Soutenance de thèse de Catherine Ruchon : « Des vertus antalgiques du discours ? », 26 juin 2015

c488b-RIO-plaque cœurLe vendredi 26 juin 2015, Catherine Ruchon a soutenu sa thèse intitulée  « Des vertus antalgiques du discours ? L’expression de la douleur et de l’attachement dans les discours sur la maternité » à l’Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité (campus Villetaneuse). Le jury était composé comme suit :

  • Maryse DUMOULIN, Maître de conférences (CHRU Lille), experte
  • Dominique MAINGUENEAU, Professeur (Université Paris-Sorbonne – Paris 4), rapporteur
  • Francine MAZIÈRE, Professeure émérite (Université Paris 13), présidente du jury
  • Sophie MOIRAND, Professeure émérite (Université Sorbonne nouvelle – Paris 3), examinatrice
  • Marie-Anne PAVEAU, Professeure (Université Paris 13), directrice de la thèse
  • François PEREA, Maître de conférences HDR (Université Paul-Valéry – Montpellier 3), rapporteur

Après un magnifique après-midi de débats aussi riches que joyeux et aussi rigoureux que bienveillants, Catherine a reçu le grade de docteure en sciences du langage avec mention honorable assortie des félicitations. Vous pourrez lire le résumé ci-dessous et suivre en différé et en version brève (plus de 400 tweets quand même) la soutenance qui a été live-tweetée par une fine équipe en lisant le décoiffant Storify de la soutenance.

Résumé

Cette thèse a pour objet l’expression de la douleur dans les discours sur les maternités dites « à problème » (fausses couches, décès fœtal, mort subite du nourrisson, maladie in utero, handicap, infertilité, adoption, etc.). L’analyse s’appuie sur un corpus composé des énoncés de 450 sépultures d’enfants essentiellement du XXe siècle et du XXIe siècle recueillis en France, et d’un certain nombre de publications françaises des années 1990 à 2013, à savoir le livre de mémoire des cérémonies organisées par le crématorium du Père Lachaise de l’année 2010, les livrets de trois associations de parents, une vingtaine d’ouvrages de parents dolents et des extraits de forums de discussion sur l’infertilité et le deuil d’enfant. L’étude de ce corpus sensible, touchant notamment à la mort et au deuil d’enfant, a révélé de nombreuses stratégies discursives au travers de plusieurs catégories d’analyse, à la fois lexicales, syntaxiques, stylistiques et textuelles. Au moyen du discours rapporté, de métadiscours relevant d’une linguistique populaire, de la stéréotypie langagière, de la métaphore, de la pseudonymie, de structures préformées de discours, de la troncation ou encore de la néologie, les agents énonciatifs parviennent à dire leur souffrance dans un contexte imprégné de la doxa de l’acceptation, à resignifier les discours blessants, à supporter l’absence ou à reculer le moment de la séparation. Ces éléments soulignent le rôle actif et créatif des énonciateurs considérés ici comme des produsers, c’est-à-dire comme étant à la fois utilisateurs et producteurs de formes langagières. Les résultats permettent d’invalider le stéréotype d’un indicible de la douleur liée à la mort d’enfant et d’étayer l’hypothèse des vertus antalgiques du discours.

Abstract

This thesis discusses the expression of pain in the discourse on “problematic” pregnancies (miscarriages, fœtal death, sudden infant death syndrome, in utero problems, disability, infertility, adoption, etc.). Our analysis is based on a collection of statements gathered from some 450 children’s gravestones, mainly from the 20th and 21st centuries in France, and a number of French publications from 1990 to 2013. These include the remembrance book of the ceremonies held in the Père Lachaise crematorium in Paris throughout 2010, the record books of three parents’ associations, some 20 works written by grieving parents, and extracts from discussion forums (on the Internet) on infertility and mourning a child. The study of this highly sensi- tive collection, which concerns mainly death and mourning a child, revealed numerous discursive strate- gies when analysed from several different perspectives: lexical, syntactic, stylistic and textual. By means of reported speech, metadiscourse taken from popular linguistics, language stereotypes, metaphors, pseudo- nymity, pre-formed discourse structures, truncations, and neology, the uttering agents studied manage to convey their suffering in a context replete with the doxa of acceptance, to give new meaning to words that could be wounding, to endure absence and to postpone the moment of separation. These elements under- line the active and creative role of the utterers, considered here as produsers, i.e. as being at once users and producers of linguistic forms. The results invalidate the stereotypical belief that the pain linked with the death of a child is indescribable, unutterable, and supports the hypothesis of the analgesic virtues of discourse. Keywords: discursive creativity, doxa, emotion, interlocution, folk linguistics, produsage, resignification, the analgesic virtues of discourse.

Crédit : photographie prise au cimetière de Sao Paulo, Brésil, en 2011 (M.-A. Paveau)


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...