Discours et mémoire 5. Démémoire discursive et amémoire (in)volontaire

6154934424_fe4179a598Je continue avec ce cinquième billet l’exploration conceptuelle de l’usage du concept de mémoire en analyse du discours. Le précédent billet, consacré à Régine Robin et à son ouvrage La mémoire saturée, évoquait la notion de démémoire qu’elle avait proposée brièvement dans Berlin Chantiers et qu’elle déclinait, sans la reprendre sous ce terme d’ailleurs, sous les notions de démolition, amnistie, effacement et substitution. Frappée par ce terme de démémoire qui concernait un phénomène langagier, le nom des rues, j’ai retravaillé il y a une dizaine d’années la notion en démémoire discursive et cette exploration m’a amenée à penser un autre phénomène d’oubli et de présence simultanés de la mémoire, l’amémoire. Mais dans La mémoire saturée, Régine Robin mentionne également la notion de « postmémoire » (postmemory) que l’on doit à Marianne Hirsch, dans Family Frames. Photography, Narrative, and Postmemory, un ouvrage sur les photos de famille et sur la manière dont elles construisent les familles autant que les familles les construisent, avec les réussites et les déceptions que cela implique. Je présenterai ces trois notions affines dans ce billet. 

Démémoire discursive : débaptême et rebaptême des rues dans les mémoires des guerres 

J’ai proposé le concept de « démémoire discursive » dans Les prédiscours en 2006, en retravaillant celui de démémoire que Régine Robin avait avancé pour formuler les transformations sémiotiques du Berlin de l’après-chute du mur (Robin 2001) : elle considérait en particulier que le processus de débaptême et rebaptême des rues, les noms de figures des Brigades internationales ayant été remplacés par ceux de chevaliers teutoniques (Robin 2004), avait accompli cette démémoire, par rétablissement d’une mémoire ancienne qui en effaçait une plus récente et moins consensuelle. Le phénomène intéressant du débaptême s’observe dans plusieurs lieux marqués par des changements politiques forts, et les histoires de changements de noms de rue sur fond de politique ou d’idéologie abondent. Les rues de Berlin, les rues des villes d’Afrique du sud après la fin de l’apartheid, les rues de certaines municipalités en France, administrées par des maires Front national désirant que leurs rues soient plus « nationales », les exemples sont très nombreux. Dans un mémoire de science politique autour du thème de la mémoire et du symbole politique, Marie Comard-Rentz explique que le choix de ce sujet lui a été inspiré par l’émission d’Arte Karambolage sur les noms de rues évoquant la France à Berlin et l’Allemagne à Paris :

berlinkarambolage p5(Comard-Rentz 2006 : 6)

À partir de là, elle effectue une exploration historique et politique des changements de nom des rues, en donnant plusieurs exemples au cours de l’histoire :

– 1789, la Révolution française, qui débaptise les noms des saints pour rebaptiser « républicain », avec une visée pédagogique : « En déambulant à travers les rues, le passant doit être sensibilisé aux idéaux de la révolution » (p. 16). 47% des noms des rues de Paris auraient été ainsi rebaptisés :

révolution p. 16

(Comard-Rentz 2006 : 16)

– 1940, le régime de Vichy impose également ses marques toponymiques en France :

40sorgues

maréchal

(Comard-Rentz 2006 : 23)

– 1962, la guerre d’Algérie est une autre occasion de conflit de mémoires, qui se fixe sur la date de la fin des hostilités, indépendance pour les uns, « abandon » d’une terre natale pour les autres :

algérie

(Comard-Rentz 2006 : 38)

– 1995, les municipalités Front national dans le sud de la France « nationalisent » les plaques de rue, avec le prétexte d’une provençalisation illusoire :

frontnat

frontnat2

(Comard-Rentz 2006 : 26-27)

À partir de cet exemple des noms de rue, on constate que la démémoire discursive désigne un ensemble de phénomènes de déliaison des rappels et insertions des noms dans le fil mémoriel du discours. Il existe beaucoup de processus à l’œuvre dans la démémoire, qui concernent en particulier des éléments liés au sens et au référent des mots. J’en citerai quatre :
– le désancrage de certaines expressions figées de leur contexte référentiel d’origine : dans Les prédiscours, j’analyse l’expression divine surprise en montrant que ce figement, désancré de son origine politique (Maurras aurait employé l’expression pour qualifier l’arrivée de Pétain au pouvoir), peut être désormais appliqué tant à une victoire olympique qu’à l’obtention d’un marché ;
l’ancrage, au contraire, de certains discours dans les formes d’un autre, réalisant une sorte de transfert de mémoire sur une autre : j’ai cité dans le troisième billet de cette série, « Les lignées discursives de la manif pour tous », un certain nombres de formes et de formats langagiers passés dans lesquels les manifestants ont inscrit leurs revendications contemporaines : ces choix engagent une démémorisation suivie d’une remémorisation de l’événement de référence ;
– la déliaison entre un signifiant et ses sens et référent, particulièrement dans le cas du nom propre : pour beaucoup de gens par exemple, le toponyme Tataouine désigne l’un des Clubs Méditerranée les plus agréables de Tunisie, la mémoire du bagne militaire s’étant effacée, et le feuilletage mémoriel s’étant bloqué sur des sens géographiques et culturels contemporains ;
– la subjectivation mémorielle : à partir de l’exemple du polémonyme ou nom de bataille, comme Diên Biên Phu ou Bir Hakeim (Paveau 2008, 2009), j’ai montré que la construction des sens du nom propre étaient largement située dans une communauté culturelle, sociale, nationale.

Pour récapituler, j’appelle démémoire discursive un ensemble de phénomènes de discours qui permettent la révision des lignées discursives, c’est-à-dire des transmissions sémantiques culturellement et socialement assurées par les outils de la technologie discursive (les plaques de rues mentionnées par R. Robin et M. Comard-Rentz en sont un bon exemple). Ces révisions peuvent être des changements sémantiques, des néologies sémantiques, des redénominations, des reformulations, etc., bref un ensemble de phénomènes langagiers qui vont produire des effets transgressifs ou contre-intuitifs dans un contexte où règne un accord sémantique, historique, voire éthique.

L’amémoire discursive, entre déni et interdit. L’Algérie non dite

Avec Harald Weinrich dans Léthé, Art et critique de l’oubli (1999), Paul Ricoeur dans La mémoire, l’histoire, l’oubli (2000), et nombre d’historiens, philosophes, psychanalystes qui ont travaillé la mémoire, je pense évidemment que l’oubli est nécessaire à l’élaboration d’une mémoire praticable, ouvrant sur une histoire elle aussi praticable (j’emploie praticable comme dérivé de pratique, pour souligner l’aspect très matériel des mémoires et démémoires dans nos expériences). Mais quand la formulation même des choses est rendue impossible par le trauma, qui fait retour dans l’existence par les chemins bien rodés qui sont les siens, alors l’oubli lui-même est bloqué. Tous les grands conflits du monde ont provoqué cette chose-là, ce silence habité de paroles non dites, d’un passé non vécu qui se manifeste cependant par de la douleur. C’est le cas de la guerre d’Algérie, qui parle encore chez les descendants sous la forme de symptômes, à propos de laquelle Benjamin Stora a cette heureuse formule : « L’objet ‘Algérie’ est toujours vivant, terriblement vivant, remuant, il ne se laisse pas faire » (2008 : 31). Je trouvais que ce type de mémoire, qui supprime le discours pour ne laisser que la douleur, qui ne parle que par symptômes en évitant les mots, ne relevait pas de la démémoire, et pas non plus de l’oubli, et qu’il fallait donc trouver un autre mot pour la nommer. J’ai proposé le terme d’amémoire ici même en 2010 dans un billet sur l’Algérie justement, que j’avais intitulé « Mémoires et démémoires algériennes« . Ce billet m’avait été inspiré par une discussion avec Benjamin Stora justement, discussion qui avait mêlé la grande histoire franco-algérienne et nos petites histoires individuelles, nos couples, nos divorces et nos douleurs, et notre lourd attachement à cette terre.

Je parle donc d’« amémoire discursive » pour désigner, non plus, comme pour la démémoire, une révision, mais un effacement, conscient ou inconscient, d’un passé ou d’un legs discursif, de « formulations-origines » (J.-J. Courtine) dont le locuteur ne voudrait plus rien avoir à dire, mais qui se disent quand même, par le biais de l’inconscient et de la somatisation, d’autres manières, dans les langages infiniment innovants du symptôme.

La postmémoire : « Vous n’étiez pas à Auschwitz »

Mon « amémoire », je l’ai un peu retrouvée dans une notion que je ne connaissais pas et que j’ai découverte grâce à Régine Robin toujours dans La mémoire saturée, la postmémoire. La sérendipité de la recherche fait que le livre de Marianne Hirsch qui propose cette notion, Family frames, est sur une pile dans mon salon depuis quatre ou cinq ans, peut-être plus, perché sur un tabouret où je place ma tablette, en attente d’être lu, au-dessus de L’invention de la tradition d’Eric Hobsbawm. On sait bien que les livres se parlent, et en voilà une nouvelle preuve : le dialogue fécond entre la pile horizontale de l’ipad où se trouve La mémoire saturée et la pile verticale du tabouret où se sont posés les Family Frames est partiellement à l’origine de ce billet. La postmémoire (postmemory) est la mémoire des descendants ou des survivants (Marianne Hirsch l’a élaborée à partir du trauma de la shoah) qui repose sur des récits, des descriptions, et, dans le cas présent, sur des photos, de seconde main si l’on peut dire. C’est une mémoire de seconde main. Régine Robin la décrit de la manière suivante :

5184

5196

(emplacements 5184 et 5196)

Elle reprend ensuite de Marianne Hirsch l’analyse du cas d’Art Spiegelman, fils de survivants, et célèbre auteur de la bande dessinée Maus. Elle mentionne ce moment de définition pure du statut de survivant, ou de descendant, de fils ou de fille de parents traumatisés, où son psychanalyste lui dit : « Vous n’étiez pas à Auschwitz. Vous étiez à Jego Park » :

5270 5282

(emplacements 5270 et 5282)

« Vous n’étiez pas à Auschwitz ». Énoncé de l’amémoire, ou de la postmémoire, qui ne lève aucun trauma mais qui permet de le formuler. Non, il n’y était pas, je n’y étais pas, ni dans ces autres lieux, l’Algérie de 1960, la Nièvre de 1944, qui cependant nous parlent si continûment.

Références

Comard-Rentz M., 2006, Dénomination et changement de nom de rue : enjeu politique, enjeux de mémoire, mémoire de science politique, Université de Lyon 2.
Hirsch M., 1997,  Family Frames: Photography, Narrative, and Postmemory, Cambridge MA, Harvard University Press.
Paveau M.-A., 2006, Les prédiscours. Sens, mémoire, cognition, Paris, Presses Sorbonne nouvelle.
Paveau M.-A., 2008, « Le toponyme, désignateur souple et organisateur mémoriel. L’exemple du nom de bataille », dans Boyer H., Paveau M.-A. (dir.), Mots. Les langages du politique 86, 23-35.
Paveau M.-A., 2009 : « De Gravelotte à Bir Hakeim. Le feuilleté mémoriel des noms de bataille », Les carnets du cediscor 11, Paris, PSN, 137-150.
Paveau M.-A., 12 juin 2010, « Mémoires et démémoires algériennes, du campus de Villetaneuse au cimetière de Oued Mellah », La pensée du discours [carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/288
Ricœur P., 2000, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil.
Robin R., 2001, Berlin chantiers : essai sur les passés fragiles, Paris, Stock.
Robin R., 2004, « Entre histoire et memoire », dans Müller B. (dir.), L’histoire entre mémoire et épistémologie. Autour de Paul Ricœur, Éditions Payot Lausanne, 39-73.
Stora B., 2008, Les guerres sans fin. Un historien, la France et l’Algérie, Paris, Stock.
Weinrich H., 1999 [1997], Léthé. Art et critique de l’oubli, trad. D. Meur, Paris, Fayard.
***
Crédit : « Heritage », Brendan Murphy, 2009, galerie de l’auteur sur Flickr, CC
***
Prochain billet : Discours et mémoire 6. Mnémosyne, mère du discours

Pour citer ce billet. Paveau M.-A.,  23 août 2013, “Démémoire discursive et amémoire (in)volontaire“, La pensée du discours [Carnet de recherche], http://penseedudiscours.hypotheses.org/?p=12318, consulté le…


Marie-Anne Paveau

Enseignante-chercheuse en analyse du discours à l'université Paris 13

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Michèle Debrenne dit :

    Bonjour Marie-Anne, je lis toujours tes billets avec beaucoup d’intérêt. Il me semble que parmi les termes que tu analyses actuellement tu aurais intérêt à creuser du côté de ce que les linguistes russes (dont le point de départ a été la théorie de l’intertexte) appellent les « phénomènes précédents », « textes précédents ». Précédent est à considérer ici dans le sens juridique. Maintenant le hic est que comme d’habitude je ne pense pas qu’il y ait beaucoup de chose écrites autrement qu’en russe sur ce sujet là….

    • Marie-Anne Paveau dit :

      merci michèle de ton commentaire – cette notion me semble bien intéressante – si tu tombes sur une traduction, tu pourras me la signaler !

  1. 29/11/2013

    […] parlé dans un billet précédent de la postmémoire, notion que propose Marianne Hirsch pour désigner la manière dont les enfants de survivants […]