Les trois discours sur la mort de Castro

Une du New Yorker en 2008

Une du New Yorker en 2008

Les discours sur la mort de Castro sont un intéressant espace d’inscription de clivages politiques et idéologiques. Celui qui écrase tous les autres, c’est le plus pauvre et le plus rustique : droite vs gauche, à la mode euro-occidentale. Ses formes sont simples, voire simplistes, marquées notamment par une antithèse lexicale qui oppose les termes du gouvernement autoritaire à ceux de la libération révolutionnaire. Il en existe un deuxième, marginal et presque souterrain, d’une épaisseur plus complexe, issu des personnes les plus concernées par la disparition du leader cubain. Et un troisième, celui que le web produit de manière instantanée à partir de ses propriétés réflexives et parodiques.

Premier discours : Dictateur vs Héros, l’antithèse rustique

Quelques occurrences du terme dictateur, caractérisé ou non par des adjectifs (dictateur sanguinaire, dictateur brutal), et de ses synonymes tyran et autocrate, sous le clavier de journalistes et hommes politiques essentiellement, rencontrés ces dernières heures sur les réseaux sociaux et dans la presse française :

DICTATEUR

Un article du Monde retraçant le 26.11 l’enchaînement des réactions des deux présidents étatsuniens rapporte le jugement de Donald Trump :

Dans un second temps, Trump a fait savoir que Castro était « un dictateur brutal qui a opprimé son propre peuple » et qu’il fera « tout » pour contribuer à la liberté du peuple cubain.

Titre d’un article de Marianne signé par Guy Konopnicki le 27.11 :  « Mort de Fidel Castro : sous le romantisme révolutionnaire, la dictature et la misère ».

TYRAN

Dans un article du Parisien du 27.11 :

Les américains l’avaient manqué, dit-on, plus de cent fois. La maladie et la mort ont, elles, rattrapé le vieux tyran.

AUTOCRATE

Dans un article du Parisien du 26.11 :

Fin d’une époque. Avec Fidel Castro disparaît un des tout derniers géants politiques du 20e siècle, un autocrate paternaliste qui a fait d’une petite île des Caraïbes un acteur du bras de fer entre superpuissances américaine et soviétique.

Dans le camp lexical adverse, on rencontre des exemples d’emplois d’un antonyme possible dans le contexte, le mot héros, et des déclinaison autour du thème de la libération.

HÉROS

Dans un hommage de Jean-Luc Mélenchon le 26 novembre au pied de la statue de Simon Bolivar à Paris :

Ce jour-ci a été un jour bien triste quand il a commencé. Le sentiment qui nous opprimait alors, de la nouvelle du décès de Fidel nous a amené une fois de plus à penser que c’est dans l’exemple de nos héros que nous puisons sans cesse les leçons et l’énergie dont nous avons besoin pour continuer à ouvrir le chemin que, dans leur temps, à leur place, ils ont d’abord dégagé.

LEXIQUE DE LA LIBÉRATION

Jack Lang sur France-Info le 26.11 :

On a du mal à l’imaginer aujourd’hui : il incarnait, aux yeux de militants de gauche (en tout cas certains, les gens de ma génération) l’idéal d’une libération face à ce qu’on appelait l’impérialisme américain.

Pierre Laurent sur i<Télé le 26.11 :

Ça a été, dans le XXe siècle, l’un des dirigeants du mouvement d’émancipation humaine. La révolution qu’il a menée a eu lieu à l’époque de la décolonisation et s’inscrivait dans ce mouvement de restauration de la souveraineté des peuples. C’est ça qui restera dans l’histoire.

On retrouve cette opposition très marquée dans les styles adoptés par les uns ou les autres pour commenter cette disparition, relevant classiquement du registre épidictique. Du côté du blâme, la violence verbale notable d’un Luc Ferry par exemple (consulter l’ensemble de son fil du 26 novembre)  :

Et du côté de l’éloge, l’hommage politiquement étonnant mais personnellement cohérent de Justin Trudeau, le Premier ministre canadien le 26.11 :

Fidel Castro, leader plus grand que nature, a consacré près d’un demi-siècle au service du peuple cubain. Révolutionnaire et orateur légendaire, M. Castro a réalisé d’importants progrès dans les domaines de l’éducation et des soins de santé sur son île natale.

Au nom de tous les Canadiens, Sophie et moi offrons nos plus sincères condoléances à la famille et aux amis de M. Castro ainsi qu’aux nombreuses personnes qui l’appuyaient. Aujourd’hui, nous pleurons avec le peuple de Cuba la perte d’un leader remarquable.

Deuxième discours : richesse complexe de la parole des concerné.e.s

MNO, 26.11.2016 Yamil Lage / Europress/AFP

MNO, 26.11.2016 Yamil Lage / Europress/AFP

Au-delà ou plutôt à côté de ces discours univoques et abstraits, qui reposent sur des émotions personnelles et l’expression de positions idéologiques, se déploient des formulations différentes. Ce deuxième discours est bien plus intéressant, d’une part parce qu’il n’est pas pris dans l’ennuyeux binarisme précédent, et d’autre part parce qu’il est situé, partant d’un point de vue d’expérience et d’action politique : c’est celui, pour aller vite, des concerné.e.s, notamment les anciennes victimes du régime d’apartheid en Afrique du sud, les Palestinien.ne.s et leur allié.e.s et soutiens, les ancien.ne.s colonisé.e.s et leurs allié.e.s et soutiens mais également les gauches latino-américaines, les latino-américain.e.s en général et les Cubain.e.s qui peuvent faire entendre leur voix. Celleux sur la vie desquel.le.s l’action politique de Fidel Castro a produit des effets directs, et dont les critères de mesure possèdent une dimension empirique.

Il se manifeste par exemple dans ce passionnant petit thread publié hier par Joamette Kills (merci à Hady le Sage, encore et toujours), dans lequel elle explique la complexité de ses émotions et de son rapport au leader cubain (cliquer pour lire le fil) :

Elle y expose notamment les coordonnées du racisme interne à la société cubaine, expliquant pourquoi les Cubain.e.s « white » et « whit-ish » sont majoritaires à Miami, les afro-cubain.e.s comme elles étant très minoritaires.

L’inventaire à la Prévert et par l’absurde que rédige Marwann Mohammed, directeur du CCIF, sur son compte Facebook, relève également d’un deuxième discours hors du cadre de l’éloge et du blâme, reposant sur des comparaisons implicites avec les chefs d’État actuellement au pouvoir dans des régimes qualifiés de démocratiques. C’est un autre point de vue, ou plus exactement le point de vue de l’autre, comme celui que donne Jean-Baptiste Mouttet dans un article de Médiapart intitulé « Castro, un modèle de résistance contre l’impérialisme pour les gauches latinos » où les expériences et regards des concerné.e.s sont pris en compte et respectés :

Il avait pris part aux nombreuses luttes politiques qui continuent d’agiter le continent. Il appuyait la revendication de la Bolivie d’accéder à la mer, quitte à vexer le Chili. Il a aussi toujours défendu les Malouines argentines. Son nom est inscrit dans l’histoire de nombreuses nations sud-américaines.

C’est également le cas de Haroldo Dilla Alfonso qui donne un point de vue plus critique mais néanmoins situé dans un article de Médiapart intitulé « Qu’est-ce qui meurt à Cuba avec la mort de Fidel Castro ? ».

Dans la masse de photos publiée depuis deux jours, émergent régulièrement les clichés iconiques des soutiens de Castro à des révolutions et guerres de libérations :

capture-decran-2016-11-28-a-10-25-39

Sur les comptes Facebook où ces photos sont publiées, se déploie souvent une critique du point de vue « eurocentré », « occidental » ou « blanc », celui qui voit exclusivement dans Castro le « dictateur sanguinaire » : la mort de Castro active en effet dans le discours politique de chacun.e en France une autre ligne de fracture que l’opposition dictature/libération, celle qui clive fortement l’antiracisme entre antiracisme moral et antiracisme politique, ligne elle-même traversée par la question de l’islamophobie et de la négrophobie.

Comme toujours, la situation est plus complexe qu’une simple guerre de position lexicale entre les bleus et les rouges, entre les défenseurs du héros et les contempteurs du dictature, surtout quand les deux sont confortablement installés dans l’opulence occidentale. Et écouter les voix des autres, envisager les points de vue multiples, entrer dans la complexité et le foisonnement des positions et des émotions provoquées par cette mort, même si c’est difficile et violent, c’est plus fécond que le constant exercice de destitution interprétative pratiqué par celleux qui, toujours, parce qu’illes tiennent des positions dominantes, parlent à la place des autres.

Troisième discours : Castro, Black Friday, Adidas et Dark Vador

Un troisième discours, assez dépolitisé en apparence pour mettre (peut-être ?) tout le monde d’accord, se déploie sur le web, immédiatement parodique et réflexif, comme toujours : celui de l’humour, via le mème et la caricature. L’humour reste évidemment un discours politique, mais suffisamment indirect pour que, le temps d’une image ou d’un dessin, les fractures idéologiques soient suspendues.

cyszqfxuaaawcee

***

cysz-9cvqaafidq

***

cyslczbxcaexznc

***

***

Cite this article as: Marie-Anne Paveau, 28/11/2016, "Les trois discours sur la mort de Castro," in La pensée du discours [carnet de recherche], https://penseedudiscours.hypotheses.org/14915, consulté le….


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...