Pirater l’adultère. Guerre des morales sur le web

En juillet dernier, un groupe de hackers se désignant comme « The Impact Team » déclare avoir piraté les serveurs du site de rencontres Ashley Madison, qui se définit comme le « leader mondial des rencontres extraconjugales discrètes ». Ils demandent la fermeture du site en menaçant de publier les données personnelles des plus de 30 millions de membres. Il y a quelques jours, le groupe a mis ses menaces à exécution et diffusé sur le dark web plus de 10 gigaoctets de données correspondant à 37 millions de comptes, comme l’explique 01net.com. Les arguments des hackers sont de nature morale et leur action se fonde sur le caractère répréhensible de l’infidélité conjugale d’une part, et des pratiques du site à l’égard des données personnelles d’autre part.

Le petit événement discursif que ce hacking inédit a déclenché ces derniers jours fournit un intéressant corpus de discours pour observer et analyser la manière dont la question morale est formulée actuellement, à partir du cas de l’infidélité conjugale et de la rétention de données.

Les deux péchés d’Ashley Madison

Un des traits les plus intéressants de cette affaire est le double argument moral, les hackers ayant deux cibles, les comportements sexuels des individus et les comportements commerciaux du groupe Avid Life Media qui détient Ashley Madison. Sont en effet visées à la fois les rencontres extraconjugales et les pratiques de la plateforme  accusée de fabriquer des faux profils et de conserver les données confidentielles de ses membres en cas de suppression de compte. Celles-ci peuvent concerner des éléments d’état-civil, des coordonnées, des orientations sexuelles, des goûts sexuels, des descriptions de fantasmes, bref des choses considérées comme extrêmement privées : les informations concernant la vie sexuelle des individus apparaissent en effet comme ce qu’il y a de plus intime chez les individus, surtout quand elles touchent à la transgression des normes dominantes, en l’occurrence ici une norme que cette affaire rend saillante, la fidélité dans le couple. Cette double cible apparaît bien dans les deux communiqués publiés par le groupe en juillet et il y a quelques jours.

En juillet, The Impact Team publie sur la page d’accueil du site un manifeste expliquant en détail ses raisons et intentions (le manifeste est lisible intégralement sur le forum Pastebin) :

impactteam

Capture d’écran de la page d’accueil de Ashley Madison hackée en juillet 2015, publiée notamment sur krebsonsecurity.com

On y trouve une requalification des sites de rencontre du groupe en termes moraux et/ou juridiques (cheating site, prostitution/human trafficking website) :

Avid Life Media runs Ashley Madison, the internet’s #1 cheating site, for people who are married or in a relationship to have an affair. ALM also runs Established Men, a prostitution/human trafficking website for rich men to pay for sex, as well as cougar life, a dating website for cougars, man crunch, a site for gay dating, swappernet for swingers, and the big and the beautiful, for overweight dating.

Figure également dans le texte une liste des mauvaises pratiques du groupe, deux exemples de données privées détaillées d’utilisateurs et pour finir l’expression de la menace qui explicite le rôle de sanction morale du hacking :

Too bad for those men, they’re cheating dirtbags and deserve no such discretion. Too bad for ALM, you promised secrecy but didn’t deliver. We’ve got the complete set of profiles in our DB dumps, and we’ll release them soon if Ashley Madison stays online.

Dans le second, que l’on trouve sur Reddit, ce sont principalement les mauvaises pratiques du groupe qui sont visées (les termes fraud, deceit, fake, failed, lied relevant tous du lexique du mensonge et de la tromperie) :

Capture d’écran 2015-08-20 à 10.09.24

Capture d’écran du communiqué du 17 août 2015 sur Reddit

Quelles sont les valeurs morales en cause ? Les « infidèles » transgressent d’un même coup les commandements de fidélité et de vérité, au sein d’une conception très normative, imprégnée de morale religieuse, du mariage ; l’entreprise accusée de « mentir » et de « trahir » transgresse le devoir de vérité et… mais au fait, quoi d’autre, moralement parlant ? On voit que les deux « péchés » ne sont pas de même nature, n’engagent pas les mêmes valeurs ni les mêmes articulations entre le moral et le juridique, et donc, en principe, n’appellent pas les mêmes réponses. D’un côté des décisions affectives ou sexuelles privées qui devraient, dans les contextes sociomoraux contemporains des « démocraties occidentales » en tout cas, échapper à une sanction extérieure et arbitraire ; de l’autre les mauvaises pratiques d’une société qui ne respecte pas ses engagements et flirte de très près avec l’illégalité, compromet ce qu’on continue d’appeler la « vie privée », contrecarre le droit à l’oubli et ouvre potentiellement, par son gigantesque stockage de données, des dérives sociales voire politiques. D’un côté les vies privées d’individus particuliers ; de l’autre la vie privée en général. D’un côté la morale conjugale la plus traditionnelle, de l’autre, ce qu’il est plutôt convenu d’appeler l’éthique du web.

Morale contre morale

Dans les articles que j’ai pu compulser sur la question (un petit sondage informel sans prétention représentative dans les 30 premiers résultats d’une recherche sur l’actualité « Ashley Madison », complétée par une recherche sur « The Impact team ») et sur le fil Twitter #AshleyMadisonHack, trois types de réactions se dégagent, qui proposent autant de lectures de l’événement :

C’est un acte de cybercriminalité répréhensible. C’est la teneur de la réaction de la direction d’Ashley Madison, qui publie cette réponse :

« This event is not an act of hacktivism, it is an act of criminality. It is an illegal action against the individual members of AshleyMadison.com, as well as any freethinking people who choose to engage in fully lawful online activities. The criminal, or criminals, involved in this act have appointed themselves as the moral judge, juror, and executioner, seeing fit to impose a personal notion of virtue on all of society. We will not sit idly by and allow these thieves to force their personal ideology on citizens around the world. We are continuing to fully cooperate with law enforcement to seek to hold the guilty parties accountable to the strictest measures of the law. » (extrait de : Statement from Avid Life Media inc., 18.08.2015)

Plusieurs observateurs et journalistes spécialisés soulignent l’importance de la fuite, sa nouveauté et les dangers réels auxquels elle expose les internautes, comme le fait cet éditorial de The Economist. Les commentateurs de Reddit eux-mêmes (110 commentaires au 20 août pour le communiqué cité plus haut, riches, argumentés et nuancés) pointent une action dangereuse et peu conforme à l’éthique du web, certains estimant qu’il s’agit d’un mésusage des réseaux privés (par exemple jimcola99 écrit le 19 août : « Outlawing TOR and Virtual Private Networks are not the answer. They are many legitimate uses for VPNs and TOR »)

C’est du hacktivisme défendable au nom des valeurs d’internet. Il existe un discours de soutien aux hackers, comme le signale cet article de Slate, plus ou moins explicite. Ce soutien passe par la diffusion, sur les RSN notamment, des données diffusées sur les torrents (il y a actuellement sur Twitter un petit jeu d’identification des noms de domaine des adresses électroniques professionnelles françaises par exemple) ou la critique des méthodes du groupe par le rappel de ses nombreuses transgressions dans les gestion des données des membres.

C’est une juste sanction de l’infidélité conjugale. Un discours du « tant mieux c’est bien fait pour eux » émerge, surtout de manière individuelle sur les RSN. Mais des formes de dénonciation apparaissent également, épinglant par exemple des politiques défenseurs des valeurs familiales révélés membres d’Ashley Madison (consulter le fil #AshleyMadisonHack)

Évidemment, on est frappé par un vide : la défense de la liberté sexuelle et de la confidentialité des choix sexuels et affectifs de chacun.e. Même dans une perspective féministe, qui considère que le privé est politique, en particulier le sexuel, et qui note bien que la majeure partie des profils sont masculins, on peut considérer qu’il y a là une intrusion tout à fait anormale et peu justifiable dans la vie des individus. Ce blanc discursif évoque d’ailleurs la campagne menée contre le site Gleeden en février dernier par des associations catholiques qui n’ont pas eu, Dieu merci, les mêmes savoir-faire techniques en termes de hacking, mais qui sont servies par le fameux article 212 du code civil qui mentionne toujours la « fidélité » parmi les devoirs des époux. Ce qui est remarquable ici, c’est que la défense du hacktivisme au nom des valeurs de l’internet l’emporte sur celle de la liberté des individus dans un des secteurs les plus cruciaux et souvent critiques de leur existence, c’est-à-dire leur vie sexuelle. Ce qui est encore plus surprenant, c’est que les hackers, dans leur lutte contre une transgression de l’éthique du web, en aient accompli une plus importante encore, parmi les pires d’ailleurs : la levée de l’anonymat des internautes, qui est un des principes fondateurs d’internet. Comme si le péché de chair annulait en quelque sorte le devoir d’anonymat, ce que disait explicitement le manifeste de juillet (« they’re cheating dirtbags and deserve no such discretion »). Morale contre morale.

On ne peut que conclure de ce silence discursif à la prégnance encore très forte des normes conjugales inspirées par les morales religieuses et le moralisme des états, conclusion qui n’est pas nouvelle évidemment, mais qui devient manifeste au niveau des discours. Cet événement rend tout à fait saillant un cadre préalable qui reste ordinairement dans l’implicite des discours et des représentations.

Sexe et morale, un couple parfaitement fidèle

Un détail lexical confirme que la condamnation de l’infidélité est une sorte de point de partage dans les discours : l’emploi, dans les articles en français en tout cas, du terme adultère, tout à fait absent du site Ashley Madison, et fortement chargé de connotations axiologiques et juridiques. Sur la trentaine d’articles relevés en ligne, plus de la moitié d’entre eux font figurer le mot adultère dans leur titre ou dans le contenu du texte. Quelques exemples du 19 août :

Même issue d’une dépêche de l’AFP paresseusement reprise, l’occurrence du terme est intéressante, dans ce qu’elle assume sémantiquement. Le sens d’adultère est sans équivoque : « qui viole la foi [c’est-à-dire la fidélité] conjugale », nous dit le TLF. La fidélité, c’est pleinement une notion morale, et l’adultère est condamné dans toutes les religions, servant par ailleurs de soubassement à l’écriture des lois des États. En France l’adultère est dépénalisé depuis 1975, mais constitue encore une faute civile, pouvant être alléguée pour un divorce, toujours en vertu de l’article 212 du code civil.

Employer le terme adultère n’est donc pas innocent : c’est verser dans le discours une évaluation morale, juridique ou religieuse, ou les trois à la fois. L’emploi du terme constitue une interprétation, et donc implicitement un discours sur le mariage, sur la fidélité dans le mariage, sur l’exclusivité sexuelle, etc. Les réactions humoristiques exploitant la veine séculaire de l’humour de cocufiage vont dans le même sens, l’infidélité faisant intégralement partie du folklore conjugal :

Le terme adultère est une version lexicale négative du terme aventure employé sur la version française du site, qui utilise par ailleurs les termes extra-conjugal(e) et infidélité. Les scripteurs qui rendent compte du hack de Ashley Madison en usant du terme adultère, comme les défenseurs romantiques du hacktivisme au nom de l’éthique du web, alimentent, sans doute à leur insu (mais c’est comme ça que marche toujours l’idéologie), une conception normative, exclusive et excluante des alliances conjugales, qui laisse de côté bien des modèles de rapports sexuels et amoureux, et bien des libertés.

Mise à jour 20.08.15 22h15. Après la publication de ce billet, je prends connaissance d’un très beau papier de Glenn Greenwald sur The Intercept, dans lequel je retrouve plusieurs de mes impressions : « The Puritanical Glee Over the Ashley Madison Hack »

Pour citer cet article. Paveau M.-A.,  20 août 2015, “Pirater l’adultère. Guerre des morales sur le web“, La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/14113, consulté le… 


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...