Messages d’adieu. Les voix inouïes d’Alep

czt7favwiaewmczDans la soirée du 12 décembre, Twitter s’est rempli de voix auparavant inouïes, c’est-à-dire jamais entendues : les adieux des habitants d’Alep. Avec ou sans les hashtags #Aleppo, #StandWithAleppo ou encore #SaveAleppo, les Syrien.ne.s ont fait leurs adieux dans des tweets, uniques ou suivis, ou de brefs messages vidéo. En voici quelques exemples :

Aussitôt partagés par retweet ou transfert sur d’autres réseaux, et aussitôt redocumentarisés par certains médias, ces messages d’adieu sont devenus lisibles/audibles par un très grand nombre de destinataires, contrairement au statut prénumérique de ce genre de discours : le message d’adieu est, en effet, plutôt privé, confidentiel et non destiné à la publication, encore moins à une circulation virale, surtout quand il émane de la voix dominée ou fragile de cellui qui n’a pas les moyens, à tous les sens du terme, de se faire entendre. Il était, jusqu’à présent, inouï. Et, on le verra, tout particulièrement quand il s’agit d’un adieu devant l’approche de la mort. Cette nouvelle « audibilité », comme on pourrait l’appeler, de la voix de locuteurices vulnérables via les réseaux sociaux numériques, me semble un phénomène nouveau particulièrement intéressant pour une analyse du discours écologique ouverte sur les environnements humains et non humains des discours.

Une nouvelle audibilité : le rôle des affordances numériques

Dans leur présentation d’un numéro de la revue Questions de communication consacré à l’annonce de la mort, M.-L. Florea et A. Rabatel appliquent aux discours des médias la grille de lecture de la mort proposée par V. Jankélévitch dans son célèbre ouvrage de 1977, reposant sur les personnes de l’énonciation : la mort en troisième personne, celle des nécrologies et des hommages, la plus fréquente et routinisée dans les médias ; la mort en deuxième personne, celle de l’adresse au.à la défunt.e, plus rare, et la mort en première personne, presque inexistante dans les médias :

Quant à la mort en première personne, elle a peu de place dans les médias d’information, encore que là aussi, les nouveaux médias bouleversent la donne : ainsi de cette jeune actrice anglaise, Jade Goody, atteinte du cancer qui a fait entrer chez elle les caméras pour ses derniers mois de vie, afin de laisser de quoi vivre à ses enfants. Certes, la caméra n’a pas filmé ses derniers jours, mais cette éventualité se produira − si ce n’est déjà fait, dans des pratiques sous le manteau. […] Quoi qu’il en soit, c’est plutôt dans le domaine de la fiction que la mort en première et en deuxième personne se déploie (sans exclure la mort en troisième personne), tandis que la presse d’information fait des choix inverses. (Florea, Rabatel, 2011 : 14).

Les réseaux sociaux numériques sont devenus, on le sait, de véritables médias, où la mort en troisième personne est  omniprésente, mais aussi en deuxième personne (voir les travaux de Fanny Georges et Virginie Juillard sur cette question, par exemple Georges & Juillard 2016). Mais ils permettent aussi  que la mort en première personne se formule dans l’ordre de la réalité et non de la seule fiction, comme le montrent bien les messages d’Alep. Par ailleurs, le web 2.0, et notamment le réseau Twitter, permettent théoriquement à tout un.e chacun.e de lire-écrire-publier, pour peu qu’il existe un accès à un ordinateur, une connexion internet et des conditions favorables d’utilisation. Dans les faits, c’est plus compliqué, on le sait aussi, et encore très socio-économiquement contraint puisque l’accessibilité dépend des possibilités tant sur le plan de la maîtrise de la littéracie numérique et traditionnelle que sur celui de la compétence technique. Un des arguments actuels dans la guerre de l’information qui fait rage actuellement à propos de la chute d’Alep est d’ailleurs que les auteurs des messages d’adieu sont des blogueurs et des journalistes, autrement dit des professionnels de l’écriture (je reviens sur cette question à la fin de ce billet). Il est malgré tout incontestable que les « amateurs », selon la dénomination de Patrice Flichy, ont vu leur accès au lire-écrire-publier grandement facilité par les réseaux et leur facilité technique d’utilisation, et d’usage multimédiatique (Flichy 2010) : élaborer des productions plurisémiotiques, intégrer des images, des gifs, tourner et intégrer des petites vidéos, sont des activités qui sont devenues faciles, ne requérant parfois aucune compétence technique. Dans un article mettant en place l’intéressante notion de « conversationnalisation de l’image », André Gunthert souligne les effets médiatiques et sémiotiques de cette facilité technique (Gunthert 2014).

Les plateformes de réseaux sociaux fournissent donc aux utilisateurices un certain nombre de possibilités d’usage et de production de sens, autrement dit des affordances, qui ont des effets sur la nature des productions. C’est me semble-t-il ce qui se passe avec le message d’adieu devant la mort pressentie ou redoutée, à l’occasion de cet événement discursif numérique qui s’est produit il y a quelques jours. On a pu lire de nombreux tweets, mais également des vidéos, où s’hybride le discours d’adieu et l’appel à l’aide. En voici deux exemples parmi les plus virales, celles de Bilal Kareem et de Lina Shamy:

L’écosystème des réseaux sociaux a rendu tout à fait explicite et viral le message d’adieu et donc, sous un certain angle, l’annonce de la mort en première personne, rarissime en contexte prénumérique ; cela veut dire que les affordances du web 2.0 et les potentialités technodiscursives de l’écriture modifient l’ordre du discours, rendant public et partageable un discours auparavant privé et peu relayé. D’inouïs, les messages d’Alep sont devenus audibles.

La technomémoire discursive : un archivage de notre impuissance

Mais une autre modification intervient, qui a trait à l’archivage du discours et donc à la mémoire discursive numérique. J’avais montré dans un billet en 2013, « La mémoire numérique. Réflexivité et technodiscursivité« , que l’analyse du discours et les sciences du langage n’avaient pas encore suffisamment réfléchi sur la mémoire numérique, dans une perspective véritablement langagière et ou discursive et non informatique. En revanche, les sciences de l’information et de la communication, via les notions d’hypertextualité, de trace et de présence, et de redocumentation, mènent une réflexion sur cette question depuis longtemps.

Les messages d’Alep nous poussent à reprendre cette réflexion et à reprendre la notion de mémoire métallique proposée par Eni Orlandi en 1996, et retravaillée actuellement par Cris Dias qui la définit ainsi dans un article de 2015, « L’écriture du fragmentaire quotidien entre mémoire discursive et mémoire métallique » :

Si la mémoire discursive se constitue par l’oubli et la mémoire de l’archive par le non-oubli, puisqu’elle est contrôlée par une normalisation du processus de signification, comme nous l’enseigne Orlandi (2006), la mémoire métallique se constitue par l’excès, par la quantité. Elle n’oublie pas, ni même n’institutionnalise ni ne normalise pour ne pas oublier, mais additionne, accumule, raison pour laquelle nous la comprenons comme une mémoire numérique.

Dans cette perspective, les différentes formes de mémoire soulèvent des questions fondamentales pour penser une écriture du numérique, du fait que, pour la mémoire métallique, l’espace de circulation des sens est un espace virtuel où tout se tient, où rien ne manque, et où l’archive devient éternelle. (Dias 2015, § 16 à 18)

La mémoire métallique d’Eni orlandi ne concernait que l’ordinateur vue comme une machine et non comme un point d’entrée dans un réseau. Mais sur le web, on ne peut plus vraiment dire que la mémoire n’est qu’accumulation et quantité, à cause du dynamisme réflexif de cet environnement : toute publication sur le web est immédiatement redocumentable, parodiable, reformulable, et il s’agit là d’un mode de circulation qui n’est pas simple répétition ou accumulation. La mémoire métallique, comme la mémoire discursive, sont augmentées et modifiées dans les environnements natifs du web. Je propose donc pour cette raison de retravailler la notion de mémoire métallique à partir des environnements du web social en parlant de technomémoire discursive ou mémoire discursive numérique (ce travail est développé dans Paveau 2017).

Cette technomémoire discursive est structurellement dynamique, c’est-à-dire reconfigurable et reconfigurée par les algorithmes : dans le cas des messages d’Alep, les programmes permettent en effet une redocumentation aisée, accomplie par les médias par exemple, impliquant elle-même cette publication et cette circulation qui modifie l’ordre du discours du message d’adieu devant la mort. Cette redocumentation se fait de plusieurs manières :

– par écrit dans le discours de presse 

Plusieurs journaux et plateformes ont très vite redocumenté les messages selon une routine générique maintenant bien installée (l’article de presse à partir de productions des réseaux sociaux, tweets, posts, vidéos est désormais installé dans le paysage des genres du discours médiatique). On a pu lire par exemple « Depuis Alep, les cris désespérés appellent le monde au secours » d’Alix Fieux sur Slate ou « À Alep, des activistes et des civils postent des messages d’adieu sur Twitter », de Chloé Rochereuil sur Mashable.

– par oral via des vidéos sur les pages médias de réseaux sociaux

Cette vidéo monte des témoignages oraux à la manière d’un reportage voire d’un documentaire, à partir d’un projet filmique, même modeste. La même plateforme diffuse une vidéo rassemblant des messages d’enfants :

– par des technographismes multimédiatiques

Des formes mixtes existent : dans « Aleppo Residents’ Heartbreaking Goodbyes Describe The Horror Of What Is Happening In Syria’s Second City » George Bowden propose, sur le Huffington Post anglophone, à la fois un diaporama et une suite de tweets et de vidéos intégrées sur le site. Le diaporama propose une suite d’images scénarisées avec du son et des incrustations de tweets reformatés pour les beosins de la vidéo. Cet assemblage composite [image + son + texte] constitue un technographisme, c’est-à-dire une forme composite associant simultanément et intrinsèquement plusieurs ordres sémiotiques dans un environnement numérique natif (voir Paveau 2017).

Ces différentes formes de redocumentation constituent une technomémoire discursive qui rend immédiatement disponible à tou.te.s des formes auparavant confidentielles ; elle est investigable, enregistrable, diffusable, et ce avec une grande facilité technique. C’est donc la structuration et le fonctionnement de la mémoire discursive tout entière qui s’en trouve modifiée, ce dont la notion de technomémoire discursive et l’intégration de celle de redocumentation dans la théorie du discours peuvent rendre compte.

Pour conclure. Réalités de guerre ou mise en scène communicationnelle : faux dilemme, vrai cynisme

Les énoncés qui constituent les exemples de ce billet constituent l’un des objets de la guerre d’information, en grande partie numérique, qui a été déclenchée par la chute d’Alep en début de semaine. Amis, connaissances et médias s’opposent et se déchirent parfois sur les réseaux et les sites d’information : les un.e.s voient dans ces messages et les discours qui dénoncent l’extrême violence de la reprise d’Alep par l’armée de Bachar El Assad et ses soutiens une mise en scène communicationnelle et une propagande du camp « rebelle » (il faudrait faire un billet entier sur l’emploi de ce terme, sa mémoire et cette homogénéité qu’il installe dans une des plus complexes situations contemporaine) ; les autres dénoncent les atrocités voire les crimes de guerre et contre l’humanité perpétrés à Alep Est, dans ce qui leur semble une destruction massive voire une extermination. Les premiers parlent de « libération », les seconds de « martyre ». Cette guerre de l’intox commence à être bien documentée et l’on sait maintenant que la force de frappe de propagande de l’axe Damas-Moscou, qui parvient à impliquer l’ONU, est largement supérieure à la capacité de désinformation du camp « rebelle », qui ne dispose pas de son « Russia Today ». J’ai pour ma part choisi d’écouter les voix des témoins et des victimes présentes à Alep, et de me tenir à forte distance d’une négation à priori des crimes de guerre qui me semble ouvrir une forme de négationnisme numérique que je trouve inacceptable. J’ai été sensible à l’interview de l’historienne Marie Peltier dénonçant un « récit falsifié » dans Le Monde du 14 décembre, et je partage les positions de Julien Salingue dans sa « Lettre à un camarade » du 15 décembre.  Mettre en doute l’exactitude des informations, dénoncer les ficelles de la propagande de guerre et prendre les discours déferlants d’internet avec prudence, d’accord ; nier cyniquement que des êtres humains souffrent et disqualifier systématiquement les appels au secours, les messages d’adieu et les cris d’alarme, non.

Références bibliographiques

  • Dias Cristiane, 2015, « L’écriture du fragmentaire quotidien entre mémoire discursive et mémoire métallique », Itinéraires [En ligne], 2014-1 : http://itineraires.revues.org/2289
  • Flichy Patrice, 2010, Le sacre de l’amateur. Sociologie des passions ordinaires à l’ère numérique, Paris, Seuil.
  • Florea Marie-Laure, Rabatel Alain, 2011, « Re-présentations de la mort dans les médias d’information », Questions de communication [En ligne], 19 : http://questionsdecommunication.revues.org/401
  • Georges Fanny, Juillard Virginie, 2016, « Profilopraxie et apposition des stigmates de la mort: comment les proches transforment-ils la page Facebook d’un défunt pour la postérité? », Línguas e Instrumentos Linguítiscos 37, http://www.revistalinguas.com/edicao37/edicao37.html
  • Gunthert André, 2014, « L’image conversationnelle », Études photographiques, 31 : http://etudesphotographiques.revues.org/3387
  • Orlandi E., 1996, Interpretação: autoria, leitura e efeitos do trabalho simbólico, Rio de Janeiro, Vozes.
  • Orlandi E., 2006, « Análise de discurso: conversa com Eni Orlandi », in. BARRETO, Raquel Goulart, TEIAS: Rio de Janeiro, ano 7, nº 13-14.
  • Paveau Marie-Anne, 5 octobre  2013, “La mémoire numérique. Réflexivité et technodiscursivité“, La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=8204
  • Paveau Marie-Anne, 2016, « Des discours et des liens. Les parcours technodiscursifs de l’écrilecture », Semen 42.
  • Paveau Marie-Anne, 2017 (à par.), Le discours numérique. Dictionnaire des formes et des pratiques, Paris Hermann.
  • Simon Justine (dir.), 2016, Semen 42, dossier « Le discours hypertextualisé. Problématique de renouvellement des pratiques d’écriture et de lecture« 

Crédit : « One day, we will return. », photo publiée sur le compte Twitter de Fatima Said ‏ le 15 décembre.

Cite this article as: Marie-Anne Paveau, 17/12/2016, "Messages d’adieu. Les voix inouïes d’Alep," in La pensée du discours [carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/14795, consulté le….

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...