Féminisation = déclassement : Cher M. Compagnon (par A.-C. Husson)

Ce texte a été publié par Anne-Charlotte Husson sur son blog Genre ! ce matin, le 8 janvier 2014. C’est évidemment avec un immense plaisir assorti d’une robuste colère contre le mandarin de l’ignorance, professeur au Collège de France, universitaire qui ne sait pas ce qu’il dit, et intellectuel médiatique qui ne connaît pas grand chose à ce qu’il écrit, que je le reblogue sur La pensée du discours. J’invite tou.te.s les blogueur.ses.s concerné.e.s par la cause des femmes et la lutte contre toutes les stigmatisations à en faire autant !

—————————————————————————————————————————————————————–

Cher M. Compagnon,

Je voudrais vous faire part de ma perplexité. Peut-être pourriez-vous m’aider, d’ailleurs. Voyez-vous, j’ai toujours voulu être prof en collège ou lycée. J’ai réussi les concours, mais ai finalement décidé de passer mon tour pour faire une thèse et enseigner à l’université. Il n’empêche que l’enseignement reste ma vocation. J’aurais été fière et heureuse d’enseigner dans le secondaire. Oh, bien sûr, cette perspective me faisait aussi peur. Ce n’est pas un métier facile, il suffit d’écouter les profs pour s’en rendre compte.

Et puis hier, voilà que je découvre une interview de vous intitulée « Professeur, un métier sans évolution ». Les connaissances qui l’ont déjà lue ont l’air très en colère. Alors je clique. Et je vois que vous êtes vous aussi, M. Compagnon, préoccupé par l’avenir du métier. Mais pas pour les mêmes raisons.

Ce sur quoi on vous interroge, ce qui vous inquiète, c’est le « déclassement social des enseignants ». Vous avez là-dessus votre théorie :

Les métiers de l’enseignement étaient des métiers de promotion sociale. Ils ont cessé de jouer ce rôle. La féminisation massive de ce métier a achevé de le déclasser, c’est d’ailleurs ce qui est en train de se passer pour la magistrature. C’est inéluctable.

Vous attribuez donc le « déclassement » de diverses professions, celle d’enseignant·e en particulier, à leur « féminisation massive ». Pleine de mansuétude a priori pour le Grand-Monsieur-du-College-de-France que vous êtes, j’ai cru, j’ai voulu croire que c’était parce que la société patriarcale repose sur la dévalorisation du féminin et donc, des professions féminisées. Que nenni ! Votre explication est la suivante :

Un métier féminin reste encore souvent un emploi d’appoint dans un couple.

Imaginez, maintenant, ma perplexité. Moi qui avais toujours voulu être prof, je n’avais jamais vu les choses sous cet angle. Je me dis maintenant que cela aurait été un argument de poids pour convaincre mes parents de me laisser faire une 1ère L : « Mais pensez un peu à mon futur mari, si je ne deviens pas prof de français comment je pourrai apporter un salaire d’appoint pour notre foyer ? Et mes robes, je les achèterai comment ? »

A vrai dire, je croyais (naïvement sans doute) que plus personne ne voyait les choses sous cet angle depuis longtemps. Mais vous êtes Professeur au Collège de France. J’ai donc continué à lire.

Les écailles n’avaient pas fini de me tomber des yeux. Grâce à vous, j’en ai appris encore un peu plus sur ma réelle motivation, celle que je me cachais à moi-même. J’avais sous-estimé un fait important : j’ai moi aussi un titre, je suis Etre Humain à Utérus Intégré (EHUI, à prononcer « eh oui »), et cela ne peut que déterminer chaque aspect de ma vie.

L’enseignement est choisi par les femmes en raison de la souplesse de l’emploi du temps et des nombreuses vacances qui leur permettent de bien s’occuper de leurs enfants.

Et moi qui croyais que ma passion pour ma discipline et l’envie de l’enseigner étaient des raisons nécessaires et suffisantes pour envisager ce métier. Naïve, je vous dis.

Dans ma perplexité j’ai appelé ma grand-mère, institutrice à la retraite, et ai entrepris de lui expliquer tout cela, tout ce qu’elle s’était caché à elle-même, elle aussi. Peut-être que la naïveté est un truc de famille. Ou peut-être que ça va avec l’utérus.

Vous nous faites ensuite part du reste de votre analyse. Je n’ai pas très bien compris si cette profonde connaissance du métier de prof du secondaire vous venait de vos années à Polytechnique, à Columbia ou à Oxford. A moins que ce ne soit le Collège de France ? N’empêche que vous savez leur parler, aux profs de college-avec-un-petit-c. « Il faut plus de présence dans les établissements et les bureaux », dites-vous. La finesse de vos analyses psychologiques n’a pas de limite : les profs « s’identifient à leur discipline, s’y réfugient pour réagir à leur déclassement social » – alors que la solution serait tellement plus simple : il y a trop de femmes, dites-vous ? Cela dégrade la profession, dites-vous ? Eh bien, empêchons les femmes d’être profs !

Oh, bien sûr, vous n’allez pas jusque-là ; pas comme David Cameron, qui identifie la « féminisation massive » de l’enseignement, comme vous dites, comme une des causes des émeutes de Londres en 2011. Nicolas Sarkozy n’était que trop ravi de lui emboîter le pas. Comme vous, ils ont compris le truc : c’est toujours de la faute des femmes. Cameron ne parle pas de « déclassement », lui ; il en reste à l’absence d’autorité, à la perte du respect pour les enseignants. Effectivement, difficile, quand on est un utérus sur pattes, d’en imposer devant une classe.

Ah, ces utérus. Très utiles décidément.

AC Husson


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Fileuse dit :

    Personne ne s’est encore penché sur le taux d’échec de ces messieurs aux concours (CRPE ou CAPES)et lors de l’année de stage ? C’est dommage, je pense que ce serait instructif.

  2. brusau dit :

    http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&cad=rja&ved=0CC8QFjAA&url=http%3A%2F%2Fwww.slate.fr%2Fstory%2F50375%2Ftravail-femmes-cinema&ei=8KDOUvmvEsml0QXvlYFo&usg=AFQjCNFU48X52MP5mbBDIaWS8pHqaxuRmw
    je travaille dans l’éducation nationale et prétend que ce genre de commentaires n’aura plus cours quand on aura fait comprendre aux filles qu’il n’y a pas de « filières masculines » dans la formation et, partant, de « métiers masculins »