprécie bcp le texte. Mais je ne vois pas bcp de différence entre écrire sur facebook ou écrire sur un blog. Sur un blog aussi, c’est un « exprimez-vous » et ça peut être aussi un monologue. C’est juste qu’à mon avis une écriture concernant un regard subjectif est tjrs une sorte d’« exprimez-vous » …

    Sur FB, normalement on poste des choses en contexte, justement. Il y a tjrs un rapport partagé entre nous et notre réseau d’amis. Mais il y a une chose intéressante concernant ces commentaires : ils permettent à notre entourage de créer également une image de soi quand il répond aux postes. Ainsi, fréquemment les commentaires deviennent un genre de champ de bataille. Ceux qui ont l’argumentation la plus forte ou des commentaires super intéressants finissent par être admirés par l’entourage auquel ils s’exposent. Bien entendu, il ne s’agit plus de son réseau d’amis, mais de l’entourage de celui qui a exprimé son avis sur quelque chose. Du coup, une interaction fréquente s’établit entre les amis de la personne qui a posté et cette personne responsable du poste reste en deuxième plan. L’autre jour une amie a posté un poème de Neruda et j’ai fait un commentaire. L’une de ses amies a commenté mon commentaire… et on est resté les 3 (mais plutôt moi et son amie) en train de discuter, et à la fin on avait 22 commentaires sur le poème et elle m’a demandé si elle pouvait m’ajouter sur FB. Encore une fois, une exposition narcissique. Mais je me demande, après avoir lu votre texte, quelle opinion ou avis que l’on manifeste ne l’est pas .

    Autre point intéressant : égalité sociale sur FB. L’un de mes profs (à l’origine) est sur ma liste. Par FB on a commencé a bcp discuter, car on a bcp en commun. Du coup ont est devenue des amis : « bises » à la fin des commentaires, le prénom remplacé par « chère, cher », quand en privé la fin des messages en « amicalement », « mon amitié ». Mais si on se voit à l’université, bien évidemment, on revient à toutes les formalités : M., vous, etc. Ainsi, « Facebook, mon beau Facebook, dis-moi que j’existe.” Mais je dirai aussi : Facebook, mon beau FB, dis-leur que j’existe. C’est à partir de cela –en leur disant qui j’existe à partir du moment de la confirmation de mon existence que je peux exister.
    Hors de question de dire que je réponds au blog pour exister, lol. J’existe déjà sur FB 🙂
    « I’ is merely one of the world’s instantaneous spasms. »
    — Clarice Lispector (The Passion According to G.H.)

    • Marie-Anne Paveau dit :

      Je comprends bien votre point de vue et je suis d’accord avec vous quand vous attribuez la fonction narcissique aussi bien aux blogs qu’à FB. Je précise que ce que j’entends par « narcissisme », c’est le sens que la psychanalyse donne à ce mot, c’est-à-dire les formes de la construction de soi dans le rapport avec l’autre, névroses comprises, et non le sens commun un peu dépréciatif d’amour de soi démesuré. Je pense que la « matière » du narcissisme n’est pas la même selon les supports et les manifestations discursives, et qu’il y a des narcissismes plus équilibrés ou plus acceptables que d’autres. Sur FB, finalement, puisque je continue mon enquête en prévision d’un second billet, peu de gens laissent leur Mur public. Et ceux qui le font s’en servent parfois d’une manière tellement ostentatoire (photos intimes ou expressions de soi quotidienne voire heure par heure), que l’on comprend bien qu’ils ont besoin de ce Mur, du regard des autres, de leur assentiment et des petits « X aime ça » pour exister. Or, la relation à l’autre et le narcissisme dont nous avons tous besoin me semblent pouvoir être construits d’une manière qui minore un peu cette dépendance à un dispositif technique et qui préserve un être privé. Mais en cette matière comme dans beaucoup d’autres, les conceptions de l’être, de l’exister et de la distinction public/privé sont culturelles et évolutives.

  3. Isabella dit :

    … et voici un lien pour la « penseuse » du discours 🙂
    http://www.youtube.com/watch?v=iROYzrm5SBM

    • Marie-Anne Paveau dit :

      Très intéressante, cette petite parodie, et en plein dans le thème de l’éthique du discours. Egalement un bon sujet de billet pour REALISTA, sur Facebook et le réel.