HDR en sciences du langage de Thierry Guilbert : « Évidence discursive et idéologie »

photo1Le 28 novembre dernier, Thierry Guilbert, maître de conférences en sciences du langage à l’université de Picardie Jules Verne (Amiens), et membre du CURAPP (UMR 7319), a présenté une habilitation à diriger des recherches sur le rapport entre évidence discursive et idéologie. Le  jury était composé de quatre linguistes, Frédéric Darbellay (Institut Universitaire Kurt Bösch, Sion, Suisse), Francine Mazière (Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité), Jeannine Richard-Zappella (Université de Picardie Jules Verne) et moi-même de l’Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité, encadrante, d’une spécialiste de sciences de l’information et de la communication, Roselyne Ringoot (IEP de Rennes) et d’un sociologue Frédéric Lebaron (Université de Versailles-Saint Quentin).

Thierry Guilbert a présenté une dizaine d’années de travaux de recherche, à travers un mémoire d’habilitation de 240 pages intitulé « Évidence discursive et idéologie. Réflexion anthroposociale sur la constitution des représentations économiques partagées dans les discours de presse », un volume de travaux rassemblant 17 éléments dont deux livres personnels et un collectif. Le mémoire de synthèse se présentait en trois parties : 1. « une épistémologie personnelle », 2. l’analyse des discours médiatiques et la constitution des évidences partagées », 3. « perspectives de recherche et encadrement doctoral ». Les terrains de recherche de Thierry Guilbert sont essentiellement le discours néo-libéral et le discours médiatique ; les entrées conceptuelles sont la notion d’évidence, l’idéologie, le contexte, le sujet, l’événement ; les angles d’approches sont les interrogations épistémologiques, en particulier sur l’interdisciplinarité, la théorie du discours, la CDA (critical discourse analysis), la dimension éthique du discours.

Le résumé de son travail par le chercheur

Mes travaux s’organisent selon deux axes : le premier concerne une réflexion épistémologique et théorique en analyse du discours sur l’évidence des discours idéologiques et sur la façon dont se constituent les représentations socialement partagées, le second est une analyse éthique du discours médiatique (presse papier et numérique) traitant de thématiques socio-économiques. Ces deux axes étroitement articulés mettent en œuvre une approche interdisciplinaire et une réflexion anthroposociale qui fait appel à la fois aux sciences du langage (analyse du discours, Critical Discourse Analysis, théories énonciatives, pragmatique, argumentation, analyses lexico-sémantiques quantitatives) et à la sociologie des médias, la philosophie de l’évidence, les théories de l’information et la pragmatique de la communication.

Les discussions ont été riches et passionnantes, centrées sur les questions épistémologiques et théoriques, autour de la théorie du discours, de la question de la définition du discours médiatique, de l’analyse des discours économiques, des rapports entre sociolinguistique et analyse du discours, de la pluridisciplinarité. Thierry Guilbert a proposé une véritable relève en théorie du discours, à une période où elle peine à se continuer, comme l’a souligné Francine Mazière, qui a rappelé à quel point, au début de l’aventure de l’analyse du discours dite française, les questions soulevées par Thierry, en particulier celle de l’idéologie étaient évidentes…

On peut suivre la soutenance en différé, grâce au Livetweet documenté sur Storify effectué par Gaëlle Labarta (@GA_LA) et moi-même (@mapav8).


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...