[CFP] Le phototexte engagé. Du militantisme aux luttes de visibilité (31.05-01.06.2018)

[maj 31.10.17]

Appel à communications / Call for papers (english below)

Le Phototexte engagé. Du militantisme  aux luttes de visibilité

jeudi 31 mai – vendredi 1er juin 2018

MSH Paris Nord, Saint-Denis

 Pléiade (EA7338) / LEGS (UMR 8238)

Universités Paris 13 / Paris 8 – Paris 10 – CNRS

Argument

Le texte illustré de photographie ou la photographie accompagnée de texte ont été désignés par des néologismes variés dont « photo-essay », « photo-récit », « photolittérature » ou encore « iconotexte », une notion développée par Michael Nerlich au début des années 1980, mais qui englobe toutes formes d’iconicité. Mais le concept de phototexte rend compte d’un dispositif formel dont on comprend immédiatement que les deux composants sont indissociables et qu’ils forment une unité de sens. L’histoire du phototexte rejoint classiquement celle de la photolittérature, tout en la dépassant largement : elle rencontre en effet celle de la culture des médias, de l’édition, du livre d’artiste, du tract, de l’affiche publicitaire, et depuis l’avènement de la bureautique et d’internet, celle de la communication numérique. Car si le phototexte apparaît aujourd’hui bel et bien comme le paradigme dominant de lecture au 21e siècle (des nombreuses interfaces numériques du web social comme Twitter, Facebook ou Instagram, aux organes d’information qui diffusent du phototexte en continu, en passant par les milliers d’outils accessibles en ligne sans formation professionnelle), la masse phototextuelle, depuis la fin du 19e siècle, est telle – comme celle des images et des textes seuls – que son étude ne peut aussi s’envisager que par segments.

A la croisée des études visuelles, des études culturelles, de l’histoire des images et de l’analyse sémiologique et linguistique, le colloque a pour but de faire émerger la singularité d’un corpus formalisé (le phototexte) à partir d’un point d’ancrage culturel et politique : le militantisme, les luttes pour les droits et l’égalité, et la quête d’une meilleure visibilité sociale de minorités.

Jouxtant les problématiques de la propagande d’état (qui pourrait faire l’objet d’un second volet), le colloque vise à rassembler des formes variées de militantismes visuels et textuels, des moyens de faire émerger des enjeux de société et des débats, et de rendre tangibles des luttes pour la conquête d’un espace visible. Il peut également recueillir des propositions qui feraient écho aux manifestations de Mai 68 et le rôle que la photographie a joué dans l’impact de l’événement.

Enjeux

Etant donné le nombre de dispositifs actuels permettant de produire du phototexte, les interventions sont invitées à explorer le phototexte dans les contextes suivants :

  • Les revendications pour l’égalité (luttes féministes, antiracistes, civil rights, LGBTQIA et black rights movements, sans restriction)
  • Les luttes d’indépendance et de reconnaissance (coloniales, postcoloniales et décoloniales)
  • Les luttes antispécistes, pour les droits des animaux, écologistes et environnementales
  • La construction de nouveaux espaces de visibilité (éditions, magazines, tracts et pamphlets)
  • Les dispositifs rhétoriques et sémiotiques (pathos, violence, chocs visuels)

La notion d’engagement est aussi à mettre en question : en quoi un document phototextuel peut-il apparaître comme engagé ? Comment sa contextualisation/décontextualisation est-elle mobilisée dans ses effets pragmatiques ? Dans quelles mesures engagement et agency (agentivité) sont des notions qui peuvent être concurrentielles ? De même, le phototexte engagé, lorsqu’il est transformé, redistribué ou transmis, en particulier dans le cadre de la culture du remix, est pris dans une mémoire qui contribue à en définir le sens et les formes.

Par exemple, et sans restriction, seront les bienvenues des études sur :

  • les ouvrages illustrés consacrés à des pays, qu’ils soient en lutte ou aux prises avec une révolution, comme par exemple Au cœur du Vietnam de Roger Pic ou La Chine de Mao d’Armand Gatti ;
  • les lignes éditoriales de collections ou de reportages photojournalistiques des années 1970, comme ceux que l’on peut voir dans Zoom, dont la photographe Sophie Ristelhueber était alors la rédactrice en chef ;
  • les œuvres relevant de l’artivisme, du détournement, de l’art dit « politique » ou de la production populaire, contre-culturelle et contestataire (fanzines, posters, montages)
  • les productions phototextuelles numériques natives (d’internet ou plus spécifiquement du web social) diffusées et partagées à des fins protestataires ou militantes : mèmes, images macro, pancartes, vignettes, tous types de photographies incrustées d’écrits ;
  • les approches théoriques et historiques sur ces notions d’engagement, d’agency et de mémoire, leur évolution, leur déplacement dans le temps (de l’histoire des luttes au volet politique des visual studies)
  • les formes, les effets de sens, les circulations, les modes de fabrication et les évolutions historiques.

La période est ouverte ainsi que les aires géographiques et culturelles concernées.

Conférences plénières

  • Andy Stafford (University of Leeds, Grande-Bretagne)
  • Michelle Shawn Smith (School of the Art Institute of Chicago, Etats-Unis)

Modalités de soumission et calendrier

  • Les communications peuvent se faire en français et/ou en anglais. Une publication est prévue (en ligne)
  • Date limite d’envoi des propositions : 15 novembre 2017
  • Format des propositions : 3000 signes max. (soit 500 mots), avec bibliographie indicative et brève bio-biblio
  • Remise des articles pour publication : fin juin 2018
  • Dates du colloque : 31 mai et 1er juin 2018
  • Lieu : Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord, Saint Denis, auditorium
  • Comité organisateur : Magali Nachtergael, Charlotte Foucher Zarmanian et Marie-Anne Paveau
  • Comité scientifique en cours de constitution
  • Contacts : nachtergael@univ-paris13.fr ; foucher@legs.cnrs.fr ; ma.paveau@orange.fr

(bibliographie indicative à la suite de l’appel en anglais)

*****

The Committed Phototext

from activism to struggles for visibility

May 31st – June 1st, 2018

MSH Paris Nord, Saint-Denis

Pléiade (EA7338) / LEGS (UMR 8238)

Universities Paris 13 / Paris 8 – Paris 10 – CNRS

Argument

Texts illustrated with photographs or photographs accompanied with text have been variously designated (“photo-essay”, “photoliterature”, “iconotext”), however, the (notion of) phototext has the advantage of expressing very directly the idea of unity of such a dual dispositif, as much in its formal aspect as in its global meaning. The history of the phototext usually meets the common field of photoliterature, but it goes far beyond as it crosses the borders of media culture, publishing, artist books, pamphlets, commercial posters, and, since the rise of personal computers and the internet, of digital communication. If the phototext has become a dominant paradigm in the ways of reading in the 21st century, the amount of phototextual production, since the end of the 19th century, is so abundant – as that of images or texts alone – that we can only study segments of it.

At the crossroads of visual studies, cultural studies, the history of images and semiotic and linguistic analysis, the aim of this two-day conference is to put in relief the singularity of a formal corpus that is closely tied to a specific cultural and political point of view: that of activism, of the struggles for rights and equality, and movements for a visible social recognition of minorities.

Leaving aside graphic forms of Propaganda (which could be developed more specifically in a future project), this conference aims to gather various forms of combined visual and textual activism, and show how this dual form is able to ignite social debates and to shed light on major democratic stakes, leading to a greater consideration for the concrete aspects of struggles for visibility.

Commitment may also be addressed: how does a phototextual document appear to be committed ? how do contextualisation / decontextualisation produce pragmatic effects ? To which extent can commitment and agency be considered competing concepts? Furthermore, the committed phototext, when subverted, transformed, redistributed, especially in the realm of remix culture, is interwoven with a memory that induces meaning and forms, generating new interpretations.

Perspectives

Considering the vast range of present applications inviting us to produce phototexts (from private computer interfaces, popular applications such as Twitter, Facebook, Instagram, to continuous mass media broadcasting), papers are invited to explore the phototext in the following contexts:

  • Claims for equal rights (feminist struggles, antiracist, civil rights, LGBTQIA and black rights movements, with no restrictions)
  • Fights for independence and struggles for recognition (colonial, postcolonial and decolonial)
  • Antispecist struggle, animal rights, ecological and environment activism (see Mathieu Asselin, Monsanto, A photographic investigation, 2017)
  • Construction of new spaces of visibility (small presses, underground publishing, magazines, flyers and zines)
  • Rhetorical and semiotic apparatuses (using emotion, violence or visual shocks)

For instance, and with no limitations, we welcome studies focusing on:

  • Illustrated books devoted to countries struggling for independence, at war or undergoing a revolution,
  • The editorial frame of photo-essays and magazines in the 1960 and 70’s,
  • Artivist artworks, politically committed or popular art, counter-culture or protest art (zines, posters, montage, diverted images);
  • Native digital phototextual productions (from the Internet or the social web), shared for protest or activism ; any pictures with incorporated text, Internet memes, macro images, placards;
  • Forms, and their production, meaning and reception, representation and circulation in time and historical evolutions.
  • Theoretical and historical approaches on commitment, agency and memory, and the way they changed or evolved through time (from the history of struggles to the political dimension of visual studies)

Study period and geographical and cultural areas are open.

Submission guidelines and schedule:

Papers and presentations can be either in French or in English. A selection of papers will be published online.

  • Deadline for paper submission: October 15th, 2017
  • Conference dates: Thursday, May 31st – Friday, June 1st, 2018
  • Venue: Maison des Sciences de l’Homme, Saint Denis (France)
  • Deadline for article submission: end of June, 2018
  • Organizing committee: Magali Nachtergael (Pléiade-Paris 13), Charlotte Foucher Zarmanian (LEGS-CNRS) et Marie-Anne Paveau (Pléiade-Paris 13)
  • Scientific committee being established
  • Contacts : nachtergael@univ-paris13.fr ; charlotte.foucher@legs.cnrs.fr ; ma.paveau@orange.fr

Bibliographie sélective / Selected Bibliography

  • Allard Laurence, « L’art de la capture d’écran, de Richard Prince à l’auto-screen », MOBACTU [blog], http://www.mobactu.fr/, 01.06.2015
  • –—, « De l’hypertexte au “mobtexte” : les signes métissés de la culture mobile. Ecrire quand on agit », in Angé Caroline (dir.), Les objets hypertextuels. Pratiques et usages hypermédiatiques, Paris, Iste Editions, 2015, p. 167-186.
  • Alloa Emmanuel dir., Penser l’image III, Dijon, Perceptions, Presses du réel, 2017.
  • Badger Gerry, Parr Martin, The Photobook: a History (vol. 1, 2 et 3), Londres, Phaidon, 2004, 2006 & 2014.
  • Barthes Roland. Mythologies, Paris, Seuil, 1957.
  • — « Rhétorique de l’image » [1964­], Œuvres complètes. Livres, textes, entretiens (1962-1967), t. 2, Paris, Seuil, 2002.
  • La Chambre claire. Note sur la photographie, Paris, Cahiers du cinéma-Seuil-Gallimard, 1980.
  • Bartholeyns Gil dir., Politiques visuelles, Dijon, Perceptions, Presses du réel, 2016.
  • Berger John, Mohr Jean, Une autre façon de raconter, tr. fr. Camille Aillaud, Paris, L’œil tendu, L’écarquillé, 2014.
  • Blandin Claire dir., « Féminisme en ligne », Réseaux, n°201, janvier-mars 2017.
  • Bonenfant Maude, « Le mème numérique : étude sémiotique des réseaux à partir des concepts de trace et d’indice », RISCP 12 , 2014, http://communiquer.revues.org/1295
  • Bouchardon Serge et al., « Explorer les possibles de l’écriture multimédia », Les Enjeux de l’information et de la communication 2011 (n° 12/2), p. 11-24.
  • Crimp Douglas, Pictures. S’approprier la photographie. New-York, 1979-2014, éd. établie par Gaëtan Thomas, Paris, Le Point du jour, 2016.
  • Debouzy Marianne, La désobéissance civile aux Etats-Unis et en France, 1970-2014, Rennes, des Amériques, Presses Universitaires de Rennes, 2016.
  • Desanges Guillaume, Piron François, Contre-cultures 1969-1989 : l’esprit français, Paris, La Découverte, 2017.
  • Dubuissons Daniel, Raux Sophie, A Perte de vue. Les nouveaux paradigmes du visuel, Dijon, Les Presses du réel, 2015.
  • Dufour Diane et Witkovsky Matthew S., Provoke. Between Protest and Performance : Photography in Japan 1960–1975, Göttingen, Steidl, 2016.
  • Gervais Thierry et Morel Gaëlle, La Fabrique de l’information visuelle – photographies et magazines d’actualité, Paris, L’écriture photographique, Textuel, 2015.
  • Gimenez Elsa, Voirol Olivier dir., « L’internet des droites extrêmes », Réseaux, n°202-203, avril-juin 2017.
  • Gunthert André, L’Image partagée, la photographie numérique, Paris, L’écriture photographique, Textuel, 2015.
  • Fernandez, Horacio, Photobooks Spain 1905-1977, Madrid, RM – Museo Nacional Centro De Arte Reina Sofía, 2014.
  • Hugues Alex, Noble Andrea dir., Phototextualities. Intersections of Photography and Narrative, Albuquerque, University of New Mexico Press, 2003.
  • Karasik Mikhail, The Soviet Photobook 1920-1941, Göttingen, Steidl, 2015.
  • Labry Manon, Riot Grrrls, Chronique d’une révolution punk féministe, Paris, Zones-La Découverte, 2016.
  • Mitchell W. J. T., Picture Theory. Essays on Verbal and Visual Representation, Chicago, University of Chicago Press, 1995.
  • — Iconologie : image, texte, idéologie, tr. fr. Maxime Boidy et Stéphane Roth, Paris, Penser / croiser, Les Prairies ordinaires, 2009
  • Mirzoeff Nicholas dir., The Visual Culture Reader [1998], Londres, Routledge, 2013.
  • Olson Lester C., Finnegan Cara A., Hope Diane S. dir., Visual Rhetoric: A Reader in Communication and American Culture, Los Angeles, Sage, 2008.
  • Parr Martin et al., The Chinese Photobook: From the 1900s to the Present, New York, Aperture, 2016.
  • Pleyers Geoffrey dir., « Militantisme en réseau », Réseaux, n°181, septembre-octobre 2013.
  • Reckitt Helena, Phelan Peggy, Art et féminisme, tr. fr. Marie Hermet, Paris, Phaidon, 2005.
  • Stafford Andy, Photo-texts: Contemporary French Writing of the Photographic Image, Liverpool, Liverpool University Press, 2010.
  • Solomon-Godeau Abigail, Chair à canons. Photographie, discours, féminisme, Paris, L’écriture photographique, Textuel, 2016.
  • Sekula Allan, Écrits sur la photographie 1974-1986, éd. Marie Muracciole, Paris, Beaux-Arts de Paris les éditions, 2013.
  • Vouilloux Bernard, « Texte et image ou verbal et visuel ? », in Liliane Louvel et Henri Scepi dir., Texte/Image, Nouveaux problèmes, Rennes, Interférences, Presses universitaires de Rennes, 2005, p. 17-31.
  • Collectif, « Iconographies rebelles. Sociologie des formes graphiques de contestation », Cultures et conflits, n°91-92, automne-hiver 2013.
  • « L’écrit dans l’œuvre », Histoire de l’art, n° 71, 2012.
  • « Approches visuelles – Une chance pour l’histoire de l’art », Histoire de l’art, n° 70, 2012.

Crédit : Martha Rosler, If It’s Too Bad to Be True, It Could Be DISINFORMATION, 1985 (vidéo, 16′)
Collection SFMOMA, Copyright © Martha Rosler


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...