Superhéroïnes et princesses alternatives [Dérangeantes dégenreuses 4/6]

wonder_woman_mixerDans l’univers de la bande dessinée ou du dessin animé, les héroïnes et superhéroïnes sont rares, ou insuffisamment représentées, ou tellement genrées dans un féminin caricatural qu’elles en perdent leur héroïsme. Il existe un discours militant sur cette question, qui passe par la fabrication, souvent créative et ludique, d’héroïnes fictives dignes de ce nom, ou la diffusion de figures sans conformité avec un modèle de féminité traditionnel.

Héroïnes alternatives

Le très joyeux site « Rejected Princesses » est consacré à des figures illustrées de princesses qui seraient rejetées dans les grands studios de dessins animés, dont Dreamworks et Disney au premier chef, bien que leurs noms ne soient jamais cités. Jason Porath, le fondateur du site, ancien animateur chez Dreamworks, explique en détail son projet sur sa page « à propos » : il dessine des figures féminines issues de l’histoire, de légendes ou des littératures du monde, figures dotées de traits incompatibles avec le lissage normé des princesses idéales. En parcourant le site, on visite en effet une galerie très amusante et spirituelle de femmes toutes plus « awsome », « awful » ou « weird » les unes que les autres : Riina : Boomerang-wielding Ghost Hunter, Manuela Sáenz : The Liberator of the Liberator ou encore Charlotte Badger, Convict, Pirate, Adopted Maori, Mom. Une page du blog intégré au site, intitulée « Women in combat« , dresse par ailleurs une impressionnante liste des femmes combattantes de l’histoire du 1er siècle à nos jours (environ 250 entrées).

Capture d’écran 2015-10-17 à 11.14.07

D’autres réalisations et projets en ligne s’inscrivent dans cette veine, en particulier avec une dimension intersectionnelle du côté de la race : une startup de bande dessinés nigérianne, Comic Republic, a récemment lancé un projet autour de superhéroïnes africaines dont on trouvera quelques représentations dans cet article.

Dans une autre veine, le projet français HEROïneS, porté par le Lyon BD Festival et le scénariste Jean-Claude Deveney, propose une réécriture des couvertures de bandes dessinées célèbres fondée sur la technique de l’inversion :

Par l’inversion, cet effet de négatif très puissant qui permet de rendre flagrant des éléments qu’on ne percevait même plus. Héro(ïne)s proposera ainsi à de nombreuses dessinatrices et dessinateurs de bande dessinée d’imaginer et de réaliser la représentation féminine d’un héros de BD de leur choix.

Il pourra s’agir d’une inversion du genre du personnage (Tintine, Lucky Lucy…), d’une réflexion sur la répartition des rôles homme / femme (Et si Mademoiselle Jeanne devenait le personnage principal ?) ou de toute autre proposition renversant la représentation habituelle des genres en BD (Que donnerait un village des Schtroumphs avec autant de Schroumphettes que de Schtroumphs ?) – (page de présentation).

Le projet, qui a fait l’objet d’une exposition, a beaucoup circulé sur les réseaux, en particulier féministes, et l’on a ainsi pu rencontrer « Les chevalières du Zodiaque« , « La chatte du rabbin« , « La petite princesse« , et toutes les figures issues d’une féminisation du nom du héros : Tintine, Micheline Vaillant, Gastonne, Lucy Luke, Buck Danielle, etc.

Capture d’écran 2015-10-17 à 11.24.17

Les couvertures les plus récentes étendent l’inversion à une parodie plus large et les deux parodies du « Parfum de l’invisible » et du « Déclic« , par un certain « Womanara », valent vraiment le coup d’œil. La page « Regards universitaires » du projet, consacrée aux analyses issues d’une étude du Labo Junior Sciences Dessinées de l’ENS de Lyon, fournit par ailleurs quelques textes dont « Héroïnes parodiques : Quand John se défile, Jane Difool ! » et « Méchantes filles ! Petite histoire des antagonistes féminins en BD », qui portent sur le dégenrage des héroïnes et ses procédés.

On pourrait citer bien d’autres déplacemenents, parodies et inversion, nombreuses et éparpillées, dans la littérature d’enfance par exemple : le dossier du CNDP de Grenoble, intitulé « Pour bousculer les stéréotypes fille garçon, 92 albums jeunesse« , propose par exemple une « Olivia, reine des princesses », déguisée en… phacochère pour Halloween. Dégenrage, mais aussi « déspécisme », si l’on peut dire, dans le cadre d’une intersectionnalité étendue à l’espèce animale.

Capture d’écran 2015-10-16 à 11.01.45

Princesses contrefactuelles

Toutes ces figures sont contrefactuelles, c’est-à-dire qu’elles n’existent pas, soit dans l’animation et la bande dessinée, soit comme figures reconnues dans l’histoire (mais elles existent dans la réalité). Les mondes contrefactuels sont des univers construits par les croyances et les représentations, qui peuvent être simplement possibles, ou qui peuvent également être probables, c’est-à-dire qu’ils pourraient avoir existé, à une condition près. Le contrefactuel est une notion importante en sémantique (le travail sur les univers de croyance, voir l’ouvrage désormais classique de Robert Martin, Langage et croyance, publié en 1987), en littérature (le travail sur la fiction) mais également en histoire : la notion d’histoire contrefactuelle et ses méthodes sont actuellement revisitée par certains historiens, sur le plan épistémologique notamment, comme on peut le voir par exemple dans un article de Quentin Deluermoz et Pierre Singaravélou, « Explorer le champ des possibles. Approches contrefactuelles et futurs non advenus en histoire » (Deluermoz et Singaravélou 2012). Ils montrent notamment que l’histoire contrefactuelle a été mobilisée de manière militante pour la critique de la conception positive de la colonisation :

Des chercheurs, avocats ou militants mobilisent cette démarche dénommée « conception contrefactuelle des compensations » pour obtenir les réparations des préjudices causés par des crimes comme l’esclavage ou des génocides. Ainsi Ronald W. Walters, militant des droits civils et professeur de science politique, devenu l’un des principaux leaders du mouvement, a critiqué avec force l’impact de l’esclavage qui a privé les captifs et leurs descendants des mondes possibles dans lesquels ils auraient pu se réaliser : « Ce qui manque en Afrique et dans la diaspora, c’est ce qui a été enlevé aux Africains pendant des siècles d’oppression » (Deluermoz et Singaravélou 2012 : 79).

L’analyse contrefactuelle permet en effet de mesurer l’impact d’une contrainte, d’une oppression ou de tout autre phénomène d’assujettissement et de destruction en évoquant le déroulement d’une histoire qui en aurait été dispensée. Et c’est particulièrement utile dans le cas d’oppressions non ou difficilement reconnues comme la colonisation, voire l’esclavage :

La traite et la colonisation auraient bouleversé le « cours normal de l’histoire » en empêchant le développement du commerce intra-continental africain et en accélérant le développement économique de l’Europe. Seule l’analyse contrefactuelle permet de penser le développement historique « normal » de l’Afrique : chercheurs et experts ont donc tenté de mesurer le fossé entre l’Afrique sous développée actuelle et une Afrique contrefactuelle non sous-développée pour calculer le montant des compensations (Deluermoz et Singaravélou 2012 : 79).

On comprend bien quelle peut être la fonction de nos héroïnes et de nos princesses contrefactuelles dans le discours féministe militant, mais également dans la recherche sur l’histoire et la représentation des femmes : ces princesses nous disent, contrefactuellement, à quel point la domination masculine a empêché les femmes de prendre certaines places, d’être reconnues sous certains aspects, de vivre, enfin, selon les possibilités dont elles auraient dû bénéficier, sur un mode « normal ». Il faudrait sans doute d’ailleurs que les historien.nes des femmes et du genre, comme les militant.e.s, se saisissent, si ce n’est déja fait, des méthodes contrefactuelles pour mieux expliciter et prouver les dominations et favoriser des changements. Les « rejected princesses » et les Micheline Vaillant sont donc loin de n’être que d’amusantes représentations dont nous goûtons l’esprit et la pertinence : elles constituent un véritable discours sur la place des femmes dans nos univers de vie.

L’atome et le stéréotype

On remarque bien sûr que les figures proposées comme alternatives aux princesses à robes de soie et cheveux d’ange ne manquent pas de traits stéréotypés, et c’est heureux : il suffit en effet de parcourir le site « Rejected princesses » ou le projet « HEROïneS » pour voir que les traits de la guerre, de l’action parfois violente, du pouvoir, de l’aventure, sont abondamment exploités. D’ailleurs, la seconde princesse du dossier du CNDP mentionné plus haut est une « attaquante », comme le souligne le titre même de l’album :

Capture d’écran 2015-10-16 à 11.01.25

Cette méthode de contestation des modèles dominants est intéressante parce qu’elle repose sur le remplacement d’un stéréotype par un autre, et non pas sur une contestation du stéréotype comme faux par rapport à une réalité qui serait présentée comme vraie. Les très nombreux travaux sur les stéréotypes depuis Lippmann 1922, en particulier en philosophie et en psychologie sociale et cognitive, ont en effet montré que l’un des meilleurs moyens de combattre un stéréotype, un préjugé ou un cliché, était de leur leur substituer des concurrents ; s’il est en effet, selon la célèbre maxime d’Einstein, plus facile de désintégrer un atome qu’un préjugé, alors il faut sans doute choisir d’autres moyens. Car les stéréotypes sont, comme le souligne Lippmann, des « cartes du monde », fournissant des cadres de repérage utiles et même nécessaires à la vie sociale. S’ils sont réducteurs, stigmatisants, excluants, leur contestation est souhaitable, et même nécessaire, et c’est bien ce que font tous les militantismes qui portent sur des catégories opprimées ; mais il faut alors fournir d’autres lectures du monde, d’autres lunettes qui permettent à tout un chacun de voir et de lire le monde.

Marcelo Dascal a souligné dans un article issu du collectif Critique et légitimité du préjugé (Amossy et Delon (dir.) 1999), intitulé “Trois préjugés sur le préjugé », ce qui lui semble être la nature paradoxale du préjugé, analyse qui s’applique tout à fait au stéréotype (Dascal 1999). Le préjugé fait lui-même l’objet de trois préjugés : un “préjugé cartésien”, croyance en la possibilité d’éradiquer le préjugé ; un “préjugé marxien-freudien”, édictant la primauté des déterminations sociales (Marx) et individuelles (Freud) dans la formation des individus ; et un “préjugé herméneutique”, prétendant pouvoir reconnaître une positivité du préjugé considéré comme liant social. Pour Marcelo Dascal, ces trois solutions au problème du préjugé n’en sont pas, et il plaide pour une posture du sujet fondée sur la mobilité, permettant le passage d’un ensemble de préjugés à un autre, seule manière selon lui d’approcher philosophiquement ce phénomène piégé par le paradoxe.

L’éradication du préjugé ou du stéréotype est un des fondements du discours féministe militant, et du discours sur le genre en général : « déconstruire les stéréotypes », c’est une expression désormais sloganisée des discours sur le genre et les clichés sexistes. Mais, avec Marcelo Dascal, je ne suis pas sûre que l’on puisse réellement déconstruire, ou, comme le dit Einstein, désintégrer les stéréotypes de genre, justement parce qu’ils sont utiles, socialement, cognitivement et même psychiquement. Je pense qu’il est de meilleure méthode de les remplacer : la vérité transparente du monde est soit un idéal naïf, soit un mensonge caractérisé, et nous regardons tous l’existence avec de multiples cadres préalables souvent non questionnés ; nous deviendrions fous en leur absence. En ce sens le dégenrage des codes, vers le masculin comme celui que j’envisage dans cette série, est un mode de substitution plus que de déconstruction : les dégenreuses captent des stéréotypes masculins, se les approprient et les interprètent de manière à élaborer des figures de femmes hors des stéréotypes habituels, mais non pas hors du stéréotype.

Ce n’est sans doute pas un hasard si « le premier personnage anti-copyright de l’histoire de la BD, ou, pour le dire plus positivement, le premier personnage copyleft-open-source-domaine-public-bien-commun de l’histoire de la BD », est une femme, Jenny Everywhere, créée en 2002. aKa, l’un des auteurs du blog Romaine lubrique, consacre un long billet à cette figure doublement innovante, intitulé « Jenny Everywhere, première super-héroïne du domaine public » ; féminisation du superhéros et incarnation de la liberté totale par rapport au droit d’auteur sont les deux traits nouveaux de cette figure. Non seulement les représentations de Jenny Everywhere sont partageables sans limite, mais elle peut aussi être dessinée par tout un chacun. Le billet donne d’assez nombreux exemples, et je termine le mien par mon préféré, un dessin de Nelson Evergreen :

NelsonEvergreen06-pinupcolour

Références

aKa, 1er juillet 2015, « Jenny Everywhere, première super-héroïne du domaine public. All Rights Reversed », Romaine lubrique [blog], http://romainelubrique.org/jenny-everywhere-bd-domaine-public, consulté le 17 octobre 2015.

AMOSSY R. et M. DELON (dir.), 1999, Critique et légitimité du préjugé, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles.

DASCAL M., 1999, « Trois préjugés sur le préjugé », dans Amossy R. et M. Delon (dir.), 1999, 113–118.

DELUERMOZ Q., SINGARAVÉLOU P., 2012, « Explorer le champ des possibles. Approches contrefactuelles et futurs non advenus en histoire », Revue d’histoire moderne et contemporaine 59-3, 70-95.

KLEIN A., 5 octobre 2015, « Nigerian Comic Startup Spotlights Kickass Female Superheroes », Okayafrica [site], http://www.okayafrica.com/news/nigerian-comic-startup-spotlights-kickass-female-superheroes/, consulté le 17 octobre 2015.

LIPPMANN, W., 1922, Public Opinion. New York: Harcourt, Brace &Company.

MARTIN R., 1987, Langage et croyance. Les univers de croyance dans la théorie sémantique, Bruxelles, P. Mardaga.

Crédits

  1. « Wonder Woman KitchenAid Stand Mixer », in the Coleção “My KitchenAid” series by KitchenAid Brasil, http://www.foodiggity.com/wonder-woman-kitchenaid-stand-mixer/
  2. Illustrations extraites du site Rejected princesses. Women too Awesome, Awful, or Offbeat for Kids’ Movies, http://www.rejectedprincesses.com/
  3. Illustrations extraites du projet HERO(ïne)S, http://hero-ine-s.tumblr.com/
  4. Captures d’écran du dossier CNDP « Pour bousculer les stéréotypes fille garçon. 92 albums jeunesse », http://www.cndp.fr/crdp-grenoble/IMG/pdf/bibliostereotypes.pdf
  5. Dessin de Nelson Evergreen publié par aKa sur Romaine lubrique, http://romainelubrique.org/jenny-everywhere-bd-domaine-public
Cite this article as: Marie-Anne Paveau, 17/10/2015, "Superhéroïnes et princesses alternatives [Dérangeantes dégenreuses 4/6]," in La pensée du discours [carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/14266, consulté le….

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Drôlement intéressante votre analyse! Continuez de réfléchir et de nous en informer. ..