Pornographies mots-désir 1. Morpholexicologie : les éléments porn et porno

307435603_ef39b62a40Ce billet ne donnera pas de définition de la pornographie, et ne reprendra surtout pas la tarte à la crème de l’étymologie à partir de pórnê, « prostituée », qui motive souvent des argumentations fantaisistes et parfois malveillantes. Je pense beaucoup de mal de l’étymologie, comme Jean Paulhan dans son délicieux pamphlet de 1953, La preuve par l’étymologie, qui est une saine critique des fonctions idéologiques puristes et cultivées de l’étymologie : « Car enfin, pourquoi cette vertu singulière, et d’où vient cette autorité sur nous des mots primitifs ? » (p.  77). « S’agit-il de langage, ajoute-t-il, les pires superstitions nous semblent probables. Et chacun de nous – ce n’est pas assez dire : le meilleurs d’entre nous et les plus réfléchis – prétendent mener des observations, et tiennent des raisonnements, dont un Peau-Rouge ne voudrait pas » (p. 10). Oui, au fait, pourquoi cet autorité ? Sans doute pour ne pas prendre acte de la modification du monde, des évolutions de la langue et, surtout, de sa relativité bien humaine. Donc exit l’étymologie, qui est plus souvent fausse qu’exacte, les Peaux-Rouges ont bien raison.

Ce qui m’intéresse ici, c’est la morpholexicogie, c’est-à-dire l’étude de la manière dont les mots sont construits et dont leurs sens sont établis, et de la productivité de tel ou tel élement langagier dans la circulation des discours. Si le mot pornographie est bien diffusé sous sa forme complète, avec des extensions polysémiques (le mot étant parfois synonyme d' »obscénité » ou d' »immoralité », dans une perspective stigmatisante), ses deux abréviations, le français porno et l’anglo-américain porn circulent également beaucoup, tels quels, mais aussi comme éléments entrant dans la composition de nombreux autres termes. Ils ont une productivité forte, un peu à la manière de cyber– ou de techno– par exemple.

Porno

Porno comme substantif a la particularité de s’employer aux deux genres,masculin et féminin, bien que le Trésor de la langue française le présente comme un nom féminin (mais il faut se méfier des dictionnaires, mais de celui-là, au moins autant que des étymologies). Au féminin, on aura des emplois comme : « Mon mari regarde de la porno », « Pour en finir avec la porno », « La porno se voit graduellement éliminée du marché hôtelier », « Un panda regarde de la porno, retrouve sa libido », « La porno a tué mon couple », « La porno, en solo ou en duo », « Conjointe de dépendant à la porno », « La porno au service de l’environnement », « Owen Wilson dans le monde de la porno », « De la porno au Pentagone » (emplois obtenus simplement via Google).  L’emploi au masculin, « le porno », est juste cité par le Trésor de la langue française en fin d’article, équivalent à « genre pornographique », alors que le féminin, « la porno » signifierait la pornographie tout court. Mais dans les usages, le masculin est massivement présent, avec le même sens, comme le montrent ces emplois relevés également via Google : « le porno est-il bon pour nous ? », « le porno toujours plus populaire sur smartphones et tablettes », « aucune femme ne peut rivaliser avec le porno », «une députée en guerre contre le porno en ligne », « le porno n’est plus un monde de fantasmes », « l’équipe de France fait péter le porno », etc. « Un porno » désigne également, par ellipse, un film pornographique : « regarder un porno », « un bon porno », « un mauvais porno ». Et Porno est également adjectif : « un film porno », « un cinéma porno », « une actrice porno », « un truc porno » en position épithète ; « c’est porno », « ça semble porno », pour l’attribut.

Comme élément entrant dans la formation d’un mot composé, installé dans la langue ou proposé par des locuteurs isolés, ou résultant d’une traduction, il est très productif : porno-dépendance, porno-politique, porno-pub, porno-réalité, porno star, porno chic, porno soft, porno hard, porno trash, porno féministe, porno gay, porno pour maman, porno de papa. Philosophes et penseurs ont proposé des néologismes à partir de porno : la « pornologie » de Gilles Deleuze, la « pornotopie » de Beatriz Preciado (mot repris de Steven Marcus), la « pornosophie » des philosophes de la pornographie s’inspirant des travaux de Bataille ou de Deleuze, comme Stefan Zweifel et Michael Pfister et même la « pornolinguistique », hapax (qui l’est toujours visiblement) que je mentionnais dans un billet de la série de 2011, « La pornométrie est-elle une science exacte ? »

Porn

L’abréviation anglo-américaine porn est au centre d’un très riche champ lexical en anglais, lié à l’industrie pornographique : Porn movie, porn filter, porn project, porn actor/actress, free porn, porn magazine, porn video, porn tube, revenge porn, mom porn, hardcore porn, porn studies, post-porn, porn art, etc.

Mais le mot possède également des sens non liés au sexe : porn veut dire également « passion », « enthousiasme » et « addiction », et entre dans toutes sortes d’expressions comme food porn ou même french food porn, bike porn, bookshelves porn, cabin porn. On trouve même data porn, qui consiste à améliorer la présentation des données dites brutes sur les sites d’open data, en les rendant « sexy ». Le très drôle et intéressant Urban Dictionary en ligne, qui permet à quiconque de définir des mots et de les inventer, ne propose pas moins de 146 définitions de porn. La liste des inventions à partir de cette base est particulièrement longue et réjouissante (pornabulist, pornalepsy, pornalicious, porn bored, pornburger, pornconsternation, porncrastination, etc…).

Avec son sens pornographique, l’anglais porn est entré dans le vocabulaire français par emprunt, comme mot isolé ou composé, ces dix dernières années : on entend couramment désormais « du porn », « du bon porn », « du mauvais porn », « pornstar » (qui concurrence porno star). Depuis 2008, Marie-Hélène Bourcier organise le « Paris Porn Film Festival », sur le modèle du « Porn Film Fest » de Berlin, et c’est le mot porn et non porno qui a été retenu pour ce titre. On parle indifféremment de post-porn ou de post-porno. Dans les discours francophones, porn et porno semblent alterner comme synonymes, manifestant une sorte de bilinguisme interne rare en français (mais fréquent dans d’autres langues comme l’arabe maghrébin par exemple). Une sorte de code-switching témoignant d’un métissage linguistique et culturel, mais signalant aussi que l’anglais est la lingua franca de la pornographie.

Crédit : « porn art 1 », 2006,  Ween23, galerie de l’auteur sur Flickr, CC

Prochain billetPornographies mots-désir 2. Feminist Porn Book. Bréviaire de l’empowerment

Pour citer ce billet. Paveau M.-A., 2013, “Pornographies mots-désir 1. Morpholexicologie : les éléments porn et porno“, La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=13079, consulté le…


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

Vous aimerez aussi...