Une belle soutenance en analyse du discours littéraire : Abdoulaye Diouf

J’avais annoncé en septembre la soutenance d’Abdoulaye Diouf sur « La voix narrative et ses effets dans l’œuvre romanesque de Marguerite Yourcenar ». Elle a donc eu lieu le 21 septembre dernier à Paris 13, et a constitué un très beau moment d’échange scientifique.

Abdoulaye était à la fois détendu et préoccupé, ce qui n’étonnera pas ceux qui le connaissent : il m’avait appelée plusieurs fois les jours précédents, posant beaucoup de questions et ayant besoin de préciser certaines choses, mais sans manifester d’anxiété particulière. Abdoulaye, je vous le dis maintenant, votre sérénité m’a impressionnée, je me suis dit que vous étiez un sage, presque un chibani, dans le jargon de mon enfance (bien que vous n’en ayez pas encore l’âge), et que j’avais de la chance d’avoir un doctorant comme vous.

Le héros du jour pendant la pause

Au jury, je le rappelle, Dominique Maingueneau, Alain Rabatel et moi-même du côté de la linguistique, May Chehab qui nous venait de Chypre, Bruno Blanckeman et Pierre Zoberman du côté de la littérature. La soutenance s’est accomplie dans une atmosphère à la fois studieuse et agréable, teintée d’humour, et émaillée de quelques irruptions de l’inconscient amusantes : Alain Rabatel a été par exemple opiniâtrement appelé « Alain Rabaté » par le président du jury, Pierre Zoberman, qui témoignait ainsi avec une certaine légèreté de l’épaisseur des frontières disciplinaires en France (Rabaté est un patronyme connu dans les études littéraires). Marguerite Yourcenar s’est successivement transformée en Marguerite Duras et Marguerite de Navarre, transformant le campus de Villetaneuse en parterre de ces fameuses fleurs blanches qui servent à mesurer la passion…

Abdoulaye défendant sa thèse… à tous les sens du terme

Dominique Maingueneau a trouvé le candidat « spitzérien », ce qui était un beau compliment, quoique j’aie un peu froncé le nez devant cette interprétation stylistique d’un travail que j’avais dirigé dans une optique linguistique : Spitzer ? alors que nous étions plutôt du côté de Benveniste et Ducrot ? Soit… La comparaison ne manquait pas d’élégance, et l’élégance, c’est sans doute ce qui a, entre autres, caractérisé cette soutenance, qui avait de la tenue, tant intellectuelle que sociale et humaine. L’émotion a percé ici et là également, et j’avoue qu’au moment de prendre la parole, j’ai eu du mal à articuler mes premières phrases. C’est que le travail de thèse est un véritable compagnonnage entre le doctorant et son directeur, et qui dure au moins trois ans : on se parle beaucoup, l’un lit l’autre avec intensité. Cela crée une relation, très spécifique, qui est une relation intellectuelle et pédagogique entre deux personnes qui n’ont pas forcément une grande différence d’âge, mais des places différentes, l’une formant l’autre à la recherche et à la pensée. Et l’échange ne se fait pas forcément dans le (seul) sens que l’on croit : Abdoulaye m’a enseignée, au sens où il a contribué à me former comme directrice de thèse, comme l’ont fait les précédents doctorants, et comme le feront les suivants. Il est assez peu question, en tout cas dans ma pratique, de posture de « maître » ou de transmission verticale d’un savoir et d’un savoir-faire que l’encadrant « détiendrait » comme un pouvoir symbolique. Je vois plutôt ce travail comme une collaboration asymétrique, où les deux parties travaillent beaucoup… trop parfois ! La soutenance est évidemment le moment où chacun sait que cette riche relation va s’arrêter ; c’est un moment émouvant, toujours, et c’est bien comme ça.

On n'est pas sérieux quand on est au jury…

Mise en abyme doctorale : la directrice photographiée en train de photographier son doctorant

Le public était chaleureux, très concerné car comptant plusieurs futurs docteurs en phase de rédaction, et donc un peu plus anxieux je crois, que notre spécialiste de la voix narrative. C’est très important le public dans une soutenance, et les doctorants qui ne s’en occupent pas, comme les directeurs qui n’en favorisent pas la présence, ont tort à mon avis : une soutenance est un moment initiatique, et doit se vivre comme un rite de passage, qui comme tout rite social doit être public, vu par le regard social. L’annonce d’une soutenance peut être diffusée aussi légitimement qu’un séminaire, un colloque ou une parution, car c’est un moment important de la vie universitaire. Donc : diffusion, invitation, célébration !

Abdoulaye est actuellement en contrat postdoctoral au Canada, loin de Villetaneuse et de son pays, le Sénégal. Abdoulaye je vous souhaite une belle carrière d’enseignant et de chercheur !

Un public… soutenant


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...