Le mari de Delphine Ernotte. Petite analyse de discours de l’annonce de la nomination d’une femme à un poste important

Delphine_Ernotte-CunciDelphine Ernotte vient d’être nommée à la tête de France Télévisions : c’est un petit événement dans le monde des médias et du numérique, mais aussi dans l’univers mental, social et politique de la parité, de la défense de la présence professionnelle et sociale des femmes, de leur égalité de salaire, et, dans une moindre mesure, on le verra, dans l’univers linguistique de la féminisation des noms de métier, de la neutralisation des genres et de la lente modification du sexisme de la langue.
Je me suis livrée à un rapide petit exercice tout bête : lire les articles figurant sur la  première page de la recherche Google « Delphine Ernotte » ce matin à 10h00, et donc dans l’ordre antéchronologique, et relever les éventuelles remarques pouvant être qualifiées de sexistes. J’entends par là les commentaires ou suppositions, bienveillants ou malveillants, qui concerneraient spécifiquement son statut de femme, et les informations sur sa vie sentimentale ou conjugale, en particulier sa relation/dépendance à un homme, qui seraient inutiles à la description de son profil. Je n’inclus pas la mention du fait qu’elle est une femme, et la première à diriger France Télevisions, présente dans absolument tous les articles, bien que je pense que le sexisme n’aura plus beaucoup de beaux jours devant lui quand cette « caractéristique » aura disparu. Mais comme il s’agit encore malheureusement d’un événement notable, ce dont doivent rendre compte les médias, je l’écarte. On va voir que les « grands » journaux « respectables » de la presse dite « de qualité » ne sont pas ceux qui décrochent la palme de la neutralité et du professionnalisme. Allons-y.
 
À 10h00, rien sur des traits « féminins » ou sur un élément de sa vie privée qui la ferait dépendre d’un homme. L’article la nomme avec ses deux patronymes, le premier, Ernotte, étant son nom d’épouse, et le second, son nom de « jeune fille ». Je tique, mais je sais qu’il s’agit très probablement de son propre choix.
 
2. Article du Monde : La discrète Delphine Ernotte nommée à la tête de France Télévisions

Malgré une féminisation lexicale impeccable (présidente, directrice, centralienne et même ingénieure), l’article du Monde contient au moins deux remarques qui me semblent déplacées :

– elle est qualifiée de « mama », dans un élément de discours rapporté non commenté, qui plus est présenté comme un compliment :
« Mi corse-mi basque, elle a un côté mama qui protège voire couve ses équipes, renchérit Elie Girard d’Atos, qui a travaillé avec elle pendant six ans.
– sa « passion du théâtre », présentée un peu partout comme une sorte de compensation à son « inexpérience » dans les contenus de l’audiovisuel, est explicitement rapportée à son mari, dans une parenthèse explicative. Cela signifie que Delphine Ernotte ne saurait aimer le théâtre par elle-même :
Autre défi pour la nouvelle présidente : son inexpérience dans les contenus et l’audiovisuel, même si Orange distribue aussi des contenus et que le CSA relève sa « perception des enjeux de l’audiovisuel ». Ses amis ont beau évoquer sa « passion du théâtre » – son époux est le comédien Marc Ernotte et elle ne manque pas de réseaux dans le monde culturel –, sa capacité à aider France Télévisions à repenser ses offres en profondeur est à ce stade une inconnue.

Le plus cocasse est que l’article précise un détail qui concerne le féminisme un peu musclé de Delphine Ernotte :

Dans l’univers d’ingénieurs souvent masculin qu’est Orange, Delphine Ernotte s’est attachée à défendre la place des femmes, infligeant des amendes de 10 euros pour toute remarque sexiste formulée en comité exécutif.
Et kling ! 20 euros pour Le Monde, donc, dans un seul article.
 
Aucune allusion.
 
Aucune allusion
 
Une phrase finale qui mentionne son désormais fameux mari comédien, suggérant une éventuelle dépendance (l’apposition « mariée à… » antéposée, peut avoir une petite valeur causale). Comme c’est moins clair que dans Le Monde, ça sera 5 euros. Kling!
Mariée à un comédien metteur en scène, Delphine Ernotte a toujours été passionnée de théâtre et de culture. Elle n’entretient aucun réseau et n’est pas marquée politiquement. Un gage de neutralité dans le choix délicat du CSA.
Aucune allusion
 
7. L’Express. Delphine Ernotte est la nouvelle présidente de France Télévisions
Pas d’allusion à des stéréotypes féminins ou à l’influence de son mari sur ses goûts mais une petite allusion quand même à ce que son élection doit à quelque chose qui pourrait ressembler à de la discrimination positive. Comme il s’agit d’une interprétation de ma part, possible mais malveillante et chercheuse de petite bête, kling !, ça ne fera que 3 euros dans la cagnotte de Delphine :
Delphine Ernotte a créé la surprise mais répondu aux attentes de son prédécesseur. En juillet 2013, celui-ci avait en effet annoncé vouloir « renforcer la place des femmes » dans le service public . Aujourd’hui c’est chose faite.
8. Le Monde, article plus ancien, signé du seul Alexis Delcambre. Delphine Ernotte sera la première présidente de France Télévisions
Aucune allusion (ça me désespèrerait que ce soit la collaboration de deux journalistes femmes qui ait ajouté les remarques sur le mari dans l’article suivant que je mentionne plus haut, mais en même temps, on sait que les femmes sont parfois leurs meilleures ennemies).
C’est le premier article où la nouvelle présidente est nommée par ses deux noms, incluant donc son nom de jeune fille, qui est, comme on le sait, son seul nom valable juridiquement parlant. Je relève un jeune femme qui me semble un peu louche pour la désigner (elle a 48 ans, et comme j’ai exactement son âge, je le remarque d’autant plus) ; je vois mal un article parlant d’un homme nommé à poste de responsabilité comme d’un « jeune homme ». Mais bon, je laisse passer car l’article se termine sur une note qui me plaît bien, soulignant son absence de proximité avec le monde de la culture et de la fiction, sans que ce défaut ne soit commenté plus avant par le biais du fameux mari :
Frédéric Tellier, expert du secteur des fictions, co-président de Groupe 25 images, joint par Europe 1 après le premier tour, s’est lui aussi étonné de voir apparaître une personnalité « assez éloignée des médias, de la culture et de la fiction ». Delphine Ernotte-Cunci devrait prendre ses fonctions à la fin de l’été.
Ici aussi on parle de Delphine Ernotte-Cunci, et je ne note pas d’allusion particulière, si ce n’est une insistance sur ses capacités d’attention, qui rejoint la mention de ses capacités d’écoute dans d’autres articles. Mais comme il n’existe pas de lien explicte avec une nature féminine, je laisse ma surinterprétation au placard…
 ***
Il est 11h00 et pendant que j’écrivais ce billet, évidemment d’autres infos sont apparues dans la presse, sur les réseaux, etc. On pourra consulter avec intérêt les résultats de la recherche « Delphine Ernotte mari » sur Google. Ma petite étude qui n’en est pas une n’a qu’une valeur indicative, mais quand même, Le Monde ! Quelle drôle de manière de faire du journalisme que d’attribuer des passions personnelles à des associations conjugales. Comment faites-vous quand les femmes n’ont pas de mari ? À qui attribuez-vous leurs passions ? à leur père ? et quand elles n’ont pas de père ? Il y a bien pire, dans Les Échos par exemple (merci à Genre pour le signalement de ce tweet épique), évidemment il y a toujours pire. Mais je reste étonnée, non pas des remarques sexistes, mais de leur énonciation dans d’aussi grands médias, qui témoigne d’une belle inconscience dans la rédaction (je n’ose pas envisager le cynisme). Question de formation, d’éducation, d’empathie ? Je ne sais pas, mais s’il vous plaît, ami.e.s journalistes, encore un effort !
***
Crédit : Delphine Ernotte, photo de Wikipédia, CC BY-SA 3.0

Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

9 réponses

  1. Je ne comprends pas en quoi la référence à son mari acteur est-elle sexiste. Si tel est le cas, comment qualifier les nombreux articles qui ont souligné le fait qu’Anne Gravoin a introduit son mari dans les milieux de la culture ?

    • Marie-Anne Paveau dit :

      c’est intéressant que vous mettiez sur le même plan une femme, anne gravoin qui « introduit » son mari dans la culture, et une autre femme, delphine ernotte, dont il est dit qu’elle aime le théâtre parce qu’elle est mariée à un comédien – dans le premier cas le mari dépend de la femme et dans le second c’est la femme qui dépend du mari, mais vous semblez ne pas faire la différence – dans les deux cas on pourrait effectivement parler de sexisme, mais, comme, jusqu’à preuve du contraire, ce sont le plus généralement les femmes qui sont dominées par les hommes, et de manière parfois dramatique, jusqu’au féminicide (un chiffre parmi d’autres : il manque 48 millions de filles en inde), attribuer les goûts d’une femme à son mari ressortit à un sexisme de domination masculine, qui laisse entendre que les femmes, surtout mariées, restent encore des « mineures » culturellement parlant – voilà
      nb : pardon, 60 millions (Foeticide des filles en Inde : Bombe à retardement… – AgoraVox le média citoyen http://bit.ly/1Oo0Sdo)

      • « Plus généralement », il se passe beaucoup de choses. En Inde ou ailleurs, et même en France, nous en sommes bien d’accord. Mais là, j’évoquais un cas particulier (Valls-Gravouin)qui me paraît assez symétrique de celui que vous évoquez (le couple Ernotte). Et dans les deux cas, la relation de dépendance ne me paraît évidente ni dans la réalité, ni dans la façon dont elle est rapportée par les médias.

  2. Patricia Piazza dit :

    Plus on vieillit et plus on a tendance à penser que 20 ans derrière soi c’est jeune!
    Objectivement jeune femme devrait aller de 20 à 30/35 ans, mais il m’arrive de penser que face à une femme de 40/45 ans j’ai encore affaire à une jeune femme. Et tout cela évolue de siècle en siècle !
    Mais j’ai la même impression pour les hommes 😉

  3. Emmanuel dit :

    Le « jeune femme » est peut-être lié à ses photos officielles, qui lui donnent davantage l’allure d’une trente-cinquennaire que d’une quinqua.

    Quant au « jeune homme », on en a beaucoup vu au sujet de M. Gallet à la tête de Radio France, tout de même !

  4. anna dit :

    Le « jeune femme » est celui qui ressort le plus pour moi. Mais ça va, des fois (assez souvent, vraiment) on lit « jeune fille » pour désigner une femme de 18, 25, 30 ans voire quelquefois plus ! Il faudrait les noter, c’est très régulier dans les médias. « Jeune fille » pour moi c’est quand on a entre 10 et 14 ans, non ?

    • Marie-Anne Paveau dit :

      c’est vrai que c’est subjectif, mais j’interprète « jeune fille » comme allant jusqu’à la vingtaine et « jeune femme » concernant la vingtaine et trentaine – après, ça me semble un peu bizarre – mais l’espérance de vie augmentant, c’est vrai que les frontières se déplacent… ;=)))

  1. 28/04/2015

    […] En France, le Conseil supérieur de l’audiovisuel vient de nommer Delphine Ernotte-Cunci à la direction de France Télévisions. Au moment de sa nomination, il a souvent été question de son mari. (Voir, à ce sujet, l’analyse de Marie-Anne Paveau). […]