Femmes en murs. Pour les graffeurs, les femmes ne sont pas encore des hommes comme les autres

Aujourd’hui je termine mes promenades graffitiques dans le 20e arrondissement par un billet sur les femmes en murs. Je dis bien « en murs » parce que, au bout du compte, les images que donnent de nous les graffeurs (et le masculin ici n’est pas générique, il désigne bien les hommes, puisque la quantité de femmes qui graffent est, je l’ai souligné plusieurs fois, négligeable) sont bien conservatrices, entre fascination sexuelle et domination sensuelle (à moins que ce ne soit l’inverse ? je m’y perds). Je vous ai présenté plusieurs figures de femmes dans le post précédent, « La vie rêvée des murs », dont certaines sans coloration sexiste particulière, comme les amusantes madame Canaille et madame Follette par exemple, que j’avais mariées pour rire à messieurs Chapeau et Qui. Mais il faut reconnaître que les femmes en murs sont, sur le spot maraîchers-Pyrénées en tout cas, généralement réduites à des femelles tout droit sorties de l’imaginaire viril des graffeurs :

La femme est un animal comme les autres ?

On rencontre également deux « Gloria », des Gilda en fait,

Gilda-Gloria

Gloria

et, même si, comme moi, que vous soyez homme, femme ou autre, vous ne pouvez vous soustraire au charme puissant du célébrissime « Put the blame on Mame » de la magnifique Rita Hayworth, il n’en reste pas moins que cette élégante scène de strip-tease joue sur les seuls aspects sexuellement consommables des extraordinaires créatures que nous sommes, et se termine, si vous vous souvenez bien…

… par une gifle.

Dans le petit conte graffitique précédent, j’avais inventé le personnage de la belle esclave enchaînée, à partir d’un détail d’une image plus large, où les chaînes et la serrure prennent évidemment une autre dimension :

Mais où sont donc les clefs ?

Il était impossible de ne pas retrouver le fantasme si commun de la femme réduite à ses seins,

Le maquis des seins

et celui de la superwoman puissante

Sex and power

Seule une sublime princesse black rachète cette vision rustique,

Pensive ou penseuse ?

ce qui m’amène, confiante, à clore cette balade graffo-sociologique sur une ponctuation ouverte à un avenir meilleur pour les femmes peintes…

La ponctuation est l'avenir du stéréotype


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 13/06/2013

    […] En echo au texte de Marie-Anne Paveau : Femmes en murs. Pour les graffeurs, les femmes ne sont pas encore des hommes comme les autres […]