(((Juif))). L’antisémitisme des parenthèses

Capture d’écran 2016-06-12 à 16.58.44

Un article de Télérama (08.06.2016) « La triple parenthèse, arme sournoise et codée des antisémites sur le Web« , repris en écho par Les Inrocks le 10.06.2016, signale un phénomène de graphie numérique aussi glaçant idéologiquement et politiquement qu’intéressant linguistiquement parlant : des internautes néonazis marquent la judéité de certaines personnes en entourant leur nom d’une triple parenthèse, de cette manière : 575709dcc4618834208b45a4

Un stigmate graphique

Le phénomène a été tout récemment rendu public dans un article du site Tech.Mic, intitulé « (((Echoes))), Exposed: The Secret Symbol Neo-Nazis Use to Target Jews Online« . La page Wikipedia anglophone, Triple parentheses, n’a que quelques jours, créée le 7 juin, largement à partir des informations données par Tech.Mic. Concrètement, ça donne ce genre de chose :

Capture d’écran 2016-06-11 à 12.39.58

(l’article complet est ici, et il faut lire les commentaires…).

Et sur Twitter :

On voit que la triple parenthèse affecte aussi les noms communs et en explorant les comptes suprémacistes étatsuniens on constate qu’il s’agit d’une pratique assez courante, comme le montre cet exemple :

Le nom de ce compte est marqué par le signe inverse, les trois parenthèses étant fermantes à gauche et ouvrantes à droite, pratique qui marque plusieurs des comptes d’extrême droite consultés. Ce tweet illustre clairement la pratique de marquage, c’est-à-dire parenthèses correctes pour les juifs ou les noms s’y référant et parenthèses inversées pour les non-juifs :

Cette pratique de stigmatisation du nom des juifs s’inscrit évidemment dans une sombre généalogie de marquage où s’accumulent les ethnotypes physiques, les traits racialisants et les étoiles jaunes. Elle présente aussi des traits linguistiques qui en font un dispositif, presque un système, à la fois efficace et fragile : facilement disponible à la viralité du web, on verra que la triple parenthèse est cependant tout aussi facilement réappropriable dans un mouvement de retournement sémiotique. Mais avant cela, retraçons la brève histoire de cet antisémitisme graphique et numérique.

De l’oral à l’écrit, une double correspondance

Au départ, il s’agit d’un marquage oral, explique l’article de Tech.Mic : dans les podcasts en ligne d’une série intitulée « The Daily Shoah » sur le site d’extrême droite Right Stuff, un écho sonore se déclenche quand un nom juif est prononcé (on reviendra sur cette notion de « nom juif »). Cette pratique, datée de 2014 selon l’article de Wikipedia, est pour cette raison nommée echo ou echoes, graphiée (((echoes))) quand il s’agit de l’écrit, comme l’explique Tech/Mic :

The symbol comes from right-wing blog the Right Stuff, whose podcast The Daily Shoah featured a segment called « Merchant Minute » that gave Jewish names a cartoonish « echo » sound effect when uttered. The « parenthesis meme, » as Right Stuff editors call it, is a visual pun.

In Right Stuff propaganda, you’ll often read that Jewish names « echo. » According to the blog’s lexicon page, « all Jewish surnames echo throughout history. » In other words, the supposed damage caused by Jewish people reverberates from decade to decade.

La triple parenthèse est donc matériellement la transcription graphique d’un « écho » sonore, lui-même matérialisation sonore de l’idéologie selon laquelle les noms juifs auraient une sorte de retentissement lié à une transmission mémorielle. Voilà donc un double système de correspondance, exposé par ses utilisateurs même (ce sont en effet les auteurs du site The Right Stuff qui donnent abondamment ces explications) : à une croyance idéologique correspond un symbole sonore ; et à ce symbole sonore correspond une traduction graphique. Ce système sémiotiquement élaboré est soutenu par un dispositif technologique puisqu’une extension pour Chrome que Google vient de supprimer, « Coincidence Detector« , permettait d’automatiser la triple parenthèse à partir d’une liste d’une centaine de noms, comme l’explique cet article de JTA (Jewish Telegraphic Agency). De plus, la triple parenthèse n’est pas traçable par les algorithmes qui traquent les hate speeches / discours de haine sur les réseaux, notamment sur Twitter. La marque stigmatisante a pu ainsi fonctionner pendant plusieurs années sans pouvoir être détectée, ni comprise d’ailleurs par les cibles, et encore moins le grand public qui ne reçoit l’information que maintenant.

Appropriation culturelle et resignification : le retournement du stigmate

Alors que cette pratique semble avoir deux ans, elle vient seulement de faire l’objet d’un processus de resignification par appropriation. La resignification (reclaimation), dont on a plusieurs fois parlé sur ce carnet (ici et ici par exemple), et analysé sous l’angle de l’éthique discursive dans Langage et morale (Paveau 2013), est cette procédure lexico-discursive qui consiste à reprendre à son compte une (dé)nomination insultante pour en faire un étendard d’identité ou de fierté, dans une visée d’éthique du discours. Elle a été notamment théorisée par Judith Butler à propos des insultes homophobes (Butler 2004).  Il y a quelques jours, Jeffrey Goldberg, journaliste pour The Atlantic, ajoute la triple parenthèse au nom de son compte Twitter au nom de ce qu’il appelle une « appropriation culturelle », pratique généralement condamnée aux États-Unis (voir ce billet sur l’appropriation très critiquée du bindi hindou), mais qu’il s’autorise au nom de la nature de la culture en question (voir son tweet ci-dessous) ; il est le précurseur de cette pratique resignifiante.

Capture d’écran 2016-06-11 à 11.41.11

Tech.Mic qui suit l’affaire de près publie très vite un billet sur le phénomène, dans lequel Jeffrey Goldberg est interviewé (d’autres articles de presse se feront l’écho de l’appropriation de la triple parenthèses par les juifs étatsuniens). Il  explique le fonctionnement de cette marque, entre secret relatif et message explicite :

“They want Jews to know they’re going after them,” Rosenberg told me. “It’s a signal to Jews and it’s a signal to people in their own group. It’s not that they want it to be a secret, but they don’t want to explain it to people. It’s a wink and a nod to other neo-Nazis and to Jews.”

On comprend donc qu’il s’agit d’une marque conniventielle d’intimidation, la connivence étant installée entre les persécuteurs, mais également entre les persécuteurs et les persécutés, dans une relation duelle se voulant exclusive qui fonde tous les abus. Jeffrey Goldberg est bien suivi sur le réseau comme le montre cet enchaînement :

Les twitto.a.s qui reprennent la marque brisent cette relation d’intimidation en vidant la marque de son potentiel infâmant, par un processus proche du désamorçage (sur le désamorçage voir Kunert 2012) :

Capture d’écran 2016-06-11 à 12.05.30

Capture d’écran 2016-06-11 à 12.06.14

Et la resignification se déploie par l’exemple dans les traits d’humour, comme dans ce tweet de Jeffrey Goldberg :

ou dans celui d’un de ses abonnés :

ou encore dans la vente par le site Teespring de ce T-Shirt « Reclaim the triple parentheses » :

front

L’usage détourné et violent de cette marque graphico-syntaxique, la parenthèse, soulève une question sous-jacente, presque archaïque, qui régit tous les rapports entre les gens et les groupes, celle de l’identité. La liste de « noms juifs » sur laquelle fonctionnait l’extension est en grande partie une liste imaginaire : qu’est-ce qu’un nom juif, pourrait-on demander, ou plus exactement est-on juif par son nom ? La perception de la judéité d’un nom est également un effet : au niveau d’un patronyme, être juif, c’est faire juif, c’est un effet lexical et culturel. En revanche quand certains twittos reprennent à leur compte la parenthèse pour en retourner la valeur stigmatisante, on est sur un autre discours : « je suis juif », déclarent-ils, cette fois en leur nom, peut-être à partir d’un imaginaire, mais en tout cas à partir de leur décision d’un sujet. Un « je suis » qui peut aussi être politique, le « je suis » de la solidarité avec les victimes, si fréquent ces derniers temps et presque agaçant de banalité, mais qui prend parfois une dimension profondément solidaire comme en témoigne actuellement le compte Twitter de Yousef Munayyer, ardent défenseur de la fin de l’occupation israélienne de la Palestine :

Capture d’écran 2016-06-12 à 16.48.53

Les parenthèses, appropriées et resignifiées, deviennent alors des outils de libération et d’affirmation, des réponses habilitantes, dirait Judith Butler, à des discours d’écrasement et d’extinction, quels qu’ils soient, d’où qu’ils viennent.

Références

  • BUTLER Judith, 2004 [1997], Le Pouvoir des mots. Politique du performatif [Excitable Speech: A Politics of the Performative], traduction de Charlotte Nordmann avec la collaboration de Jérôme Vidal, Paris, Editions Amsterdam.
  • KUNERT Stéphanie, 2012, « Dégenrer les codes : une pratique sémiotique de défigement », Semen 34, http://semen.revues.org/9770
  • PAVEAU Marie-Anne, 2013, Langage et morale. Une éthique des vertus discursives, Limoges, Lambert-Lucas.
Cite this article as: Marie-Anne Paveau, 13/06/2016, "(((Juif))). L’antisémitisme des parenthèses," in La pensée du discours [carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/14579, consulté le….
  1. (cultural appropriation []
  2. (Goldberg []
  3. (Yair Rosenberg []
  4. ( []
  5. (Goldberg []

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...