Durga, Pravda, Rebecca : des King Kong girls ? [Dérangeantes dégenreuses 1/6]

« Tout ce que j’aime de ma vie, tout ce qui m’a sauvée, je le dois à ma virilité », écrit Virginie Despentes dans King Kong théorie. En ce sens, les femmes dont je vais parler ici, qui ont toutes des caractéristiques attribuées ordinairement au masculin, sont des King Kong girls. Mais à y regarder de près, leur situation par rapport au genre et au dégenrage est plus complexe : elles ont en commun à la fois des signes extérieurs de virilité, voire de virilisme, qui les dégenrent à coup sûr, mais également d’être prises dans des stéréotypes de séduction typiquement « féminine », c’est-à-dire produits par des hommes pour séduire surtout des hommes dans une perspective hétérosexuelle genrée. Les figures de bande dessinée (devenues parfois personnages de cinéma) mentionnées dans ce billet sont en effet dessinées par des hommes, et plutôt destinées à éveiller des fantasmes d’hommes, dans un cadre hétéronormé traditionnel. Elle appartiennent à trois époques qui voient se succéder des ordres du genre différents : les années 1930 à 1960 pour les jungle girls, les sixties pour le personnage de Pravda la Survireuse et les années 1980 pour Rebecca, plus connue sous le nom de Tank Girl.

Tarzanides et Jungle girls, des pin-up à l’arme blanche

J’ai illustré la présentation de cette série par Sheena, reine de la Jungle, née aux États-Unis dans les années 1930 et adaptée en France vers 1950. Il s’agit de la plus célèbre et aussi la plus ancienne des « tarzanides », personnage dérivé de Tarzan (l’article Wikipédia précise que le terme a été proposé par Francis Lacassin). Mais elle est loin d’être la seule et la jungle imaginaire des dessinateurs est peuplée de femmes sauvages, reines ou déesses presque nues, armées de lames et de lances, dédiant leur existence à défendre les animaux qui les ont parfois élevées, les humains, et en particulier les hommes, ayant souvent le statut d’ennemis.

Durga Râni, Reine des jungles, est une héritière française directe, dessinée par René Pellos dans le magazine Fillette en 1946. Des albums sortent dans les années 1970, aux éditions Serg.

Durga Rani

Couvertures de deux albums Durga Rani Reine des jungles, 1976, Serg et magazine hebdomadaire Fillette, 11.09.1947

Née dans une Inde à la Kipling, Durga Râni a les traits aigus, la colère prompte et l’ardeur guerrière ; « autoritaire et orgueilleuse », selon Docteur Jivaro qui tient le blog le mieux documenté sur les tarzanides, tarzellas et autres déesses de la jungle, elle tue les serpents mais se livre également à la danse acrobatique.

Durga Rani 2

Cases album Durga Rani, Serg, 1976

Au même moment, apparaît aux États-Unis une autre fille de Sheena, Rulah, Jungle Goddess. Pilote d’avion, la future Rulah s’écrase dans la jungle africaine, se fait un vêtement en peau de girafe, sauve une tribu d’une femme malveillante et devient la protectrice puis la reine de la tribu en question. Elle est accompagnée d’une panthère.

Rulah

Couverture et planches Rulah, Jungle Goddess n°18, septembre 1948

Les points communs de ces jungle girls tournent autour d’une captation de traits réservés au genre normé masculin : profession (pilote), armes, force physique, compétence au combat, courage, invincibilité, violence parfois, et domination (elles sont « reines »). Cette captation est cependant  destinée à enrichir un stéréotype qui reste celui de « la » femme (dans la culture « occidentale » blanche états-unienne et européenne de l’entre-deux-guerres aux années 1970 environ), donc empreint de séduction. Les héroïnes sont en effet fortement sexualisées : corps presque nus, vêtements minimalistes en peaux de bête, et morphologie de pin-up : seins proéminents, taille de guêpe, cuisses généreuses, chevelure abondante. En même temps, elles  diffusent un message d’autonomie et de liberté, que perçoivent bien les censeurs français de la loi de 1949 mentionnée dans le précédent billet, et qu’ont reçu, en tout cas je l’espère, les petites lectrices du magazine Fillette

Pravda la Survireuse, bad girl psychédélique

Avec Pravda, on passe à autre chose. Personnage créé par le Belge Guy Pellaert, après Jodelle, Pravda la Survireuse est « une bad girl hyper sexy qui fume, boit, baise et tue » (Rousset 2001) : un personnage tout droit sorti de l’ambiance psychédélique des swinging sixties. Physiquement inspirée de Françoise Hardy, et donc doté d’une sensualité longiligne très différente des ses grandes sœurs pin-ups de la jungle, elle en porte cependant certains traits : un certain dévêtissement (un boléro sans attache pour le haut, une simple ceinture pour le bas), l’animalité de sa panthère-moto et une sensualité très explicite ; Pravda incarne en effet la liberté sexuelle et l’indépendance, multipliant les rencontres d’un soir et pérennisant son célibat. Moto et liberté sexuelle, deux traits stéréotypiquement attribués au masculin, dans la composante du héros solitaire : « Pravda est libre, Pravda est seule », selon la fameuse autodéfinition de la motarde.

Capture d’écran 2015-08-08 à 17.28.23

Pravda la survireuse. À gauche, p. 71 du volume ; à droite, planche en ligne dans Hara Kiri 67 sur deedolife.blogspot.fr

Une intéressante critique amateur sur Sens critique définit assez bien les contours du personnage :

Elle refuse de se lier, de plier comme de régenter. Elle accable la bêtise, sans pitié pour la faiblesse, elle porte son intransigeance accablante comme une armure, plus palpable pourtant que la chair qu’elle expose sans pudeur aucune. Son corps aux courbes affolantes se livre totalement, elle prend des coups sans cesser de répliquer, elle se livre sans retenue, ses traits épousent sa moto-jaguar pour porter sa férocité. Dans les cohortes de figures dupliquées, interchangeables car anonymes, défigurées par un pop art envahissant, elle seule a l’élan nécessaire pour s’élever, sauter dans le vide sans se briser entre les cases engluées dans les mirages du rêve américain, participant, pour mieux le foudroyer, au consumérisme effrénée réfugié derrière l’étendard de la marque, se livrant à un déchaînement de violence qui serait gratuite si elle ne visait pas d’abord à déstabiliser un ordre établi, qu’il soit social (le féminisme vindicatif) ou institutionnelle (la rébellion face à l’autorité). Pravda porte une lutte, elle demeure libre et sans attaches (CosmixBandito, 2014).

Et le film accentue encore la mobilité un peu étourdissante du dessin, devenu légende du pop art :

Guy Peellaert’s Pravda la Survireuse from Gallien Guibert on Vimeo.

Chef de bande, elle maîtrise comme ses compagnes l’art du combat, à l’arme blanche, à l’aide de ses célèbres bottes ou avec son emblématique ceinture, qui fait « Chlaf ! » quand elle la dégaine :

Capture d’écran 2015-08-08 à 17.28.12

Pravda la survireuse. À gauche, planche en ligne sur  http://deedoolife.blogspot.fr ; à droite planche en ligne sur Le neuvième art (http://9emart.tumblr.com/tagged/Pravda-la-survireuse)

Presque cinquante ans après, la femme à moto est toujours une singularité, voire une attraction. En tout cas un sujet pour les médias, comme en témoigne un article récent dans Bust Magazine sur une équipe de femmes à motos, dont le titre insiste sur le pouvoir que leur machine leur donne : These Lady Motorcyclists Rule New Orleans.

Tank girl, guerrière punk

Après la période psyché, le punk, après la moto, le tank. Dans la bande dessinée d’Alan Martin et Jamie Hewlett, apparue en 1988 (publiée en France aux éditions Ankama à partir de 2010, à l’exception d’un album isolé en 1996), Rebecca Buck, aka Tank girl, est une ancienne conductrice de blindés de l’armée australienne. Tireuse d’élite, elle est équipée d’un tank, d’un bazooka, d’un fusil et d’une batte de base-ball ; renvoyée de l’armée pour avoir abattu un officier supérieur par erreur, elle n’est accompagnée que d’un kangourou humanoïde (qui est son amant), dans un contexte futuriste à la Mad Max matérialisé par un décor de catastrophe.

Capture d’écran 2015-08-09 à 09.27.18

Couvertures des albums de Tank Girl, Martin & Hewlett, Martin et Mahfood, éditions Ankama.

C’est sans doute le personnage le plus violent dans cette sélection, et celui dont la violence est la plus « dégenrante ». La question de la violence des femmes, qui a émergé assez récemment dans les travaux en SHS, j’y reviendrai dans la suite de cette série, est complexe et brouillée par le traitement social, cognitif et affectif qui en est fait au niveau même de ses manifestations. Dans Penser la violence des femmes, Coline Cardi et Geneviève Pruvost montrent qu’elle relève de deux grandes catégories, elles-mêmes façonnées par « deux grands récits : « soit l’accès des femmes au pouvoir de violence ne trouble en rien les rapports sociaux de sexe et son évocation tend au contraire à réaffirmer l’ordre du genre, à déresponsabiliser les femmes, soit le pouvoir de violence renverse l’état des rapports sociaux de sexe » (2012 : emp. 561). Les reines de la jungle semblent relever de la première catégorie : leur violence est justifiée par des circonstances exceptionnelles, et elles restent maintenues dans l’ordre du genre, et même l’ordre patriarcal, en trouvant par exemple finalement des compagnons et intégrant une conjugalité traditionnelle. En revanche Pravda, mais encore plus Tank Girl, exercent plutôt une violence qui aurait tendance à modifier les rapports sociaux de sexe. Helyce Helford, dans un des rares articles universitaires qui mentionne Tank Girl, en fait de ce fait une figure « postféministe » (Helford 2000).

TG1996

À gauche : couverture du célèbre album de 1996 ; à droite : « Brian Bolland’s pencil rough for Tank Girl Apocalypse issue 4 from 1996 ». Illustrations issues de la page facebook officielle de Tank Girl : https://www.facebook.com/pages/Tank-Girl/15379302694?fref=ts

En tout cas il est remarquable que les femmes dégenrées le soient souvent par le biais de l’exercice de la violence, qu’elle soit légitime et justifiable, comme celle des jungle girls, ou plus marginale voire gratuite, comme celle de la motarde et de la tankiste. C’est ici un effet du choix de mes exemples, puisque j’ai sélectionné, à partir de mes connaissances et de mes goûts, des personnages créés par des hommes, hors des contextes féministes et queers contemporains : les femmes y sont dégenrées de l’extérieur d’elles-mêmes, c’est-à-dire par le prisme de l’imaginaire des hommes ; elles ne sont pas actrices de leur dégenrage. Dans d’autres configurations, ce sont les femmes elles-mêmes qui se dégenrent, s’appropriant d’autres traits ou revendiquant d’autres capacités, professionnelles notamment (femmes techniciennes et ingénieures notamment) ; mais on verra cependant que le trait de la violence, sous la forme du combat, de la guerre, ou du simple port d’armes est récurrent chez les dégenreuses.

Références

  • Despentes Virginie, 2007, King Kong théorie, Paris, Le livre de poche.
  • Goyette Caroline, June/July 2015, « These Lady Motorcyclists Rule New Orleans », Bust Magazine [site], http://bust.com:8080/these-lady-motorcyclists-rule-new-orleans.html?mc_cid=8666cada1b&mc_eid=35448ab0a2
  • Helford, Elyce R., 2000, « Postfeminism and the Female Action-Adventure Hero: Positioning Tank Girl » in: Barr, Marleen S., ed. Future Females, The Next Generation: New Voices and Velocities in Feminist Science Fiction Criticism. Lanham: Rowman & Littlefield : 291-308.
  • Peellaert Guy, 1968, Pravda la Survireuse, Paris, Éric Losfeld.
  • Peellaert Guy & Guibert Gallien, 2001, Pravda la Survireuse, pilote pour une série TV-animation.
  • Pravda en feuilleton dans Hara Kiri :
    • http://deedoolife.blogspot.fr/2015/05/acidpop-peellaert-dans-hara-kiri-n65.html
    • http://deedoolife.blogspot.fr/2015/04/acidpop-peellaert-dans-hara-kiri-n66.html
    • http://deedoolife.blogspot.fr/2015/04/acidpop-peellaert-dans-hara-kiri-n67.html
  • Rousset Marion, 1er mai 2009, « Guy Peellaert. L’art consommé des icônes », Regards [site], http://www.regards.fr/acces-payant/archives-web/guy-peellaert-l-art-consomme-des,4056, consulté le 8 août 2015.

Pour citer cet article. Paveau M.-A.,  2015, “Durga, Pravda, Rebecca : des King Kong girls ?“, La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/13323, consulté le…

Enregistrer/imprimer ce billet


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

Vous aimerez aussi...