Mettre la hache 3. « Un petit pont pour raviver l’inerte »

StruggleLe chapitre III donne la solution de ce titre énigmatique, Mettre la hache. « C’est un drôle de titre, quand même », me dit-on par-dessus l’épaule pendant que je lis. Oui, en effet, drôle de titre, et drôle d’expression, peu fréquente, c’est vrai, un peu littéraire peut-être, et qui semble contenir la violence de cet instrument terrifiant, qui fait à la fois sens et son : [aʃ]. Informé par le sens, le monosyllabe devient presque tranchant. [aʃ] ! [aʃ] ! Mettre la hache, mettre la hache, mais où, au fait ? dans quoi ? Le chapitre commence par un passage en deuxième personne, dans le style oralisant marqué par l’alternance codique (come on) et les francisations (trender), et relevé par l’emphase des capitales que j’avais déjà notée dans le premier billet.

Et surtout, surtout, on la voit enfin, cette fameuse hache, dessinée par Delphine Delas, à la fois colorée et lègère comme un jouet d’enfant, et affutée comme une arme définitive. La hache du titre.

DEFHACHE

Deux pages plus loin, la police se réduit, les capitales disparaissent et le reste du chapitre se développe sur une anaphore en quatre temps : « Il faut mettre la hache dans le doute », « Il faut mettre la hache dans la prudence », « Il faut mettre la hache dans la convenance », « Il faut mettre la hache dans les préjugés ». Le dernier paragraphe rassemble les temps de la hache, pour décrire le résultat attendu de ce quadruple coup :

« Quand on aura mis la hache dans le doute, dans la prudence, dans la convenance et dans nos préjugés, quand on les aura tous brûlés sur le bûcher, on pourra enfin regarder ce qu’il nous reste. Il faudra commencer à construire un petit pont comme pour créer une meilleure connexion. Entre les histoires de viol et nos corps. Entre la colère et l’action. Entre la détresse et la tristesse. Ce sera un petit pont pour raviver l’inerte, un petit pont qui nous lie par la vie, et par la chair aussi. Parce que l’inceste est dans la chair et cette chair, c’est l’autre chair du monde, celle à propos de laquelle Merleau-Ponty n’a jamais écrit. »

Chez Merleau-Ponty, la notion de « chair du monde » est surtout développée dans Le visible et l’invisible, texte posthume publié en 1964, mais s’esquisse un peu plus tôt dans Signes en 1960 :

« Prenons les autres à leur apparition dans la chair du monde. Ils ne seraient pas pour moi, dit-on, si je ne les reconnaissais, si je ne déchiffrais sur eux quelque signe de la présence à soi dont je détiens l’unique modèle. Mais si ma pensée n’est que l’envers de mon temps, de mon être passif et sensible, c’est toute l’étoffe du monde sensible qui vient quand j’essaie de me saisir, et les autres qui sont pris en elle. Avant d’être et pour être soumis à mes conditions de possibilité, et reconstruits à mon image, il faut qu’ils soient là comme reliefs, écarts, variantes d’une seule Vision à laquelle je participe aussi. Car ils ne sont pas des fictions dont je peuplerais mon désert, des fils de mon esprit, des possibles à jamais inactuels, mais ils sont mes jumeaux ou la chair de ma chair » (p. 29).

L’idée de Merleau-Ponty est celle d’un continuum entre le corps et son extérieur, continuum qui passe par la matière identique, la chair : « Mon corps est fait de la même chair que le monde » écrit-il dans le visible et l’invisible (p. 302), précisant plus loin que « c’est par la chair du monde qu’on peut en fin de compte comprendre le corps propre » (p. 304). Cette belle vision tout en empathie, est pour Pattie O’Green, et c’est évidemment un peu fort de le dire, désincarnée. Désincarnée car le rapport entre la chair de l’individu et celle du monde est plutôt euphorique, et ne prend pas en compte le malheur qui peut naître de cette continuité, quand elle condamne le corps propre à n’être qu’un monde de douleur.

Pattie O’Green, 2015, Mettre la hache. Slam western sur l’inceste, Montréal, Éditions du remue-ménage, p. 22-23 et p. 30.

Références

  • Maurice Merleau-Ponty, 1960, Signes (Préface), Paris, Gallimard.
  • Maurice Merleau-Ponty, 1964, Le visible et l’invisible, texte établi et édité par C. Lefort, Paris, Gallimard.

Crédit : Fa-Tima’s Colorznshapes, « Struggle », 2011, album « Digital Heart », compte de l’auteure sur Flickr, CC BY-NC-ND 2.0

Pour citer ce billet. Paveau M.-A.,  2015, “Mettre la hache 3. “Un petit pont pour raviver l’inerte”, La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/13926, consulté le…


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

Vous aimerez aussi...