Pornographies mots-désir 2. The Feminist Porn Book. Bréviaire de l’empowerment

239033924_ec8ab85ba2The Feminist Porn Book est un ouvrage collectif paru il y a environ un an en février 2013, sur l’initiative de Tristan Taormino qui en est la principale éditrice. Tristan Taormino est une auteure, journaliste, réalisatrice et éducatrice sexuelle américaine qui promeut la pornographie faite par les femmes dans le cadre du féminisme proporn ou sex positive tel qu’il a été lancé par les pionnières, les légendaires Annie Sprinkle, Candida Royalle, Betty Dodson, Scarlot Harlot et j’en passe. Tristan Taormino a 43 ans, elle a réalisé plusieurs films, publié des ouvrages, des textes et des vidéos sur la sexualité et la pornographie dans le cadre de ce porno militant militant, elle alimente un site très riche, Puckerup.com, Tristan Taormino’s Sex-Positive Salon, qui accueille de nombreux documents, en particulier des textes de synthèse sur les différentes questions qui se posent aux femmes qui tournent et jouent du porno pour les femmes mai aussi pour les autres.

Ce recueil est un ouvrage fondamental pour comprendre ce qui se passe actuellement dans la pornographie et le féminisme, mais pour saisir aussi les liens et circulations entre les discours, pratiques et représentations sexuelles dans trois domaines connexes : pornographie, sexologie et prostitution. Ces connexions constituent mon objet de recherche actuel dans ce domaine, à propos duquel je parle volontiers « d’extension du domaine de la pornographie » et plusieurs des articles de ce collectif en témoignent directement.

Dans ce billet, je voudrais proposer quelques citations qui me semblent importantes car elles soulèvent des enjeux ou posent des questions qui permettent de penser la pornographie féministe, mais aussi la sexualité des femmes, les métiers du sexe et l’épanouissement sexuel des corps, de tous les corps, en général. J’essaie de formuler ces enjeux et questions dans un bref commentaire à leur suite.

Taormino T. et al (eds), 2013, The Feminist Porn Book. The Politics of Producing Pleasure, New York, The Feminist Press.

Introduction: The Politics of Producing Pleasure

Constance Penley, Celine Parrenas Shimizu, Mireille Miller-Young, Tristan Taormino

As both an established and emerging genre of pornography, feminist porn uses sexually explicit imagery to contest and complicate dominant representation of gender, sexuality, race, ethnicity, class, ability, age, body type, and other identity markers. It explores concepts of desire, agency, power, beauty, and pleasure at their most confounding and difficult, inclusing pleasure within and across inequality, in the face of injustice, and against the limits of gender hierarchy and both heteronormativity and homonormativity. It seeks to unsettle conventional definitions of sex, and expand the language of sex as an erotic activity, an expression of identity, a power exchange, a cultural commodity, and even a new politics (p. 9-10).

Cet extrait est une excellente synthèse de la dimension politique de la ponographie féministe : loin de se réduire à une simple modification des scripts et pratiques sexuelles dans le champ du film pornographique, elle permet des actes véritablement politiques, qui touchent d’autres dimensions de la domination et de la stigmatisation comme la race et la classe. Fondamentalement, la pornographie féministe est un laboratoire de déconstruction des normes, des légitimités et des pouvoirs construits socialement sur la minoration de certaines catégories d’individus.

Strongly influenced by other social movements in the realm of sexuality, like the sex-positive, LGBT rights, and sex workers’ rights movements, feminist porn aims to build community, to expand liberal views of gender and sexuality, and to educate and empower performers and audiences (p. 16).

Les deux notions d’éducation et d’empowerment qui figurent dans cet extrait sont importantes : non, la pornographie n’est pas une simple exhibition de plaisirs, mais elle permet des apprentissages, fournit des connaissances et autorise des libérations et des appropriations de pouvoir au sens large d’indépendance et d’autonomie dans les choix de vie et d’être.

***

Emotional Truths ans Thrilling Side Down : The Resurgence of Antiporn Feminism

Clarissa Smith and Feona Attwood

Antiporn feminists are not the only participants in public discourse about sex, sexuality, and pornography – they are joined by an assortment of journalists, politicians and activists in shaping the boundaries of what should be discussed, how it should be discussed, what constitute proper evidence, and what constitue the terrain of « the problem » (p. 46).

In what follows, we want to trace the ways in which contemporary antiporn feminism is increasingly rejecting academic terrains of analysis and debate in favor of appeals to common sense and emotional intelligence, precisely because this is the ground on which their arguments find most fertile purchase (p. 47).

This presentational style is indicative of the scenarios constructed by conservatice groups in the creation of sex panics more generally. Understanding this style is important because it demonstrate how antiporn feminism operate as a particular form of knowledge and how sex panic style is central to its appeal, and suggests why, despite having no credible intellectual position or evidence base, antiporn feminism is compelling for some. Indeed, although some recent writings such as the collection edited by Karen Boyle are presented as though they are academic work, and although they claim to be based in theory and evidence, antiporn feminism has generally become increasingly and more openly hostile to scholarly work than in the past (p. 48).

Clarissa Smith and Feona Attwood sont les fondatrices et directrices de la revue britannique Porn Studies, première revue universitaire entièrement consacrée à la culture pornographique, et dont le premier numéro est sur le point de sortir. Ces trois extraits disent quelque chose de très important sur les porn wars, ces débats parfois très violents entre les pro- et les antiporn dans le cadre du féminisme, débat engagé dans les années 1980 par les féministes Catherine McKinnon et Andrea Dworkin entre autres, qui ont essayé, et parfois réussi bien que provisoirement, dans un état des États-Unis tout du moins, à interdire la pornographie. Les deux chercheuses britanniques mettent l’accent sur le style discursif et même de pensée des discours antiporn, qui rejettent la preuve méthodologique par l’analyse et l’observation des pratiques, pour se fonder sur la panique morale, la méhode des cas particuliers (le fameux cas de Linda Lovelace par exemple) et la recherche de l’indignation et du dégoût chez le public. La sortie  du numéro 1 de Porn Studies sera donc un événement, à la foi éditorial et militant, mais aussi épistémologique, en ce qu’il promeut explicitement des approches scientifiques et raisonnées d’un phénomène culturel important de notre époque, non réductible à un scandale moral et social, représentation que les féministes antiporn en donnent le plus souvent.

***

« Everytime we fuck, we win » : The public Sphere of Queer, Feminist, and Lesbian Porn as a (Safe) Space for Sexual Empowerment

Ingrid Ryberg

Il s’agit d’un article qui porte très largement sur Too Much Pussy, le film d’Émilie Jouvet, que je mentionnais dans un précédent billet à propos du terme pussy et du nom des Pussy Riot.

I argue that this film culture may act as both a counter public and an intimate public space for queer, feminist, and lesbian subjects, and that it is the tensions and dynamic transactions between these notions of publicness that the potential for a safe space can be both located and undermined (p. 141).

The sex wars changes feminism for good, and it is a crucial context for understanding the contemporary feminist, queer and lesbian porn culture (p. 142).

This film culture also builds on the second-wave feminist tradition of consciousness-raising groups as safe spaces for empowerment. These spaces were shaped by the idea that, through sharing and learning from one another’s experiences of oppression and explorations of one’s body and sexuality, women become more self-confident and autonomous (p. 142).

The force that blew me away when I saw Much More Pussy was not the force of an ultimate transformation of gender and sexual hierarchies, or a construction of an alternative world beyond these hierarchies, or a construction of an alternative world beyond these hierarchies, but the force of a continuous resistance in the face of these hierarchies (p. 151).

Through the collective and repeated resistance to oppression, the queer, feminist, and lesbian porn film culture adds courtage, agency, and, importantly, pleasure to this everyday fight (p. 151).

L’analyse d’Ingrid Ryberg en termes d’espaces est très intéressante, car la pornographie constitue en effet un lieu pour la sexualité entre le public et l’intime public, autrement dit une forme d’extime, où l’on peut se sentir plus ou moins bien, plus ou libre, plus ou moins « empowered », selon ses orientations sexuelles et les styles pornographiques adoptés. Les sex wars ont fait du bien au féminisme, écrit-elle, et effectivement la réaction proporn a ouvert des espaces de sécurité pour les sexualités minorisées, invisibilisées et stigmatisées, en même temps qu’un lieu de résistance à l’imposition de normes uniques et écrasantes. Si les hiérarchies sont utiles pour faire tenir certaines organisations, elles n’ont rien à faire dans les sexualités, qui sont des affaires privées, même si elles se donnent à voir explicitement et publiquement à travers les pornographies.

***

Imagining Possibilities : The Psychotherapeutic Potential of Queer Pornography

Keiko Lane

Watching others perform what they were interested in exploring allowed for an amplification of experience that they could project themselves into with the goal of staying present with their experience (p. 171).

Pornography invokes a suspension of disbelief. It asks us to project ourselves in the experiences of others we witness, to try to imagine how those experiences would feel, and whether we want to enact them (p. 172).

Cet article de Keiko Lane est une pépite : il porte sur l’utilisation de la pornographie par une psychothérapeute en séance, et sur la manière dont l’analyste peut s’en servir pour travailler sur le matériau fondamental et presque exclusif de la sexualité : le fantasme. « Pornography invokes a suspension of disbelief » : c’est une description des vertus de la connaissance de la sexualité des autres, mise en scène, « graphiée » par l’écriture pornographique. Lecteurs-trices intéressés par les sexualités, les corps et une psychanalyse bienveillante et non normative, au-delà du dogme de la différence des sexes, précipitez-vous sur ce papier.

***

Cum Guzzling Anal Nurse Whore : A Feminist Porn Star Manifesta

Lorelei Lee

When it comes to pornography, it seems that anyone who has ever seen a naked image feels empowered to offer a definite perspective, but these interpretations rarely allow for the tremendous range of experiences through which pornography enters people’s lives (p. 201).

When i say that pornography is good for women, I mean that sexually explicit imagery in which women are shown giving performative demonstrations of their own sexual power is imagery that can transform the cultural paradigm and ultimately change the world (p. 209).

Explicit adult imagery is, of course, not for everyone. There are plenty of people who would rather never look at porn. That should be their right. But there are also many adults for whom pornography is part of a healthy sex life. And there are adults who’ve found that pornography provides a positive view of their own sexuality that is the antithesis of what they’ve found in other forms of public media. This is true for women, but it is also true for queer people, kinky people, and every other form of alternative sexual identity. In order for ethically made, high quality, aesthetically and sociopolitically valuable adult imagery to continue to be made, it is essential that we develop more nuanced, discerning, and thoughtful cultural discourse about both pornography and sex (p. 211).

Sexual desire and sexual identity are absolutely essential for to the freely defined self. Images that explicitly express the vast multiplicity of those desires communicate something larger and more basic to humanity than can be put into words (p. 213).

Je termine cette brève et partielle prise de notes commentée par un texte de Lorelei Lee, porn star dont la parole compte dans le domaine, en particulier à travers les textes qu’elle publie sur le blog qu’elle partage avec Erin Markey, I Deserve This. Le terme manifesta signale suffisamment le type de discours engagé (sur lequel je reviendrai dans le prochain billet  consacré au genre du manifeste pornographie ou érotique) : écriture militante, élaboration apparemment simple d’idées destinées à frapper le lecteur. La pornographie est bonne pour les femmes, elle est susceptible d’améliorer la vie sexuelle, tout particulier pour ceux-celles qui sortent des hétéronormes admises et imposées, elle possède une dimension éthique, le désir sexuel est essentiel à la liberté. Ce type de discours s’inscrit dans une lignée déjà ancienne, tant étatsunienne qu’européenne bien sûr, de promotion politique du corps et de la sexualité pour l’amélioration de la qualité de nos existences.

Crédit : « porn Art new 4″, wen 23, 2006, galerie de l’auteur sur Flickr, CC

Prochain billet : Pornographies mots-désir 3. Le manifeste : un pornogenre de discours ?

Pour citer ce billet. Paveau M.-A., 2013, “Pornographies mots-désir 2. Feminist Porn Book. Bréviaire de l’empowerment“, La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=13075, consulté le…


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l’université Paris 13

Vous aimerez aussi...