Atelier « Gender & Race », équipe Pléiade, 1er juin, Paris 13

EA 7338 Pléiade. Axe 1. Épistémologie des pluridisciplinarités

Atelier thématique « Genre et race », organisée par Anne Paupe

Lundi 1er juin 2015, 10h-13h

Université Paris 13, Campus Villetaneuse, UFR LSHS, Salle C 306

(Pour venir à Paris 13 : gare du nord départ banlieue en surface, arrêt gare d’Epinay-Villetaneuse puis bus 156, 354 ou 356, arrêt Université Paris 13)

La première séance de l’atelier « Genre et race / Gender & race » de l’axe 1 de l’équipe Pléiade (janvier 2014), animée par Silvia Capanema et Fatma Ramdani, avait accueilli Jules Falquet (Paris 7) et Roseli Barbosa (Paris 8) à propos des questions du militantisme, du double silence vs mise en évidence, et de la visibilité vs invisibilité de la « race » ou du « genre » dans les représentations politiques et sociales.

Cette deuxième séance, organisée par Anne Paupe, accueille des interventions autour de la question postcoloniale. Les intervenant.e.s mettront l’accent sur les questions méthodologiques et plus largement épistémologiques qui se posent dans ce champ de recherche pluridisciplinaire.

Chaque intervention de 30 à 45 mn sera suivie d’une discussion.

***

10h00. Mathieu Renault : « Que faire des postcolonial studies ? »

Résumé : Cette communication retracera les rapports que mes recherches entretiennent depuis maintenant presque dix ans avec les travaux relevant de la critique postcoloniale (postcolonial studies anglo-américaine, subaltern studies indiennes, decolonial thought latino-américaine). Initiée dans une thèse en philosophie politique sur le théoricien du racisme et du colonialisme Frantz Fanon (qui a été érigé au panthéon des « hérauts » de la pensée postcoloniale) ce dialogue ininterrompu a connu plusieurs phases distinctes mais qui partageaient un même objectif : échapper à l’alternative stérile de la transposition à l’identique et du rejet intégral des études postcoloniales, pour promouvoir au contraire leur appropriation critique, et plus ou moins sélective, dans le champ académique français.

Mots-clés : postcolonial studies, philosophie, Frantz Fanon

Matthieu Renault est docteur en philosophie politique, chercheur postdoctoral à l’Université Paris 13 dans le cadre du projet Écrire l’histoire depuis les marges : le cas des Africains-Américains (EHDLM, Sorbonne Paris Cité) et chercheur associé à Les Afriques dans le Monde (CNRS, Sciences-Po Bordeaux). Il est l’auteur de Frantz Fanon : De l’anticolonialisme à la critique postcoloniale (Éditions Amsterdam, 2011) et de L’Amérique de John Locke : L’expansion coloniale de la philosophie européenne (Éditions Amsterdam, 2014). Il travaille actuellement à l’écriture d’une biographie intellectuelle de C.L.R. James.

***

11h00. Vanessa Castejon : « Songline : de l’Australie postcoloniale à l’Europe. »

Foucault à gogoPartie d’une étude sur le féminisme en Australie, passée par l’étude des revendications politiques aborigènes, Vanessa Castejon travaille aujourd’hui sur ce que la représentation de l’Autre en Europe révèle de celle-ci.
Des « Women studies », aux « Indigenous studies » pour finir par une approche transculturelle via l’Egohistoire et les « Museum studies » interdisciplinaires. Foucault et Bourdieu, qui auraient pu inspirer ces études, sont revus de Down Under et eclipsés par les théoriciens du Pacifique…

Mots-clés : Marginalisation, racisme institutionnel, autochtonie, Australie, altérité, image, egohistoire, violence politique, aboriginalité, déni d’identité, réconciliation, exil, différence, intégration, désintégration, interconnexions, « mainstreaming », pardon, droits, autodétermination, allogène,  domination, reconnaissance, revendications, paternalisme social.

Références

  • Castejon Vanessa, Cole Anna, Haag Oliver, Hughes Karen (eds). Ngapartji Ngapartji In turn, in turn, Ego-Histoire, Europe And Indigenous Australia, National Centre for Biography: Australian, National University.  Lives Series, 2014. Téléchargeable à cette adresse : 
http://press.anu.edu.au/titles/anu-lives-series-in-biography/ngapartji-ngapartji/
  • Castejon, Vanessa, Identity and Identification: Aboriginality from the Spanish Civil War to the French Ghettos.  Peters-Little, Frances, Curthoys Ann and Docker John (eds). Passionate Histories: Myth, Memory and Indigenous Australia, Aboriginal History Journal, ANU e-press, 2010, p. 219-228. Téléchargeable à cette adresse : http://press.anu.edu.au/wp-content/uploads/2011/05/ch1127.pdf
  • Price, Sally. Paris Primitive, University of Chicago Press, 2007.
  • Reynolds, Henry. Why Weren’t We Told: A Personal Search for the Truth About Our History (1999), Ringwood, Victoria: Penguin Books, 2000.
  • Tuhiwai Smith Linda. Decolonizing Methodologies, Research and Indigenous People, University of Otago Press, 1999.

 Documents

Illustration : With kind permission of Judy Lodwick and Elizabeth Bell. Judy Lodwick and Elizabeth Bell. « Foucault à Go Go – She loved him in theory. But how could she find a place for him in practice? », 1987. Featured at the University of Sydney <https://www.facebook.com/sydneyuni>  Art Gallery, 2015, « Girls at The Tin Sheds: Sydney Feminist Posters 1975–1990 » exhibition.

***

11h00. Sharon Baptiste : « Logiques d’une intégration assimilationniste, “libérale” ou pluraliste-progressiste ? Récits de vie des membres de la deuxième génération de la diaspora caribéenne en Grande-Bretagne. »

Résumé. Mon travail de recherches porte sur un sujet de « civilisation » britannique, à savoir l’évolution des représentations sociale, politique et culturelle de la diaspora caribéenne en Grande-Bretagne depuis la deuxième moitié du vingtième siècle.

L’hypothèse principale de mes recherches est que le processus d’intégration de la diaspora caribéenne à la société britannique est associé aux vieilles représentations coloniales. L’intégration ne pourra se faire pleinement que lorsque ces représentations coloniales néfastes seront complètement déconstruites, remplacées par des représentations postcoloniales façonnées par la diaspora caribéenne elle-même.

Adoptant une posture épistémologique constructiviste, j’utilise des outils méthodologiques empruntés à l’histoire, à la littérature, à la psychanalyse, à la philosophie et à la sociologie, afin de mettre en exergue des stratégies déployées par les Caribéens pour se débarrasser des stéréotypes négatifs de l’époque coloniale et être maîtres de leur image.

En 2012/2013, j’ai réalisé treize entretiens semi-directifs auprès de dix femmes et trois hommes issus de la deuxième génération de la diaspora caribéenne*. Alors âgés de 45 à 60 ans, tous les interviewés avaient été scolarisés en Grande-Bretagne dans les années 1960 et 1970 au début de l’ère postcoloniale, une période marquée par des tensions et des conflits « raciaux » dans le pays.

Mon appartenance à la génération des interviewés et le partage d’une expérience commune ont rendu possible le recueil de précieuses informations lors des entretiens. Ces informations nous éclairent, entre autres, sur l’expérience des interviewés en tant que citoyens à la fois noirs et britanniques et sur leurs tentatives pour se faire accepter comme tels.

* Il s’agit de la première d’une série d’entretiens. Une nouvelle série d’entretiens sera réalisée en 2015/2016.

Mots clés : diaspora caribéenne, Grande-Bretagne, deuxième génération, postcolonialisme, récits de vie, intégration.

Références

  • Bhabha, H.K., (1984), “Of Mimicry and Men: The Ambivalence of Colonial Discourse”, October 28, pp.125-133.
  • Bhabha, H.K., (1994), The Location of Culture. London, New York: Routledge.
  • Bhabha H.K. (1996), “The Other Question: Difference and Discrimination, and the Discourse of Colonialism” dans J.H. Baker, M. Diawara and R. Lindeborg, Black British Cultural Studies: A Reader (pp.87-106). Chicago, London: University of Chicago Press.
  • Centre for Contemporary Cultural Studies (1982), The Empire Strikes Back: Race and Racism in 70s Britain. London, New York: Routledge.
  • Césaire, A. (1955), Discours sur le colonialisme. Paris: Présence africaine
  • Césaire, A. (1963), Culture et Colonisation, Liberté, 5 (1), pp.15-35.
  • Césaire, A. (1983), Cahier d’un retour au pays natal. Paris, Dakar : Présence africaine.
  • Fanon, F. (1971), Peau noire, masques blancs. Paris: Éditions du seuil.
  • Gilroy, Paul, (1992), There Ain’t No Black In The Union Jack. London, New York: Routledge.
  • Gilroy, P. (1993), The Black Atlantic: Modernity and Double Consciousness. Cambridge, Massachussetts: Harvard University Press.
  • Gilroy P. (2010), L’atlantique noir: modernité et double conscience. Paris: Éditions Amsterdam.
  • Groupe de recherche sur l’eugénisme et le racisme, sous la direction de Michel Prum, (2010), La place de l’autre . Paris: L’Harmattan, DL.
  • Hall, S. (1996), “New Ethnicities” dans D. Morley & K.H. Chen (Éds.), Stuart Hall: Critical Dialogues in Cultural Studies (pp.441-449). London, New York: Routledge.
  • Hall, S. (2008), Identités et Cultures: Politique des Cultural Studies. Paris: Éditions Amsterdam.
  • Hall, S. (2013), Identités et Cultures 2: Politique des différences. Paris: Éditions Amsterdam.
  • Harding, S. (1998), Is Science Multicultural? Postcolonialisms, feminisms and epistemologies. Bloomington: Indiana University Press.
  • Harding, S. (2006), Science and Social Inequality : feminist and postcolonial issues, Champaign (Ill): University of Illinois Press.
  • Harding, S. (2008), Sciences from Below: feminisms, postcolonialities and modernity, Durham : Duke University Press.
  • Lassalle, D. (2002), Les relations interethniques et l’intégration des minorities au Royaume-Uni. Paris: L’Harmattan.
  • Lassalle, D. (2009), L’intégration au Royaume-Uni: Réussites et limites du multiculturalisme. Paris: Ophyrs.
  • Memmi, A. (1985), Portrait du colonisé, Portrait du colonisateur. Paris: Gallimard.
  • Patterson, S. (1963), Dark Strangers: A Study of West Indians in London. London: Tavistock Publications.
  • Prum, M. (dir.), (2008), Race et corps dans l’aire anglophone, Paris: L’Harmattan, DL.
  • Prum, M. (dir.), (2014), Questions ethniques dans l’aire anglophone, Paris: L’Harmattan, DL.
  • Saïd, E.W. (1979), Orientalism. New York: Vintage Books.

Sharon Baptiste est professeure agrégée d’anglais à l’Université de Paris 13 (département Gestion des Entreprises et des Administrations à l’IUT de Saint-Denis). Ses travaux de recherche portent sur les représentations politique, sociale et culturelle de la diaspora caribéenne en Grande-Bretagne depuis la seconde moitié du vingtième siècle. Un article sur les motivations et les stratégies mises en place par les Black Cultural Archives pour promouvoir la contribution de la diaspora caribéenne à l’histoire de la Grande-Bretagne paraîtra bientôt aux éditions Cambridge Publishing.

Site de l’équipe Pléiade

Carnet de l’équipe Pléiade


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...