Bouche cousue et encre bleue. Les cicatrices parlantes des captives blanches

574498Dans The Salvation, le western danois et stylé de Kristian Levring, Eva Green joue « the princess », un personnage de femme mutique et granitique, jadis mutilée par les Indiens qui l’ont tenue captive. Langue coupée, elle ne dit rien, veuve transmise d’un frère à l’autre, possédée et maltraitée, et conservant pendant l’ensemble du film une colère permanente qui semble être la marque du personnage. Une marque, elle en porte une autre, corporelle, une cicatrice qui lui barre la bouche, étrange stigmate puisque les dialogues si rares du film mentionnent cependant par deux fois la mutilation : c’est la langue qu’on lui a coupée, et non les lèvres. Il y a donc comme une incohérence, une cicatrice qui n’est pas où elle devrait être, une marque qui semble s’être déplacée de quelques centimètres, du dedans au dehors.

Ce déplacement, qui n’est évidemment pas une erreur de maquillage, a dû être pensé et choisi par le réalisateur et l’équipe du film. Je ne connais pas les intentions qui le motivent, et comme toute spectatrice, je suis invitée à l’interpréter, à l’intégrer dans ma réception du film. Il me semble que la balafre est interprétable comme un symbole : traduire une langue coupée par une bouche cousue, c’est en effet une manière de signifier visuellement une mutilation invisible, de faire dire à un signe autre chose que ce qu’il signifie ; c’est extérioriser une blessure interne, et donc invisible pour les yeux du cinéma ; c’est la rendre visible, en faire un signe décryptable. La cicatrice sur la bouche dit, parle la mutilation de la langue ; il s’agit d’un symbole. Visible à chaque gros plan sur l’actrice, elle rappelle régulièrement au spectateur que le personnage est muet, et que ce mutisme est le produit de son histoire indienne.

affiche-livre

De cette histoire, il existe une autre marque sur le corps de la « princesse » : les tatouages qu’elle porte sur les endroits du corps en principe les moins tatoués et les moins tatouables pour des raisons de stigmate social justement, le visage et les mains. Sur la tempe, elle porte un petit signe scriptural, symbole indéchiffrable d’une indianisation forcée ; sur les mains, on devine de l’encre, mais fugitivement, la caméra ne s’y arrêtant jamais. Une femme blanche enlevée et tatouée par des Indiens, il en existe une dans l’histoire, assez connue : Olive Oatman. Enlevée en 1851 à 14 ans par des Indiens Yavapai, puis vendue à des Mohaves, elle reste captive pendant cinq ans et retourne ensuite à la vie américaine blanche, marquée par un imposant tatouage mohave sur le menton : The blue Tattoo, titre du passionnant ouvrage qui raconte son histoire, devenue légendaire. On peut lire Olive Oatman dans le personnage de la Princesse mutique de The Salvation, film-palimpseste de références cinématographiques, à l’intertexte (interfilm ?) permanent. Olive OatmanLa femme muette, enlevée aux siens, enlevée au langage en quelque sorte, et marquée d’un ailleurs sémiotique.

De ces marques on peut dire qu’elle sont parlantes, traces d’événements et signes de mémoire, symboles ouverts à l’interprétation et aux références, appuis de l’imaginaire du regardeur et de la regardeuse de cinéma. Des cicatrices parlantes.

Crédits : The Salvation-Eva Green, photo D.R., Toulecine.com ; affiche du film The Salvation et couverture du livre The Blue Tattoo ; Olive Oatman, AZcentral, 12 News& The Arizona Republic, illustration du billet « Arizona Explained: Olive Oatman had eventful life », 9.07.2013


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

Vous aimerez aussi...