« Illettrées ». Le ministre et le politiquement correct

11237936813_ff429074c7_zEmmanuel Macron, ministre de l’économie, a employé le terme illettré. C’était mercredi 17 septembre, sur Europe 1, on peut l’écouter ici et lire la transcription de ses paroles :

« Dans les sociétés dans mes dossiers, il y a la société Gad : il y a dans cet abattoir une majorité de femmes, il y en a qui sont pour beaucoup illettrées ! On leur explique qu’elles n’ont plus d’avenir à Gad et qu’elles doivent aller travailler à 60 km ! Ces gens n’ont pas le permis ! On va leur dire quoi ? Il faut payer 1.500 euros et attendre un an ? Voilà, ça ce sont des réformes du quotidien, qui créent de la mobilité, de l’activité ! » (Emmanuel Macron, Europe 1, 17.09.2014).

« Traiter d’illettré » : l’illettrisme comme stigmate et insulte

Aussitôt, des réactions d’indignation fleurissent, en particulier sur les réseaux sociaux, qui constituent toujours un bon indicateur de la réception des paroles publiques, surtout politiques. Sous le regard de l’analyse du discours, il s’agit d’un événement discursif, et spécifiquement de type moral, puisque certaines réactions sont formulées dans le vocabulaire de la morale sociale : blessant, honteux, méprisant, mépris de classe, insulte, condescendance, autant de termes que l’on retrouve sur les réseaux, dans les commentaires des internautes, dans la presse, dans les interviews. Une employée de Gad emploie par exemple le terme honteux  sur i>TÉLÉ en ironisant sur les déclarations d’impôt des ministres : « C’est honteux, […] ils sont pas fichus de déclarer leurs impôts, nous on les déclare, et on n’est pas illettrées », ajoutant : « On sait lire et écrire ». On a donc là des jugements de valeur sur un emploi qui est lui-même interprété comme un jugement de valeur négatif. Que reproche-t-on exactement au ministre ? D’avoir « traité » les employées de l’entreprise Gad d’illettrées (c’est le titre de l’article des Inrocks qui a contribué à mettre le feu aux poudres), autrement dit de les avoir dévalorisées voire insultées (c’est le sens du verbe traiter de) en se servant de leur supposée absence de maîtrise de l’écriture et de la lecture pour les abaisser ; c’est en tout cas de cette façon que les propos du ministre sont interprétés. Cet emploi est rapproché par certain.e.s internautes du désormais fameux sans-dents attribué à François Hollande par Valérie Trierweiler, et de rapprochement en rapprochement, une image hautaine et méprisante de la « gauche pédante » (expression d’un twittos) au gouvernement se dessine dans le bruissement du discours social. Le point commun, c’est l’élément privatif dans la construction des termes : on stigmatise les « sans-« , les « il-« , les « non-« , ceux qui « n’ont pas ».

Emmanuel Macron est amené à s’excuser à l’Assemblée nationale, ces excuses constituant finalement une reconnaissance du contenu dévalorisant du terme. Son ministère parle d’une « maladresse » et l’on comprend que l’intention du ministre était d’employer le terme au sens technique pour désigner une mauvaise maîtrise ou une maîtrise insuffisante des compétences de lecture et d’écriture de base pour des individus qui ont été scolarisés, mais mal, ou pas assez. Insuffisance qui entraîne des difficultés et des insécurités sociales, même si, comme le souligne Bernard Lahire, cette notion est floue et bien difficile à définir. Le mot n’a pas le même sens qu’analphabète, avec lesquel il est souvent confondu, et avec lequel il partage aussi une valeur insultante ; l’analphabétisme désigne l’absence de ces compétences pour des gens qui en général ne sont pas allés à l’école. Quand la salarié de Gad citée plus haut déclare « on sait lire et écrire », elle rappelle implicitement cette confusion permanente : « on n’est pas analphabète », déclare-t-elle en substance.

« Il n’utilise pas les bons termes » : le mot juste existe-t-il ?

Une autre salariée de Gad, Rachel Reault, exprime très justement la parole malheureuse d’Emmanuel Macron : « Il essaie de nous défendre mais il n’utilise pas les bons termes« . Effectivement, illettrées n’est pas le bon terme, parce que le mot s’est tellement chargé de valeurs négatives qu’il y est presque réduit, n’étant plus capable, en quelque sorte, de décrire un état des compétences de lecture et d’écriture. Le mot appartient à toute une série lexicale désignant des déficits, des difficultés, des pathologies ou des handicaps, qui servent dans le langage courant à la stigmatisation sociale. On pense à autiste, handicapé, alzheimer, mais aussi schizo ou parano (merci à @elisa_soimier pour m’avoir suggéré ces emplois), et à la série mongole, mongolien, mongolito et trisomique qui tous, ont ou ont eu des emplois dévalorisants (je dis « ont eu » car il semble que leur emploi soit de moins en moins fréquent, contrairement d’ailleurs à débile qui a totalement perdu sa valeur première, désignative du handicap mental, pour ne garder que le sémantisme disqualifiant).

Je crains que le « bon terme », autrement dit « le mot juste », inventé par La Bruyère dans un célèbre passage des Caractères (« Des ouvrages de l’esprit » 17), et placé au cœur de la mythologie de la clarté française et du carcan de la norme depuis quatre siècles, n’existe pas, car tout mot est pris à la fois dans un contexte et une histoire. En effet, le sens de la langue suit son chemin et que les mots se chargent de sèmes nouveaux et contextuels ressortit à la vie normale de la langue. Quant au stigmate, c’est un ressort commun de la catégorisation des individus, qui sert à les classer hiérarchiquement, à distinguer les individus acceptables des autres, marginaux, exclus, ceux que Michel Foucault appelle les anormaux. Le stigmate sert aussi à nommer l’autre, à lui donner un nom, même s’il s’agit d’un mauvais nom ou un nom d’oiseau. Il serait donc vain de partir en guerre contre ce type d’emploi (même si c’est parfois difficile d’y résister…), et plus productif de questionner le sens des mots et de se forger une conscience linguistique minimale, menant à l’ajustement de nos emplois au contexte et aux sens lexicaux partagés qui constitue la mémoire lexicale du discours.

Vertu discursive et politiquement correct

L’examen des valeurs négatives d’un mot et de son potentiel blessant, qui n’est pas seulement l’affaire des linguistes mais celle de tou.te.s celleux qui parlent, pose un intéressant problème articulant lexique et politique, discours et vie de la cité, choix des mots et relations humaines : celui d’une éthique du discours, et tout particulièrement d’un soin des mots qui maintienne le respect de l’autre et ce qu’Avishai Margalit appelle la décence dans la société (Margalit 1999 [1996]). Pour  Margalit, la décence consiste à éviter l’humiliation. Il explique qu’une société décente est celle dont les institutions n’humilient pas les membres, en particulier les individus fragiles. Une société dont les membres ne s’humilient pas entre eux est pour lui simplement « civilisée », mais non décente. Tenir à peu près cet équilibre, c’est accomplir un ajustement de nos emplois au contexte et à l’état des sens des mots que nous employons, ajustement qui relève selon moi d’une vertu discursive. Je l’ai définie dans Langage et morale comme la production d’un

discours qui est ajusté aux valeurs en circulation dans la réalité complexe et instable des agents et de leurs environnements. Cet ajustement concerne trois éléments : les agents et leurs relations (que l’on peut décrire par la notion de décence, empruntée à A. Margalit), le monde (la réalité et ses représentations) et l’ensemble des productions verbales constituant la mémoire discursive des sociétés (discours, prédiscours, lignées discursives). Ces éléments formant un système à la fois discursif, cognitif et éthique, dans lequel ils sont profondément enchevêtrés (toujours au sens putnamien du terme) – (Paveau 2013, p. 162).

La notion de vertu discursive croise ou englobe une étiquette ambiguë et controversée dans le discours social, celle du politiquement correct. Il faut rappeler qu’à l’origine, il s’agit, chez les activistes de la nouvelle gauche américaine dans les années 1960 et 1970, d’une autocritique humoristique des choix lexicaux communautaires (Paveau 2013). Cette dérision a fini par être prise au sérieux et progressivement le terme est devenu négatif, visant certains mouvements qui réclamaient des dénominations « justes », notamment le mouvement pour les droits des homosexuels, les féministes, le multiculturalisme et le mouvement des droits civiques. Le politiquement correct est donc devenu la cible d’un discours « de droite », conservateur. Puis l’image et la réception de ce discours ont de nouveau évolué et on en trouve désormais la critique inverse, chez des gens qui sont plutôt du côté des défenses des liberté et de la tolérance envers les différences, des gens « de gauche » pour aller vite : le politiquement correct est généralement vu comme une insupportable police du discours, l’inacceptable et impossible imposition d’une norme lexicale, et une condamnable restriction de la liberté d’expression.

Pour ma part, je défends le politiquement correct, je trouve qu’il s’agit d’un humanisme lexical, et que sa critique ne tient pas compte de la souffrance de ceux qui se sentent mal nommés ou dont le nom du statut ou de la maladie sont utilisés comme termes dévalorisants. En même temps, j’accepte tout à fait que la notion soit complexe à mettre en œuvre et pose tout un tas de problèmes, comme le montre l’intéressante discussion que j’ai eue sur Facebook à ce propos (en mode public, elle est accessible ici aux possesseurs d’un compte). Évidemment, le politiquement correct de l’un (employer sourd pour reprendre l’exemple de l’ami Yann Cantin, doctorant-chercheur sourd qui a un beau carnet ici), n’est pas le politiquement correct de l’autre, qui préfèrera malentendant). Sur cette question, les points de vue, les représentations et le contexte sont prioritaires et constituent même les contraintes premières des choix lexicaux. Mais tout cela me paraît bien normal, car il me semble évident de faire quelques calculs interprétatifs, et de s’engager dans quelques discussions, corrections, reformulations et même malentendus quand on parle, tout simplement. Tourner sa langue dans sa bouche, comme le préconise la séculaire sagesse populaire. Ce sont les activités de base de tout locuteur un peu réflexif, un peu attentif, un peu éthique, en un mot.

Comment dire ? Un humanisme lexical

Revenons à notre énarque. Dans cette situation, le politiquement correct aurait imposé l’évitement du terme d’illettré, trop chargé de disqualification, et peu susceptible d’une réception neutre au sens technique. Mais pour cela, il aurait fallu qu’Emmanuel Macron qui est, comme le rappelle de manière critique Bernard Lahire, « le pur produit du système scolaire élitiste français », montre une capacité réflexive ou une attention au devenir de ses paroles, autrement dit une vertu discursive, que ses « grandes études » ne lui ont pas données (en l’occurrence, l’élitisme culturel et intellectuel à la française enseigne plutôt la clôture interactionnelle, le discours péremptoire voire la violence verbale, mais c’est un autre sujet). C’est là que je suis en désaccord, pour une fois, avec Bernard Lahire : je ne suis vraiment pas sûre que ce soit l’appartenance d’Emmanuel Macron à l’élite qui soit la cause de sa conception de l’illettrisme comme frein à l’emploi (la thèse de Bernard Lahire, développée dans son ouvrage de 2005, est que les gens ne trouvent pas de travail, non parce qu’ils sont supposément illettrés, mais parce qu’il n’y a pas de travail, et que le lien entre le fait de posséder les compétences de lecture-écriture et l’employabilité est un fantasme des élites). Je pense que quelqu’un de bien moins lettré, puissant et riche qu’Emmanuel Macron aurait eu exactement les mêmes mots ; l’absence de conscience linguistique, d’essai d’anticipation des effets de sa parole, le fait que, comme le dit une expression de la langue elle-même, les mots « dépassent notre pensée », sont les choses les mieux partagées du monde. Il me semble que ce qui manque, c’est justement cette réflexivité, cette pratique d’une vertu discursive qui paraîtra sans doute un peu surannée, voire un peu bête et naïve, je le sais, à beaucoup, mais que je trouve fondamentale et nécessaire. Alors oui, je suis pour le politiquement correct, si le politiquement correct bloque les humiliations, les souffrances d’être « traité de », les mépris et les marginalisations. Je trouve que le politiquement correct relève de l’humanisme lexical. La liberté d’expression est une bien belle chose si elle est accompagnée d’une présupposition bienveillante. À défaut, tout les mots sont permis, ce que je conteste.

On a assez peu souligné dans l’ensemble des réactions à cet emploi le caractère genré de l’affaire : les individus nommés sont des femmes, habituées des infériorisations, et cette perspective de genre ouvre sur une autre réponse possible à cette sortie ministérielle, la resignification, théorisée par Judith Butler dans Le pouvoir des mots notamment et pratiquée par les groupes minorisés. On rêve d’une « marche des fiertés illettrées » ou de la naissance d’un groupe nommé « les illettrées rouges » ou « les illettrées magnifiques ». Rêvons, tout est possible pour le rêve, qui n’a besoin ni d’aller à l’école, ni de faire l’ENA pour se faire réalité. 

Références

Butler J. (2004 [1997]). Le pouvoir des mots. Politique du performatif, trad. C. Nordmann. Paris : Éditions Amsterdam.
Goffman E. (1975 [1963]). Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, traduit de l’anglais par Alain Kihm. Paris : Éditions de Minuit.
Foucault M. (1999 [1974-1975]). Les anormaux, cours au Collège de France. Paris : Gallimard/Seuil.
Lahire B. (2005). L’invention de l’”illettrisme”. Rhétorique publique, éthique et stigmates. Paris : La Découverte.
Margalit A., 1999 [1996], La société décente, Paris, Climats.
Paveau M.-A. (2013). Langage et morale. Une éthique des vertus discursives. Limoges : Lambert-Lucas.

Crédit : « Photomarathon – Alphabet », 2013, Eva Van Ostade, compte de l’auteure sur Flickr, CC

Pour citer ce billet. Paveau M.-A.,  21.09.2014, « Illettrées. Le ministre et le politiquement correct”, La pensée du discours [Carnet de recherche], [http://penseedudiscours.hypotheses.org/13412], consulté le…


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

Vous aimerez aussi...