HDR en sciences du langage de François Perea : « Sujets sensibles »

Le 8 novembre dernier, François Perea,maître de conférences en sciences du langage à l’université Paul Valéry Montpellier 3, a présenté une habilitation à diriger des recherches sur le thème des « sujets sensibles ». François Perea m’a contactée à l’automne 2011 pour me demander d’encadrer son travail (mais on sait qu’il ne s’agit pas d’un encadrement, plutôt d’un parrainage et nous avions d’ailleurs adopté les termes marrainage et marrainer) et ce moment a été l’achèvement de presque deux ans d’échanges, d’écritures et de lectures. Nous avons constitué un jury composé de cinq linguistes : Luca Greco, Université Paris 3 Sorbonne nouvelle, Dominique Maingueneau, Université Paris 4 Sorbonne, Francine Mazière, Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité, Jean-Marie Prieur, Université Montpellier 3 Paul-Valéry et moi-même de l’Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité, et d’un psychopathologue et psychanalyste, qui avait une fonction d’expert, Eric Bidaud, Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité. Une fois de plus je constate que la présence d’experts exradiscipliniares dans les jurys les ouvrent et les enrichissent, et j’essaie de systématiser cette pratique dans tous mes jurys.

François Perea a présenté quinze ans d’activités scientifiques, de la thèse soutenue en 2000, au dernier article écrit en 2013 et en cours de parution. Son dossier de travaux était composé de 45 éléments dont quatre livres, et accompagné d’une brochure résumant chacun des éléments. Le mémoire de synthèse comportait 200 pages environ.


Il y a trois grands thèmes ou questions traitées par François Perea a traités ces quinze dernières années : la parole des alcooliques, qui a fait l’objet de la thèse et de plusieurs publications ultérieures, la question du sujet, de l’énonciation de ce qu’il appelle la « désénonciation », et enfin le discours sur la sexualité, et en particulier le discours de la pornographie. Le sous-domaine disciplinaire dans les sciences du langage, donc la septième section du CNU, est l’analyse du discours en interaction, pour employer une étiquette qui engloberait la mobilisation de l’analyse du discours, de l’analyse conversationnelle, de la sociolinguistique parfois, mais aussi de la phonétique. La psychiatrie et la psychanalyse sont les principales disciplines contributives. Les questions épistémologiques et méthodologiques sont importantes dans la réflexion que constitue la synthèse. C’est la loi du genre mais elles sont particulièrement mobilisées par François Perea : l’élaboration des corpus difficiles ou considérés comme tels par le chercheur et/ou l’institution, ou de corpus chargés idéologiquement, émotionnellement ou normativement ; la question des bonnes et mauvaises pratiques des chercheurs sur leurs terrains ; la question de la subjectivité, de l’objet, de l’objectivité, de l’objectivation ; la question du regard et des représentations des autres, des autres chercheurs en particulier, qui est également partie prenante de la recherche.

Les discussions ont été animée et passionnantes, en particulier sur le point éthique du recueil des corpus oraux : si l’enregistrement à la sauvette est contestable sur bien des points, il s’impose en revanche pour les sujets vulnérables, comme les dits « alcooliques » (il y a d’ailleurs eu également un débat sur le nom de ces enquêtés, sujet lexicalement et socialement très sensible), qu’on ne peut désigner comme tels, au sein d’une demande de consentement, sans effectuer une effraction importante dans leur image de soi et leur intégrité psychique.

On peut suivre la soutenance en différé, à l’image dans le diaporama ci-dessus et à l’écrit grâce au Livetweet documenté sur Storify effectué par Noémie Marignier (@nomarignier), Catherine Ruchon (@ruchon2) et moi-même (@mapav8).


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...