Être avec le malade 4. Les petits soins

À cette question qui intéresse tant Marie Ménoret, « qu’est-ce qu’on fait pour le malade dans les services de soins intensifs ou de réa, ou ailleurs ? », les soignant.e.s ont parfois donné des réponses en me mettant sans prévenir dans une position de « soignante ». Je dis bien « une position de » et je mets le mot de soignante entre guillemets, parce que, d’une part, c’est évidemment une métaphore, un essai de nomination de ce rôle innommé de la femme d’à côté du malade que j’incarne, et d’autre part, parce que les frontières des rôles et des espaces sont scrupuleusement respectées par les personnels de l’hôpital, ce que je trouve aussi important que nécessaire. Ça a toujours été, évidemment, pour des petits soins, et même des tout petits soins. Pas de geste professionnel, rien de technique, mais des petites choses qui s’inséraient quand même dans le grand système de l’hôpital. Je pense que les soignant.e.s que j’ai rencontré.e.s sont tout à fait conscient.e.s de cette insertion, de cette sorte de collaboration thérapeutique qu’ils suscitent, explicitement ou non, chez les gens d’à côté des malades ; ils savent que la frontière entre professionnel et profane est plus de l’ordre du dégradé que de la ligne claire. D’ailleurs, les occasions où j’ai eu l’impression d’être mise dans cette position ont souvent été accompagnées d’énoncés explicatifs ou même performatifs, qui l’ont clairement formulée.

Quand le malade se réveillait de son sommeil artificiel (ce moment si éprouvant qui dure des jours et n’a vraiment rien à voir avec les réveils de coma de cinéma où les éveillé.e.s ont juste les traits un peu tirés), un des problèmes était de le faire respirer le mieux possible et je ne pouvais, savais ? que fixer anxieusement l’écran aux chiffres colorés dont je m’étais fait expliquer en détail le fonctionnement. C’est le taux d’oxygénation jamais suffisant que je fixais, entretenant, je le savais sans pouvoir l’empêcher, une situation parfaitement anxiogène. « Mais vous pouvez l’aider à respirer, madame, dites-lui de respirer, montrez-lui, comme ça ! » me dit un jour brusquement l’infirmière qui venait désengorger sa trachée, mimant un grand geste de respiration. « Eh bien voilà, vous voyez, ça remonte », me montrant ensuite le chiffre bleu qui avait grimpé de deux ou trois malheureuses unités, après mes premiers efforts maladroits de professeure de respiration débutante. Un autre moment me revient, plus ludique, où un jeune infirmier, un de nos préférés, un peu débutant, avait commencé un geste en oubliant un objet qu’il m’avait demandé de lui donner, de dos (« donnez-moi la canule sur la table à côté de vous s’il vous plaît ! »).

Mais quand je pense à la femme d’à côté du malade et aux petits soins qui viennent du grand attachement, c’est à madame T. que je pense. Madame T. est venue tous les jours en réanimation, pendant trois mois, voir son mari semi-conscient. Je n’ai toujours vu madame T. que dans la salle d’attente ou dans les couloirs, ces lieux hors du monde et en même temps au cœur du monde d’où l’accessoire a disparu. Et puis un jour, en sortant de la seconde chambre de réa de mon malade, placée au fond du service (la disposition des lieux est tellement cruciale dans un service de ce type), j’ai aperçu fugitivement madame T., portant le grand tablier vert jetable des personnels soignant.e.s, affairée auprès de, autour de, avec, pour monsieur T. J’ai alors compris qu’elle le soignait, vraiment, et qu’elle était passée de l’autre côté de la frontière en revêtant ce grand tablier vert. Et cet instant de grand soin d’une femme d’à côté du malade me laisse une émotion intacte.

Marie-Anne Paveau

Quand je rappelais, dans un billet précédent, qu’à l’hôpital tout le monde est tout le temps en train de négocier quelque chose, j’aurais pu, dans la même veine, ajouter qu’à l’hôpital tout le monde travaille. Parce que le travail médical est une activité qui s’exerce sur des personnes, et pas sur un objet quelconque à réparer – disons que l’hôpital est un garage d’un type un peu particulier – un travail exclusivement thérapeutique ne suffit pas. Et il y a pas mal d’activités qui sont nécessaires pour que cet « exclusivement thérapeutique » fonctionne. En d’autres termes, cet exclusivement thérapeutique est juste fantasmatique. Le geste médical n’est qu’une action parmi d’autres dans l’activité de réparation. Parallèlement au travail des médecins, une tâche importante consiste ensuite, comme pour la plupart des maladies chroniques, à tenir le pas gagné. Il s’agit bien sûr de réparer, mais la comparaison s’épuise vite avec le super garagiste quand on est dans de l’humain. Pas de soins de supports ou de soins de suite pour la voiture dont je dois changer la courroie de distribution ou dont je viens de couler une bielle.

À propos d’humain, on entend parfois dire que les malades n’auraient qu’un rôle passif lorsqu’ils sont traités par le professionnel. Je ne partage pas ce point de vue. Quand on regarde empiriquement ce qui se passe dans l’accomplissement du travail médical, on est la plupart du temps amené à réhabiliter l’existence d’un patient beaucoup plus acteur qu’on ne le reconnaît. Dès que ton malade s’est réveillé, tu l’as observé lorsque tu as endossé le rôle de professeur de respiration : il a été bon élève et a bien travaillé puisque le chiffre bleu est remonté. Tous ces soi-disant passifs et béotiens que sont les malades et leurs proches sont évidemment des travailleurs du soin. De nombreux travaux ont montré cela pour l’espace domestique, donc à l’extérieur de l’hôpital, en montrant comment c’est aux patients que revient essentiellement la gestion de leur maladie mais ce sujet a été moins traité à l’intérieur même de l’hôpital et pour les proches.

Pourtant, lorsque l’état d’urgence est suspendu – moyen de pression aussi efficace dans la vie civile que dans la vie hospitalière l’état d’urgence hein – à côté du travail médical, travail de confort ou travail sentimental deviennent des tâches non seulement nécessaires mais largement déléguées. Le proche est un travailleur comme un autre, juste un peu moins reconnu. Tu disais petits soins ? Je dirais grands effets.

On parlera sans doute de la dimension de genre qui traverse ton billet un de ces jours…

(Sources : pour écrire ce billet, je me suis implicitement inspirée de Goffman, Parsons, Freidson et Baszanger. Mais sur le sujet, on a aussi : Strauss A., Fagerhauh S., Suczek B., Wiener C., 1982. The work of hospitalized patients. Social Science and Medicine 16 (9). Bref, comme tu le vois, un thème inspirant pour la sociologie médicale depuis très longtemps.)

Marie Ménoret

 Crédit : image publiée sur http://www.unesurtroismille.fr/comprendre-le-scope/

Publication sur Damoclès for ever : https://damocles.hypotheses.org/215


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

1 réponse