Guess what, les yeux de Gaza

« Nous ne savons que trop bien que notre liberté est incomplète sans la liberté des Palestiniens, sans la résolution des conflits au Timor, au Soudan et dans d’autres parties du monde » (Nelson Mandela, discours prononcé dans le cadre de la « Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien » le 4 décembre 1997)

En mars 2012 Farah Baker ouvre un compte Twitter. Elle a quatorze ans, elle est palestinienne, elle vit à Gaza. Elle choisit le pseudo Guess What et le nom Farah Gazan. Aujourd’hui Farah Baker a disparu sous la figure de Farah Gazan. Guess what entre progressivement dans l’histoire, et la légende qui l’accompagne toujours. Elle a seize ans. Elle a un peu plus de 159.000 followers au 7 août 2014, elle est suivie par des twittos du monde entier, elle est les yeux de Gaza sous le feu israélien, elle nous interpelle : Guess what ?

guesswhat05.08.14

Guess what : une voix singulière

En juillet 2014, le compte de Farah Gazan a pris une envergure particulière et inédite pour un compte d’adolescente : de la chronique de la vie ordinaire d’une jeune Gazaouie, il devient le lieu très écouté d’une voix, celle du témoin privilégié, de la parole assiégée. L’adolescente entre de plain pied, sans sommation, c’est le cas de le dire, dans le monde des adultes, celui des bombes et des roquettes, des crimes de guerre et des obsessions idéologiques, et surtout, de l’injustice : le monde où on tue des enfants, où on tire sur des écoles et des hôpitaux, sans autre conscience que celle, toujours bonne et non négociable, de la position défensive, réelle ou imaginaire, les deux ordres se confondant.

Capture d’écran 2014-08-05 à 13.57.14Sa PP (photo de profil sur Twitter), désormais diffusée sur les grands médias, devient symbolique : on passe de l’icone à l’icône. Les grands yeux bleus très ouverts, mi-étonnés mi-terrifiés, le choix de l’angle en plongée, l’éclairage, tout concourt à ce que la photo parle autant que les textes, et même sans eux, dans le contexte des attaques israéliennes contre Gaza. On pense voir une enfant aux yeux trop grands de poupée qui correspondent si bien à l’innocence que l’on prête aux jeunes filles. Farah Gazan tweete en anglais et en arabe. La bio indique l’âge de l’adolescente, « 16 yrs », elle a été modifiée plusieurs fois, mais à la date du 7 août elle indique, en arabe : طريق واحد يمر من فوهة البندقية, c’est-à-dire, approximativement « Il n’y a d’autre chemin qu’à travers le canon du fusil ». Le bandeau dessine un mot arabe avec des bougies au sol : غزة, Gaza.

Pourquoi écrire sur Farah Gazan ?

Le compte de Farah Gazan présente plusieurs particularités qui en font un compte saillant sur twitter, et un lieu d’invention de pratiques discursives de réseau. Il questionne les technodiscours, formes de discours natives du web, et il s’agit donc d’un fort beau corpus de travail. C’est en partie ce qui motive ce billet, mais pas seulement. Écrit à quatre mains, par la carnetière de La pensée du discours et l’un des auteurs dont elle a fait l’heureuse lecture à l’automne dernier, Frank Eskenazi, il est également motivé par un intérêt politique, moral, psychologique, en un mot, humain, pour la figure de Farah Gazan. Les positions surplombantes et rationalisantes, qui plaident doctement pour l’absence de prise de parti, qui renvoient les deux protagonistes dos à dos en prétendant en faire des « belligérants » à armes égales, et qui méprisent avec morgue ceux qui s’engagent, les renvoyant au fanatisme ou à l’hystérie, nous laissent le goût âcre d’une profonde amertume. Ce billet est donc un billet de recherche engagée, d’analyse militante, de science impliquée. 

Nous laissons en effet les « c’est compliqué » aux profils Facebook et les « vous n’êtes pas là-bas vous ne pouvez pas comprendre » aux empêcheurs de dire les choses qui fâchent. Nous laissons le sionisme intouchable et la généralisation terroriste arabe à ceux auxquels l’idéologie tient lieu de pensée. Nous nous désolidarisons de la violence gratuite des mouvements extrémistes palestiniens, pro-arabes et islamistes. Mais que la situation en Israël/Palestine soit parfaitement asymétrique, injuste, criminelle, ne nous semble pas faire de doute : les morts, les chiffres, les images et les violations du droit de la guerre parlent. Le droit de La Haye et les Conventions de Genève, ça n’est pas fait pour les chiens : c’est fait pour les enfants de Gaza, entre autres. La communauté internationale semble enfin s’en être rendu compte. Seules les raisons, effectivement complexes, historiquement enchevêtrées, de cet énième conflit, en sont discutables. Mais selon nous, c’est perdre son humanité que se confiner dans le silence, se réfugier dans l’argumentation logique, le jugement, ou pire, de stigmatiser méchamment ceux qui osent faire entendre leur voix et prendre position. Alors nous écrivons sur Farah Gazan pour rendre compte du discours neuf qu’elle produit en regardant la guerre avec les yeux de Twitter, et tout en même temps pour dire que nous écoutons et soutenons ce dont elle a été, sans doute à son corps de jeune adolescente défendant, collectivement chargée : être la voix et les yeux de Gaza.

Le compte Guess what

Le live tweet des raids israéliens. Ce qui attire surtout l’attention sur Farah Gazan, c’est son live tweet des raids de Tsahal. Le live tweet, c’est quelque chose que l’on connaît bien sur Twitter, comme pratique documentaire sérieuse (manifestations, colloques, événements politiques ou sportifs, lectures même) ou ludique (émissions de télévision comme L’amour est dans le pré, dont les live tweets font désormais partie intégrante des succès d’audience). Ils font partie d’une culture du commentaire et de la redocumentation qui est l’un des traits du web relationnel. Mais ici, c’est un peu différent : une adolescente de 16 ans, enfermée avec ses parents et son frère et sa sœur dans leur maison de Gaza, live tweete comme elle peut, avec des moyens dérisoires, ce qu’elle voit, ce qu’elle entend, ce qu’elle ressent. Pas de discours politique, pas de guerre idéologique, sauf dans certains de ses retweets, mais des émotions, des sentiments, des sensations. Des chocs, des bombes, du noir, des éclairs. En un mot, du témoignage.

L’émotion directe. Cela donne des tweets fortement émotionnels qui sont largement retweetés et parfois relayés sur des blogs ou des médias. L’émotion, c’est monnaie courante sur Twitter, qui est un réseau de la communication immédiate, rapide, spontanée. Mais cette émotion-là, directement branchée sur la violence de guerre, n’y est pas si fréquente. Quelques exemples, assez bien connus maintenant car repris dans les médias :

Les Vines. Mais une des particularités les plus saillantes de son compte, ce sont les vidéos qu’elle fabrique avec Vine, l’application mobile intégrée à Twitter, ces tranches de guerre de six secondes qui lui permettent de faire entendre le bruit des bombes. Farah Gazan, une voix qui diffuse le bruit de la guerre. Certains Vines ont été retweetés des centaines voire des milliers de fois, comme cette explosion :

ou encore cet enregistrement du son des drones :

La conversationnalisation. Assez récemment, on a pu assister à une remarquable conversationnalisation de son compte, liée à la célébrité qu’elle a acquise à partir de la fin du mois de juillet : le compte a évolué vers un dialogue constant, fait de questions, auxquelles elle répond le plus possible, d’encouragements et de mots bienveillants, de manifestations d’admiration, de respect et de soutien. Les followers de Farah Gazan lui adressent des messages qui portent souvent des marques d’âge et de profession ou de statut : les adultes, se glissant dans des rôles parentaux, s’inquiètent, la comparent à leurs propres enfants, lui disent de prendre soin d’elle ; les ados la soutiennent, partagent des émoticones, de l’affection ou des plaisanteries ; les politiques vérifient qu’elle est encore en vie ; les journalistes la remercient et lui demandent de continuer son « travail » d’information. On ne connaît ces messages que parce qu’elle les retweete, évidemment (rappelons qu’un abonné ne peut recevoir les mentions d’un autre que s’il est également abonné à leurs auteurs), et l’on ne sait rien des mentions agressives qu’elle ne manque certainement pas de recevoir.

De la microcélébrité à la construction de l’héroïsme

Le web 2.0 aime les ados glorieux, enfants-chercheurs géniaux ou hackers magnifiques, héritage sans doute de figures de l’imaginaire héroïque, traversé depuis toujours par des enfants ou des adolescents distingués des humains ordinaires : en vrac, entre culture classique et pop ou contre-cultures contemporaines, Antigone, Achille, Anakin Skywalker, Gilgamesh ou Milarepa, tous ont entre quinze et vingt-cinq ans, tous s’opposent à un ordre, tous combattent, tous résistent. L’âge de Farah Gazan se lit bien dans ses tweets, où les bombes et la guerre se mélangent à des préoccupations plus adolescentes :

Comme tous les abonnés des réseaux, Farah Gazan, en ouvrant un compte, construit une microcélébrité, même si elle n’en est pas forcément consciente : choisir un pseudo et un nom, des images de bandeau et de profil, choisir des followers, agencer ses discours, tout cela participe de la gestion de l’audience sur Twitter, réseau sur lequel les liens que nous avons avec les comptes que nous suivons, qui nous suivent ou que nous consultons seulement participent d’une ambient affiliation, selon le mot de Michele Zappavigna : nous nous affilions, nous nous lions, mais de manière faible, ambiante ; nos liens constituent une sorte de toile de fond. Mais dans le cas de Farah Gazan, l’ambient affiliation est devenue une sorte d’international family : les mots de soutien et de bienveillance, la campagne de pancartes qui s’organise pour elle (ci-dessous) dessinent bien plus qu’une audience faible et la jeune fille entre dans la famille numérique empathique qui se construit provisoirement à l’occasion des bombardements de juillet 2014, et qui se dissoudra certainement ensuite.

La renommée de Farah Gazan a rapidement dépassé le strict cadre numérique, au point de passionner les anciens médias, presse écrite et télévision. Des chaînes d’informations anglaises et étasuniennes sont venues l’interviewer, nous faisant découvrir une adolescente très affirmative, consciente de sa fonction et des raisons pour lesquelles elle agit : « [Les Israéliens] détestent le Hamas alors ils nous punissent tous. Je veux arrêter tout cela, c’est pourquoi, plus tard je veux étudier le droit. » « Je ne peux pas prendre les armes et tuer les soldats israéliens. [Twitter] est la seule façon pour moi d’aider Gaza ». Tous les grands médias désormais, en particulier anglophones (la France est, là aussi, relativement silencieuse) se sont saisis de l’affaire : par exemple le Daily Mail Online, le Huffington Post, L’International Business Times, TheTelegraph, et en France L’Express ou le magazine Glamour.

Anne Frank à Gaza

Phénomène remarquable, pour qui est attentif aux mots et aux noms, Farah Gazan a été appelée, par antonomase, du nom d’Anne Frank. L’antonomase ou nom propre modifié est un phénomène fréquent dans les discours ordinaires et médiatiques, et elle a fait l’objet de nombreux travaux en linguistique : des expressions comme les Napoléon de demain ou le nouveau Baudelaire « modifient » les patronymes Napoléon et Baudelaire pour leur donner un nouveau référent dans un nouveau contexte tout en posant des traits communs aux deux figures.

Capture d’écran 2014-08-07 à 23.21.22

(Anne Frank sur le site Babelio, Farah Gazan, photo publiée sur son compte Twitter le 5 août 2014)

Ce phénomène, qui a ajouté plus d’ampleur encore à sa notoriété, est venu de la presse espagnole, relayée par les médias italiens et mexicains avant de faire le tour du monde. Avec une finesse particulière Farah Gazan a donc été baptisée la « Anne Frank de Gaza ». « Farah, una joven gazatí de 16 años, se ha convertido en los ojos de 125.000 seguidores en Twitter donde ha sido rebautizada como la Ana Frank de Gaza », peut-on lire sur le site de La sexta, une chaîne de télévision espagnole. « La “Ana Frank” de Palestina ‘tuitea’ su vida en bajo los misiles de Gaza », titre Economiahoy.mx, un quotidien économique numérique mexicain. « Come Anna Frank », peut-on lire sur un blog italien. Sans être fréquente, l’appellation se retrouve à droite à gauche, et sur Twitter en particulier :

ainsi que d’autres réseaux sociaux : « And of course you know who this courageous and frightened young teenage girl hiding in a bedroom reminds me of… » écrit Naomi Wolf sur son compte Facebook, son allusion étant aussitôt explicitée dans les commentaires.

L’intelligence du propos est touchante à plus d’un titre. Il y a tout d’abord bien sûr l’analogie entre deux jeunes filles que la guerre ne devrait pas concerner, selon la formule consacrée, alors que les guerres – c’est même l’une de leurs caractéristiques – concernent tout le monde. Farah Gazan, tout comme Anne Frank, fait irruption pour démentir le temps de l’innocence, montrant à contrario qu’elles sont les pleins témoins du monde des aînés. Rien ne leur échappe, ni la peur ni le sourire propres à leur âge ni l’intelligence des situations. Il faut accepter d’être jugés par elles.

Mais la fortune d’une si riche dénomination tient à des raisons plus implicites qui rendent la formule extrêmement marquante. Si Farah Gazan est l’Anne Frank de Gaza, c’est parce que Gaza est un ghetto. L’enfermement des Gazaouis, dans cette prison à ciel ouvert dont ils ne peuvent sortir ni par terre ni par mer, s’apparente tout à fait à la situation des juifs des ghettos – quelle que soit l’époque. Judaïser Farah est une trouvaille qui devrait faire honneur, redonne sens à une histoire passée, prouve son actualité, et devrait faire adopter le slogan « Nous sommes tous des juifs palestiniens ». Par la grâce d’une formule, ce n’est pas tant l’image d’une jeune fille assiégée qui se dessine – Farah n’a pas besoin d’Anne pour assumer son rôle – que la vraie nature de ce que les Israéliens font vivre au peuple gazaoui.

Si Anne Frank tweete quotidiennement ses angoisses assumées depuis la ville-ghetto, alors, les Israéliens, comment se nommeront-ils ? 

Marie-Anne Paveau & Frank Eskenazi


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Joli engagement pour des gens qui en ont besoin ! Merci.
    Des questions de mon côté, tout de même, sur les frontières culturelles de « l’Anne Franck de Gaza » : la référence ne fonctionne que pour nous, et pourquoi pas, c’est une stratégie ou une partie du message. Mais faut-il que toutes les expressions rentrent dans « notre » grammaire numérique pour qu’elles deviennent audibles ? Exprimée « à l’arabe » (linguistiquement et culturellement), Farah Baker serait-elle audible ?

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci de votre commentaire – oui, bien sûr je suis d’accord sur le fonctionnement de la référence culturelle, c’est le problème de ce type de référence, surtout à partir de noms propres (il y a pas mal de travaux en linguistique sur les halos de sens et de mémoire des noms propres porteurs d’histoire, voir les tags « nom propre » ou « toponyme » ici) –
      mais on sort difficilement de cette connivence ès qu’il est question de sens implicite : quand vous dites « pour nous », c’est qui, « nous », finalement ? ;=))) je pense que dans le background culturel du monde arabe (ou plutôt des mondes arabes au pluriel), farah baker fait écho autrement, à partir d’autres noms de mémoire, d’autres mots clés, d’autres partages et c’est peut-être la richesse incroyable de cette incroyable gamine : être audible de différentes manières dans plusieurs horizons culturels

  1. 15/08/2014

    […] Toutes les infos et liens de ce billet sont extraits de l’article « Guess what, les yeux de Gaza« , de Marie-Anne […]