[Parution] Psychanalyse et pornographie, Éric Bidaud

psyporn e bidaudBidaud Éric, 2016, Psychanalyse et pornographie, Paris, Éditions de La Musardine, collection « L’attrape-corps », 220 pages, 18 €.

Argument

On sait que la sexualité est au cœur de la théorie freudienne, mais la psychanalyse a-t-elle quelque chose à dire de l’une de ses formes les plus spectaculaires et les plus discutées : la pornographie ? À l’heure de sa diffusion de masse sur internet et de sa banalisation dans la culture, il n’est pas surprenant que les patients apportent, eux aussi, du matériel pornographique dans leurs cures. Le psychanalyste doit donc, comme de tout autre contenu, en faire quelque chose.

À rebours d’un discours médiatisé qui a tendance à déplorer la visibilité croissante de cette sexualité explicite et mise en scène, cet ouvrage se propose de la considérer de façon tout à fait novatrice comme un fait dont la psychanalyse reçoit les discours à la place qui est la sienne dans les cures mais aussi hors les murs. Loin des paniques morales qui s’emparent souvent des « psys » des médias, Éric Bidaud choisit d’examiner la pornographie comme une forme culturelle, dans l’ordinaire des évolutions adolescentes et dans ses rapports avec l’amour : le porno est une donnée de la sexualité aujourd’hui, non pas uniquement comme source de l’excitation sexuelle dans le champ du voir, mais aussi comme un lieu de savoir, de « voir ça ».

Au-delà de prises de position souvent normatives, la pornographie est un nouveau champ auquel se confronte actuellement la psychanalyse, qui lui permet de se penser et de ne pas cesser de s’inventer.

Lire le flyer de présentation

Table des matières

Préface

Avant-propos

Chapitre I : LA PSYCHANALYSE A L’ÉPREUVE DE l’ « INDÉCENT »

1- L’indescriptible et l’imprescriptible sexualité

  • La vérité intraitable du sexuel
  • Sexualité et vérité
  • Fantasmes et transgression
  • Etre ou ne pas être pervers

2- Le voyeurisme vs le plaisir à voir

  •  Le plaisir de regarder
  •  La primauté du visible
  •  Le regard
  •  La fonction défensive de l’obscène

3- Les psychanalystes et la pornographie

  • Les psychanalystes et la pornographie avant le « porno »
  • Les pudeurs de la psychanalyse contemporaine
  • Les dérives normatives de la « psychologie psychanalytique »
  • Un nouveau genre : le sex-addict

Chapitre II : L’ADOLESCENT ET LA SCENE PORNO

1- L’adolescence, une mythologie… ?

  • Quelles questions pose l’adolescence ?
  • S’approprier le phallus et la question de la séduction
  • Protéger l’adolescent de sa « crise »

2- La masturbation, les ados et les autres

  • La masturbation peut-elle se dire ?
  • Remarques sur la masturbation féminine

3- La question du visage sur la scène porno

  • L’obscène et le pornographique
  • Visage du sexe et sexe du visage
  • L’image de l’obscène
  • Adolescence et « visagéification »

CHAPITRE III : LE PORNO ET L’AMOUR

1- Le porno, une scène prostitutionnelle

  • De l’amour
  • Le porno et l’amour se regardent
  • La prostituée de la psychanalyse

2- Le « coup de foudre » du porno

  • L’après-coup des théories sexuelles infantiles
  • L’esthétique de l’amour à l’adolescence et le « coup de foudre » du porno

CHAPITRE IV : LA CULTURE DU PORNO

1-Qu’est-ce qui arrive à la sexualité quand elle est projetée ?

  • La violence de l’image
  • Gros Plan et arrêt sur image
  • Les images de l’ennui
  • Porno et cinéma

2- La question de la pornographie et du lien social

  • Le sujet postmoderne
  • Les espaces de l’internet à l’adolescence

3- L’esthétique contemporaine et la pornographie

  •      La psychanalyse et la question du beau
  •      Obscénités et art contemporain
  •      La fascination de l’insupportable

Conclusion

Éric BIDAUD est maître de conférences en psychopathologie clinique à l’université Paris 13 Sorbonne Paris Cité, psychologue clinicien, psychanalyste, membre de l’association « Espace analytique ». Il exerce depuis de nombreuses années dans le champ de la clinique de l’adolescent et de l’adulte. Il travaille à faire dialoguer la psychanalyse avec les mots et les objets de notre modernité : le sexe, le porno, internet. Derniers ouvrages parus : Il n’y a plus de honte dans la culture (Penta, 2010) ; Recherches de visages. Une actualité de la psychanalyse (Hermann, 2014).

Laurie LAUFER, qui signe la préface du livre, est, professeure de psychopathologie clinique à l’université Paris Diderot, psychanalyste, auteure de nombreuses publications dont L’énigme du deuil (Puf, 2006), Qu’est-ce que le genre ? (Payot, 2014, avec F. Rochefort).


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13