Valérie Trierweiler, le grain de blé et la poule

Wheat_grainUn spécialiste reconnu des médias vient de déclarer sur Twitter avoir fait une bonne action en se désabonnant du compte de Valérie Trierweiler. Il déplore que l’ex-compagne de François Hollande ait fait mentir son air « digne ». Il gratifie le discours de son livre d’un « à vomir », expression  fréquente sur les réseaux sociaux, qui favorisent souvent la violence verbale des intellectuels. En écho, la « nausée » de Michèle Cotta, qui nous fait au passage un cours de morale, nous expliquant ce qu’est la vie privée, la différence entre les choses « minables » et l’élégance, et terminant son texte par une définitive cauda : « Si c’est cela, l’amour, vive la haine ».

Mais revenons à ce digne. « Digne » ? C’est une valeur morale, la dignité, et en cette matière comme en bien d’autres, les critères sont dépendants des contextes, des cultures et des systèmes de référence. Tout le monde ne place pas la dignité à la même place et, pour ma part, je trouve cette indignation nauséeuse bien plus indigne que le livre de Valérie Trierweiler. Et puis, parier sur « l’air » des gens, voilà qui me semble bien dangereux et  peu respectueux de l’altérité de chacun.e de nous. Si nous étions tou.te.s ce que nous avons l’air d’être pour les autres, nous ne serions jamais que des airs, les airs des autres. Et bien heureusement, nous sommes aussi des êtres.

Je trouve le mépris collectif affiché pour l’ouvrage de Valérie Trierweiler sans pertinence et inutile. Depuis quand en effet les hommes et les femmes politiques ainsi que les journalistes ne sont pas supposé.e.s être des humain.e.s comme les autres ? Depuis quand ne devraient-illes n’avoir aucune vie sentimentale, sexuelle, aucune dispute, aucune rupture, aucune inélégance, aucune petite bassesse, aucune insuffisance ? Et depuis quand, surtout, alors que leur mode d’expression est par définition public, devraient-illes enterrer dans le huis clos de leur amertume leurs déboires sentimentaux ? En 1992, Anny Duperey publie Le voile noir. Une de mes 10, peut-être 5, grandes lectures. À l’époque, j’avais 26 ans ans et j’avais été à la fois bouleversée et en même temps choquée par ce qui me semblait une exhibition de soi. Un sage m’avait dit : mais vous savez, elle utilise son mode de discours, son mode d’existence qui est celui, public, d’une actrice ; donc elle publie un livre. J’avais trouvé cela très juste, et le second livre de l’actrice, Je vous écris, recueil des lettres innombrables reçues à propos du Voile noir, avait achevé de me convaincre.

Je ne trouve pas l’ouvrage de Valérie Trierweiler très élégant, selon mes critères personnels, que je ne demande à personne de partager, mais Merci pour ce moment me semble relever du même mode : journaliste, et pas n’importe où (le lieu par excellence du choc des photos, du privé publié), compagne publique d’un président public, Valérie Trierweiler fait publiquement le récit de son histoire et, comme Anny Duperey, et à un autre niveau sans doute (j’entends d’ici les remarques d’agrégé.e sur la qualité médiocre de l’écriture, voire pire), dépose ses paquets de mal-être dans ce volume. Elle le dit à la fin du livre d’ailleurs, en expliquant son titre : « Je peux désormais être, aller et agir, sans craindre le regard d’autrui, sans quémander le tien. J’ai envie de vivre, d’écrire d’autres pages de cet étrange livre, de ce singulier voyage, qu’est une vie de femme. » Un livre-thérapie, un livre dépose-paquets, un texte vidage de panier de pommes pourries, comme il y en a tant, y compris parmi les prix légitimes. Pas de quoi en faire une affaire ni en vomir sur Twitter.

L’affaire n’est pas tant dans le livre, évidemment, que dans la personne du Président et c’est là que l’ouvrage est le plus intéressant. Au début du livre, l’auteure dénie à son ex-compagnon sa fameuse normalité : « Où est le président exemplaire? Un président ne mène pas deux guerres tout en s’évadant dès qu’il le peut pour rejoindre une actrice dans la rue d’à côté. Un président ne se conduit pas comme ça quand les usines ferment, que le chômage augmente et sa cote de popularité est au plus bas. » (p. 19). Remarque naïve et un peu idéaliste, qui esquisse la forme d’un malentendu. Parmi les reproches énoncés, figurent également le narcissisme de François Hollande et son désir de plaire aux médias. Mais c’est son job, au Président, comme à tout personnel politique, de plaire aux médias. Le centre du malentendu, c’est sans doute, assez banalement, la dimension sociale de l’histoire, la lutte des classes dans la lutte amoureuse à travers le cliché de l’union du prince et de la bergère. Le livre de Valérie Trierweiler rate sans doute ce que celui d’Édouard Louis avait réussi : l’analyse des formes de l’origine sociale, de la manière dont nous les intégrons dans nos vies, des inventions que nous réalisons pour faire avec elles et non sans elles. Nos origines ne nous oublient jamais, qui viennent se nicher dans les goûts et les couleurs, les détails du quotidien, les formes des discours, et qui se rappellent toujours à nous, souvent par la voix des autres. Nous avons tout intérêt à faire de même vis-à-vis d’elles, à les intégrer à nos modes d’être et de discours, sous peine de les voir se retourner conte nous, parfois sous la forme de notre propre douleur. François-Ronan Dubois avait écrit un très beau billet sur ce point précisément (à partir d’un autre contexte), qui m’avait évoqué un autre texte réflexif, l’autobiographie intellectuelle de Gérard Noiriel, les deux traitant de l’écrasement social que peut être la domination, surtout quand le privilège est celui du savoir et/ou du pouvoir. Chez les trois, Louis, Noiriel, Dubois, il y a une pensée de la classe, de la place, et des migrations sociales difficiles que certains itinéraires provoquent.

Ce que dit Merci pour ce moment au contraire, c’est peut-être l’impossibilité de penser sa place et de faire avec tout ce qui nous constitue. C’est un peu l’analyse de Carole Boinet dans Les Inrocks, qui insiste sur la victimisation de l’auteure, sur l’aspect revendicatif du livre. Et on lit avec étonnement cette remarque de petite fille à la fin du livre : « Je n’ai été ni épousée, ni protégée ». Valérie Trierweiler intègre peut-être malgré elle le stéréotype de la Cosette dont François Hollande la gratifie, selon son livre, et je repense à cette histoire de poule que raconte Alain Didier-Weill dans Les trois temps de la loi :

Voici l’histoire : un fou qui se prend pour un grain de blé, se trouvant guéri, sort du service où il était hospitalisé ; à la sortie de l’hôpital, rencontrant une poule, il fait demi-tour, terrifié, et demande à son psychiatre de le réinterner.

Question du psychiatre, étonné : « Je ne comprends pas, il y a cinq minutes, vous étiez guéri, vous saviez que vous n’étiez plus un grain de blé… »

Réponse du fou : « Oui, moi je le sais, mais elle, est-ce qu’elle le sait ? »

Il manque sans doute à Valérie Trierweiler de savoir qu’elle n’est pas un grain de blé (ou que l’autre n’est pas une poule) ; mais qui pourrait sérieusement affirmer qu’ille le sait ? Pour ma part je ne m’y risquerais pas, car je trouve plutôt normal de se prendre pour un grain de blé, aussi anormale dois-je passer en écrivant cela. Donc, vraiment, quelle débauche de commentaires haineux pour un livre aussi normal. Il n’apporte pas grand chose, il n’enrichit sans doute que son auteure, mais il me semble bien loin de mériter les vomissures que tant de bouches déversent sur lui.

Crédit : « Wheat grain« , 2007, Denis Bastianelli, Wikimedia Commons.


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Isabellea dit :

    Vous faites complétement fausse route, ce qui donne envie de vomir, c’est qu’elle fasse du fric avec cette histoire.

    • Marie-Anne Paveau dit :

      ça m’amuse beaucoup, quand on me dit que je fais fausse route, vous détenez la bonne carte, j’imagine ? faites-en bon usage !

  2. verjus dit :

    Merci pour cette analyse toute en bienveillance, je n’en peux plus de ces déversements de mépris et de dégoût sur une personne qui n’a commis aucun crime…

  1. 07/09/2014

    […] femme qui aime bien lire la vie d’une femme, c’est la blogueuse Marie-Anne Paveau. Elle fait un intéressant rapprochement entre le livre de VT et celui d’Annie Duperey («Le […]