Discours et mémoire 6. Mnémosyne, mère du discours

La mémoire n’est pas qu’une fonction humaine ou un concept d’analyse du discours. C’est aussi un passionnant personnage mythologique et par conséquent une construction symbolique complexe. Mnémosyne est la déesse de la mémoire chez les Grecs. Et elle possède plusieurs caractéristiques qui ont sans doute construit, dans les représentations héritées et transmises de cette incarnation, notre conception de la mémoire.

D’abord, c’est une Titanide, une femme-Titan, la fille de Gaïa la Terre et d’Ouranos le Ciel, la sœur des Titans. Ce qui veut dire deux choses : d’abord qu’elle appartient à la toute première génération des dieux, les fondateurs, les archaïques, ceux du Grand Commencement, et ensuite qu’elle est grande, très grande, que le gigantisme est sa mesure. Et il en faut, du gigantisme, pour contenir toute la mémoire humaine, que les simples mortels ne peuvent détenir entièrement… 

LIBERI_Marco_Jupiter_and_MnemosyneEnsuite, c’est  la mère des neuf muses, qu’elle aurait eues avec Zeus, d’après Hésiode : « Jupiter aima encore Mnémosyne à la belle chevelure, qui enfanta les neuf Muses aux bandelettes d’or, les Muses sensibles aux plaisirs des festins et aux douceurs du chant » (Théogonie 54). La plupart des Muses ont un rapport étroit au langage verbal, en particulier Calliope, Polymnie, et Clio et toutes à un langage quel qu’il soit, comme Euterpe pour la musique et Terpsichore pour la danse. Mnémosyne est donc la mère de celles qui donnent aux humains des facultés sémiotiques, expressives, discursives. C’est en cela qu’elle est, pour ainsi, la mère du discours. C’est sans doute pour cette raison, entre autres, qu’elle est représentée sous les traits d’une femme d’un certain âge, ce qui n’est pas commun dans l’iconographie des dieux et des déesses de l’Olympe. Dans certains textes elle est même présentée comme celle qui nomme les choses. C’est ainsi par exemple que la présente Diodore de Sicile dans la Bibliothèque historique :

Parmi les Titanides, on attribue à Mnémosyne l’art du raisonnement : elle imposa des noms à tous les êtres, ce qui nous permet de les distinguer et de converser entre nous ; mais ces inventions sont aussi attribuées à Mercure. On doit aussi à Mnémosyne les moyens de rappeler la mémoire des choses passées dont nous voulons nous ressouvenir, ainsi que son nom l’indique déjà (Diodore de Sicle, Bibliothèque historique, V, LXVII).

Ces « moyens de rappeler la mémoire des choses », Platon les décrit dans le Théétète par la métaphore du bloc de cire. Mnémosyne est en effet celle qui nous fournirait cette cire mentale, sur laquelle nos expériences s’impriment :

SOCRATE. Est-il possible, quand on ne sait pas d’abord une chose, de l’apprendre dans la suite ?
THÉÉTÈTE. Oui, certainement.
SOCRATE. Puis une autre, et une autre encore ?
THÉÉTÈTE. Sans contredit.
SOCRATE. Suppose donc avec moi, pour le besoin de l’argument, qu’il y a dans nos âmes un bloc de cire, plus grand chez celui-ci, plus petit chez celui-là, d’une cire plus pure chez l’un, plus impure et plus dure chez l’autre, plus molle chez quelques-uns, et chez d’autres exactement conditionnée.
THÉÉTÈTE. Je le suppose.
SOCRATE. Disons maintenant que c’est un présent de la mère des Muses, Mnémosyne, et que, toutes les fois que nous voulons nous souvenir de quelque chose que nous avons vu, ou entendu, on conçu nous-mêmes, nous tenons ce bloc sous nos sensations et nos conceptions et les y imprimons, comme nous gravons le sceau d’un anneau, et que ce qui a été imprimé ainsi, nous nous le rappelons et le savons, tant que l’image reste sur la cire, tandis que ce qui s’est effacé ou qu’il a été impossible de graver, nous l’oublions et ne le savons pas (Théétète, 191).

Mosaïque_murale_MnémosyneTroisième trait important de Mnémosyne, sa fonction sacrée. Chez les Grecs, la mémoire est en effet sacralisée, car elle permet l’accès au passé, dans une civilisation qui est d’abord orale, et qui reste marquée par l’oralité après le passage à l’écriture. Mnémosyne, sous la forme d’un fleuve, accompagnant le Léthé, fleuve de l’oubli, est partie prenante de la cérémonie à laquelle les Grecs doivent se soumettre pour consulter l’oracle Trophonius. Pausanias en fait une description détaillée, où l’on constate que Mnémosyne dispose d’un trône, ce qui signale sa sacralité. Après un certain nombre d’étapes, Mnémosyne apparaît sous la forme de l’eau qui redonne (restaure ?) la mémoire après l’étape de l’oubli :

[7] on vous conduit d’abord pendant la nuit à la rivière Bercyna; arrivé là, deux enfants nés de citoyens, âgés environ de treize ans, qu’on nomme les Hermès, vous lavent, vous oignent d’huile, et font tout ce qui est de leur ministère. Les prêtres vous prennent ensuite, et vous conduisent non à l’oracle, mais à des fontaines qui sont très près l’une de l’autre; [8] il faut que vous buviez premièrement de l’eau appelée eau de Léthé (de l’oubli), pour vous, faire oublier tout ce dont vous vous êtes occupé jusqu’alors ; vous buvez après de l’eau de Mnémosyne, pour bien vous rappeler de ce que vous verrez en descendant ; vous regardez ensuite une statue qui est, à ce qu’on dit, l’ouvrage de Dédale (les prêtres ne la montrent qu’à ceux qui doivent pénétrer dans l’antre de Trophonios). Après avoir vu cette statue, lui avoir adressé vos hommages et vos vœux, vous allez à l’oracle revêtu d’une tunique de lin, ceint de bandelettes par-dessus, et chaussé d’une manière particulière au pays. […]

[12] On dit qu’aucun de ceux qui y sont descendus n’y est mort, excepté un certain garde du corps de Démétrios, qui n’avait observé, à ce qu’on prétend, aucune des cérémonies en usage autour du temple, et dont l’intention n’était pas de consulter le dieu, mais qui espérait emporter beaucoup d’or et d’argent de l’antre secret; on assure aussi que son cadavre fut trouvé dans un autre endroit, et qu’il ne fut pas rejeté par l’ouverture sacrée. On raconte beaucoup d’autres choses au sujet de cet homme ; je ne rapporte que ce qu’il y a de plus remarquable. [13] Les prêtres s’emparent de nouveau de celui qui est sorti de l’antre de Trophonios, et, après l’avoir placé sur ce qu’on appelle le trône de Mnémosyne, qui est à peu de distance de l’antre secret, ils l’interrogent sur ce qu’il a vu et entendu, et, lorsqu’ils l’ont appris, ils le remettent entre les mains de ses amis qui l’emportent encore tout épouvanté et méconnaissable, tant à lui-même qu’à ses proches, dans le temple d’Agatho-Daemon et de la bonne Tuchê, où il avait demeuré précédemment. On recouvre cependant plus tard sa raison, ainsi que la faculté de rire (Pausanias, Description de la Grèce, IX, 39, 5-14).

La richesse et la beauté de cette figure est sans doute à l’origine de son emploi fréquent pour nommer des projets ou dispositifs engageant la mémoire : on pense évidemment au Mnemosyne Project, mais une base de données du CNDP porte aussi ce nom, ainsi qu’une « Association pour le développement l’histoire des femmes et du genre« , et bien d’autres réalisations liées de près ou de loin à la mémoire.

Crédits

– « Jupiter et Mnémosyne », tableau de Marco Liberi, 17e siècle, Wikimedia Commons.
– Mosaïque murale : « Mnémosyne », troisième quart du 2e siècle, photographie Caroline Léna Becker, Wikimedia Commons.

Prochain billet : Discours et mémoire 7. La mémoire numérique

Pour citer ce billet. Paveau M.-A.,  30 août 2013, “Mnémosyne, mère du discours“, La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=12340, consulté le…


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...