Série d’été. Dérangeantes dégenreuses

200px-Sheena_No_4En relisant il y a quelques mois le manuscrit de Révolutions sexuelles, publié en janvier dernier dans la collection « L’attrape-corps » des éditions de La Musardine, j’ai été frappée par une citation dans le texte de Sylvie Chaperon, « La renaissance de la sexologie française à la fin des années 1950 : les prémisses de la révolution sexuelle ? » Il y est question de la loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse, dont l’application est confiée à une Commission de surveillance et de contrôle (pour connaître les circonstances d’élaboration de cette loi, et mesurer en particulier le rôle du Parti communiste, on peut lire l’intéressant article de P. Charbonnel dans la revue Enfance en 1953) :

Cette loi sera encore durcie par l’ordonnance du 23 décembre 1958 qui proscrit pour ces ouvrages jugés démoralisants pour la jeunesse toute publicité « sous quelque forme que ce soit » et impose le dépôt préalable de ces ouvrages auprès de la Commission de surveillance du Ministère de la justice, aux éditeurs qui ont déjà subi 3 arrêtés au titre de l’article 14 dans les 12 mois qui précèdent la nouvelle publication. C’est ainsi qu’avec leurs avis, leurs conseils et leurs sanctions les commissionnaires moralisent étroitement la littérature jeunesse : « Les séduisantes héroïnes, femmes libérées et indépendantes qui inversent les relations hommes-femmes à l’image de Sheena, reine de la jungle, sont proscrites. » (Crépin et Crétois 2003). (Chaperon 2015 : 118).

C’est le terme inverser qui m’a frappée dans la mention de l’article de Thierry Crépin et Anne Crétois, paru en 2003 dans un numéro du Temps des médias sur les interdits, dont voici un extrait plus large :

Les illustrés de jungle, policiers, fantastiques ou de science-fiction y sont couverts de reproches et continuellement accusés de rassembler tous les dangers susceptibles de menacer la santé morale de la jeunesse. Les séduisantes héroïnes, femmes libérées et indépendantes qui inversent les relations hommes-femmes à l’image de Sheena, reine de la jungle, sont proscrites surtout si, circonstance aggravante, leurs formes généreuses sont à peine couvertes par une simple peau de bête. Les personnages aux possibilités physiques exagérées et au psychisme en rapport inverse avec leur anatomie, « hercules microcéphales », dont les commissaires redoutent que la prolifération ne ramènent l’idéal des jeunes lecteurs « à l’apothéose de la force physique et de l’animalité », sont pourchassés, à commencer par Tarzan (Crépin et Crétois 2003 : 58).

Le personnage de Sheena cité en exemple apparaît dans un pulp magazine britannique en 1937, et fait l’objet d’adaptations françaises dans les années 1950 (voir Crépin 2013). L’article de Thierry Crépin et Anne Crétois repose sur la lecture des comptes rendus de la Commission de surveillance et de contrôle et je suppose que l’emploi du verbe inverser, qui est également appliqué aux « hercules microcéphales », est à mettre au crédit des commissionnaires plus qu’à celui des deux historiens.  Quoi qu’il en soit, presque 70 ans après, cette déclaration d’ »inversion », accompagnée de sa proscription, nous fait sourire, et en même temps comprendre très clairement à quel point le genre est une représentation assortie d’un verdict. Représentation : le terme couramment utilisé dans les études de genre est plutôt construction sociale mais je préfère le sémantisme plus cognitif de représentation, comme Robert Stoller d’ailleurs, qui parle très justement de « croyance » :

La masculinité, ou la féminité, est définie ici comme toute qualité ressentie comme masculine ou féminine par son possesseur. Autrement dit, la masculinité, ou la féminité, est une croyance – plus précisément, une masse dense de croyances, une somme algébrique de si, de mais et de et – non un fait indéniable (1989 [1985] : 30).

Verdict : tout discours qui genre décide, assigne, prescrit, de manière autoritaire et non négociée ; le genrage est donc, au sens propre, une loi du genre, avec ses articles et ses décrets d’application, ses transgressions et ses pénalisations, son tribunal et ses lieux d’incarcération. Et on le voit bien ici dans l’emploi du verbe inverser, qui déploie les prédiscours du genre (cadres collectifs préalables à la mise en discours) dans l’une de ses composantes majeures : le binarisme masculin/féminin, ses lois respectives et les interdictions qui en découlent.

Dans cette série, je voudrais parler des femmes qui dérangent la loi du genre, véritables hors-la-loi du genre qu’un groupe d’étudiantes nomme du génial néologisme dégenreuses en mars 2013, date de l’ouverture du blog du même nom, Les dégenreuses. Le blog est une réaction à deux événements notables et violents concernant les femmes dans la culture geek, l’affaire Anita Sarkeesian en 2012 et la polémique déclenchée par un article de Mar_Lard en 2013.

blogDegenreusesLe paradigme autour du verbe dégenrer, qui comprend pour l’instant dégenrage et dégenreuse, est en cours de constitution et de lexicalisation en français, et ces mots sont encore à la fois confidentiels et linguistiquement instables. Dégenrer, c’est, étymologiquement si l’on peut dire, « défaire le genre », traduction de l’expression anglophone undoing gender qui donne son titre à un ouvrage de Judith Butler (Butler 2006 [2004]). L’anglais possède le verbe to gender, permettant le participe-passé gendered, traduits en français par leurs calques genrer et genré.e ; c’est sur cette base que se construit dégenrer à partir d’une classique préfixation privative. Le terme, utilisé entre guillemets le plus souvent, ce qui marque son aspect néologique, ne reçoit pour l’instant de définition dans aucun document lexicographique attesté, mais figure dans le Wictionnaire depuis février 2013. Il signifie à la fois déconstruire les catégories de genre, stéréotypes et croyances dont parle Robert Stoller, afin de faire du genre un dispositif d’identification fluide relevant du choix des individus et également, dans un sens plus technique, enlever les marques et contraintes de genre féminin et masculin (on trouve les expressions « dégenrer les métiers« , « dégenrer les jouets« , « dégenrer les savoirs » par exemple) de manière à lever les déterminismes sociaux et éducatifs qui pèsent sur les individus, en particulier dans l’enfance.

Stéphanie Kunert, dans un article intitulé « Dégenrer les codes : une pratique sémiotique de défigement » (2012), décrit le dégenrage comme une pratique :

La pratique du « dégenrage des codes » s’inscrit dans une longue tradition militante, on en trouve déjà l’expression dans les premiers textes du mouvement de libération des femmes au début des années 1970. Elle repose sur la volonté politique de « posséder un code propre », et de « construire ses propres représentations » (Kunert 2012 : 177).

Elle précise plus loin que le dégenrage est « avant tout une pratique de “dénaturalisation”, qui consiste à “décrocher” le signifiant genré de son signifié habituel » (Kunert 2012 : 178).

Ma série d’été est consacrée à des femmes qui défont le genre en s’appropriant des traits, des propriétés ou des compétences que les sociétés dans lesquelles elles vivent réservent au masculin. C’est la forme de dégenrage que je choisis ici, il y en a d’autres évidemment, et défaire le genre ne se réduit absolument pas à s’approprier le genre de l’autre dans une perspective binaire. Mais la figure de la femme performant le masculin ou se l’appropriant, est suffisamment présente et importante dans les imaginaires collectifs et dans l’histoire, même souterraine, de toutes les sociétés, pour constituer à son tour une sorte de stéréotype qui fait l’objet de cette série. Il sera donc question de tarzanides et de survireuses, de guerrières et de terroristes, de lutteuses et de travesties. Je propose une balade discursive mais aussi graphique et photographique dans l’univers des femmes qui dérangent l’ordre du genre.

Références

  • Butler Judith, 2006 [2004], Défaire le genre, trad. M. Cervulle, Paris, Éditions Amsterdam.
  • Chaperon Sylvie, 2015, « La renaissance de la sexologie française à la fin des années 1950 : les prémisses de la révolution sexuelle ? », dans Giami A., Hekma G. (dir.), Révolutions sexuelles, Paris, La Musardine, 113-135.
  • Crépin Thierry, 2013, « L’adaptation des bandes dessinées américaines et italiennes en France dans les années 1930 et 1940 », Comicalités, http://comicalites.revues.org/1366, consulté le 31 juillet 2015.
  • Crépin Thierry, Crétois Anne, 2003, « La presse et la loi de 1949, entre censure et autocensure », Le Temps des médias, 55-64.
  • Giami Alain, Hekma Gert (dir.), 2015, Révolutions sexuelles, Paris, La Musardine.
  • Kunert Stéphanie, 2012, « Dégenrer les codes: une pratique sémiotique de défigement », Semen 34, 173-188.
  • Mar_Lard, 2013, « Sexisme chez les geeks : Pourquoi notre communauté est malade, et comment y remédier », Genre ! [blog], http://cafaitgenre.org/2013/03/16/sexisme-chez-les-geeks-pourquoi-notre-communaute-est-malade-et-comment-y-remedier/, consulté le 31 juillet 2015
  • Stoller Robert, 1989 [1985], Masculin ou féminin ?, trad. Y. Noizet et C. Chiland, Paris, PUF.

Pour citer ce billet. Paveau M.-A.,  2015, “Série d’été. Dérangeantes dégenreuses“, La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/13928, consulté le…

Enregistrer/imprimer ce billet


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...