Politique du silence. Les femmes et les jeunes gens ne parlent pas à la table du pouvoir

Capture d’écran 2014-09-13 à 11.49.52

La publication du livre de Valérie Trierweiler dont je parlais dans un précédent billet est un bon observatoire pour les analystes du discours : celleux qui travaillent sur la doxa, l’imprégnation idéologique, le discours de défense, la langue de bois et le discours collectif ont un bien beau corpus à constituer, celui des réactions unanimes de la « classe » des journalistes et des politiques, puisque c’est bien d’une affaire de classe qu’il s’agit, à tous les sens du terme (excepté celui de l’élégance). S’y joint de manière inédite la catégorie des libraires (je dis « des libraires » au pluriel car celleux qui se sont exprimé.e.s revendiquent ce collectif pluriel en proclamant « nous sommes libraires« , engageant de fait toute la profession), dont on a appris qu’illes avaient une vertu, au nom de laquelle illes se sentent autorisé.e.s à pratiquer quelque chose qui ressemble à une censure sur leurs choix de ventes.

Indignation bien-disante

Les analystes du discours pourront donc par exemple recueillir la nausée de Michelle Cotta, l’indignation d’Alain Duhamel, l’écœurement d’Olivier Picard, la leçon de morale politique de Renaud Délyla critique choquée de Martine Aubry, et la liste est longue. Celleux qui s’intéressent aux inégalités de genre, au féminisme, à l’image des femmes, ont déjà commencé à travailler, dans des perspectives affines, sur la figure de la pute hystérique par exemple comme le fait Marie-Hélène Bourcier avec ironie, et enrichiront leur corpus de cet article du sociologue Denis Monneuse (donc nous sommes au moins trois universitaires à faire un pas de côté hors de la doxa méprisante, c’est un sérieux début…), du billet de Renaud Revel, journaliste à L’Express, qui se démarque de tous ses confrères, de celui de la chroniqueuse Dom Bochel Guégan ou de cette Lana Morphose pseudonyme qui s’exprime sur Rue89 avec une sincérité qui m’a touchée. À partir de ce petit corpus, illes pourront rendre compte scientifique de l’existence d’une voix alternative à la curée générale, quantitativement limitée mais qualitativement robuste, en tout cas je l’espère. Et illes complèteront leur travail par une étude du lectorat de Valérie Trierweiler, ces quasiment-bientôt-presque 200 000 personnes qui ont acheté et/ou lu ou parcouru le livre (le chiffre donné le 10 septembre par Laurent Beccaria est de 170.000 mais comme un livre, ça se prête, j’anticipe et j’arrondis à la louche). L’extraordinaire mépris des journalistes, politiques et en particulier des libraires pour les lecteur.trice.s du livre, c’est-à-dire pour les gens tout court, qui constituent leur électorat, leur lectorat et leur clientèle, a été rarement relevé, sans doute parce qu’il est trop énorme pour être même envisagé, sauf dans quelques rares articles et une géniale parodie publiée sur Twitter (ci-dessous).

Capture d’écran 2014-09-13 à 15.10.58

On se souvient que des réactions partiellement analogues s’étaient manifestées lors de l’affaire DSK, et que quelques « grandes » figures de la classe politique et médiatique, Jean-François Kahn, Jack Lang, Jean Daniel et, de manière plus étonnante et décevante, le grand Robert Badinter lui-même, s’étaient laissées aller à une défense aveugle et un tantinet pulsionnelle de leur camarade de classe. On avait assisté, un peu médusé.e.s, à un déballage des pires clichés sexistes sur fond de racialisation, et tout le monde se souvient encore malheureusement du « troussage de domestique » et de la byzantine catégorie de « tentative violente de viol » proposée par le fondateur de Marianne, qui nous avaient montré à quel point l’égalité ou le simple respect des personnes sont encore absents des représentations des hommes au/de pouvoir.

C’est que le code de bonne conduite des dominant.e.s, les bonnes manières de l’aristocratie du pouvoir préconisent le silence conniventiel quand il s’agit de la mauvaise conduite et des mauvaises manières de leurs membres : en cette matière, le silence est d’or, et la curée voire le lynchage attend celleux qui se risque tout simplement à parler. « On ne parle pas des choses qui fâchent », dit la sagesse des nations, « on ne parle pas de corde dans la maison d’un pendu ». Et malheur à cellui qui, hors des oripeaux du fou à qui tout est permis et qui sert justement à ce que rien de sérieux ne soit dit, explique sérieusement que les dominant.e.s ne méritent pas son respect.

Politique du silence

Le silence n’est pas vraiment un objet pour l’analyse du discours ni les sciences du langage en général. Normal, pourrait-on dire, puisque les linguistes travaillent sur ce qui est dit, laissant ce qui n’est pas dit à… mais à qui au juste ? aux philosophes ? aux psychanalystes ? aux théologiens ? La linguiste brésilienne Eni Orlandi est l’une des rares chercheuses à avoir fait du silence un objet direct de sa réflexion, dans un livre de 1996, Les formes du silence. Dans le mouvement du sens, et dans plusieurs articles, dont « Rumeurs et silences. Les trajets des sens, les parcours du dire« , publié en 2001. Elle distingue le silence fondateur du sens, qui relève de la sémantique, du silence support de l’idéologie, constituant une « politique du silence », qui relève de l’analyse du discours :

Le silence a ses formes. Nous distinguons au moins deux formes de silence :

– « Silence fondateur », celui qui est nécessaire au sens : sans silence il n’y a pas de sens (il y aurait un trop plein de langage). C’est le silence qui existe dans les mots, qui les traverse, qui signifie le non-dit et qui donne un espace de recul signifiant, produisant les conditions pour signifier. Le silence comme horizon, comme imminence du sens, est le souffle de la signification pour que le sens fasse sens.

– Politique du silence. Dans ce cas, nous avons : le « silence constitutif », qui nous indique que pour dire il faut ne pas dire, en d’autres mots, tout dire efface nécessairement d’autres mots en produisant un silence sur des sens autres ; et le « silence local » qui renvoie proprement à la censure définie comme interdiction : effacement de sens possibles néanmoins interdits, ce qu’il est défendu de dire dans une certaine conjoncture. Ces deux formes du silence accompagnent tout discours, tout processus de production des sens. Mais elles ont des fonctionnements différents (Orlandi 2001, §3, 4 et 5).

Du côté sémantique, elle montre que le sens ne se construit que par rapport à ce qui n’est pas lui, et elle décrit le silence « fondateur, celui qui existe dans les mots, qui signifie le non-dit et qui donne espace au recul signifiant produisant les conditions pour signifier » (1996 : 39). Le silence, c’est donc du sens, c’est même la condition de sa possibilité. Mais c’est la seconde forme qui m’intéresse ici, le silence comme arme et effet du pouvoir, et forme de l’idéologie. Dès les années 1990, Eni Orlandi a proposé le terme de silenciement, pour désigner une mise au silence des dominé.e.s, les Indien.ne.s du Brésil plus précisément, sur et avec lesquelle.s elle travaille depuis de longues années. La « politique du silence » est la manière dont un pouvoir autoritaire (la dictature brésilienne) impose une censure qui produit un silence parlant, pourrait-on dire : interdits, les discours se disent sous d’autres formes, utilisant toutes les possibilités du non-dit, de l’implicite, de l’allusion. « Si un sens est nécessaire, il est possible » déclare-t-elle p. 126. La politique du silence est donc à double détente : imposant aux sujets de se taire, elle génère et autorise en quelque sorte son propre contournement.

Les enfants ne parlent pas à table

Le déferlement critique et parfois insultant qui accompagne la publication du livre de Valérie Trierweiler ressortit à cette politique du silence, sous la version du « silence local » : ramener au silence en invalidant la parole. Et ce « silenciement », nommé silenciation dans la perspective féministe développée par l’article de Marie-Hélène Bourcier (silencing tactics en anglais), peut être rapproché du débat assez violent qui a accompagné la déclaration d’Édouard Louis et de Geoffroy de Lagasnerie appelant au boycott des Rendez-vous de l’histoire de 2014. On a pu lire, chez des chercheur.e.s, donc des gens qui en principe sont payé.e.s pour pratiquer la réflexivité et une certaine forme de pensée, des critiques sans arguments de cet appel (sa « bêtise » en particulier, dont je me demande toujours quels sont les critères) ; le principal argument avancé par les détracteurs étant que pour manifester son désaccord, il fallait accepter et non refuser de parler (argument mal formé cognitivement, comme on dit chez nous, puisqu’on ne discute pas avec un conférencier plénier, justement, dont la fonction est de chapeauter les autres discours, ce qui était l’exact objet de la contestation d’Édouard Louis et Geoffroy de Lagasnerie) ; et, pire, on a pu lire des défenses de la parole de Marcel Gauchet appuyées sur le fait qu’il est un « chercheur reconnu » : explicitation naïve de la légitimité intouchable des dominant.e.s du fait… de leur légitimité intouchable. Un récent article sur la protestation des deux « jeunes » intellectuels, pamphlet de Gérald Bronner dans Le point intitulé « Les Nabilla de la pensée » (réservé aux abonnés mais sur le compte Twitter de l’ami Xavier Molénat et dans mes favoris on en trouvera une capture d’écran) est saturé de mépris et de supériorité médisante : mépris sexiste via le stéréotype de la potiche Nabilla (existe-t-il une véritable figure masculine emblématique de la bêtise et de l’ignorance sur le plan intellectuel ?) mais surtout, pour ce qui m’intéresse ici, mépris pour la jeunesse exprimé sur le ton d’un paternalisme surplombant : des formules comme « de jeunes esprits pressés de se faire remarquer », « deux apprentis philosophes », « l’un des protagonistes ayant à peine passé la vingtaine » ou « certains de nos contemporains, en particulier les jeunes esprits » témoignent d’une dévalorisation bien étonnante de jeunes adultes, étonnante de la part d’un enseignant, censé enseigner à ces mêmes  » jeunes » esprits-là (et par ailleurs encore quadragénaire). Aucun argument n’est avancé pour cette disqualification la parole des « apprentis philosophes », si ce n’est la désignation d’apprentis elle-même : doxa de la jeunophobie, évidence impensée de l’exclusion des jeunes de la parole de la cité, politique du silence de manuel de savoir-vivre éculé, du niveau d’un « on ne parle pas à table ». 

Le cheval des parrèsiastes

Valérie Trierweiler est une femme, Édouard Louis et Geoffroy de Lagasnerie sont des « jeunes » gens : voilà deux catégories de personnes sommées de se taire, susceptibles d’être silenciées par cette politique du silence et cette culture de la défense de corps et de classe qui sont d’efficaces empêcheurs de penser et de bons protecteurs du pouvoir. On pourrait continuer d’enrichir le corpus des silencié.e.s : s’y trouveraient mes cher.e.s whistleblowers dont le symbole actuel est Edward Snowden, jeune homme/homme jeune lui aussi, et tou.te.s celleux que j’appelle les diseur.se.s de vérité, ces parrèsiastes auxquel.le.s Michel Foucault attribue ce « courage de la vérité » qui fait la matière de l’un de ses plus beaux séminaires.

Au cours de mes recherches pour Langage et morale, pour le chapitre consacré partiellement au whistleblowing, j’avais listé les proverbes traitant de la vérité dans la plupart des langues et des cultures du monde. Majoritairement, ils sont connotés négativement et prédisent toujours les pires malheurs à cellui qui s’engagera dans le discours de la vérité. L’un de ceux qui revient le plus souvent est : « Si tu dis la vérité, tiens ton cheval sellé ». Je ne sais pas si Valérie Trierweiler, Édouard Louis, Geoffroy de Lagasnerie et Edward Snowden ont eu cette tentation équestre ces derniers temps. Elle n’est peut-être plus utile puisqu’il existe désormais, en particulier grâce au web, des lieux où le.a diseur.se de vérité est, sinon en sécurité, du moins entendu. Mais ils sont encore trop rares, et cellui qui ose parler contre les dominant.e.s doit peut-être aussi s’assurer d’être un.e bon.ne cavalier.e.

Références
Foucault M. (2009). Le courage de la vérité. Le gouvernement de soi et des autres II, Cours au collège de France 1984. Paris : Gallimard/Seuil.
Orlandi E. P. (1996). Les formes du silence. Dans le mouvement du sens. Paris : Éditions des Cendres.
Orlandi E. P. (2001). « Rumeurs et silences ». Hypothèses 1/4, p. 257-266, www.cairn.info/revue-hypotheses-2001-1-page-257.htm
Paveau M.-A. (2013). Langage et morale. Une éthique des vertus discursives. Limoges : Lambert-Lucas.

Crédits : VT photo non signée sur Planète Campus 21 juin 2012 ; EL photo non signée sur Le furet du Nord ; GdeL photo Mastrangelo Reino sur Tres Estrelas ; ES photo non signé sur South China Morning Post 12 juin 2013

Pour citer ce billet. Paveau M.-A. (15.09.2014). “Politique du silence. Les femmes et les jeunes gens ne parlent pas à la table du pouvoir“, La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=13373, consulté le…


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...