« L’écriture du corps à l’aiguille. » The Tattoorialist. 100 portraits de tatoués

BwrLsfVCAAAso3BLe 2 octobre prochain paraît un livre élaboré par Nicolas Brulez, The Tattoorialist. 100 portraits de tatoués, publié chez Tana et réalisé à partir d’une série de photographies figurant sur le site du même nom, The tattoorialist. Nicolas m’a demandé d’écrire un texte sur les aspects langagiers et scripturaux du tatouage, et j’ai choisi une écriture personnelle, à partir de ma propre expérience du tatouage et du sens que j’investis dans mes tatouages. On le trouvera sous le titre « L’écriture du corps à l’aiguille », accompagné de celui d’une anthropologue, Élise Müller, et d’une psychologue, Eirini Rari.

Le tatouage est un objet culturel qui est devenu important ces dernières années, dont l’image évolue très vite malgré quelques résistances persistantes, méfiantes voire méprisantes. La presse grand public s’en fait de plus en plus l’écho, en particulier depuis la belle exposition du musée du Quai Branly, particulièrement réussie et bien conçue de l’avis de tou.te.s les connaisseur.se.s (j’appelle connaisseur.se.s les tatoueurs, les tatoué.e.s et celleux qui, un jour, se sont risqué.e.s sous l’aiguille…). C’est un thème sur lequel se développent des recherches dans différentes disciplines des sciences humaines et sociales. J’y avais consacré ma série de l’hiver 2011, Scriptopolis, je reprends le sujet régulièrement, en particulier en ce qui concerne les femmes, comme Marina Vainshtein ou Olive Oatman, et je me suis engagée dans une publication plus importante avec ma camarade et complice Anna Mazas, auteure du très beau Life under my skin, très fine connaisseuse de l’histoire et des cultures du tatouage, et par ailleurs magnifiquement tatouée… Projet inédit et affaire à suivre de près !

Le livre de Nicolas Brulez est disponible en pré-commande sur son site, et vous aurez le plaisir d’une dédicace et d’une personnalisation si vous l’achetez avant le 2 octobre prochain. 


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...