Une étoile mystérieuse 3. « Ils s’appellent les Palestiniens ». Que nommer les gens c’est les faire exister

9261902787_dd57d21f7eJe me rends bien compte à quel point je fais une lecture de linguiste de cet ouvrage, loin sans doute des intentions et des prévisions de son auteur, mais à ma décharge, il y a des noms et du discours sur les noms, des signes et du discours sur les signes partout dans Une étoile mystérieuse, y compris dans son titre même. Et s’il y a quelque chose que les linguistes savent, en tout cas celles qui, comme moi, travaillent sur ce que disent les gens dans la vie, et non sur ce qu’ils pourraient dire en théorie, c’est que nommer, c’est faire exister ; qu’être nommé, c’est exister ; qu’être sans nom, c’est être réduit à néant ou presque ; qu’être appelé d’un nom dégradant (« to be called a name », comme l’explique Judith Butler dans Le pouvoir des mots), c’est se sentir dégradé.

Il y a plein de gentilés dans le livre de Frank Eskenazi. Les gentilés, ce sont les noms des peuples qui sont en général construits sur les noms des lieux où ils se trouvent, les toponymes. Il y a toute une littérature linguistique sur la question, d’ordre lexicologique, morphologique, historique, qu’on range parfois sous le nom d’onomastique. Dans ces travaux, une certaine importance est accordée aux petites folies morphologiques assez courantes dans ce domaine, ces gentilés bizarroïdes qui font le bonheur des cruciverbistes et des quiz d’été sur la langue française : comment appelle-t-on les habitants de la Seine-Saint-Denis ? Les Vertaviens habitent quelle ville ? Ce n’est pas la perspective qui m’intéresse. Ce qui m’importe, c’est la fonction sociale, et plus que cela, existentielle des noms que nous portons, leur dimension politique et idéologique, le fait qu’on puisse être fier de porter un nom, ou au contraire qu’il s’agisse d’une blessure, d’une douleur d’exister, celle de ceux qui ne sont pas reconnus faute d’être nommés. Et dans les lieux où la guerre est la règle, où la haine est normale et l’assignation presque naturelle, les noms sont des lieux de crise incroyablement sensibles. C’est ce que m’a semblé dire ce passage, où Frank Eskenazi décrit la vie de famille, l’importance d’Israël dans cette vie et la place ou la non-place que les Palestiniens y occupent :

Et donc, nous voilà, les hommes, autour de la table. Israël au dessert. Deux arguments prenaient toujours le dessus. Le premier affirmait que, puisque nous n’étions pas sur place, nous ne pouvions pas juger. Que les Israéliens annexent le Golan, mènent une guerre meurtrière au Liban, ils avaient de bonnes raisons pour ça. Elles pouvaient nous sembler obscures, mais, nous qui vivions dans le confort de la France, nous ne pouvions qu’accepter, de loin. C’était le prix à payer. Israël achetait leur silence, cette solidarité minimum pour n’avoir pas le courage, au fond, d’être là-bas. Mon oncle, le seul de la famille, à avoir des convictions sionistes, aura cette cohérence d’emmener les siens en Israël après avoir vendu suffisamment de couvertures pour s’y faire construire une villa proche de Xanadu, m’a-t-on dit. Mais la guerre a plusieurs fronts et compte sur celui de la Diaspora. L’autre argument était, si l’on veut, plus profond. Les Palestiniens, qui détournent des avions, font des incursions terroristes en Israël et tentent de mobiliser le monde arabe, ça n’existe pas. Non seulement les Palestiniens n’existent pas, mais ça n’existe pas – entendre : cette prétention à former un peuple. Leur revendication sur la Palestine est donc usurpée. Les Transjordaniens, les Jordaniens, oui, ça existe, hélas ! et maintenant que du désert les Israéliens ont fait un jardin, ça les intéresse.

Je m’imaginais un peuple débarquant dans le désert et tout d’un coup, blam ! des oranges, des maisons, l’air conditionné. C’est pas dingue ? Si. Complètement. Et même inacceptable. Alors comment accepter dans cet après-guerre qui n’en finissait pas que les juifs aient pu pratiquer l’épuration ethnique contre un peuple vivant sur sa terre ? Il fallait lever deux barrages contre cet opprobre. Le plus immédiat était qu’il n’y avait pas de peuple. Et le second que, en réalité, nous avions contre nous des puissances pétrolières, et comme damnés de la terre, on trouvera mieux, merci. Ce mirage durera longtemps, jusqu’à la première Intifada. Ce que les anciens Transjordaniens, Jordaniens, Arabes auront alors gagné, dans la honte d’envoyer leurs enfants lutter contre les chars israéliens à coups de pierres (« Tu ne crois pas qu’il seraient mieux à l’école ? »), c’est le droit d’être appelés, dans ma famille, par leur nom. Ils s’appellent les Palestiniens.

Frank Eskenazi, 2013, Une étoile mystérieuse, Paris, Seuil, p. 76-78 (ital. de l’auteur).

Crédit : « Physical Map of Palestine and the adjacent countries 1852 », Special Collections at Wofford College, 2013, galerie de l’auteur sur Flickr, CC.

Pour citer ce billet. Paveau M.-A.,  2013, “Une étoile mystérieuse 3. « Ils s’appellent les Palestiniens ». Que nommer les gens c’est les faire exister“, La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=12932, consulté le…


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Marc Jahjah dit :

    Merci Marie-Anne pour ce beau billet !

    Toujours cette tension dans la nomination, que pressentent les poètes, entre la désignation (pointer du doigt) qui, du chaos, fait émerger les choses (les rend visibles ou, mieux, les fait exister), et leur altération sociale progressive (mais nécessaire) à partir de laquelle elles se transforment, en viennent précisément à désigner autre chose ou – c’est le risque – à ne plus rien désigner lorsqu’elles sont moins perçues comme des faits de l’univers (intransitivité) que comme des moyens de communiquer (transitivité).

    Une réponse extrême à ce risque : rêver d’une langue où les mots ne pourraient être utilisés qu’une fois et où les choses mourraient avec eux, au moment même où elles seraient désignées. On peut aussi adopter une autre attitude, qui consisterait plutôt à faire résonner leur corps caverneux de manière à retrouver le sens que les mots n’ont jamais cessé d’avoir.