Pornographies mots-désir 3. Le manifeste : un pornogenre de discours ?

Avertissement : certains des liens proposés dans ce texte conduisent à des contenus pornographiques

Dans le précédent billet, j’ai parlé du Feminist Porn Book, que j’ai appelé un bréviaire de l’empowerment. La pornographie féministe fait partie d’un mouvement plus général, qu’elle a largement initié d’ailleurs, de renouvellement de la pornographie dans une perspective politique, sociale et culturelle : le postporn, c’est-à-dire la postpornography/postpornographie. On peut dire que l’acte de naissance symbolique de la postpornographie est cette déclaration légendaire d’Annie Sprinkle : « The solution to bad porn isn’t no porn, it’s better porn ». Elle figure par exemple dans son film de 1999, Annie Sprinkle’s herstory of Porn : Real to Real.

La postpornographie se décrit, se définit et se justifie dans un certain nombre de textes, qui ont souvent la forme du manifeste. L’inspiration est évidemment artistique et politique, et l’on pense aux grands manifestes des 19e et 20e siècle comme le Manifeste du parti communiste, le Manifeste du futurisme ou encore le Manifeste de l’art concret (pour ne donner que des exemples français, mais on peut consulter une archive de manifestes en anglais). La forme est souvent énumérative, le texte étant structuré par des paragraphes souvent numérotés. La syntaxe est prescriptive ou déclarative, en tout cas porteuse d’une définition proclamée des conceptions des scripteurs.

 Capture d’écran 2014-02-10 à 21.57.15

La postpornographie a son texte fondateur, le Post Porn Modernist Manifesto de 1989, signé par Veronica Vera, Annie Sprinkle, Candida Royalle, Frank Moore. Le texte  s’inscrit dans la tradition des manifestes féministes dont il reprend les traits formels. C’est un texte beaucoup cité, beaucoup repris, et qui a fondé une sorte de paradigme qui en rassemble des déclinaisons variées. En 2010, Annie Sprinkle propose, dans le cadre de sa très pédagogique New School of Erotic Touch, une vidéo intitulée « Annie Sprinkle’s Soft Cock Manifesto », où elle chante les louanges du « pénis mou », contre l’impératif de l’érection et la promesse de fermeté du Viagra :

                                                          

Quand la société de production de films pornographiques pour les femmes Puzzy Power naît au Danemark en 1997, à la suite du dogme de Lars von Trier, c’est également par un manifeste qu’elle se définit. Cette société, nommée également Hotmale, était en fait une filiale de la société Zentropa de Lars von Trier. Elle a fonctionné jusqu’en 2000, et a produit notamment le célèbre film La prison des sévices (Pink Prison). Ce qu’on a appelé le Puzzy Power Manifesto, intitulé au départ Déclaration des femmes et de la sensualité, énumère les règles pour la production de films tournés dans le respect de la femme et de son intégrité. Il y en a sept : présence d’un scénario, ressort de l’érotisme (« sentiments, passions, sensualité, intimité »), travail de l’image (« l’aspect érotique doit se concentrer ailleurs que sur les organes génitaux »), existence d’un décor, présence de l’humour (« un humour subtil est bienvenu »), interdit minimal de la violence (« la seule limite est que les femmes ne doivent pas être objets de violence ou de coercition contre leur volonté) et une dernière catégorie intitulée « what we hate », qui mentionne la fellation obligée, le maintien violent par les cheveux et l’éjaculation faciale (mes traductions).

Capture d’écran 2014-02-10 à 22.16.07

Le site QueerPorn.TV propose également un manifesto. QueerPorn.TV est un site qui s’adresse aux « proud modern sluts, feminist porn stars, sexy amateurs, trans men, trans women, genderqueers, cisgendered folks, fags, dykes, tops, bottoms, switches, real couples, sex educators, non-normative heterosexuality, sadomasochists, perverts, activists, punks, and artists at their kinkiest, raunchiest, filthiest, rawest, most passionate, radical, and real ». Le manifeste est construit sur la forme de la définition, où se suivent notamment des phrases constatives avec le verbe être qui décrivent les contenus du site, sur le modèle : « QueerPorn.TV is… ». On y trouve entre autres l’idée de donner la parole à la communauté queer, d’exprimer son identité et ses désirs sans honte, et surtout de refuser de définir ce qu’est ou pas le sexe, ce qui est ou non « hot », ce qui est ou non « queer » :

Capture d’écran 2014-02-11 à 08.02.00

Sur le site d’éducation sexuelle de Betty Dodson et Carlin Ross, Better Orgasms. Better World, même procédé : on peut lire sur la page About Us la liste de douze convictions souvent construites à partir de l’expression « we believe ». En voici quelques-unes (mes traductions) :

– La masturbation est le fondement de toute l’activité sexuelle humaine.
– Le sexe est un droit humain fondamental.
– [Nous croyons] dans l’inviolabilité du corps humain. Nous dénonçons toutes les formes de mutilation sexuelle, la circoncision, la mutilation sexuelle féminine, la chirurgie esthétique du vagin et la chirurgie sexuelle dans l’enfance.
– [Nous croyons] dans l’élimination des mythes qui entourent la sexualité humaine de la virginité au mariage monogame, en passant par l’amour éternel et la nécessité de la maternité pour toutes les femmes.

Capture d’écran 2014-02-10 à 22.31.57

Les Feminist Porn Awards ont également produit une forme de manifeste lors de leur création en 2006, en énumérant trois « critères », la présence d’une femme dans la fabrication du film, la description d’un authentique plaisir féminin et/ou le dépassement des représentations du sexe dans la production mainstream. Et quand Ovidie souhaite décrire la pornographie féministe qu’elle réalise désormais, et qu’elle soutient en France, c’est par le mot manifesto qu’elle commence : elle publie Porno manifesto, aux éditions de La Musardine, en 2002, réédité par la suite chez Flammarion. L’emploi du terme connaît des extensions dans les espaces pornographiques, hors du militantisme féministe : des fictions écrites prennent ce titre (voir illustration ci-dessous) et en 2012, Paul Morris, célèbre réalisateur de porno gay, réalise un film intitulé Manfuck Manifesto, dont le contenu politique est des plus sommaire :

The Manfuck Manifesto is simple: fuck to live and live to fuck. It’s a deeply held belief and a guiding principle for the men I got together for this vid, which features legendary topmen BRAD McGUIRE and BJ SLATER, mainstream porn star ETHAN WOLFE making his bareback feature debut, notorious fuckholes JOHN SULLIVAN, BLAKE DANIELS, and IAN JAY, and many others.
No direction, no crew, nothing but plain-real raw fucking. That’s been the Treasure Island Media credo since the beginning: to document the full range of male sexuality in action and put it out there as inspiration for every man.

Le mot comme le type de discours appartiennent bien, cependant, à la culture postporn, et la marque des traits du militantisme, du féminisme et d’une certaine conception des plaisirs de la sexualité.

Crédits :

Manifeste du futurisme (paru dans Le Figaro le 20 février 1909), Manifeste de l’art concret et couverture de la première édition allemande du Manifeste du parti communiste.
– Capture d’écran du bandeau du site de Puzzy Power.
– Capture d’écran du Manifesto sur le site de Queerporn.TV
– Couvertures de Porno Manifesto d’Ovidie à la Musardine et chez Flammarion, couverture du roman pornographique Porno Manifesto de Kyle Michel Sullivan et affiche du film de Paul Morris Manfuck Manifesto.

Prochain billet. Pornographies mots-désir 4. Le latin et anglais, lingua francas de la pornographie

Pour citer ce billet. Paveau M.-A., 2013, « Pornographies mots-désir 3. Le manifeste : un pornogenre de discours ? », La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/13077, consulté le…


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...